L’OMS porte-parole de la peur qui doit légitimer l’obligation vaccinale

Le mardi 5 octobre, l’OMS (Organisation mondiale de la santé) a lancé une nouvelle alerte. En effet, sa responsable de la gestion de l’épidémie de Covid-19, Maria Van Kerkhove, a tenu à rappeler que le coronavirus n’est pas encore sous contrôle. Elle a ajouté « nous n’utilisons pas tous les outils dont nous disposons pour nous rapprocher de la fin ». Alors que l'épidémie est en net recul partout dans le monde, surtout dans les pays qui ont préféré les médicaments précocement administrés à la vaccination, l'OMS semble vouloir maintenir un climat de peur propre à justifier les contraintes de l'ordre sanitaire imaginé par les mondialistes.

La rhétorique usée de l'OMS face à une épidémie en recul

C’est la nouvelle alerte lancée par l’OMS par le biais de Maria Van Kerkhove, la responsable de la gestion de l’épidémie, lors des échanges en direct sur les réseaux sociaux. Elle tient à conscientiser tout le monde que la situation est encore dangereuse et qu’il est difficile d’évaluer à quel stade de la pandémie on est actuellement.

Autrement dit, le danger est toujours présent dans nos murs. Selon l’épidémiologiste américaine 3,1 millions nouvelles contaminations et 54.000 décès ont été enregistrés dans le monde la semaine dernière. En outre, dans plusieurs villes, les hôpitaux et les unités de soins intensifs sont encore débordés.

Aussi, Maria Van Kerkhove a largement déploré les comportements irresponsables de certaines personnes. Elles ont tendance à négliger les gestes barrières et les mesures de protection en vigueur, en croyant que le combat est déjà gagné.

En fait, cette rhétorique finit par lasser. Il s’agit du recyclage du discours de peur qui est râbaché par les origanisations internationales et les gouvernements d’un certain nombre de pays occidentaux depuis dix-huit mois.  En réalité, des modèles fabriqués par des mathématiciens américains prévoient un recul de la maladie régulier jusqu’en mars prochain et une absence de résurgence à l’hiver 2022. D’autres anticipations parlent de variants récurrents mais de moins en moins dangereux. 

L'OMS doit légitimer des politiques sanitaires coercitives

Depuis le début d’année, les décès dus au COVID ont baissé de façon spectaculaire, tout spécialement en Europe. Alors pourquoi Maria Van Kerkhove a-t-elle souligné que le nombre de décès et de forme grave est particulièrement élevé chez les individus non vaccinés? On comprend que le discours de l’OMS est simplement de la propagande pro-vaccinale.  

L’experte a dénoncé les “fausses informations” concernant les vaccins. Elle incite la population à compléter leur schéma vaccinal. Pour le moment, l’OMS continue à prétendre que le vaccin est  le seul moyen de se protéger contre la Covid-19, alors que l’OMS a reconnu les effets secondaires du vaccin (ou des vaccins) contre le COVID.

Cependant, on peut constater que  si le gouvernement utilisait le recours aux traitements précoces, la dangerosité du COVID diminuerait et la mortalité avec elle, très probablement.  Le cas le plus flagrant est celui de l’Inde où l’ivermectine s’est révélée bien plus efficace que les vaccins pour vaincre le variant Delta.. Evidemment, l’OMS nie farouchement cette réalité qui l’obligerait à abandonner son rôle de légitimation des politiques sanitaires coercitives 

Abonnez-vous à notre newsletter

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

81 Shares:
2 commentaires
  1. L’OMS est aussi crédible que l’IPCC et le crédo des réchauffistes . Poubelle … avec tous les nids de corruptions que sont devenus la plupart des organisations internationales qui cherchent désespérement à justifier leur existence .

  2. Ça n’est certes pas avec ce qu’elle a participé à publier qu’elle mérite la qualité d’expert…
     
    Déci-dément, la poliotique pollue absolument tout ce qu’elle touche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer