Israël: le projet Témoignages libère la parole des nombreuses victimes d’effets secondaires graves de la vaccination anti-COVID

The Testimonies Project (projet Témoignages) est un projet consacré au recueil de témoignages sur les effets secondaires consécutifs à la vaccination anti-COVID en Israël. Le pays a été pionnier dans le recours à la vaccination (essentiellement avec le produit Pfizer). Il est - tragiquement - pionnier également en ce qui concerne les effets secondaires graves voire mortels. Médias, classe politique, autorités sanitaires ont refusé d'en parler. Mais le nombre de victimes de cette vaccination devient tellement important que des citoyens ont décidé de collecter les témoignages; beaucoup des victimes souhaitent rester anonymes mais il y a eu cependant assez de personnes pour faire un documentaire. Ce film d’une durée d’environ une heure donne la parole aux patients et leurs proches, qui ont vécu les effets indésirables du vaccin Pfizer. La peur d'éventuelles représailles l'a emporté sur le désir de transmettre et dissuader ceux qui s’apprêtent à se faire vacciner. Ou conforter les récalcitrants soumis à une forte pression sociale. Le vaccin anti-Covid utilisé en Israël est à l’origine de lourds effets secondaires pour de nombreux patients : accidents cardio-vasculaires, troubles de la menstruation, saignements et fausses couches, maladies neurologiques, déclenchement de maladies auto-immunes…Est-il besoin de préciser que la société israélienne est l'une des plus avancées du monde en matière éducative et scientifique? C'est précisément l'amour de la connaissance et la confiance dans la science qui ont poussé ces personnes à témoigner pour dire les méfaits d'injections qui n'ont pas été testées suffisamment et alerter sur la légèreté d'autorités sanitaires qui font passer le profit des uns et le pouvoir des autres avant la santé des individus.

Le site et le film peuvent être trouvés sous l’url https://www.vaxtestimonies.org/fr/

Nous prévenons nos lecteurs que ces témoignages sont éprouvants. Mais quel meilleur moyen pour sortir de la froideur de la parole officielle et du climat sécrété par la froideur des décideurs de tous nos pays? Il est sûr que l’on ne sort pas indemne de ces témoignages. mais c’est largement parce que les gouvernants de nos pays tendent, depuis dix-huit mois, à nous déshumaniser, à nous faire perdre l’usage de la raison et de l’empathie. Retour chez les humains, donc ! Faites connaître le Projet Témoignages.  Diffusez le plus largement possible ce film. Il peut sauver des vies ! 

Pour rappel Israël , pays adepte du tout vaccinal, a toujours été en tête en matière de vaccination. En décembre 2020, il a été le premier pays à avoir lancé une campagne de vaccination massive. Pour obtenir les doses de vaccins nécessaires, l’Etat hébreu a établi un accord avec Pfizer. Depuis, les effets secondaires sont vite apparus.

Effets secondaires cardio-vasculaires graves

NIR, un jeune homme de 27 ans. a accepté de témoigner. En juin, pour pouvoir partir en vacances avec son amie, il a décidé de se faire vacciner. A la deuxième dose, les ennuis commencent. Le jeune homme a été hospitalisé une semaine après sa deuxième injection Pfizer. On lui diagnostique une myocardite. Mais les effets secondaires ne vont pas s’arrêter là. Ce seront une hausse de température, les jambes paralysées à certains moments, l’impression que le côté gauche du corps est paralysé, une sensation d’engourdissement …jusqu’au jour où sa mâchoire a été totalement paralysée, l’empêchant de parler. Il a été hospitalisé une seconde fois, sa maladie cardiaque se confirme. Aujourd’hui, il est incapable de travailler.

Comme lui, ELINOR, une femme de 41 ans, et qui n’a jamais eu d’antécédents cardiaques, a vécu le pire. Cette femme sportive, très active, se retrouve aux urgences deux semaines après sa deuxième dose de vaccin Pfizer. Des douleurs apparaissent à la poitrine, puis aux épaules et aux mains, les douleurs s’intensifient. Elle part pour une consultation en urgences ou on lui diagnostique une péricardite après un électro-cardiogramme. Depuis, le mal empire, elle a les membres engourdis et vit une fatigue permanente. Cette mère de famille qui n’a jamais eu de problèmes cardiaques auparavant est aujourd’hui obligée de prendre des médicaments pour soigner son cœur.

D’autres ont eu moins de chances: MEIR, ce père de 66 ans, a perdu son fils d’une vingtaine d’années, dont la médecine avait maîtrisé les crises d’épilepsie et à qui on n’avait pas contre-indiqué le vaccin. Meir raconte avec une grande dignité la mort brutale de son fils et la fulgurance des effets secondaires du vaccin. Son fils était, grâce au traitement contre l’épilepsie, un bon vivant, un sportif. Malheureusement, à la deuxième dose Pfizer, 2 mois après l’injection, on l’a retrouvé un matin écroulé à côté de son lit. Il n’a pas pu être sauvé. Le rapport de l’ambulance a conclu à une mort par arrêt cardiaque.

D’autres ont vécu le retour de leurs anciens soucis cardiaques comme, AVRAHAM, 58 ans intendant de synagogue.  Fréquentant beaucoup de monde de par sa position, il n’avait pas hésité à se faire vacciner. À peine une semaine après sa première dose, il est victime de palpitations cardiaques en pleine nuit durant 2 semaines. Il voit récidiver son problème d’arythmie. Alors que cela fait des années qu’il ne prend plus de médicaments, et fait beaucoup de sport. Après consultation chez un médecin, on l’encourage pour la deuxième dose vaccinale. Selon le médecin, ses symptômes ne sont pas liés au vaccin. Après la deuxième dose, pourtant, les problèmes d’arythmie surviennent dans le sommeil ou en pleine journée. Avraham est victime de fatigue persistante. 

Saignements et fausses couches

Nous avons évoqué dans nos colonnes les troubles menstruels post-vaccins, INESA , une femme de 39 ans, a témoigné dans ce film, sur les effets indésirables du vaccin qu’elle a vécus. Quelques jours après son injection, elle a ressenti de fortes douleurs et des saignements pendant presque deux semaines, puisune absence de règles pendant 2 mois. Femme très active, sportive et n’ayant pas d’antécédent de santé, Inesa voit son corps s’affaiblir , en déclarant, « avec le vaccin, je suis passée de la santé à la maladie » . Elle constate de jour en jour la faiblesse de système immunitaire en ressentant chaque jour une fatigue inexplicable et usante

Autre témoignage de MEYTAL 34 ans: elle a fait une fausse couche juste après sa deuxième dose de vaccin. Depuis elle a des problèmes de saignement. Désemparée, elle ajoute face à la caméra , « C’est juste horrible, horrible, il faut arrêter cette vaccination une fois pour toutes ». Beaucoup de femmes de son entourage ont été victimes de fausses couches comme elle suite au vaccin, ajoute-t-elle.

Maladies déclenchées

SMADAR, une femme d’une quarantaine d’année, ,a fait une un choc anaphylactique immédiatement après sa première dose. Elle a passé 5 jours aux urgences. Depuis, son corps ne se remet pas, d’autres effets secondaires apparaissent : palpitations, affaiblissement, engourdissement, goût métallique dans la bouche, incapacité à se tenir debout un certain temps…dernièrement, on lui a diagnostiqué une inflammation des nerfs suite à des douleurs au niveau de la bouche, de la mâchoire et des oreilles. On lui a diagnostiqué une fibromyalgie. Elle a des problèmes de respirations … « Je me sens sans espoir, je ne sais pas quoi faire ».

OSNAT , femme de 37 ans, vaccinée à cause de son travail, se plaint du retour de son problème d’endométriose qu’elle n’arrive plus à gérer. Suite à sa vaccination (deuxième dose) son endométriose a empiré. C’est une maladie qu’elle avait eue à l’âge de 16 ans mais qui était sous contrôle. Cependant,  ajoute-t-elle,« avec le vaccin j’ai perdu le contrôle de mon corps ». Et d’ajouter « avec ce vaccin, J’ai l’impression de m’être fait avoir…. J’ai plus peur de la douleur de l’endométriose que du COVID ». Selon elle, de nombreuses femmes avec une endométriose ont souffert d’une aggravation suite au vaccin.

Nous laissons nos lecteurs explorer par eux-mêmes le Projet Témoignages. Chacun de ces cas est unique et poignant, même si les témoignags sont regoupés par types de maladies:

  • MALKA, LIMOR, GALIT atteintes de problèmes dermatologiques graves;
  • ORTAL qui raconte comment son mari a soudain perdu ses cheveux, avant d’être atteint d’une arthrite sévère; 
  • CHAYA qui, à 46 ans, a eu la machoire déformée par un accident neurologique et est si affaiblie qu’elle a perdu toute autonomie, comme mère de famille; elle conclut, avec un humour très noir: “J’ai déjà donné mon corps à la science. Qu’ils n’osent pas s’approcher de mes enfants!”
  • ALI, homme de 41 ans, qui a fait deux accidents vasculaires et dit attendre le troisième, en espérant qu’il apportera la délivrance !  
  • YECHIEL, homme de 48 ans,  atteint de troubles auditifs sévères jusqu’à ce que l’on découvre que l’hémisphère gauche de son cerveau est endommagé, causant des douleurs aiguës, des spasmes musculaires. 
  • NURIT, femme de 45 ans ou ORIT, de onze ans sa cadette, femmes sportives à qui, désormais, les troubles neurologiques consécutifs au vaccin font du moindre effort une véritable souffrance. Nurit raconte comment elle a été renvoyée de médecin en médecin jusqu’à ce que l’un d’eux lui pose une simple question: “Combien de temps après la vaccination vos symptômes sont-ils apparus?””. Depuis lors, elle est membre de groupes fermés Facebook où, raconte-t-elle, des centaines de personnes partagent leur expérience d’effets secondaires.  
  • AMI, 64 ans. ou ROTEM, une jeune femme qui a très exactement la moitié de son âge, racontent comment leur vision est atteinte depuis la vaccination.  
  • GILAD, 82 ans, un vieil homme qui était encore énergique, attend maintenant la mort avec philosophie et fait juste remarquer qu’aucun des responsables politiques  qui a décidé de la vaccination ne viendra à son enterrement.

Tous ces témoignages sont profondément émouvants mais le plus poignant de tous est peut-être celui de SHIMON, qui évoque le décès récent de sa sœur de 25 ans, SARAH, une fille pleine de vie qui, une semaine après sa première dose a commencé à avoir des maux de têtes de plus en plus terribles. Hospitalisée, elle a été opérée pour qu’on lui ponctionne du liquide qui s’était mis dans le cerveau. Mais le chirurgien, maladroit, a touché l’artère principale. Réopérée, elle est morte une semaine et demi après. Shimon a beau contenir son émotion devant la caméra, son regard dit tout le désespoir d’un frère qui a vu partir en trois semaines, sa sœur, empoisonnée sur injonction gouvernementale puis charcutée par un chirurgien – comme la médecine de 2021 avait complètement perdu sa boussole.  

Sarah est morte sacrifiée sur l’autel du capitalisme de connivence, achevée par un chirurgien qui avait oublié son métier. Pour ceux qui ont des yeux pour voir et des oreilles pour entendre, il y a de quoi crier justice et souhaiter que soient démis de leurs fonctions des responsables indignes. 

Le Projet Témoignages est comme le début du soulèvement d’un peuple qui a le sentiment d’avoir servi de “rats de laboratoire” – selon l’expression utilisée par plusieurs des personnes ayant accepté de témoigner. 

About Post Author

2K Shares:
12 commentaires
  1. Je suis scandalisée par ces témoignages insupportables.J espère que tous ces gouvernements vont prendre conscience de ce déferlement de morts et de ces cas d effets secondaires importants..Il faut que cette vaccination s arrête avant que de dégâts plus importants ne soient commis..Messieurs les grands réfléchissez avant de commettre l irréparable..!!!!

    1. ces gouvernements ont parfaitement conscience de la dangerosité de ces produits. ils savent pertinemment ce qu’ils font. leur but est de réduire la population drastiquement et gagner un maximum d’argent. le vaccin est là pour les aider à y parvenir. (cf les déclarations de Bill Gates qui orchestre tout ce processus macabre).

  2. De telles initiatives se multiplient, mais tant que pravda-tv n’en dira rien ou que c’est tellement exceptionnel que c’est négligeable, tout va bien. Des personnes sont “malades comme un chien” après une injection et vont chercher la suivante…. De nombreux médecins dont dans le déni et affirment “aucun lien” avant même que l’on pose la question…
    Reste que ceux qui pilotent cette folie ne peuvent ignorer ce qui se passe… S’ils continuent, c’est volontaire. Il ne faudra pas qu’ils puissent échapper a la justice, une fois de plus.

  3. Chaque vaxx a signé une décharge par laquelle il acceptait librement toutes les conséquences des injections. Aucun recours n’est possible contre les auteurs du pseudo-vaccin, ni contre les états qui ont accepté de prendre le risque des dommages à la place de big-pharma. Un loi d’indemnisation des victimes serait la bienvenue, quoiqu’il en coûte!

  4. publié le 19/11/2021 :https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/covid-19-10-000-australiens-demandent-une-indemnisation-a-cause-des-effets-secondaires-du-vaccin-7518592: le gouvernement australien pourrait être obligé de débourser une somme pouvant atteindre au moins 50 millions de dollars australiens afin de dédommager les personnes ayant subi des effets secondaires .Les autorités ont entendu la demande et annoncé la mise en place d’un portail en ligne dès décembre pour recueillir ces demandes. Selon une avocate spécialisée dans la négligence médicale, ces indemnisations pourraient atteindre un montant « vraiment élevé », notamment pour les patients ayant subi un accident vasculaire cérébral ou une inflammation cardiaque.En France aussi ceux qui ont subi doivent se rapprocher des avocats et associations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer