[PAYANT] Dans le chaos du monde, le risque d’un conflit entre les Etats-Unis et la Chine est réel

Dans la situation chaotique qui caractérise les affaires du monde, les Etats-Unis ou la Chine pourraient-ils trouver dans un conflit une issue, illusoire et suicidaire, à une situation qu'ils ne maîtrisent plus? Nous sommes entrés dans une "crise totale" et la tentation est forte, chez des élites qui perdent le contrôle, d'ajouter à l'irrationnel. Plutôt qu'un Great Reset "occidentalo-chinois" allons-nous, à l'occasion de Taïwan, vers un "Grand Saut dans l'Inconnu" de la part de Washington et de Pékin? La guerre est-elle la seule issue au grand désordre créé par les dirigeants mondialistes?

La situation du monde n’a jamais été aussi instable depuis les années 1930. Lundi 4 octobre, l’action Facebook – vraisemblablement suite à un hacking géant –  au Nasdaq a perdu 4,89% et Mark Zuckerberg, le fondateur, a perdu à lui tout seul presque 7 milliards. Le choc est tel que Wall Street subit un repli et que se profile le spectre, en ce début octobre, d’une “journée noire”.  Presque au même moment, le géant chinois du BTP suspendait sa cotation à la Bourse de Hong Kong: comme l’expliquait Eric Verhaeghe dans ces colonnes hier, le monde est à la merci d’un “grand collapse” chinois.   La Chine participe d’une crise globale où la mise en place d’une énergie décarbonée sans renforcement de l’industrie nucléaire civile (en fait avec un objectif de démantèlement de la filière chez une partie des dirigeants occidentaux, ) produit une raréfaction de l’énergie, des risques de pénurie, comme l’Europe, Grande-Bretagne en tête, est en train de la découvrir. Ajoutez à cela le psychodrame des élites occidentales, qui s’obstinent à prôner la vaccination – et sont tentés de la rendre obligatoire –   contre le COVID avec des produits  insuffisamment testés et peu performants,  et vous avez le tableau d’un monde devenu incontrôlable par ceux-là mêmes qui prétendent maîtriser les choses. Doté d’une intelligence très moyenne, Klaus Schwab, le grand manitou de Davos, assure que le moment du Grand Reset est venu; mais tout cela semble bien puéril au moment où la Chine renforce sa pression sur Taïwan comme jamais: avec l’incursion record de de 56 avions dans la zone aérienne de l’île. 

Du Grand Reset à la Grande Destruction?

Evidemment, ce qui reste pour l’instant de la gesticulation sur Taïwan, a beaucoup à faire avec les difficultés internes auxquelles est confronté Xi Jinping, dont la poigne de fer crée des tensions que le leader chinois doit ensuite trouver l’occasion de résoudre. Cependant, le fait que Xi Jinping ait fait de la réunification de Taïwan l’objectif phare de son discours pour le centième anniversaire du Parti Communiste Chinois il y a quelques semaines, ne laisse pas indifférent des Etats-Unis qui ont brutalement réaffirmé, récemment, aux dépens de la France, leur leadership sur la zone Pacifique – en forçant l’Australie à annuler le contrat avec la France pour la construction de sous-marins. Depuis que Donald Trump a quitté la Maison Blanche, les Etats-Unis maintiennent certes le cap d’une plus grande fermeté avec la Chine mais l’administration américaine fait preuve d’une grande fébrilité, qui contraste avec le sang-froid du prédécesseur de Joe Biden. Le risque d’une surréaction n’est pas à exclure; ni celui d’un processus de décision qui échappe à Washington car Joe Biden est, depuis le départ, trop malade pour gouverner; et personne ne connaît le processus de décision réel à la Maison Blanche. 

Le risque qui pèse sur le monde est celui d’une escalade des tensions selon un mode qui ressemblera beaucoup plus à la crise de juillet 1914 qu’à une réédition des phases les plus tendues de la Guerre froide. Le risque auquel nous sommes confrontés est celui que décrit si bien le titre du livre que l’historien Christopher Clark a consacré au déclenchement de la Première Guerre mondiale: une catastrophe provoquée par des Somnanbules. A l’époque, l’Allemagne et la Russie avaient plongé l’ensemble de l’Europe dans la guerre pour échapper à leurs tensions internes. Mais que se passerait-il si les Etats-Unis et la Chine faisaient preuve de la même dangereuse mentalité? Une déflagration mondiale entre deux puissances nucléaires mettrait le monde en situation d’autodestruction. Il y a un scénario pire que le Great Reset, c’est celui de la Grande Destruction. 

Abonnez-vous à notre newsletter

Les droites de Husson

Soyez les premiers à connaître les 1001 secrets des droites françaises à l'approche des élections présidentielles. La lecture intégrale de cette lettre est comprise dans l'abonnement à 9,90 €/mois !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

About Post Author

37 Shares:
4 commentaires
  1. Effectivement le PC chinois sera tenté de masquer sa faillite économique interne par une fuite en avant expansionniste aux dépends de Taïwan. Après Hong Kong. Cela d’autant que l’opération d’annexion est préparée de longue date avec infiltration de la démocratie taïwanaise au travers du vieux parti Kuomintang désormais à la botte du PCC. Un appel à l’aide à la mère patrie depuis Taipei et hop!! Xi Jinping débarque en force. Au passage l’État profond US est tout aussi infiltré que le Kuomintang.

    1. Oui.

      Le pire, ce sont les occidentaux “ouverts” qui ont aidé cette Chine à s’armer contre nous pour, comme il fallait s’y attendre, nous spolier avant de nous attaquer… Ah, ces fameuses “élites occidentales qui forment le camp de la raison”… Des traitres qui collaborent sempiternellement avec l’ennemi depuis des siècles. Quand le Peuple est chargé de se sacrifier physiquement pour réparer les dégâts de ces connards supérieurs. Parce que les intellectuels auront toujours un “ausweis bitte” ou une attestation pour éviter d’aller en première ligne, des restaurants clandestins ou des filières d’approvisionnement réservées…

      Un classique millénaire.
      Franchement, les grandes écoles…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer