L’Europe saisie par ses vieux démons : le triomphe du national-vaccinisme

Par SIDNEY TOUATI – L’Union européenne est dans l’impasse. Son unité est fortement compromise. Depuis le déclenchement de la crise sanitaire, chaque pays s’est replié sur ses frontières, la plupart appliquant une politique qui piétine les principes fondamentaux du droit européen. Par une politique fondée sur la peur, le chantage, on contraint les populations à devenir les cobayes d’un vaccin toujours en phase d’expérimentation.

Le principe fondamental adopté par les Allies après la guerre pour éviter les crimes commis par les nazis, – le consentement libre et éclairé en matière de soins – est piétiné.

La discrimination, la marginalisation, l’exclusion d’une catégorie de citoyens faisant librement usage d’un droit écrit, – le consentement éclairé – sont aujourd’hui devenues la norme.

Un véritable vent de folie vaccinale souffle sur l’Europe. Il est pratiquement impossible de discuter sereinement de ce problème. La vaccination est imposée, sans débat, à une population en état de sidération. Les médecins, les hommes de sciences qui ne partagent pas la doxa officielle, sont insultés, pourchassés, persécutés.

La situation est tellement dégradée, qu’on est en droit de se poser la question:

Osera-t-on une nouvelle fois mettre en œuvre un programme visant à exterminer méthodiquement une partie de la population qui refuse de subir la dictature sanitaire?

De nombreux signes montrent que cette crainte n’est nullement une vue de l’esprit.

Des mesures concrètes sont adoptées pour faire des non-vaccinés en bonne santé, des parias. Une campagne nationale de dénigrement contre ces derniers, est lancée.

Le soubassement de cette campagne est clair, la soumission ou la mort sociale:

  • la généralisation du passe sanitaire, implique l’interdiction de toute vie sociale, culturelle, sportive collective à ceux qui ne le possèdent pas;
  • perte de leur emploi pour les soignants non vaccinés et de nombreuses autres catégories de salariés.

De la mort sociale à la mort tout court:

  • Plus grave, la loi interdit aux non-vaccinés l’accès aux établissements de santé pour les soins non-urgents.

Certains souhaitent qu’on franchisse un nouveau cap et que même en cas d’urgence, ceux qui ne peuvent pas payer, ne soient plus soignés, autrement dit soient voués à une mort certaine. Les médecins qui prônent ces mesures extrêmes ne sont nullement poursuivis pour incitation à la haine, pour violation du Serment d’Hippocrate.

Des soignants, des politiques militent pour que cette mesure soit adoptée. On imagine sans peine le sort qu’ils réservent d’ores et déjà aux malheureux patients non vaccinés qui tombent entre leurs mains!

Le mort saisit le vif.

L’Autriche qui fut l’épicentre du national-socialisme, renoue ouvertement avec une pratique dans laquelle elle joua un rôle pionnier avant la deuxième guerre mondiale: la désignation puis la persécution ouverte de la victime émissaire. L’Allemagne qui fut l’acteur de l’extermination des Juifs d’Europe, est hantée par ses vieux démons. Difficile de survivre si l’on est en bonne santé et non vacciné !

Pratiquant une surenchère, l’Autriche vient d’adopter une loi prononçant le renfermement generale des non-vaccinés. On veut que « ces gens » ne soient plus visible dans l’espace publique; qu’ils soient retranchés de la communauté humaine; qu’ils soient donc enterrés vivants.

On peut craindre légitimement que La campagne délirante faisant de ces derniers les boucs émissaires, soit le préalable à leur exécution pure et simple.

Il est évident que les non-vaccinés les plus sensibles, les personnes âgées notamment, victimes de ces brimades, se laisseront mourir; dans ce climat délirant, il est au demeurant peu probable qu’elles soient réellement prises en charge par les hôpitaux; il est évident qu’on les laissera sciemment, volontairement, mourir sans soins.

De graves manquements sont constatés dans les Ehpad. Le Défenseur des droits a été saisi de nombreuses plaintes (plus de 900 en 2020). Voici ce qu’il constate :

La crise sanitaire liée à la pandémie de la Covid-19 a mis en exergue les difficultés récurrentes auxquelles sont confrontés les EHPAD et les défaillances constatées par le Défenseur des droits. Depuis le début de la crise, l’institution est encore davantage interpellée sur les atteintes aux droits et libertés des résidents en EHPAD, concernant plus particulièrement leur droit au maintien des liens familiaux, leur liberté d’aller et venir et le respect de leur consentement. Certains résidents n’ont pas pu recevoir de visite et ont ainsi été maintenus au sein de l’EHPAD pendant plusieurs mois, en dépit de leur demande ou de celle de leurs proches…

Défenseur des Droits

En filigrane, les séries de mesures adoptées permettent de déceler une intention génocidaire. La gestion de la crise sanitaire, verra-t-elle naitre sur le sol de l’Europe », un nouveau crime contre l’humanité ?

L’Union européenne, « terre de libertés », renoue avec les principes du nationale socialisme. Comme hier, elle est en train de créer les conditions d’une mise sous contrôle de la population par la discrimination, l’exclusion et l’exécution de la victime émissaire désignée : les non-vaccinés.

Quand le contrôle permanent des vaccinés deviendra la norme, quand la société sera dans les fers d’un totalitarisme hygiéniste, il sera trop tard pour réagir. On aura perdu nos libertés et la maîtrise de notre santé et de nos vies.

L’Etat qui contrôle et décide en lieu et place des citoyens, après s’être emparé de leur santé, disposera de leurs biens.

Article de Sidney Touati publié avec son aimable autorisation. La rédaction remercie également Michel Rosenzweig qui a facilité nos démarches.

Abonnez-vous à notre newsletter

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

380 Shares:
11 commentaires
  1. Les non adherents au programme de fidelité pfizer ont rejoint les peuples , irakiens, syriens, afghans, libyiens, qui ont bénéficies de ” nos valeurs” sous tapis de bombes et destruction de leurs pays et à eux les non vaccinés que leur reserve t on? Deja exit la democratie en Lettonie, le sadisme bête mechant et derisoire ( les cadeaux de noel) en Autriche sans qu’une de nos belles ames ne s’émeuvent. La voie est ouverte

  2. Les mensonges s’empilent pour défendre une politique sanitaire qui démontre
    l’échec de la vaccination. Soigner simplement aurait été plus judicieux que tout ce cirque.
    Un chiffre qui en dit long sur l’arnaque, 2% des hospitalisations en 2020 concernaient
    les malades du coronavirus donc 98% concernaient les maladies ou accidents habituels.
    Une cruelle déception concerne le milieu médical qui a accepté par soumission d’oublier
    leur serment d’hippocrate car notamment il leur était facile de refuser la mise en place
    du passe sanitaire à l’hôpital …

  3. Je confirme que les pays d’Europe de l’est sont tellement sidérés par ce que l’UE leur impose comme dictature covidienne qu’ils sont tentés de prendre le large! Je parle evidememnt des peuples et pas des castes oligarchiques qui ont été mises au pouvoir par Soros il y a 30 ans au bénéfices des mondialistes. Les Polonais se sont révoltés par exemple très vite contre la dictature covidienne, dès septembre 2020, ce qui fait que le régime n’a jamais réussi à imposer les confienments, le couvre feu ni la fermeture des PME. Les plus conscients sont les Roumains: ils hallucinent de vivre dans l’UE pire que ce que Ceaucescu leur a fait subir! Ils sont très pro trumpistes et diffusent et traduisent les nouvelles anti covid.Et le pire est la destruction du traité de Lisbonne. La seul chose qui restaient au 200 milions d’Européens de l’est était le droit de circuler en Europe, surtout pour travailler (comme travailleur détaché, et cela j’ai toujours été contre….). Avec le test PCR obligatoire aux frontières, les frontières sont reconstituées comme en 1990! Alors si l’UE ne te rapporte rien, mais n’est qu’une machine à broyer, pourquoi rester? Après tout, les Anglais sont bien partis, sont heureux, ont signé des accords bilatéraux avec tout le monde, (y compris avec la Pologne pour la libre circulation et pour l’importation de nourriture de Pologne vers la Grande Bretagne…). Il ne faut pas oublier que les citoyens de l’ESt n’ont aucun espèce d’attachement pour la construction européenne. Ils ont une autre histoire que l’Ouest. Pour eux “l’Europe c”est pas la paix”. Du nazisme ils ont été bon gré mal gré libérés par les Soviétiques. Ont eu des régimes autoritaires MAIS souverainistes qui ont apporté quelques bienfaits aux populations, puis ils ont voulu la démocratie et la libre entreprise parce que l’Occident des années 80 était bien plus attractif qu’aujourd’hui! Qui voudrait vivre avec un pass sanitaire à présenter à la police toute sa vie! Personne, et encore moins des gens qui ont connu des dictatures… Alors pourquoi ne pas prendre le large et laisser les Occidentaux se débrouiller avec leur merde sanitaire.? Déjà Orban bénéficie d’un regain de popularité, même de la part de la gauche car il a su préserver son peuple des pires dérives covidiennes! Il suffirait qu’un leader lance le slogan d’une sortie de l’UE pour que ca se bouscule à l’Est…

  4. Les tutsis, ces cafards parasites comme les avaient désignés les chefs hutus, sont bien revenus au pouvoir et ont mis fin aux excès totalitaires de leur pays. A quel prix? Les français libres ne doivent pas attendre la fin du quinquenat qui a préparé la dictature. Il doivent agir avant les élections. Macron prépare déjà sa “montjoie”, bannière de ralliement, à défaut d’avoir été capable d’établir une “maison commune” sociale et démocratique.

  5. Bon, vu que les pays de l’UE ont accepté de créer un super “ministère” de la santé au niveau de Bruxelles, prenant la main sur toutes les politiques de santé des pays membres, le plan “passe vert” déjà en cours et les contraintes visant au passe carbone, on est bien parti pour le 4ème reich.

    1. Un candidat LR dit qu’il serait préférable que l’Europe soit française plutôt qu’allemande comme aujourd’hui. Mais le président français actuel nie la culture française.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer