Comment et pourquoi devenir objecteur de conscience vaccinale ?

Je vous ai annoncé hier que je me réclamais dorénavant du statut d'objecteur de conscience vaccinale. Je vous explique aujourd'hui comment vous pouvez vous-même en bénéficier, à quoi sert ce stattut et comment vous en servir. Assez analysé, il faut agir ! Désormais chacun de vous peut devenir l'acteur efficace et pertinent d'une révolution tranquille... A vous de jouer !

Je vous ai parlé hier de l’objection de conscience vaccinale, et je vous explique aujourd’hui comment en bénéficier vous-même. 

Pour la petite histoire, j’ai commencé à vous en parler depuis un certain temps, puisque j’avais évoqué l’idée de créer ce statut dès le mois de juillet ! Il faut parfois un peu de temps pour que les idées mûrissent et arrivent à point. 

Il me semble que l’adoption du passe vaccinal constitue le bon moment. 

Je vous ai d’ailleurs dit comment Diane Protat et les avocats engagés dans la résistance avaient soufflé cette idée aux sénateurs, idée combattue par les horribles républicains Philippe Bas et Bruno Retailleau. 

Les bonnes idées sont combattues par la caste mondialiste et ses sbires, mais elles restent intactes dans l’âme française. 

Je vous propose de les mettre en pratique à votre tour. 

Objection de conscience vaccinale : vous aussi, devenez des héros de la résistance !

Pour que, vous aussi, vous puissiez rejoindre les rangs des objecteurs de conscience vaccinale, je vous ai concocté un kit facile d’utilisation sur le site de Rester libre !

Vous pouvez l’utiliser gratuitement, mais c’est vrai que ce serait top si vous pouviez adhérer à l’association (10€ la cotisation, ça va…). Pour l’instant, l’association compte 4.000 membres et très exactement 45.027€ collectés. 

Sur cette somme, nous avons utilisé 15.000€ pour développer l’appli de voyage pour non-vax (qui va sortir la semaine prochaine), 5.000€ de frais informatiques divers, et nous nous réservons un compartiment de 10.000€ pour lancer des actions en justice. 

Bref, il nous reste un petit 15.000€… 

Compte tenu de la charge de travail, il est indispensable que nous puissions recruter rapidement un permanent dans l’association. Il faut réserver une tranche de 60.000€ chargés pour le financer, au minimum.

Idéalement, pour être à l’aise, nous avons besoin de 6.000 adhérents supplémentaires !

Donc, si vous aussi, vous voulez devenir des héros de la résistance, n’hésitez pas à cotiser. Ainsi, vous recevrez le PDF de la déclaration d’objection de conscience vaccinale sans vous inscrire au moindre site américain qui met des PDF à disposition…

Que faire avec sa déclaration d’objection de conscience ?

Une fois que vous disposez de votre déclaration d’objection de conscience, vous devez la remplir !

Ensuite, chaque fois qu’un commerçant ou un fonctionnaire vous demande votre passe vaccinal, vous présentez votre déclaration d’objection de conscience et vous observez la réaction. 

Je vous rappelle ici que l’objection de conscience vaccinale, appelée objection de conscience séculière par la Cour Européenne de Sauvegarde des Droits de l’Homme dans son arrêt Vavricka du 8 avril 2021, s’applique directement en France. 

Violer les droits d’un objecteur de conscience est une discrimination passible de trois ans de prison et de 45.000€ d’amende. 

Si le commerçant ou le fonctionnaire refuse d’obtempérer, filmez ou enregistrez la scène, et saisissez le juge. 

Transformer la déclaration d’objection de conscience en arme de guerre

Si vous voulez que la déclaration d’objection devienne l’arme de guerre dont nous avons besoin pour faire plier le gouvernement, il faut en revanche que vous donniez un minimum d’ordre à vos énergies spontanées. 

  1. Constituez des équipes locales d’au moins 5 objecteurs de conscience
  2. Rendez-vous ensemble dans un commerce ou une administration particulièrement inciviques
  3. Filmez la scène où le préposé vous refuse l’accès aux locaux malgré votre déclaration. Ne vous laissez aller à aucune provocation, aucune insulte, aucune violence, aucune agressivité
  4. Envoyez les images de cette opération activiste
  5. Saisissez le juge judiciaire pour discrimination avec notre aide et demandez d’importants dommages-intérêts
  6. Faites connaître votre action, elle dissuadera les commerçants et les fonctionnaires de votre région de résister à vos demandes. 

Souvenez-vous d’une chose : restez calmes, toujours, et prenez le temps d’agir de façon concertée. C’est la meilleure façon de venir à bout du système. 

Et surtout, tenez-nous informés de ces opérations en nous écrivant sur :

objectiondeconscience@protonmail.com

Pour des raisons de surcharge de travail, faites des mails brefs et explicites. Evitez de surcharger la boîte avec des anecdotes inutiles. 

Nous sommes là pour vous aider, mais aidez-nous en retour. 

Moi aussi, j'objecte conscience

Rejoignez le rang des objecteurs de conscience vaccinale. Agissez concrètement pour la résistance. Montez de la mine, descendez des collines ! Le moment est venu.
560 Shares:
32 commentaires
  1. En regardant Cnews (l’heure des pros), je viens de réaliser qu’il existe un autre angle d’attaque qui, bizarrement, n’a pas encore été exploité, la discrimination de personne en fonction de leur qualité (et là, ça se télescope de plein fouet avec la constitution), puisque les politocards n’ont pas l’obligation de fournir un auweis jaune à l’entrée de l’AN…

  2. La Douma de Russie vient d’enterrer le Passe Sanitaire avec QR code, donc c’est :

    RUSSIE, USA, BRÉSIL, INDE, JAPON, MEXIQUE, UK, ALLEMAGNE, SCANDINAVIE, PAYS-BAS, ESPAGNE, EUROPE DE L’EST, etc. (les losers sans Passe Sanitaire et QR Code)

    contre

    FRANCE, ITALIE, AUTRICHE, CHINE, CORÉE DU NORD, etc. (les winners avec Passe Sanitaire et QR Code)

    C’est sûr, on va gagner !
    Avec le gamin, c’est certain, on va gagner…
    Ah, Véran et Castex sont plus là en mai ? Ah bon !
    Mince s’ils sont plus là, la France va perdre…
    Ouin, ouin !

  3. Curieux tout de même que de dénoncer, à juste titre, les hommes de Davos et leur projet avancé de gouvernance mondiale et cibler étroitement un Pass sanitaire ou vaccinal qui ne sont qu’un des outils des précités.
    Même piège que l’islam, d’un côté le gentil islam, de l’autre les méchants islamistes (voire islamistes radicaux, dixit Castex, un peu comme les nazis, il y en avait des plus radicaux que d’autres…) et à la fin on se retrouve avec l’islam, gentil ou pas.
    La France a relabélisé le Green-Pass en Pass sanitaire ou vaccinal, les autres membres de l’UE ont conservé l’original. La France envoie toutes les données de son Pass à l’UE.
    Quand le Pass vaccinal ce sera épuisé tout seul, le thème aura changé, le Pass lui restera.
    Tu te trompes de croisade et c’est d’autant plus surprenant que ton analyse globale est très pertinente, cher Éric.
    PS pour ceux que ça intéresse données récentes :
    65 balais, non vacciné, Covid, en auto médication : Ivermectine 3*3mg en une prise + Azythromycine 250mg *2/jour + cortisone 2.5mg/jour. Ma fièvre est montée à presque 40. À l’heure où j’écris ces lignes, tout semble revenir à la normale (en 48h). Et même si le truc venait à déraper, comme je l’ai dit à un Diafoirus, je préfère mourir chez moi au milieux de mes oliviers et mes chats que vivre à l’hôpital.

  4. “Tu te trompes de croisade et c’est d’autant plus surprenant que ton analyse globale est très pertinente, cher Éric.”

    Exact….je l’avais dit moi-même d’une autre façon! proposer un passe “objecteur de conscience” c’est que Eric effectivement rate ça cible…car paradoxalement en faisant cela il accepte et valide de fait le principe du passe vaccinal! il faut attaquer de front et se concentrer sur les d-dimères et le code alphanumérique (MAC) qui apparait via le bluetooth/smartphone des injectés!

    1. Moi j’aimerais bien qu Éric diffuse une première vidéo de son action en tant qu objecteur de conscience , par exemple en essayant d’entrer dans un hôpital, par exemple l hôpital Curie , ou un autre … Merci par avance

    2. Bonsoir,
      D’une certaine façon, je suis d’accord avec vous : le terme “vaccinal” est significatif en lui-même ; je proposais une formule de type “objecteur de conscience médicamenteuse”.
      Cependant, la notion “d’urgence sanitaire” est également à relever : selon le site “Vie Publique”, au 05 Janvier 2022, “L’état d’urgence sanitaire a pris fin le 1er juin 2021 en France métropolitaine”… !
      Il me semble donc que :
      – non seulement il n’est pas opportun de parler “d’urgence sanitaire”
      – mais encore serait-il utile de rappeler qu’aucune loi ne fait obligation d’être inoculé.
      De plus, compte tenu des assertions de Vie Publique : serions-nous en situation d’abus de pouvoir ?
      …ce qui modifierait fondamentalement la donne.

  5. heuuuu…. je reviens car au cas ou vous ne le savez peut-être pas la France a
    décidé de recourir à l’article 15 de la Convention européenne des droits de l’homme, qui
    permet de déroger à certains droits énoncés par la Convention lorsqu’un pays est en état d’urgence!
    En clair ça veut dire que le “passe” d’objecteur de conscience vaccinale serait irrecevable devant la cedh lorsqu’un pays est en “état d’urgence” comme la France..donc pour parler trivialement ou l’aurait dans l’os! :)….. si on peut me confirmer ou infirmer. Merci.
    La source ici : → → → https://www.echr.coe.int/documents/fs_derogation_fra.pdf

    1. Bonsoir,
      Vous dites que la France aurait usé de son droit à dérogation au sens de l’Art. 15 de la CEDH : je n’en trouve aucune trace (https://www.coe.int/fr/web/conventions/concerning-a-given-state-or-the-european-union-?module=declarations-by-state&territoires=&codeNature=8&codePays=FRA&numSte=&enVigueur=true&ddateDebut=05-05-1949&ddateStatus=01-18-2022) ; il n’y est question que de 1985 = Nouvelle Calédonie et 2015-2017 = Bataclan.
      En fait, le lien que vous donnez est incomplet puisqu’il ne fait que développer des considérations d’ordre général sur les dispositions de l’Art. 15 de la CEDH
      Quelques réserves à ce propos :
      1) Cette “dérogation” constitue un Droit pour les Etats qui, en principe, ne sont pas obligés de l’invoquer auprès du Conseil de l’Europe ; est-ce que la France n’userait plus de courtoisie envers le Conseil de l’Europe …à l’heure où elle préside le Conseil de l’Union européenne ?!
      2) L’Etat d’Urgence tel qu’il existait en 2015 est tombé dans le droit commun en étant banalisé : le revers de la médaille est qu’il en est quasiment permanent et peut difficilement être invoqué en tant que tel ;
      3) La France a un volet d’Etat d’Urgence Sanitaire dans le Code de la Santé, mais peut-on dire que le contexte actuel répond aux conditions dudit Art. 15, à savoir “en cas de guerre ou d’autre danger
      menaçant la vie de la nation” ?
      Il est loin d’être certain que la France ait d’une façon quelconque recouru à cette dérogation ; par contre en cas de litige, il n’est pas exclu qu’elle puisse s’en prévaloir (en tant que droit) sans qu’elle l’ait invoqué.

    2. Vu les lacunes béantes en droit des criminels contre l’humanité gouvernementaux, que ça soit en droit local ou en droit international, et l’étendue de leur bêtise crasse, il y peu de chances, parce que :
       
      * “un État ne peut prendre des mesures dérogeant aux obligations prévues par la Convention que dans la stricte mesure où la situation l’exige”
      -> Il faut _prouver_ le caractère d’urgence de la dérogation (cf les 4 contentieux exposés dans le PDF), et pas par des paroles en l’air, par un argumentaire comportant des chiffres véridiques publiés internationalement, et vu que ces aimables esthètes cassent le thermomètre à chaque fois que ça ne leur sied pas, ça va être coton, tout comme d’essayer de manipuler très maladroitement les stats comme ils le font depuis l’année dernière.
       
      * “les dérogations ne peuvent pas être en contradiction avec les autres obligations découlant du droit international”
      -> Dans ces obligations, il y a l’objection de conscience (jurisprudence s/ jugement Polonais) et la déclaration du conseil élargi de l’ue, qui reprend le code Nuremberg en interdisant formellement toute administration de médicaments sans obtenir un consentement _éclairé_ du patient ET qui re-précise que si le patient dit non, c’est non.
       
      * “ainsi, l’article 15 § 2 de la Convention interdit toute dérogation au droit à la vie, sauf pour les cas d’actes licites de guerre, à l’interdiction de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants, à l’interdiction de l’esclavage et de la servitude et à la règle « pas de peine sans loi »”
      -> Ceci souligne le précédent point, car la mise à l’écart du personnel soignant non-piqué sans solde s’apparente à la fois à une torture et surtout, à un traitement dégradant.
       
      * “Le droit de dérogation ne peut être invoqué qu’en cas de guerre ou d’autre danger menaçant la vie de la nation”
      -> Où se trouve les dangers menaçant la vie de la nation, si ce n’est aux palais Bourbon et du Luxembourg ? Impossible de justifier d’une quelconque “menace”, puisque les tous derniers chiffres et le preprint Anglais sur lequel les assureurs vont s’appuyer pour tâcher de ne rien payer¹ démontrent tous deux que les thérapies géniques expérimentales mortelles tuent autant si ce n’est plus que le SARS-Cov-2 et ses mutants.
       
      Enfin, vu de l’extérieur (comme de l’intérieur, d’ailleurs), on ne peut parler de la france comme d’une démocratie, vu la non-séparation des pouvoirs et l’échec patent des contre-pouvoirs – la question, revue et corrigée à cette aune, contient la réponse, c’est juste un caca nerveux de politocards qui sentent bien qu’ils sont maintenant tous sur un siège éjectable armé et ont une frousse bleue que “quelqu’un” en tire le cordon de déclenchement – notez qu’ils sont bel et bien idiots, car il pensent “si”, alors que c’est juste une question de “quand” (et je vous fiche mon billet que ça se fera au moment idoine, pas avant, ni après:).
       
      ——
      ¹ – Si j’étais méchant, je dirai que justement, le fait de ne pas avoir voulu fouler aux pieds les divers traités dont la france est signataire, qui interdisent férocement de forcer les gens à prendre un médicament, en imposant la vaccination obligatoire, plus les lois locales, puisque c’est interdit si ledit vaccin n’a pas été définitivement avalisé par les instances idoines, est un fait exprès pour complaire aux assureurs, puisque ça va leur permettre de ne pas payer les assurance-vies des piqué-mourus. ;-p)

  6. personnellement je me contenterais de citer la Constitution qui dit que «Nul ne peut être contraint de faire ce que la loi n’ordonne pas.». Le pass étant, de la revendication même des Véran et Attal, une “obligation vaccinale déguisée”, qui chercher à contraindre à ce que la loi n’oblige pas, je le considère comme parfaitement anti-constitutionnel et n’ayant pas d’existence juridique.
    la question n’est pas du tout sanitaire, elle est politique. la seule réponse citoyenne, je crois, doit être la défense de l’état de droit. c’est le droit qui protège de la dictature, qu’elle soit sanitaire, idéologique, religieuse. si la dictature sanitaire s’amoindrit nous aurons droit à une dictature écologique ou encore à une dictature sécuritaire. l’argument pour se défendre doit donc viser tout type d’atteinte à l’état de droit, et revenir finalement aux fondamentaux qui depuis l’habeas corpus avaient permis de sortir du pouvoir arbitraire.

    1. Nul besoin d’en appeler à la constitution, le droit suffit.
      En droit il y a une notion importante, l’intentionalité, c’est ce qui détermine un jugement et fait distinguer par le juge la préméditation de la non intention, la légèreté blâmable en quelque sorte.
      Ici l’intention est claire, le Pass est un instrument de rétorsion ayant pour objet d’obliger les gens à se vacciner, Véran, entre autre, l’a clairement reconnu.
      Ce gouvernement est donc hors la loi, et utilise, à l’instar de la mafia, le chantage pour arriver à ses fins.
      Mais de tout ça, ils s’en foutent…

  7. À mon avis, l’objection de conscience ne peut être invoquée que lorsque la décision â prendre ou l’accord à donner impacterait directement la vie ou l’existence d’autrui. Dans le cas de la vaccination de soi-même , c’est avant tout la liberté de choix de chacun qui est en cause. Ici, l’objection de conscience ne peut intervenir que dans le cas oú la décision est prise pour une autre personne que soi-même, lorsqu’il s’agit de quelqu’un étant sous notre tutelle , comme par exemple dans le cas d’un enfant ou d’une personne déclarée irresponsable qui auraient à subir les conséquences posssiblement néfastes du choix pris à leur intention. A moins que vous ne fassiez valoir qu’en se vaccinant , on met en danger la vie des autres, je doute donc que l’action citoyenne de résistance proposée par l’association Rester libres puisse connaître non seulement l’approbation mais même la compréhension de ceux qui y seraient confrontés . Ainsi autant j’ai approuvé et participé à l’initiative de la semaine dernière pour écrire à mon député autant, si je vivais en France, je m’associerais plus que prudemment à cette nouvelle action .

    1. Vous appréhendez l’objection de conscience de façon insuffisante :
      “L’objection de conscience consiste à refuser d’accomplir certains actes prescrits par la loi ou par les représentants de l’autorité en général, parce que contraires à des normes morales, éthiques ou religieuses fondées sur la liberté de conscience., ceci afin de ne pas agir contre sa conscience.
      En France, les cas les plus courants d’objection de conscience étaient ceux des jeunes appelés du contingent (Service Militaire obligatoire) qui refusaient de porter l’habit militaire et/ou qui refusaient de porter les armes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer