Affaire Epstein : le procès de Ghislaine Maxwell va-t-il éclabousser des personnalités de haut rang ?

Le procès de Ghislaine Maxwell, accusée d'avoir participé à un vaste trafic sexuel avec son ex-compagnon, le milliardaire défunt Jeffrey Epstein, a démarré lundi 29 novembre à New York. On a beaucoup parlé d’autres noms qui pourraient apparaître au cours du procès, notamment celui de Bill Clinton qui a effectué deux voyages avec Maxwell et Epstein. Une autre ombre planera sur ce procès : celle du prince Andrew.

Néanmoins, le “petit livre noir” des contacts de Ghislaine Maxwell ne sera pas rendu public, la défense et l’accusation dans son procès en ont convenu.

De femme mondaine à « prédatrice sexuelle » présumée.

Deux ans après le suicide en prison du milliardaire accusé de nombreux crimes sexuels Jeffrey Epstein, le procès de son ex-compagne Ghislaine Maxwell a commencé, lundi 29 novembre, à New York.

Maxwell, âgée de 59 ans, est détenue aux États-Unis depuis l’été 2020 et encourt la prison à vie au terme de débats qui doivent durer six semaines, pour que les douze jurés déterminent si elle a participé au vaste trafic sexuel dont était accusé l’homme d’affaires, mort en prison en 2019.

La riche Maxwell, éduquée à Oxford, est la fille du magnat de la presse britannique Robert Maxwell, décédé en 1991 après être tombé de son yacht – nommé Lady Ghislaine – près des îles Canaries. Robert Maxwell, dont les avoirs à l’époque comprenaient le New York Daily News, faisait face à des allégations selon lesquelles il avait illégalement pillé les fonds de pension de ses entreprises. 

Ghislaine Maxwell détient les nationalités américaine, britannique et française et s’est vu refuser à plusieurs reprises la libération sous caution à l’approche de son procès.

Selon l’acte d’accusation de 24 pages, Maxwell aurait été impliquée « dans l’exploitation et l’abus sexuels de plusieurs jeunes filles mineures par Jeffrey Epstein ». De 1994 à 2004 environ, Maxwell a « aidé, facilité et contribué à l’abus de jeunes filles mineures par Jeffrey Epstein, notamment en aidant Epstein à recruter, préparer et finalement abuser de victimes dont Maxwell et Epstein savaient qu’elles avaient moins de 18 ans ». Certaines victimes n’avaient que 14 ans.

Les victimes mineures ont été sollicitées et/ou abusées dans plusieurs endroits, y compris la propriété d’Epstein à Manhattan, la résidence d’Epstein à Palm Beach, le ranch d’Epstein au Nouveau Mexique et la résidence personnelle de Maxwell à Londres. Epstein et Maxwell auraient encouragé et incité « une ou plusieurs victimes mineures à se livrer à des actes sexuels rémunérés avec Epstein » en fixant des rendez-vous pour des « massages ».

Douze jurés et six suppléants ont été sélectionnés lundi pour entendre le cas de Maxwell. Ils ont été choisis parmi un groupe de 40 à 60 jurés potentiels qui ont réussi l’interrogatoire initial. Le jury a prêté serment après que la juge de district des États-Unis, Alison Nathan, ait réglé les conflits d’horaire potentiels impliquant deux jurés.

Une relation proche entre Maxwell et Bill Clinton.

L’amitié de Maxwell et Epstein avec Bill Clinton remonte au moins à 1993 lorsqu’ils ont assisté à une réception à la Maison Blanche où ils lui ont serré la main alors qu’il était président.

Selon les journalistes Alana Goodman et Daniel Halper, qui ont écrit un livre sur Epstein intitulé ” A Convenient Death : The Mysterious Demise of Jeffrey Epstein “, Maxwell était en fait la raison pour laquelle Clinton s’associait au pédophile.

Le livre affirmait que Clinton et Maxwell avaient une liaison et que c’était à elle qu’il s’intéressait, plutôt qu’aux jeunes filles et mineures d’Epstein.

Selon la journaliste Vicky Ward, Maxwell faisait partie du parti officiel de B.Clinton et a même séjourné dans le même hôtel que lui.

Ward révèle les détails dans ‘Chasing Ghislaine’, et affirme, aussi, que Maxwell a utilisé Clinton pour quitter Epstein dans les années 2000 lorsque sa relation avec le financier se refroidissait.

Dans le podcast, Ward déclare: “Je n’ai appris que récemment de sources proches de Bill Clinton que lui et son équipe post-présidentielle considéraient Ghislaine comme tout aussi importante que Jeffrey, sinon plus ».

“Elle était la personne de référence pour les demandes financières “pour l’argent de Jeffrey par la Fondation Clinton, puis la Global Initiative”

Ward révèle que l’ancien président a volé à bord du jet d’Epstein, surnommé le “Lolita Express”, en février 2005 lors d’une visite au Japon, à Taïwan et en Chine.

Bill Clinton aurait également volé à bord d’un jet privé appartenant au milliardaire Ron Burkle avec Maxwell comme passager lors d’un voyage en Inde en novembre 2003. Cette visite faisait partie du travail de B.Clinton avec la Fondation Clinton, son initiative philanthropique, pour réduire le coût des médicaments contre le SIDA.

Maxwell était considéré par le personnel de Bill Clinton comme «tout aussi important» qu’Epstein pour collecter des fonds pour la Fondation Clinton et était la «personne de référence» lorsqu’il s’agissait de demander des dons au milliardaire soupçonné de pédophilie.

Les journaux de vol ont montré que Bill Clinton avait effectué au moins 26 voyages à bord du «Lolita Express», même s’il avait apparemment abandonné ses services secrets pour au moins cinq des vols entre 2001 et 2003.  

La période où Epstein et Clinton étaient les plus proches – le début des années 2000 – coïncide avec la période où Epstein a été accusé d’avoir dirigé un réseau de trafic sexuel.

Ward a couvert l’affaire Epstein pendant près de deux décennies, d’abord pour Vanity Fair et maintenant dans son rôle de journaliste de CNN.

Elle a écrit un profil d’Epstein pour Vanity Fair en 2003, mais les détails de ses allégations d’abus de deux jeunes sœurs ont été omis après qu’Epstein a contacté son éditeur, Graydon Carter, affirme-t-elle.

B.Clinton a toujours nié toute implication dans une quelconque criminalité et a affirmé qu’elle n’avait jamais visité l’île privée d’Epstein dans les Caraïbes, comme certains rapports l’ont suggéré.

Mais les liens entre les deux semblent avoir été forts et il y avait des liens financiers et sociaux qui duraient depuis de nombreuses années.

L’ombre du Prince Andrew plane sur le procès.

Une autre ombre planera sur ce procès : celle du Prince Andrew, qui a rencontré Jeffrey Epstein via Ghislaine Maxwell, cible depuis août d’une plainte au civil à New York pour « agressions sexuelles » déposée par une Américaine, Virginia Giuffre.

Mme Giuffre, qui s’appelait auparavant Virginia Roberts, allègue qu’Andrew l’a forcée à avoir des relations sexuelles non désirées au domicile de Maxwell à Londres

Le duc d’York, qui assure ne « pas se souvenir » avoir rencontré son accusatrice, peine à expliquer l’existence d’une photo sur laquelle on le voit souriant, le bras autour de Virginia Roberts, avec Ghislaine Maxwell en arrière-plan.

Le prince Andrew, 61 ans, avait précédemment nié avoir effectué de fréquentes visites au domicile d’Epstein en Floride, bien que l’ancienne gouvernante Juan Alessi ait affirmé qu’Andrew avait passé «des semaines à la fois» dans la propriété lorsqu’il y travaillait.

Des sources ont averti que la révélation d’une photo fièrement affichée au domicile d’Epstein était “incroyablement dommageable” pour le royal assiégé.

Virginia Giuffre ne fait toutefois pas partie des quatre plaignantes contre Ghislaine Maxwell pour ce procès pénal à Manhattan, et l’accusation devra faire preuve de prudence pour évoquer d’autres noms et dossiers.

Le «livre noir» de Ghislaine Maxwell ne sera pas publié.

La juge Alison Nathan a statué devant le tribunal fédéral de Manhattan que seules de petites parties du répertoire seraient publiées sous scellés.

Il s’agirait d’une version du tristement célèbre livre de 97 pages de Jeffrey Epstein contenant les noms et adresses de près de 2 000 dirigeants mondiaux, célébrités et hommes d’affaires et des anciens présidents américains.

Beaucoup de personnes nommées dans le livre ont nié toute allégation selon laquelle ils auraient participé à des abus sexuels. 

En 2015, des pages du livre d’Epstein ont été publiées par le site d’information en ligne Gawker, mais de nombreux contacts ont été expurgés.

Le répertoire aurait été pris dans la villa d’Epstein et de Maxwell à Palm Beach par l’ancien majordome Alfredo Rodriguez qui en a fait des copies avant de tenter de le vendre à un agent infiltré du FBI. 

La décision de ne pas inclure le répertoire de Maxwell au tribunal a été prise par les deux équipes juridiques et sera un coup de pouce majeur pour la défense.

Quelques pages seulement, étiquetées “pièce GX52” ont été mentionnées dans le dossier de l’accusation après que le juge eut mis en garde contre la suppression de nom “inutile”.

Seul le petit extrait visé au tribunal sera publié comme pièce sous scellés, ce qui signifie qu’il n’est visible que par la défense, l’accusation et le jury. 

Damian Williams, un avocat américain du juge Nathan, a déclaré dans une lettre consultée par The Telegraph : ” Il n’est pas proposé pour la vérité des faits qui y sont affirmés, et vous ne pouvez pas le considérer à cette fin. »

138 Shares:
3 commentaires
  1. Dommage que cela ne soit pas rendu publique, j’ai cru voir ici ou là, d’autres noms ,il y en a peut être en France: c’est parfois par ricochet que l’on peut aussi faire bouger la pyramide .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer