Six plantes anti-douleurs

Cup of herbal tea with wild flowers and various herbs

Par Nelly Fouks pour "Cosmico" - Maux de tête, douleurs articulaires, rhumatismes chroniques, dans ce domaine encore les plantes peuvent panser bien des maux. Découvrez comment bien les choisir et les utiliser.

1/ LA REINE DES PRES

La reine des près, une plante vivace très répandue, n’est connue et utilisée que depuis le XVIIIe siècle. On la prescrivait alors en infusion chaude pour faciliter l’éruption de la rougeole.

Elle  se caractérise sa haute teneur en acide salycilique, un précurseur de l’aspirine, tout à la fois diurétique, fébrifuge et anti-douleur. A la différence des salicylés ordinaires, elle contient également des composants antiulcérogènes qui permettent de l’utiliser sans crainte pour l’estomac.

On l’utilise traditionnellement en laissant macérer 50 g de sommités fleuries 12 heures dans un litre d’eau chaude non bouillante car la chaleur trop forte détruit les actifs bienfaisants de la plante. Il faut en boire trois à cinq tasses par jour, entre les repas. On trouve également la reine des près en infusettes, gélules  et teinture-mère.

2/ LE CASSIS

Cet arbrisseau touffu originaire d’Europe du Nord est surtout connu pour son fruit très riche en vitamine C. Mais la partie du cassis la plus active au niveau médicinal est incontestablement la feuille dont la teneur en cette vitamine est également importante. Mais surtout, elle renferme de nombreuses substances aux effets diurétiques, anti-inflammatoires et antalgiques. Aussi efficace que beaucoup d’anti-inflammatoires de synthèse, le cassis n’entraîne aucun risque d’ulcère et propose une action très complète. Il apaise la douleur et chasse les toxines qui se sont accumulées autour des articulations. Très riche en flavones, il piège les radicaux libres, réduit l’inflammation et protège les tissus osseux de la dégradation. Un essai clinique menée en France au cours de ces dernières années a prouvé son efficacité dans les manifestations douloureuses de l’arthrose.

La feuille de cassis se consomme traditionnellement en tisane à raison de 40 g de feuilles séchées pour un litre d’eau. Il faut en boire quatre tasses par jour, de préférence en dehors des repas. Le cassis est également disponible en infusettes, gélules de poudre de plantes et  teinture-mère.

3/ LE FRENE

Toutes les civilisations occidentales ont apprécié les vertus anti-inflammatoires de la feuille de frêne, qu’Hyppocrate prescrivait déjà contre les rhumatismes.

Diurétique, laxative, légèrement dépurative, elle nettoie l’organisme de ses toxines. Ajoutons qu’elle favorise l’amincissement toujours bénéfique en cas de douleurs articulaires. C’est la plante de prédilection des rhumatisants qui accumulent des déchets acides dans leurs articulations.

La feuille de frêne se prépare traditionnellement en tisane à raison d’une poignée de feuilles séchées qui infusent 10 minutes dans un litre d’eau bouillante. Aujourd’hui, on la trouve également en infusettes associée à d’autres plantes, gélules et teinture mère.

4/ L’HARPHAGOPHYTUM

Cette plante appelée aussi griffe du diable est utilisée depuis des siècles par les sorciers africains pour traiter la fièvre, les migraines et calmer les douleurs articulaires. Son surnom lui vient de ses fruits qui s’accrochent au pelage et aux sabots des animaux.

Ses racines secondaires renferment de nombreux composants dotés d’une activité anti-inflammatoire intéressante dans l’arthrite, arthrose et les tendinites. Elles agissent également sur la goutte en faisant baisser le taux d’acide urique. A la différence des anti-inflammatoires chimiques, l’harphagophytum est sans danger sur l’estomac.

L’harpagophytum s’utilise traditionnellement en tisane à raison d’une cuillère à soupe dans un demi-litre d’eau froide. La plante est également disponible en gélules ou infusettes à prendre de préférence en cure de deux ou trois mois pour un effet optimal.

5/L’ARNICA

Connue depuis le Moyen-Age comme le remède idéal pour soigner les coups, les bosses, les oedèmes et les douleurs, l’arnica est une petite fleur jaune gorgée de substances antalgiques, anti–inflammatoires, circulatoires et cicatrisantes. Son usage par voie interne est aujourd’hui considéré comme toxique sauf à doses infinitésimales. Voilà pourquoi on ne trouve l’arnica qu’en pommade, gel, sprays et granules homéophatiques parfaits. En cas de chute, de coups voire même de petite intervention chirurgicale, si vous souhaitez réduire hématomes et gonflements, prenez 5 granules de 15CH à laisser fondre sous la langue 5 fois/jour pendant 2 ou 3 jours. Pour prévenir l’apparition de courbatures avant ou juste après une séance de sport laissez fondre sous votre langue 3 fois 3 granules de 5 ou 7CH pendant 3 jours.

6/ L’ORTIE  PIQUANTE

Elle est connue et appréciée depuis l’Antiquité pour ses pouvoirs bénéfiques sur les lumbagos et les rhumastismes. Elle serait également précieuse pour stimuler une virilité défaillante

Grâce à ses multiples composants, l’ortie piquante est dépurative, diurétique et favorise l’élimination de l’acide urique qui s’accumule autour des articulations douloureuses.Très riche en en silice et en calcium facilement  assimilables, elle aide à lutter contre les atteintes des tissus osseux dont l’ostéoporose, dont elle freine la progression.

L’ortie piquante s’utilise traditionnellement en infusion à raison de 50g de feuilles et racines qu’ l’on porte à ébullition 2 à 3 minutes dans 1 litre d’eau. Elle est également disponible en gélules d’extrait sec et teinture-mère.

4 Shares:
1 commentaire
  1. Merci, ce sont des articles importants, parce que je crois qu’après la saga d’épisodes de mensonges patents que nous subissons encore tous les jours, la confiance dans les politocards est en train de devenir négative et celle envers les médecins est pratiquement à zéro.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer