Jean-Luc Mélenchon: “Rien ne sert de courir, il faut partir à point. Et j’ai déjà épuisé quelques lièvres”

Les sondages se suivent et se ressemblent pour la gauche, dans toute sa diversité. Ils sont moroses. Un seul candidat semble tirer son épingle du jeu: Jean-Luc Mélenchon, qui semble assuré de passer la barre des 10%. Peut-il aller plus loin? Peut-on imaginer une dynamique en sa faveur qui le propulse au second tour?

J’utilise régulièrement, dans le cadre de mes analyses des droites en campagne, l’agrégation de datapolitics.fr. Pour la gauche aussi, elle donne une claire idée de l’évolution: La caputure d’écran ci-dessus montre le déclin inéluctable d’Anne Hidalgo (courbe rose). Le petit bout de courbe rose qui redémarre vers le haut correspond à l’entrée en campagne de Christine Taubira. Peut-elle sa courbe croisera-t-elle celle de Yaniick Jadot, le candidat vert, lui-même en déclin, à peine au-dessus de 5. Mais il y a loin de ces candidats à Jean-Luc Mélenchon qui semble désormais bien accroché à ses 10% (courbe rouge).  

Jusqu'où Jean-Luc Mélenchon peut-il monter?

Les enquêtes hebdomadaires de Cluster 17 sont intéressantes dans la mesure où elle prennent un échantillon plus large que ceux d’autres instituts de sondage. On y observe une montée de Jean-Luc Mélenchon. Il gagne encore un demi-point cette semaine. Le voici à 13% quand Eric Zemmour et Valérie Pécresse sont à 14%, Marine Le Pen à 15% (et Emmanuel Macron à 22). 

Alors peut-on imaginer un Jean-Luc Mélenchon créant finalement la surprise et dépassant les candidats de droite pour aller affronter Emmanuel Macron au second tour

En faveur de ce scénario: 

+  Jean-Luc Mélenchon est un vieux briscard de la politique, un bon orateur et il a fini la dernière présidentielle à quelques centaines de milliers de voix du second tour. 

+ Il occupe intelligemment le terrain de l’extrême-gauche et cela peut provoquer des ralliements quand un certain nombre d’électeurs de gauche auront à choisir entre lui et une candidate (ou deux) socialiste faiblarde pour marquer un refus de gauche d’Emmanuel Macron.  

Contre ce scénario

— Jean-Luc Mélenchon n’échappe pas à la réalité de la gauche française actuelle. Elle a perdu le peuple. Il tient solidement un électorat issu de la classe moyenne, en particulier des enseignants et des fonctionnaires. Mais il ne peut plus reprendre l’électorat populaire passé à droite: chez Marine Le Pen et chez Eric Zemmour. 

– Certes, il reste environ 30% d’électeurs indécis. Cependant, le basculement de ces électeurs jouera moins pour la gauche que pour une abstention élevée ou pour – éventuellement – un ralliement à Eric Zemmour. 

– en s’affichant régulièrement avec des militants islamo-gauchistes, en cultivant les liens avec les intellectuels woke, Jean-Luc Mélenchon s’est coupé d’un électorat républicain nationiste qui lui avait permis de faire son bon score de 2017. 

Cependant, le candidat n’a pas tort de déclarer: “Faites confiance à une tortue électorale sagace comme moi. Rien ne sert de courir, il faut partir à point. Et j’ai déjà épuisé quelques lièvres”. Il est le seul à gauche qui tirera son épingle du jeu.  

Abonnez-vous à notre newsletter

Les droites de Husson

Soyez les premiers à connaître les 1001 secrets des droites françaises à l'approche des élections présidentielles. La lecture intégrale de cette lettre est comprise dans l'abonnement à 9,90 €/mois !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

2 Shares:
3 commentaires
  1. Aaaaaaaaaaaaaaaahhhhh Mélenchon !!!! ….quel énergumène celui-là! c’est plus fort que lui faut qu’il se fasse remarqué après Marseille, après la perquisition de ses bureaux..!
    Comment ça! vous connaissez pas la dernière? ..ben alors!…il était absent lors du vote sur le passe vaccinal le 15 janvier dernier!.. mais bon ces apôtres vont surement nous dire qu’il avait de quelque chose de plus important à faire! 🙂

  2. Au delà de mélenche —pervers mégalo sadique, Che Guevara très laid à qui je souhaite de crever lentement et rôtir en enfer— le vrai est que la France, pays des socialo, a très mal à sa gÔÔÔÔÔÔÔÔÔÔche. La fête est finie et le pire est devant nous. Et encore personne ne dit aux orphelins du PS que les vestiges du passé ne tiennent debout que par l’argent gratuit de la banque de Francfort —une moitié à l’État distributeur, un quart dans le CAC40 et un quart dans le prix de l’immobilier des métropoles. Beaucoup des déçus ont fui chez Marine ce qui explique sa pêche électorale du moment. Mais le reste, qui prendra le reste? 25 à 30% d’électeurs à réaffecter.

  3. Bonjour.
    Mon avis sur le bonhomme:
    Au début de la “pandémie” Méluche à la télé, sur un média mainstream, était résolument contre l’injection d’un produit en phase expérimentale “je ne vais surement pas me faire injecter cette saloperie, surement pas!” et d’insister en faisant remarquer que le fait que les laboratoires soit exemptés de toute responsabilité, n’était pas de nature à leur faire confiance….et c’était correct à la vue du passif judiciaire de ces derniers.
    Sauf que maintenant le voila triplement vacciné! Chercher l’erreur!
    De deux choses l’une:
    Ce monsieur est plutôt intelligent et calculateur: Sa “vaxxination” est bidon et il a eu recours, comme la plupart de ces ordures politiques, à des injections de complaisance.
    Ce monsieur est une girouette, plutôt intelligent et calculateur, à l’ego surdéveloppé et choisi le camp des plus nombreux susceptibles de lui apporter leur voix.
    Si on y ajoute sa probable appartenance Franc-maçonnique, sa tendance à truster les voix des musulmans, on est loin d’un candidat susceptible de faire l’union des Français pour en finir avec cette 5eme république.
    C’est dommage, mais sans appel. Il reste un bon tribun, mais faux cul et intellectuellement malhonnête.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.