Macron à Vichy : “Je retourne aux sources du passe sanitaire !”

Le passage d'Emmanuel Macron à Vichy soulève la question taboue, mais pourtant si évidente, de la parenté entre le passe sanitaire et le décret sur les Juifs et les Francs-maçons. Depuis 1940, aucun Président n'avait osé introduire une discrimination officielle et de droit entre deux catégories de Français au nom d'objectifs prétendument d'intérêt général.

Macron à Vichy ! quel étrange symbole aujourd’hui, que ce Président de la République pas encore candidat à sa succession qui rompt avec une vieille tradition républicaine. Depuis 1955, aucun Président n’avait osé se montrer à Vichy pour une visite officielle. Et c’est précisément le Président qui a fait voter la première loi de ségrégation depuis 1940 qui s’y rend. Peut-on penser que ce soit le fait d’un pur hasard ? Ou bien a-t-on le droit ou le devoir d’interroger la filiation au minimum juridique entre la loi et les ordonnances sur les Juifs et les Francs-maçons de 1940 et 1941, et la loi sur le passe sanitaire adoptée en août 2021 ?

Sur notre droit à invoquer les heures les plus sombres de notre histoire

On connaît bien le fameux refrain sur l’interdiction de franchir ou même d’atteindre un point Godwin (c’est-à-dire d’évoquer le nazisme ou le régime de Pétain) dans une discussion contemporaine. Mais en fait, on s’en fout. Il y a, dans nos rangs, suffisamment de petits-enfants de la Résistance, et il y a dans leurs rangs, trop d’héritiers de la collaboration qui ont beaucoup à se faire pardonner, même deux ou trois générations plus tard, pour que ces tabous et ces mises à l’index ne nous atteignent. Quand nous parlons de la Guerre, de l’Occupation, du nazisme, nous ne rougissons pas, nous ! et nous ne cherchons pas de faux prétextes pour éluder le sujet. 

Et il est un fait objectif, posé dans les textes, que la loi du 5 août 2021 a introduit entre Français une ségrégation aussi honteuse que les textes de Vichy interdisant aux Juifs et aux francs-maçons d’exercer certains métiers. On s’amusera, d’ailleurs, de lire sous la plume de certains Francs-maçons, ou d’entendre dans leurs bouches, des paroles stigmatisant les non-vaccinés… alors qu’ils sont les premiers à revendiquer l’anonymat pour éviter les persécutions. Comment les victimes de méthodes totalitaires un jour, peuvent-elles prôner ces mêmes méthodes le lendemain, mais pour les autres ?

Comme qui disait, il y a autant de connards chez les Francs-maçons que dans le reste de la population. Celui-là n’a jamais dit aussi vrai…

Les arguments sanitaires de l’antisémitisme repris aujourd’hui par les pro-vax

Il faudrait reprendre patiemment la propagande de l’époque, qui comparait les Juifs à de la vermine, à des rats porteurs de maladie, à des dangers sanitaires, pour mieux comprendre les ressorts profonds, pour ainsi dire reptiliens, sur lesquels s’appuient aujourd’hui les pourfendeurs des non-vaccinés. Mais on ne dira jamais assez que les lois excluant les Juifs et les Francs-maçons ont toutes été adoptées pour “protéger” la majorité contre les maladies que ces gens-là portaient, selon le pouvoir en place. 

Il est frappant de voir que les acteurs ont changé, mais que les rôles restent, et que le scénario n’est guère modifié aujourd’hui. D’un côté, les gentils (Aryens à l’époque, vaccinés aujourd’hui), face aux méchants qui sont un danger physique. Le tempo change, la mélodie demeure. 

D’une certaine façon, avec sa propagande pour le vaccin, Macron a remastérisé sans le dire la propagande qui a patiemment, consciemment, préparé la dialectique génocidaire. Il faut écarter l’autre pour se protéger soi-même, l’autre étant “l’emmerdeur” qui ne veut pas se faire vacciner, et qui amène la maladie dans le groupe. Il y a quatre-vingts ans, on parlait de l’autre qui ne voulait pas se convertir et qui rompait la pureté du groupe. 

Combattre la maladie : qu’elle soit juive, maçonnique, ou non-vaccinée, les armes doivent être les mêmes. Et nous avons vu, dès cet été, où elles commençaient : il faut “attaquer les non-vaccinés au portefeuille”, il faut leur “pourrir la vie”, il faut les confiner. Et nous savons tous, depuis la conférence de Wannsee, où elle finit : dans le génocide, dans l’élimination haineuse, dans la négation de l’humanité de l’autre.

Nous avons donné l’exemple hier, avec le cas de Stéphanie, la preuve très forte que cette négation de l’humanité de l’autre, avait commencé dans l’esprit de certains médecins français. Ceux qui, à l’abri de leur anonymat, du pouvoir que leur confère leur blouse blanche ou la protection de l’État, peuvent d’ores et déjà rougir de leur infâmie. Leur haine de l’autre a attendu l’état d’urgence sanitaire et les droits particuliers, exorbitants, qu’il confère aux fonctionnaires, pour donner libre cours à leur bassesse. Qu’ils comptent sur nous pour qu’elle ne soit jamais oubliée, et qu’elle leur soit rappelée sans mollir lorsque ce pays sera libéré de l’occupation intérieure qu’il subit. 

Quand Macron surfe sur une vieille tradition vichyste

Macron est-il lui-même vichyste ? Autrement dit, est-il porteur de cette idéologie de la refondation de la Nation par l’Etat et par une élite administrative porteuse d’avenir ? Même si nous le pensons profondément, en lui accordant le crédit de “l’inconscience” sur ce point, nous pensons que le problème n’est pas là. 

Le sujet qui nous occupe ne se limite pas aux états d’âme d’un Président quadragénaire probablement plus préoccupé par son poste de sortie (président de l’Europe ?) que par la France et l’intérêt général. Sur ce point, nous n’avons que le Président que nous méritons, et nous avons accepté d’avoir à choisir, en 2017, entre un blanc-bec et une gourde fille à papa. Nous ne défaussons pas de notre inaction et de notre passivité sur un prétendu “système” qui nous empêcherait d’exprimer notre volonté. La vérité est que nous, les Français, avons placé notre volonté de liberté sous le confort d’un surconsumérisme toxique. Pourquoi se battre pour être un loup, quand la gamelle du chien est si goûteuse et sans effort ? Et pour comble, nous pouvons même déplorer d’être dépossédes de notre pouvoir, en trinquant à la santé de ceux qui nous abaissent. 

De cette lâcheté là, Macron n’est pas responsable. 

Le sujet qui nous occupe est de comprendre comment tout un pays libre fait le choix de la servitude en se sentant “protégé” contre lui-même. Pour mieux le comprendre, ou pour mieux souligner l’étendue du mystère, il me semble indispensable de rappeler l’ordonnance de 1941 sur les Juifs :

Le 20 mai 1941, les Juifs n’avaient plus le droit de tenir un café ou un restaurant, ni un certain nombre d’autres métiers. Cela ne vous frappe pas ? ne vous pose pas question ? ne vous interroge pas sur l’arrière-fond culture que la macronie interroge lorsqu’elle interdit aux non-vaccinés d’aller au café ou au restaurant ?

En 1941, beaucoup de Français n’ont rien voulu voir. Personne ne se souvient de manifestations massives dans les rues de la zone non-occupée pour exiger que les Juifs soient réintégrés dans la vie sociale. Pourtant, en 1941, il n’y avait pas de troupes allemandes à Vichy, ni à Nice, ni à Marseille, ni à Lyon. Mais personne n’a bougé, sauf quelques héroïques résistants, tous de droite à l’époque. Car, rappelons-le, le pacte germano-soviétique était encore en vigueur, et les communistes ne sont entrés que plus tard dans la résistance. 

Cette passivité ne vous rappelle rien ?

Le combat qui commence est dans nos âmes

Il existe des moments, dans la vie, où chacun se détermine par rapport à ce qu’il porte en lui, au plus profond de ses tripes et de son âme. Dans ces instants-là, certains trouvent en eux l’amour de l’ordre, ou de l’imitation de l’autre. D’autres trouvent l’amour de la liberté. 

Ainsi est faite l’âme humaine. 

Depuis plusieurs semaines (et même depuis plusieurs mois), ce qui me frappe, c’est le nombre de Français ordinaires, les sans-grades, les sans diplômes, les “rien”, disait Macron, qui trouvent en eux infiniment plus de force pour être libres que les éduqués, les lettrés, les diplômés. Ce sont des gens sans histoire, qui n’ont jamais rêvé d’être des héros, qui possèdent en eux la religion naturelle de la liberté, et qui, dans leur spontanéité et leur authentique vérité, nous montrent la voie difficile à explorer de ce que signifie être soi. 

Ces gens sont des bénédictions qui, parfois dans la crainte et le tremblement, explorent des chemins inconnus d’eux-mêmes, mais qui expriment leur vérité profonde. Ceux-là sont les héros de notre temps, et il faut leur rendre hommage. 

Ils font l’expérience d’une vérité profonde : le combat est, d’abord et avant tout, dans nos âmes. Nous devons tous arbitrer entre liberté et soumission, entre facilité et rigueur, entre obéissance et devoir moral. 

Eux ont choisi. Je leur tire mon chapeau, car je sais que je ne les retrouverai pas à Vichy, si ce n’est pas pour profiter des excellentes eaux minérales de cette ville au charme désuet. Mais on peut profiter des sources sans s’y pervertir. 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

About Post Author

345 Shares:
15 commentaires
  1. Mais bien sûr, Pierre Laval se préparait à reprendre le gouvernement de la Franceil y a juste 80 ans, qu’il obtiendra de Petain le 18 avril 1942, pour renforcer et instrumentaliser le dispositif du pass anti complotiste imposé par une puissance étrangère dominante. Macron espère-t-il vraiment redevenir président le 22 avril 2022? Un faux pas de plus.

  2. Belle mise en perspective mais je doute que Macron – cancre en Histoire – aie vu aussi loin.
    A mon avis, il voulait surtout « faire honte » à Zemmour !
    Il n’a toujours pas déclaré sa candidature (Macron) mais fait campagne sans vergogne.

  3. “Il y a quatre-vingts ans, on parlait de l’autre qui ne voulait pas se convertir et qui rompait la pureté du groupe. ” Non, la définition du Juif était plus ethnique que religieuse et des curés catholiques ont été obligés de porter l’étoile en raison de leurs origines familiales. On peut d’ailleurs se poser la question du statut des vaccinés au fur et à mesure des rappels. La pureté vaccinale sera-t-elle atteignable?
    Pour le reste, je suis d’accord avec vous et la situation actuelle permet de comprendre la fascination de Macron pour les “heures les plus sombres de notre histoire”. Période qu’il n’a pas connu mais dont il est manifestement nostalgique…

  4. Le parallèle de cette dystopie avec Vichy est saisissant. Faut-il en vouloir à la population qui a fait l’objet d’un véritable lavage de cerveau ? Les Français comme d’autres populations des pays développés ont sacrifié leur liberté au nom du consumérisme. C’est d’une extrême lâcheté et ils en paieront le prix fort lorsque la misère et les maladies s’abattront sur eux.

  5. Eh bien, moi je vous tire mon chapeau pour cet article!
    Et ils nous ont ressassé les “heures les plus sombres”. En pure perte semble-t-il.
    Il y a comme un défaut de mémoire et d’intelligence collective.
    La pureté raciale a fait place à l’hygiénisme sanitaire.
    Ce que beaucoup de savent pas, c’est que les nazis, du moins ceux qui n’ont pas été punis “pour l’exemple” sont entrés dans la clandestinité en 1945, ont été recyclés dans des réseaux plus ou moins opaques, par exemple les réseaux stay behind de l’Otan qui ont perpétré des attentats en Europe, ou dans des recherches “médicales” aux Etats-Unis (dans le cadre de l’opération Paperclip. Ou encore dans les structures mêmes de l’UE (fondée par Monnet, Schuman et Hallstein, ancien nazi).
    Le fascisme n’est donc pas mort après 1945, il a réintégré les cercles qui l’ont engendré, c’est-à-dire les mondialistes du XIXe, qui ont soutenu à la fois les travaux de Karl Marx et de Karl Ritter qui sont les deux faces du même totalitarisme voulu par une élite financière. C’est cette oligarchie qui a monté l’opération Covid-19, aidée par toutes sortes de réseaux et d’institutions présentables mais en réalité aux méthodes mafieuses.
    Les principes idéologiques du nazisme n’ont donc pas disparu. Sous le vernis d’institutions supranationales, ils se sont au contraire mêlés à la puissance d’entreprises multinationales pour dépouiller peu les Etats de leurs prérogatives et les peuples de leur souveraineté.

  6. Macrouille a été secrétaire de Paul Ricoeur, petainiste notoire. Ça laisse des traces.

    Ségrégation fondée sur la biologie, exclusion de la vie économique et sociale. Ensuite pogroms et génocide.

    Le monde des vaccinopathes pue la haine.

  7. Cet acharnement contre le “régime de Vichy” en général et contre Philippe Pétain en particulier montre bien le lavage de cerveau pratiqué par “l’école de la république” particulièrement depuis la”Libération ” suivie de l’ “Épuration” (!!!) aussi bien en ce qui concerne l’Histoire que les sciences, la politique ou les religions… Nous fustigeons à raison les médias mainstream , mais nous acceptons comme parole d’évangile le récit que nous servent depuis plus de 75 ans des politiques, historiens, philosophes, vendus, ignorants (volontaires ou involontaires) qui n’ont jamais réellement aimé la France.
    Et pourtant les ouvrages des historiens sincères et impartiaux ne manquent pas, sur les périodes difficiles, il faut juste faire des recherches car il sont évidemment occultés par le pouvoir maçonnique secondé par des idéologues vicieux ou débiles.

  8. Il me semble (et je suis même certain) qu’affirmer que les résistants en 1941 étaient “tous de droite” relève de l’erreur historique, et qu’il y a eu, dès la défaite de 1940 des résistants communistes qui sont entrés en résistance et ont été effectivement à l’encontre de la ligne de PCF qui, pacte de non agression oblige, a suivi la ligne de Moscou avant sa dissolution.

  9. J’adore « pour mieux comprendre les ressorts profonds, pour ainsi dire reptiliens, sur lesquels s’appuient aujourd’hui les pourfendeurs des non-vaccinés », car on revient toujours aux expériences de Asch et de Milgram comme vous l’avez évoqué ici cette année sur le CDS, qu’on peut compléter avec la théorie du bouc-émissaire de René Girard, existant aussi chez les tribus de singes.

    Reptilien c’est clair, même chez les artistes, où le réflexe de survie leur a fait dire n’importe quoi lors de cette crise dès que l’obligation vaccinale (interdite par le Code de Nuremberg pour une situation d’AMM en phase 3), puis la 9ème Ordonnance du 8 Juillet 1942 ont refait surface… Quand j’ai vu cela, je me suis dit « c’est l’erreur de trop ! » Ben non. Le courage, j’en suis désolé, n’est pas le propre des saltimbanques (Mitterrand, Montand, Signoret et la liste de Ropartz)… Ce sont des grandes gueules qui crient « pas de vagues ! »

    Une autre célébrité française d’envergure internationale, Sartre, affirma que « nous n’avons jamais été aussi libres – ou « heureux », je ne sais plus – que pendant l’Occupation ! »

    La plupart des collabos, de tous temps, restent sur leur base de zone de confort : boulot, amis, doxa dominante, du pain et des jeux… Les Peuples sont fondamentalement aveugles volontairement, syndrome de l’autruche, ont peur, ne sont pas fondamentalement mauvais dans la presque majorité. Mais s’en remettent aux « Résistants » pour faire le boulot à leur place. Ils tourneront immédiatement casaque le jour où les blindés américains défileront le matin devant le zinc puis sur les Champs : dès lors, ils feront partie des 85% de Français qui étaient Résistants pendant la crise, juste parce que ce sera la nouvelle mode. Et on se tapera dans l’dos, et on s’fera des compliments et on recevra des médailles…

  10. Comment le virus Omacron, le seul d’ailleurs qui rend malade les Français, engeance en putréfaction morale, peut-il à nouveau réclamer le mandat électoral des Français après ces 5 années de folie ? Je pense pour ma part que sa physiopathologie destructrice a commencé dès mai 2012, quand il était secrétaire général adjoint de l’Élysée chargé de l’économie, puis Sinistre de l’Économie.

  11. C’est systématique, les plus haineux envers les acteurs des plus hoteux drames de l’humanité sont ceux qui dans des conditions parallèles agiraient exactement comme eux à l’époque. C’est un déni du conscient qui mis à l’épreuve dans des conditions de massification ne perd pas l’occasion de se lâcher.
    Dans cette veritable crise de civilisation que nous traversons je ne comprend pas le silence des psiquiatre et autres psychanalystes dans l’interprétation de ce qui se passe. Ce n’est qu’un scénario de ribambelles du refoulé auquel nous assistons. Une large partie de la population des pays de capitalisme avancé est actuellement en situation d’ANOMIE.

  12. Vous reprendrez bien un petit biais pour la route ?
    Biais d’ancrage: ils nous ont menti, ils continueront.
    Biais de confirmation: persévérance dans l’erreur quelles que soient les données statistiques.
    Biais de disponibilité: difficulté à assimiler de nouvelles informations.
    Biais d’attribution: tendance à tirer des conclusions hâtives.
    Biais d’engagement : effet de halo et effet râteau et surtout l’effet Dunning-Kruger (effet de surconfiance, biais cognitif par lequel les moins qualifiés dans un domaine pourraient surestimer leur compétence).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer