Conseil communal de Middlekerke (Belgique) : le maire renonce au masque, un conseiller municipal porte plainte

Mercredi 8 décembre, lors du conseil communal, le maire (bourgmestre) de la commune de Middlekerke, en Belgique, Jean-Marie Dedecker a refusé de porter le masque buccal. Son comportement a irrité le conseiller municipal Robin De Lille qui a fini par quitter l’assemblée. Ce dernier a aussi décidé de déposer une plainte auprès du gouverneur de Flandre occidentale.

Un scandale au conseil communal

En Belgique, le bourgmestre Jean-Marie Dedecker ne cesse de défier les mesures sanitaires mises en place dans le but de lutter contre le Covid-19. En avril dernier par exemple, il a installé des terrasses sur la digue de la commune alors que l’arrêt des activités était encore en vigueur dans le secteur de l’Hôtellerie, de la Restauration et des Cafés   (Horeca).

Mercredi 8 décembre, lors du conseil communal, il est encore allé à l’encontre des “règles sanitaires”. En effet, il est venu à la réunion sans porter de masque. Pourtant, les règles imposent obligatoirement le port du masque  en intérieur.

Le conseiller communal écologiste, Robin De Lille a protesté. Mais M. Dedecker est resté sur sa position. Irrité, le conseiller Groen a quitté la réunion.

Une plainte déposée auprès du gouverneur de Flandre occidentale

En bon soldat de l’ordre sanitaire, Robin De Lille a expliqué que les règles sanitaires en vigueur imposent le port du masque durant la réunion. Les participants peuvent le retirer uniquement lors d’une prise de parole. Répétant la propagande de la peur, Monsieur De Lille pense que le comportement de M. Dedecker est “irresponsable”. Et tel un bon soutien de la tyrannie sanitaire, il a fait un scandale et quitté la salle. 

Le conseiller communal écologiste ne pouvait pas un rester là: l’étape suivante, dans une dictature, c’est la dénonciation. C’est pourquoi Monsieur De Lille  a ajouté qu’il se trouvait dans l’obligation de porter plainte.  Il estime que suite au comportement irresponsable du bourgmestre Dedecker, il ne pouvait pas faire son travail “en toute sécurité”. La langue de bois des liberticides!  L’affaire est désormais entre les mains du gouverneur de Flandre occidentale, Carl Decaluwé.

Abonnez-vous à notre newsletter

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

2 Shares:
2 commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer