Témoignages : effets secondaires du vaccin Pfizer… ou coïncidences ? (2)

La réalité des faits a été vérifiée par la rédaction du Courrier des Stratèges. Nous n’incriminons personne et laissons à nos lecteurs le soin de s’interroger sur le drame vécu par ces différentes familles. Après le témoignage de Claire*, nous vous proposons aujourd’hui celui de Céline, 49 ans, professeur des écoles à Toulouse, sans problème de santé particulier malgré un covid contracté durant l’année scolaire.

« Vu la pression quotidienne dont j’ai fait l’objet de la part de mes collègues pour me faire vacciner, j’en ai vite déduit que je ne pourrais plus exercer tranquillement mon métier sans passer à l’acte. Je me suis donc résignée à cette injection, d’abord pour pouvoir exercer tranquillement mon métier. Ni par conviction, ni formellement contrainte et forcée.

Je n’ai reçu qu’une dose, le 3 juin 2021.

Deux mois plus tard, j’ai eu d’importants saignements de l’utérus, qui ont duré plus de deux semaines.

Mon médecin traitant, qui est aussi le directeur d’un centre de vaccination dans la région Toulousaine, n’a pas trouvé la cause de ce problème. Il m’a adressée à une consœur généraliste mais avec une grande pratique de la gynécologie et qui travaille dans le même vaccinodrome que lui.

Les examens qu’elle me prescrit, prélèvement et échographie, sont normaux.

Mais lors de notre second rendez-vous, elle me demande:

  • “Quand vous êtes-vous fait vacciner ?“
  • “Il y a deux mois et demi.“
  • “Ne cherchez plus, c’est ça !“

Elle me dit que cet effet secondaire du Pfizer est très courant. Elle se veut rassurante : c’est courant et connu, donc il n’y a pas de problème.
Je lui demande pourquoi, au moment de ma vaccination, on ne m’a pas informée de cet effet secondaire, pourtant déjà connu depuis des mois. Pas de réponse claire.

Aucun des deux médecins que j’ai consultés pour ce symptôme ne m’a proposé de le signaler à une quelconque autorité médicale.

Le centre de vaccination dans lequel j’ai reçu l’injection ne m’a jamais recontactée non plus pour un quelconque suivi. »

*LIRE – Témoignages : effets secondaires du vaccin Pfizer… ou coïncidences ? (1) – Le Courrier des Stratèges (lecourrierdesstrateges.fr)

Abonnez-vous à notre newsletter

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

166 Shares:
10 commentaires
  1. Arrêt du Conseil d’Etat, si pas d’autre cause démontrée, c’est ce produit:

    Conseil d’État, N° 435323, ECLI:FR:CECHR:2021:435323.20210929
    5ème – 6ème chambres réunies
    Lecture du mercredi 29 septembre 2021
    (…)

    2. Il résulte des termes mêmes de l’arrêt attaqué que, pour rejeter l’appel de M. D…, la cour administrative d’appel a estimé, en se fondant sur les travaux de l’Académie nationale de médecine, du Haut conseil de santé publique, de l’Académie nationale de pharmacie et de l’Organisation mondiale de la santé consacrés aux liens susceptibles d’exister entre l’administration de vaccins contenant des adjuvants aluminiques et le développement de différents symptômes constitués de lésions histologiques de myofasciite à macrophages, de fatigue chronique, de douleurs articulaires et musculaires et de troubles cognitifs, qu’aucun lien de causalité n’avait, à la date de son arrêt, été scientifiquement établi.

    3. Toutefois, en statuant ainsi, alors qu’elle était saisie d’un litige individuel portant sur les conséquences pour la personne concernée d’une vaccination présentant un caractère obligatoire, la cour a commis une erreur de droit. En effet, pour écarter toute responsabilité de la puissance publique, il appartenait à la cour, non pas de rechercher si le lien de causalité entre l’administration d’adjuvants aluminiques et les différents symptômes attribués à la myofasciite à macrophages était ou non établi, mais de s’assurer, au vu du dernier état des connaissances scientifiques en débat devant elle, qu’il n’y avait aucune probabilité qu’un tel lien existe.

    4. Il appartenait ensuite à la cour, après avoir procédé à la recherche mentionnée au point précédent, soit, s’il en était ressorti, en l’état des connaissances scientifiques en débat devant elle, qu’il n’y avait aucune probabilité qu’un tel lien existe, de rejeter l’appel de M. D…, soit, dans l’hypothèse inverse, de procéder à l’examen des circonstances de l’espèce et de ne retenir alors l’existence d’un lien de causalité entre les vaccinations obligatoires subies par l’intéressé et les symptômes qu’il avait ressentis que si ceux-ci étaient apparus, postérieurement à la vaccination, dans un délai normal pour ce type d’affection, ou s’étaient aggravés à un rythme et une ampleur qui n’étaient pas prévisibles au vu de son état de santé antérieur ou de ses antécédents et, par ailleurs, qu’il ne ressortait pas du dossier qu’ils pouvaient être regardés comme résultant d’une autre cause que ces vaccinations.

    (…)

  2. Au moins, vu son âge, Céline n’aura-t-elle pas de problèmes insolubles de fertilité, elle mourra juste d’une maladie orpheline, d’un cancer ou d’un arrêt cardiaque compliqué par des thromboses…

  3. Renseignez-vous aussi sur le montant des primes et rémunérations des “vaccinateurs” à la chaîne !
    Les professionnels de la santé semblent être les individus les plus corrompus de France !
    Avant la santé ce qui compte c’est d’amasser du fric !
    Comme diraient les “Tuches”, du fric, du fric, du fric !!!
    J’espère que ceux-là ne seront pas oubliés le jour du jugement dernier !
    Mais déjà faudrait au moins que les victimes ou leurs familles attaquent en justice tous ces escrocs !

    1. “J’espère que ceux-là ne seront pas oubliés le jour du jugement dernier !”
       
      Yapadrisks, car les deux seules questions qui vous sont posées quand vous revenez à votre état natif sont : “comment as-tu aimé ?” et “qu’as-tu fait pour les autres ?”, la seconde étant suivi de la revue de vie où vous revivez tous les moments clé de votre incarnation, ainsi que tous les sentiments que vous-avez suscité chez les autres par vos actions, paroles, façons d’être, etc…
       
      JP.Sartre a écrit une monstruosité (parmi tant d’autres) : “l’enfer, c’est les autres”, ben non, justement, l’enfer, c’est soi-même et personne d’autre. 🙂

  4. La propagande vaccinale a bien fonctionné dans l’Education Nationale car 89 % des personnels seraient vaccinés. Ceci étant, Professeure des écoles non vaccinée, je n’ai fait l’objet d’aucune pression, ni hiérarchique, ni de la part de mes collègues, et je leur en sais gré. Même le Ministre, rendons-lui justice, n’a pas poussé à la vaccination obligatoire.
    Dans le cas contraire, je m’étais constitué un dossier “anti-vaccination” avec courriers juridiques, puisés notamment sur votre site. Je le garde tout de même sous le coude.
    C’est ainsi que la vaccination aurait dû être considérée, comme un choix personnel respectant le “consentement libre et éclairé” qui constitue un des fondements d’une société démocratique.
    Toute ma compassion pour les victimes, consentantes ou non, de ces injections, et qui vont payer le prix fort par la dégradation de leur santé. Une raison de plus pour se battre contre la folie covidiste, qui va se faire rattraper par le réel, tôt ou tard, comme un boomerang. Nous les anti-pass, les anti-injections, y travaillons d’arrache-pied.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer