Fillon bis : l’affaire Benalla peut-elle empêcher Macron de se présenter ?

L'affaire Benalla vient de rebondir, avec une mise en garde à vue qui tombe à pic et qui fleure bon le remake de l'opération de déstabilisation dont François Fillon fut victime en 2017. Après trois ans de "sommeil", le dossier tordu du contrat entre Benalla et un oligarque russe proche de Poutine vient d'être exhumé. Il met aussi en cause Vincent Crase, "ancien" des services secrets devenu premier salarié d'En Marche, qui avait présenté Benalla à Macron et lui avait donné sa caution morale. Quand la justice déterre un dossier qui pue le barbouze quelques semaines avant une élection présidentielle, on s'interroge forcément sur l'arrière-fond du dossier... et sur les arrière-pensées des magistrats.

La mise en garde à vue d’Alexandre Benalla, quelques jours après la conférence de presse d’Emmanuel Macron sur la Présidence Française de l’Union Européenne, et dans la foulée des premières opérations électorales, sonne forcément avec des accents très particuliers. On ne peut ici s’empêcher de rapprocher le timing de ces opérations avec l’affaire Fillon, où les accusations avaient plu au bon moment pour discréditer le candidat républicain et ouvrir la voie à Emmanuel Macron.

Garde à vue de Benalla : une odeur de barbouze

Resituons d’abord l’affaire dans son contexte. Du temps où Alexandre Benalla était chargé de mission (mais personne n’a jamais exactement su de quelle mission il s’agissait) à l’Élysée, un autre chargé de mission, Vincent Crase, dont nous avons détaillé le CV en son temps, avait créé une société de “conseil”, spécialisée dans les gros contrats de sécurité. 

Personne ne sait exactement combien de temps cette société a agi dans l’ombre de l’Elysée, semble-t-il. Mais il est étonnant qu’un barbouze proche du Président ait proposé à Alexandre Benalla de fortes sommes pour protéger un oligarque russe. L’affaire est d’autant plus surprenante que, selon Alexandre Benalla, le contrat n’aurait duré que trois mois et aurait permis le paiement… d’une somme importante sans qu’aucune prestation ne soit délivrée, puisque le dit milliardaire n’a pas mis les pieds en France durant cette période. 

Tout cela est trouble, et il est un peu surprenant, tout de même, que les proches d’un Président à la tête de l’un des cinq membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU aient des relations si proches et si lucratives avec un proche d’un autre chef d’Etat détenteur d’un siège. Autrement dit, qu’un proche de Macron soit employé par un proche de Poutine pose quand même une sacrée question diplomatique, voire de sécurite nationale. 

L’étrange calendrier de la justice

Mais, ce qui intrigue dans ce dossier, ce n’est pas seulement le fond des relations entre Crase, Benalla, et l’entourage de Poutine. C’est surtout le calendrier que la justice choisit pour “faire parler” Benalla à l’occasion d’une garde à vue. Comme l’indique la presse subventionnée, en effet, le dossier donne lieu à enquête depuis près de trois ans. C’est au début de l’année 2019 que le Parquet s’est ému d’un contrat aussi étrange, conclu en juin 2018. Et, pendant toute cette période, le dossier semble avoir moisi au fond d’un placard.

Et hop ! les élections approchent, Emmanuel Macron devrait être candidat… et le dossier ressort subitement. Il est difficile de ne pas imaginer qu’au minimum depuis le début du mois de février 2019 où ils se sont intéressés au dossier, les juges n’aient pas eu à l’esprit que les élections présidentielles auraient lieu au printemps 2022. Choisir l’inaction pendant près de trois ans, et l’excitation cinq mois avant l’échéance soulève question. 

Les habituelles malchances d’Emmanuel Macron

Les semaines qui viennent nous diront si le Président fera l’objet des mêmes manoeuvres indélicates que François Fillon (et quelques autres), avec une transmission à la presse, en temps quasi-immédiat, des procès-verbaux d’audition. Mais, dans tous les cas, on remarquera une étrange récurrence dans les malheurs hivernaux d’Emmanuel Macron. 

Ainsi, l’interpellation de Benalla intervient-elle quelques jours après la conférence de presse où le Président a remis le couvert, une fois de plus, sur la nécessité d’une défense européenne. Accessoirement, lors de cette conférence de presse, Emmanuel Macron a déçu les partisans d’un renforcement de l’Europe

En 2019, à la même époque, Emmanuel Macron avait aussi abordé la question de la défense européenne indépendante. Quelques jours plus tard, les syndicats de salariés avaient lancé la plus longue grève depuis la fin de la guerre

En novembre 2018, Macron avait proposé la création d’une “vraie armée européenne”. Quelques jours plus tard, la crise des Gilets Jaunes éclataient. 

On verra si 2022 interrompt le cycle de la malédiction de l’armée européenne. Face à lui, Macron compte désormais Valérie Pécresse, candidate plausible à l’Elysée… Rien n’exclut que la caste mondialisée préférerait s’appuyer sur elle plutôt que sur le turbulent élève Macron. 

Participez au combat !

Rejoignez les actions de shaming de Rester libre ! L'association qui lutte pour nos libertés. Donnez 5 min de votre temps pour les faire reculer.
200 Shares:
4 commentaires
  1. Pécresse est une planche pourrie mais il serait surprenant qu’elle ne puisse pas être tenue par la barbichette par ceux qui viendraient à lui chauffer la place . A moins que la vente d’Alstom ne vienne troubler le jeu et nous réserve des surprises …

  2. L’intention est bien la même mais je doute qu’une affaire Benalla, seule, ait le même effet destructeur sur maqueron que les poursuites du cabinet nouarr sur le couple Fillon en 17. D’abord parce qu’il n’y a aucune surprise, aucune nouveauté. Ensuite parce que Benalla renforcera l’attrait des classes populaires pour le président sortant. Les classes populaires feront l’élection de 2022, pas la caste. Ou plutôt la caste a besoin d’un président populaire qui rassure et protège. Je m’attends donc à un virage sur l’aile de maqueron qui scénarisera son chemin de Damas vers le peuple façon peplum. De chirac il fera sienne la devise « Ma démagogie vous surprendra » pour battre Valerie détresse à son propre jeu, dès le premier tour.

  3. L’attrait des classes populaires pour benallah! Dans les banlieues peut etre aupres la racaille surement mais pas aupres des classes populaires. Petit parvenu comblé de privileges par le couple de parvenus élyséens.
    Je déplore que la justice se fasse “l’arbitre des elegances” mais il serait assez jubilatoire que macron tombe par là ou il a pecher: raid judiciaire et formidable campagne de pub de la presse unanime.

  4. C’est peut-être autre chose qui va empêcher Macron de se présenter. L’affaire “Brigitte” est en train d’exploser. Au moins le peuple se rendra compte du degré de mensonge et de mépris de l’exécutif.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer