[PAYANT] Valérie Pécresse est-elle partie pour faire 10%?

30.05.1968, manifestation de soutien au général de Gaulle.

Les Droites de Husson n°33 - Ce que nous disent les sondages à J-78 - Droite LR - La fatalité Pécresse? - Eric Zemmour attendait des ralliements républicains; ils viennent du Rassemblement National

Ce que nous disent les sondages à J-78

Macron profite de la faiblesse des socialistes et des Verts

Il y a quinze jours, nous avions remarqué la symétrie entre les courbes de Valérie Pécresse et d’Emmanuel Macron. On remarque cependant cette semaine que la courbe d’Emmanuel Macron semble connaître une petite poussée, alors qu’il devrait connaître une stagnation parallèle à celle de Valérie Pécresse. En fait, cela se comprend si l’on voit la baisse régulière du candidat vert, Yannick Jadot -désormais installé en-dessous de 10-  et celle d’Anne Hidalgo (installée en-dessous de 5). La faiblesse da la gauche socialiste – il n’y a pas de dynamique Taubira – profite à Emmanuel Macron, avec une forme de vote utile. 

Eric Zemmour et Marine Le Pen à égalité?

L’agrégateur de sondages Jean-Poll donne un avantage à Marine Le Pen, qui semble se stabiliser à 17%, à égalité avec Valérie Pécresse, tandis qu’Eric Zemmour est légèrement au-dessus de 13%.  A première vue, Eric Zemmour est loin du second tour. Cependant, à la différence des courbes Macron/Pécresse, il n’y a pas de raison de renoncer à la symétrie des courbes Marine Le Pen/Zemmour. Si l’on regarde la séquence depuis décembre, on en vient à penser que les sondeurs ont d’abord fait un ajustement à la hausse trop fort pour Marine Le Pen puis un ajustement à la baisse trop fort pour Eric Zemmour. Quelle que soit la pondération des différents instituts par notre ami Jean-Poll, les deux candidats de la droite nationiste sont certainement l’un et l’autre dans un rapport de force qui relève de la marge d’erreur. 

On comparera avec le dernier sondage de Cluster 17 – dont la caractéristique est d’interroger des échantillons plus larges que les autres instituts. Or l’édition parue cette semaine nous montre un duel Zemmour/Marine Le Pen à un demi point d’écart!  

Droite LR: la fatalité Pécresse?

Un autre enseignement du sondage hebdomadaire de Cluster 17, c’est le recul lent mais régulier de Valérie Pécresse: 

Pour l’instant, le fait notable cette semaine se trouve dans la baisse relative des intentions de vote en faveur de Valérie Pécresse. La primaire des Républicains avait propulsé la vainqueure Valérie Pécresse à 18% en position d’affronter Emmanuel Macron au second tour. Cette dynamique s’est interrompue depuis un mois, pour laisser place à un reflux régulier. Valérie Pécresse perd encore un point dans notre dernière étude. Elle a perdu 5 points en tout entre le 23 décembre et le 18 janvier et se situe désormais à 13%. L’effet de souffle produit par la primaire s’est estompée et la candidate peine à enclencher une dynamique et même tout simplement à stabiliser son électorat.

Le risque principal pour sa candidature est d’être prise en étau entre Emmanuel Macron qui reprend du terrain au sein du cluster des Libéraux – cluster le plus décisif pour elle – et Éric Zemmour qui la concurrence fortement dans les clusters Conservateurs et Anti-Assistanat, tout aussi décisifs pour se hisser au second tour. Pour la première fois depuis sa désignation à la primaire, Emmanuel Macron repasse devant elle au sein des Libéraux avec 38% d’intentions de vote contre 35% pour Valérie Pécresse (-9). Si elle a un socle intéressant au sein de tous les clusters identifiés à droite, la candidate LR éprouve pour l’instant des difficultés à imposer son leadership sur un ou plusieurs clusters prioritaires, ce qui peut être considéré comme un indicateur de fragilité de sa coalition électorale“.

L’évolution est en effet inquiétante pour les Républicains.  On se rappelle que nous avions esquissé, au printemps dernier un “scénario Michel Barnier”.  Il nous semblait en effet que l’ancien négociateur en chef du Brexit aurait l’immense avantage de prendre des voix au centre à Emmanuel Macron tout en défendant une position crédible sur l’immigration, celle du “bouclier constitutionnel” et du “moratoire”, c’est-à-dire de la suspension de la participation française à la politique d’immigration de l’UE, le temps d’une négociation approfondie. 

Nous avions fait le pari, en cas de désignation de Michel Barnier – qui a manqué le deuxième tour  du Congrès LR à 1200 voix – d’une ascension du candidat au détriment d’Emmanuel Macron, avec, vraisemblablement, un rapport de force au tour de 20% au moment du premier tour.  Et logiquement, c’est ce que Valérie Pécresse aurait dû pouvoir reproduire. 

Or force est de constater qu’elle n’y arrive pas: 

+ la candidate LR n’arrive pas à dire à l’opinion si elle est de droite ou du centre. Michel Barnier, lui aurait clairement assumé son image de centriste. Expliquer comme elle vient de le faire devant l’UDI, ce samedi 22 janvier (voir la vidéo ci-dessus) qu’elle a un programme de droite compatible avec les valeurs du centre est contre-productif. 

+ la candidate investie par le Congrès ne fait preuve d’aucun véritable leadership. Le vote sur le passe vaccinale l’a révélé de manière catastrophique, qu’il s’agisse de la première lecture où le groupe LR à l’Assemblée a composé un véritable “quatre-quart” à partir des non-votants,  des abstentionnistes, des votes non et des votes pour; ou de la deuxième lecture où la candidate a forcé un vote d’adhésion au passe vaccinale tout en expliquant quelques jours plus tard que le passe vaccinal n’allait servir à rien. 

+ tous les observateurs sont d’accord pour relever un problème d’image. La candidate apparaît insincère, inauthentique à beaucoup d’électeurs. De ce point de vue son attaque contre Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV, lorsque la candidate s’est immiscée dans une enquête judiciaire en cours, apparaît catastrophique. 

En mars 2021, nous posions la question: Les Républicains vont-ils finir à 10% ç l’élection présidentielle? Autant dire qu’avec Valérie Pécresse la question redevient d’actualité. 

Eric Zemmour attendait des ralliements républicains et voir arriver des personnalités du RN

C’est la semaine des ralliements du Rassemblement National!  Vendredi 14 janvier, il y a eu Jean Messiha, ancien coordinateur du programme présidentiel de 2017 et animateur du club des Horace; puis, mercredi 19 janvier Jérôme Rivière, député européen; puis, jeudi 20 janvier, Damien Rieu, co-fondateur de Génération identitaire et influenceur sur les réseaux sociaux; et enfin, samedi 22 janvier Gilbert Collard, ancien député à l’Assemblée Nationale, aujourd’hui député européen. 

Pour comprendre ce qui se passe, on se reportera à ce THREAD de Julien Rochedy: 

Le ralliement le plus lourd de signification est sans doute celui de Damien Rieu. Certes, ce n’est pas un élu. Mais il  a une capacité d’influence remarquable sur les réseaux sociaux. Le lendemain de son ralliement, Damien Rieu a montré comme il était bridé chez Marine Le Pen et désormais libéré, en mesure d’attaquer sans ménager ses coups. Damien Rieu a dévoilé le double jeu d’un très proche de Valérie Pécresse, Patrick Karam (l’homme des faux militants au  premier meeting de Libres; puis des inscriptions d’étrangers au congrès LR pour faire gagner la candidate) que l’influenceur accuse d’être lié à une personnalité islamiste de premier plan, l’ancien Grand Recteur de la mosquée de Pantin, M’hammed Henniche, qui a directement contribué à la campagne contre Samuel Paty sur les réseaux sociaux. 

Quand on se rappelle l’ignoble comportement de Patrick Karam face à l’historien Olivier Pétré-Grenouilleau  (l’homme politique fut l’un des plus acharnés à poursuivre un historien qui écrivait une histoire sérieuse de la traite des Noirs et parlait, par exemple, de la traite mise en œuvre par les Musulmans; Karam alla même jusqu’à demander que Pétré-Grenouilleau perdît son poste universitaire ) on se demande comment l’ancienne Ministre de l’Enseignement Supérieur qu’est Valérie Pécresse peut avoir recours aux services d’un homme qui était porteur, en 2006, d’une culture woke avant la lettre. 

(Les connaisseurs de cette dernière affaire me rappelleront sans doute qu’un certain Maître Collard, à l’époque, était au côté du Collectif des Antillais dans une action contre Pétré-Grenouilleau, lui qui est désormais chez Zemmour l’un des plus fermes défenseurs de Pétré-Grenouilleau à l’époque . Mais Collard est coutumier des renversements paradoxaux, lui qui avait rejoint le Front National vingt-cinq ans après avoir été l’avocat de  Pierrette Le Pen dans son divorce. )

Emmanuel Macron n’est pas encore entré en campagne. Lorsqu’il y sera, les choses sérieuses seront entamées. A première vue, Marine Le Pen et Valérie Pécresse aborderont cette phase avec des positions affaiblies. .

Abonnez-vous à notre newsletter

Les droites de Husson

Soyez les premiers à connaître les 1001 secrets des droites françaises à l'approche des élections présidentielles. La lecture intégrale de cette lettre est comprise dans l'abonnement à 9,90 €/mois !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

4 Shares:
8 commentaires
    1. Ramolli par S. Knafo Zemmour ?
      Je suppose que vous avez été amoureux d’une femme au moins une fois dans votre vie. Vous sentiez vous plutôt ramolli ou au contraire rempli de joie et d’énergie ?

      “Macron passera au premier tour avec les logiciels de triche et sa presse aux ordres. Barrez-vous.”
      J’envisage sérieusement l’expatriation (j’ai d’ailleurs pour amie une dame, très loin à l’Est, et sous le blog duquel vous postez régulièrement de brefs monologues tout pleins de sombre énergie), et j’ai commencé à l’organiser. Mais tout n’est pas encore perdu. Zemmour a une vraie chance de l’emporter.

    1. C’est drôle cette passion pour ce petit bonhomme Z ! On a l’impression d’un enfant qui joue au grand. Il est attendrissant. Surtout quand on le voit, lui le défenseur, ou plus encore le promoteur de la virilité prendre avec tellement de gourmandise et de reconnaissance les conseils éminents de sa très jeune femme. Place aux femmes, place à la jeunesse. Z est exemplaire de wokisme. Mais après tout, c’est peut-être là le changement le plus important : un jeune président avec une vieille femme remplacé par un vieux président avec une très jeune femme. C’est un concours ?

  1. Je me demande et j’aimerais qu’on me dise si l’abstention est testée par les instituts de sondage. Cette masse de voix pourrait faire dévier le scrutin sans qu’on y prenne garde. Intuitivement d’après moi, au bénéfice de maqueron. Je suis sûr que ses opposants surveillent cet indicateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer