Un Parlement quasi-vide valide le passe sanitaire jusqu’au 31 juillet 2022

Par JULIEN G. - Ce matin, le Parlement a adopté le projet de loi de "vigilance sanitaire", qui permet notamment le recours au passe sanitaire jusqu’au 31 juillet 2022.Avec seulement 36% de députés présents, l'Assemblée nationale valide, donc, le texte au nom des deux chambres, malgré l'opposition du Sénat. L’intégralité du régime de "sortie de l'état d'urgence sanitaire", en vigueur depuis fin mai, est aussi prolongée jusqu'au 31 juillet. Le texte contient également une disposition qui autorise les directeurs d'écoles et les chefs d'établissements de collèges et lycées à connaître le statut vaccinal des élèves. Plusieurs parlementaires ont tenté en vain d’obtenir une abrogation sans délai du passe sanitaire tandis que d’autres ont mis en avant les propositions émises par le Sénat, mais en vain.P

 

1- Maintien du passe sanitaire jusqu’au 31 juillet

Le recours au passe sanitaire est permis par une loi adoptée en mai, qui ne l’autorise à l’origine que jusqu’au 15 novembre. Prolonger cette mesure est la principale raison d’être de ce nouveau projet de loi, qui permet d’imposer son utilisation jusqu’au 31 juillet 2022.

Les députés ont inscrit dans le projet de loi une série de critères devant justifier le recours au pass : taux de vaccination, le taux de positivité des tests de dépistage, taux de saturation des lits de réanimation… Mais ils n’ont pas fixé de seuils chiffrés.

Le gouvernement devra présenter au Parlement – au plus tard le 15 février 2022 – un rapport sur les mesures prises, leur impact sur les indicateurs sanitaires et les perspectives. Ce rapport-bilan pourra faire l’objet d’un débat en commission ou en séance publique, ce à quoi s’est engagé le gouvernement, sans satisfaire les oppositions

L’Assemblée nationale a, donc, voté l’ultime mouture du projet de loi de «vigilance sanitaire», conforment aux vœux du gouvernement.

2- Seulement 36% des députés présents

Le vote de l’Assemblée nationale, qui valide le texte au nom des deux chambres, après l’opposition du Sénat, a été acquis par 118 voix pour, 89 contre et une abstention.

L’assemblée comporte 577 députés élus et ce matin seulement 208 étaient présents, soit 67% d’absentéisme !

Plus les jours passent et moins les députés ne daignent se déplacer pour une loi qui constitue, tout de même, une limitation importante des droits et libertés constitutionnels.

L’absentéisme est un phénomène récurrent au sein de l’Assemblée nationale qui nuit à la crédibilité des institutions.

Pendant la dernière campagne des élections législatives, les candidats La République en marche étaient nombreux à dénoncer cette défaillance des parlementaires, promettant qu’avec eux, tout allait changer… ou pas.

3- Prorogation de l’état d’urgence sanitaire

En vigueur depuis juin 2021 pour la France métropolitaine, le régime transitoire de sortie de l’état d’urgence sanitaire est prorogé jusqu’au 31 juillet 2022

C’est la fameuse boîte à outils, dont le gouvernement raffole, qui permet d’ordonner des mesures de restriction, dont le passe sanitaire, à la circulation des personnes, la tenue de manifestations ou encore l’accès aux établissements recevant du public.

En cas d’aggravation de l’épidémie et s’il y avait nécessité de mesures plus lourdes comme un reconfinement ou un couvre-feu, le régime de l’état d’urgence sanitaire pourrait être réenclenché.

Et si ce régime devait être prolongé plus de quatre semaines, il nécessiterait une autorisation du Parlement

Concernant les outre-mer, où la vague épidémique a été forte cet été, le gouvernement a prévu de proroger jusqu’au 31 décembre l’état d’urgence sanitaire en Guyane et en Martinique.

4- Le statut vaccinal des élèves accessible aux directeurs

Jusqu’à la fin de l’année scolaire, les directeurs d’école et les chefs d’établissement du second degré pourront avoir accès aux informations sur le statut virologique des élèves, leurs contacts avec des personnes contaminées et leur statut vaccinal..

Cette mesure avait été retirée par les sénateurs, puis rétablie par les députés. Ses opposants s’inquiétaient d’une “brèche dans le secret médical”.

Le gouvernement la justifie dans un objectif de lutte contre la propagation de l’épidémie, notamment pour prévenir des fermetures de classes ou organiser des campagnes de vaccination.

Cette mesure était présentée pour la deuxième fois, après une première tentative retoquée en juillet.

5- Les oppositions réduites au silence

Au cours des débats, les oppositions de droite comme de gauche ont dénoncé ce projet considéré comme un “blanc-seing” qui “enjambe” les élections présidentielles et législatives.

Une motion de rejet du texte présentée par la France Insoumise, soutenue par les oppositions de tous bords, a été retoquée -71 voix pour, 119 contre – en début de séance.

Le Sénat et les oppositions au Palais Bourbon plaidaient pour la date du 28 février, qui aurait contraint l’exécutif à revenir avant les élections devant les chambres.

Pour le député LR Julien Dive, le pouvoir «a peur d’un débat sur ce sujet à quelques semaines de l’élection présidentielle».

La socialiste Lamia El Aaraje estime quant à elle que «la demande d’un blanc-seing de huit mois est ubuesque» et «joue avec la démocratie».

«Pendant huit mois, tout va pouvoir se décider dans le Conseil de défense en irresponsabilité pénale», affirme le chef de file de LFI Jean-Luc Mélenchon.

Certains des plus hostiles ont aussi redonné de la voix contre le principe du passe et les risques de dérive vers une «société du contrôle généralisé».

Le gouvernement a, lui, rappelé qu’un débat parlementaire sur le sujet aurait lieu autour du 15 février.

«Le contrôle du Parlement est bien présent», assure Brigitte Bourguignon, ministre déléguée auprès d’Olivier Véran.

Sans convaincre les oppositions, qui réclament un examen en bonne et due forme de la politique gouvernementale avec vote décisionnel.

Les Républicains et la gauche ont d’ores et déjà prévu des recours auprès du Conseil constitutionnel.

Abonnez-vous à notre newsletter

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

244 Shares:
9 commentaires
  1. Il serait bien de publier, aux fins de diffusion, par département la liste des députés et sénateurs :
    – ayant voté pour,
    – absents lors des votes
    Chacun ensuite dans son département en ferait son affaire en groupe ou individuellement….
    Il faut bien que la peur change de camp, non ? 😁😎

    1. Vous avez raison, d’autant plus qu’on nous dit : “Les Républicains… ont d’ores et déjà prévu des recours auprès du Conseil constitutionnel.”
      Or on s’aperçoit que seuls 36 députés LR ont pris part au vote sur 103 membres. Où étaient les 67 autres ? S’ils avaient pris part au vote – et voté CONTRE – la loi ne serait pas passée.

  2. Pour réussir une “bonne” dictature il faut bien museler le Peuple !! Macron le fossoyeur n’a certes pas réussi grand chose lors de son séjour à l’Elysée mais les mensonges lui auront permis de mener le peuple à l’abattoir sans récrimination.. Il doit poursuivre son oeuvre de destruction de notre Pays .et d’extermination. les députés godillos sont à sa botte et devront aussi être jugés pour leurs complicités aux crimes

  3. Ras le bol de tous ces hypocrites tous des vendus, tous corrompus ! ils vont saisir le conseil constitutionnel ? Foutaise ! Ce sont la macronie qui est au conseil on a vu ce que ça a donné le 5 août : Validation d’une loi complètement illicite voire inconstitutionnelle ! Les institutions c’est pas la peine pourries jusqu’à l’os ! La liberté, le libre-arbître est un don de Dieu, par la grâce de Dieu c’est aux Français de se battre pour la récupérer !

  4. Les Français vont-ils, tels des veaux à l’abattoir, se laisser mener par le bout du nez vers les prochaines élections pestillentielles ou bien vont-ils sortir de leur profond comas pour déclencher une bonne petite- pourquoi petite d’ailleurs !!!…- révolution ?????……

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer