Passe vaccinal : coup de théâtre, levée de séance et ras-le-bol des députés

Par Lauriane B. – Olivier Veran avait annoncé qu’il passerait la nuit à défendre le projet de loi « renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire ». Depuis quelques jours les parlementaires faisaient des paris autour de la durée de l’examen du texte. Aux alentours de minuit, il restait plus de 500 amendements à examiner. La présidente Annie Genevard demande un vote sur la prolongation des débats et lève la séance.

Mathilde Panot et Nicolas Dupont-Aignant rappellent la bienséance.

C’est la député LFI Mathilde Panot qui ouvre le bal en prenant la parole aux environs de 22h pour rappeler qu’en commission des lois, il y avait moitié moins d’amendements à discuter et que les débats avaient commencé à 14h30 pour finir à 2h du matin. Elle précise qu’elle a le sentiment que l’Assemblée « donne l’impression qu’on vote ce texte en catimini ». La présidente commence par lui répondre que ce n’était pas la première fois qu’une loi était étudiée la nuit et que l’emploi du temps parlementaire du lendemain ne permettait pas d’être plus flexible sur le calendrier. Elle admet cependant « l’exercice est difficile et je ne suis pas certaine que nous y parviendront ».

Nicolas Dupont-Aignan, député non-inscrit, revient à la charge plus tard dans la soirée et demande à la présidente de se raviser. Il interroge l’Assemblée sur l’absence dignité dans le fait priver de libertés des millions de français entre minuit et 6h du matin. Il rappelle l’importance de l’image donnée de la représentation nationale « au moment où le prestige de notre Assemblée perd beaucoup de son aura ».

A la surprise de tous, la présidente de séance demande une suspension afin de consulter présidents des groupes. En application de l’article 50 alinéa 5 du règlement de l’Assemblée Nationale, cette dernière demande aux députés de se prononcer sur la tenue des débats au-delà de minuit. Dans la cohue générale, les parlementaires n’étant pas tous à leur place, elle compte les votes à mains levées, évènement quasi-inédit et tout de même quelque peu burlesque.

Un passage en force en demi-teinte pour la majorité.

Le ministre de la santé est censé être auditionné par le Sénat à 17h30 demain. Comme évoqué dans un article précédent, le gouvernement avait prévu une promulgation de la loi au 15 janvier 2022, en ne tenant absolument pas compte des potentiels imprévus de la navette parlementaire et du délai de saisine et d’examen du Conseil constitutionnel. C’est le premier caillou dans la chaussure dans le parcours de l’exécutif jusqu’ici. Il appartiendra maintenant à la conférence des présidents de déterminer les conditions dans lesquelles le texte sera réexaminé.

Malgré l’effet de surprise de la situation, il ne faut cependant pas se faire de grandes illusions sur l’adoption du texte. Il faut bien admettre que le gouvernement s’est retrouvé en partie lâché par sa majorité sur la suspension des débats mais LREM, le groupe Agir Ensemble et le Modem ont déjà fait connaitre leur intention de voter en faveur du projet de loi, tandis que les députés communistes, LFI et RN se sont positionnés contre. La surprise peut toujours venir du groupe Socialiste et apparentés et de LR qui n’ont pas tous l’intention de suivre les consignes de vote de leur parti politique respectif.  

Les députés de l’opposition souhaitent faire passer un message plutôt que faire la révolution.

Un seul homme décide seul à l’aide d’un conseil de défense de toutes mesures sanitaires depuis le début de cette crise et les parlementaires veulent, un peu tard (voire trop tard), rappeler qu’on ne peut pas se passer du débat démocratique. Les oppositions veulent imposer leur timing et ne pas se voir encore et toujours réduire leur temps de parole à peau de chagrin. Il faut dire que le projet de loi va vraiment loin cette fois (notamment concernant la vaccination des mineurs) et que les députés se sont déjà laissés amadouer avec les soi-disant mesures temporaires du passe sanitaire, puis leur extension dans le temps et à la vie quotidienne.

Ce texte entraine aussi une forte tension dans la société et l’ensemble des parlementaires, majorité inclue, l’a bien compris. Certains ont reçu des injures et menaces de mort, comme a pu en témoigner Stéphanie Rist entre autre, qui a décidé de porter plainte. C’est sans doute en ayant tous ces éléments à l’esprit qu’Annie Genevard a pris la décision d’organiser un vote sur la prolongation des débats.

Olivier Veran jouera certainement l’alarmiste en prochaine séance et insistera sur l’urgence de prendre des mesures de protection pour les français dans un contexte sanitaire catastrophique afin de reprendre la main.

Shamez avec nous pour les faire reculer !

Le shaming consiste à faire honte publiquement à quelqu'un pour son comportement. C'est l'une des techniques que Rester libre ! utilise pour dissuader les vaccinés d'abuser de leur pouvoir sur les non-vaccinés. Vous aussi, donnez cinq minutes de votre temps chaque semaine pour participer aux campagnes de shaming.
164 Shares:
12 commentaires
  1. Oui, c’est juste un caillou
    Mais force est de constater que NDA et Mathilde Panot ont tenté de remettre l’église au centre du village. Leur argumentation respective tient la route contrairement à celle du camp d’en face

  2. J’ai toujours été fasciné par la facilité avec laquelle les gens abandonnent leur souveraineté et reconnaissent à ces “parlementaires” une queconque légitimité pour décider à leur place de leur propre avenir.
    Cet asservissement mental qui ne date pas d’hier est proprement stupéfiant.
    C’est pour cela que nous en sommes là.
    A delaisser notre pouvoir en des mains inéxorablement mal intentionnées.

    1. Entendu , mais tu proposes quoi ?
      Les règles dites démocratiques actuelles donnent un grand pouvoir à quelques personnes suivants leur conviction personnelle et la pression subie de leur parti et groupe parlementaire

      Des référendums , le dernier date de 2005 et l’on connait la suite

  3. Une liste à mémoriser des votants pour et contre, comme lors du Vote des Pleins Pouvoirs à Pétain dont certains préfèrent taire aujourd’hui la présence de leurs pères, par honte, puis l’indignité nationale ad eternam, et puis enfin, s’ils ne comprennent pas l’abomination nazie de leur texte, la corde. La France devient folle avec ces maboules. Il y a urgence à les extraire de leurs postes et positions, députés, élus, fonctionnaires, ministres et président. Et nettoyer toute cette fange comme celles d’Augias !

    1. L’assemblée qui a votée les pleins pouvoirs à Pétain est la même élue pour le Front Populaire en 1936 !
      En fait la IIIème république a été gangrenée du début à la fin, notamment par les francs-maçons, mais aussi par toutes sortes de systèmes de corruption des “élus”.
      Les “radicaux” et “radicaux-socialistes” en étaient les champions !
      La IVème n’était guère mieux.
      Seules les période avec de Gaulle et Pompidou (au début) ont été relativement épargnées.
      Mitterrand, en bon politicien de la IVème, a relancé le système, ce qui a complètement gangrené la Vème très rapidement, avec les derniers “présidents” qui n’étaient que des marionnettes.

  4. Si ceux qui se sont déballonnés depuis 2 ans s’imaginent prolonger leurs carrières politiques avec ce genre de cinéma j’ai bien peur qu’ils en soient pour leurs frais . Aucun de ceux qui votent ce texte ou, comble delâcheté s’abstiennent doivent disparaitre du paysage politiques . Macresse, oups Pécron, re-oups… Macron et Pecresse doivent se faire laminer au présidentielles et tous les LR qui ont suivi le facho de l’Elysée doivent se trouver dans le même cas aux prochaines législatives .

  5. Personne pour s’intérresser à celà (je n’ai que la maj de 03 2019) : la trame du canevas du pass vaccinal sur lequel chaque Etat membre peut pour l’instant, broder à sa façon et à son allure:
    https://ec.europa.eu/health/sites/default/files/vaccination/docs/2019-2022_roadmap_en.pdf
    Et HERA , initié par l’achat groupé de ces néovaccins et l’ opportun Qrcodage des personnes doit se mettre en place le 28 02 2022: perte de “souveraineté” sanitaire nationale, en cas de crise sanitaire. Ursula (acheteuse) et Christine (payeuse) sont à la manoeuvre et prêtes à prendre les rennes, quelque soit l’issu du vote “démocratique” des instances françaises. Souvenez-vous de Ph.BAS qui, au “hasard” proposait de limiter “raisonnablement” le pass sanitaire au 28 02 2022, plutôt qu’au 31 juillet 2022.

  6. Voilà :”With the new HERA, embedded in a stronger EU health security framework, the EU and its
    Member States will take a major step forward in building a strong European Health Union
    that meets citizens’ expectations.
    The European Parliament and Council are invited to endorse and support this approach, in
    order to make HERA an operational reality in the EU in the shortest possible timeframe.
    There is no time to waste.” Nous non plus …:
    https://ec.europa.eu/health/sites/default/files/preparedness_response/docs/hera_2021_comm_en.pdf
    PM: ce pass vaccinal devait permettre une pharmacovigilance renforcée (par ex / PGR : traçabilité des lots en cas de… malfaçons et réactivité du devoir d’alerte)
    Au chiffrage du quoiqu’il (nous) en coûte, pour ce pass vaccinal et sa propagande, ils en sont où à l’ONIAM ? Et dans les autres Etats membres EEA et non EEA =30 pays européens ?
    https://www.data-like.com/

  7. PLANNING MacKinsey :

    1/ puisque malgré leur grossières provocations ils n’ont pas réussi à susciter une révolution populaire qui leur aurait permis des arrestations massives et la loi martiale (justifier le « gouvernement » par « conseil de défense »)…

    2/ …ils basculent dans la stratégie B pour obtenir le résultat souhaité : mettre sur le dos des non-vax la responsabilité de l’hécatombe des vax qui est prévue de commencer fin janvier (et se saura malgré les confinements) jusqu’à mai 2022

    3/ pour pouvoir ainsi justifier d’interner les non-vax en psychiatrie/prison sous qualification d’irresponsables/criminels (=>déchéance des droits civiques =>mise sous tutelle)

    4/ donc Macron et ses acolytes chauffent la salle (depuis les Gilets Jaunes) pour pousser les vax à se laisser embarquer dans des pogroms organisés sur les non-vax.

    5/ Arrive le BUG dans le planning : ils croyaient que leurs députés-larbins allaient leur offrir comme d’habitude leur « loi » totalitaire sur un plateau lundi, d’où la rage des chancres Véreux et Casse-tête face aux députés qui ont résisté… aux horaires de nuit, et le pétage de plomb face à Martine Wonner.

    6/ L’article-étincelle prévu pour allumer le chaos (Macron : « Oui je suis un usurpateur et j’emmerde les Français ») sort quand même le lendemain sur le Parisien conformément au planning initial : psy-op dévoilée.

    7/ MacKinsey, remboursez !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer