Feu vert de la Commission européenne, Novavax dans les starting-blocks pour la course aux vaccins anti Omicron

La Commission européenne vient d’autoriser à titre conditionnel la mise sur le marché du vaccin contre le Covid-19 élaboré par Novavax, nommé Nuvaxovid. C’est le cinquième vaccin approuvé par l’Agence européenne des médicaments (EMA) et utilisé dans l’Union européenne (UE).

Un vaccin sûr et efficace selon Ursula von der Leyen

Avec la propagation rapide du variant  B.1.1.529 l’intensification de la vaccination serait la meilleure solution pour protéger la population selon la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Le vaccin Novaxovid de Novavax vient donc compléter la liste des vaccins autorisés dans l’Union européenne. La Commission a décidé d’autoriser sa mise sur le marché suite à une recommandation scientifique de l’EMA. L’agence des médicaments a affirmé l’innocuité, l’efficacité et la qualité du vaccin après une évaluation approfondie.

Satisfaite de l’autorisation du Novaxovid, Ursula von der Leyen a déclaré « Il s’agit du cinquième vaccin sûr et efficace entrant dans notre portefeuille de vaccins, qui offre aux citoyens européens une protection supplémentaire bienvenue contre la pandémie ».

De son côté, la commissaire à la santé et à la sécurité alimentaire, Stella Kyriakides, a indiqué que le Novaxovid de Novavax est le premier vaccin protéique autorisé en Europe. Ce nouveau vaccin de Novavax est obtenu grâce à des copies de la protéine spike qui ont été développées et cultivées en laboratoire. Il sera essentiellement administré en deux doses.

Elle a également lancé un appel aux citoyens pour qu’ils se fassent vacciner.  Le discours officiel est toujours le même: cela serait la meilleure garantie contre les nouvelles infections et les variants. 

Environ 100 millions de doses du vaccin Novaxovid disponible à compter de 2022

Pour rappel, la Commission européenne a signé un contrat d’achat du nouveau vaccin Novavax le 4 août 2021. A compter du premier trimestre de l’année 2022, la société Novavax fournira jusqu’à 100 millions de doses du Novaxovid à l’UE. Le contrat autorise également les Etats membres de l’UE à acheter 100 millions de doses supplémentaires entre les années 2022 et 2023.

Avec l’arrivée de la  5ème vague et l’identification du  variant Omicron, les laboratoires sont dans les starting-blocks de la course aux vaccins.

Albert Bourla, le DG de Pfizer a déclaré  « Pfizer et BioNTech s’attendent à être en mesure de développer et de produire un vaccin sur mesure contre ce variant dans environ 100 jours, sous réserve de l’approbation réglementaire. »

Le président de Moderna s’est exprimé dans le Financial Times que la Biotech américaine avait besoin de plusieurs mois encore pour mettre en place un vaccin spécialement conçu contre Omicron, et ce, en quantité importante.

Les laboratoires pharmaceutiques en connivence avec les autorités sanitaires nous préparent chaque jour au leitmotiv du tout vaccinal. Selon eux, seule la politique de la vaccination obligatoire nous protègerait non seulement des formes graves du covid et des contaminations. Mais elle nous préserverait également d’un nouveau confinement. Elle est la condition d’un retour à la normale.

Pourtant, on s’étonne de voir que toutes ces discussions ignorent la question de l’efficacité du vaccin. Alors que tous les pays européens ont des taux de vaccination supérieurs à 60% de la population, on est au cœur d’une cinquième vague. On parle même de sixième vague avec Omicron.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, au cours de la semaine du 1er au 7 novembre 2021, l’Europe a représenté plus de 60%(1.949 419 personnes) des nouvelles infections de Covid-19 dans le monde malgré une vaccination de masse.

54 Shares:
10 commentaires
  1. D’après ce que j’ai pu lire il ne contient pas d’Arn donc ne touche pas au génome mais il est basé sur la protéine spike donc thrombose et blessures du tissu endothelial dans une moindre mesure que les Arn mais bon pas top

  2. Très sûr, comme J&J, AstraZeneca et Moderna…
    Avec le même recul que Pfizer…
    Là encore, et comme pour le passe, c’est le principe qui doit être refusé car reposant sur l’affirmation fausse qu’il n’existe pas de traitements.
    Le but est évident: convaincre les récalcitrants avec un nouveau produit. C’est l’acceptation du principe d’abonnement vaccinal qui est visé car indispensable au totalitarisme numérique.

  3. Les gouvernements des pays riches cherchent une sortie par le haut : un vaccin innoffensif (genre plasma sanguin enrichi), pas cher à produire, tout bénéfice. Pfizer a eu son compte. Ils peuvent encore surfer la décrue de la pandémie.

    1. Oui, tout à fait d’accord avec vous ! Pourquoi l’UE favorise les vaccins américains au détriment du vaccin européen Valneva qui semble le plus inoffensif pour notre organisme car basé sur la technologie traditionnelle de virus inactivé ?? 100 millions de doses de Novavax en 2022 contre 20 millions de doses pour Valneva, cherchez l’erreur… Nous ne défendons même pas nos startups biologiques, quelle honte !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer