La page du convoi de camionneurs américains censurée par Zuckerberg, Facebook continue d’être un outil politique du Great Reset

Un groupe Facebook populaire de camionneurs américains, qui prévoyaient de protester contre les mandats de vaccination, a été censuré par la plateforme de Mark Zuckerberg mercredi 2 février. Les réseaux sociaux ont commencé leur vie comme une promesse de liberté, ils ont aujourd’hui des outils politiques au service des intérêts dominants du WEF et de son Great Reset.

Facebook interdit la page organisant un convoi de camionneurs américains vers DC

Les camionneurs américains suivent l’exemple du Canada et organisent une manifestation contre les mandats de vaccination. La page Facebook du groupe américain a cependant été supprimée tôt mercredi 2 février 2022.

Le groupe, intitulé “Convoy to DC 2022”, avait permis aux camionneurs de planifier et de coordonner leur voyage de la Californie à Washington, DC et comptait au moins 137 000 membres avant son retrait. 

Jeremy Johnson, qui a créé le groupe Facebook, a déclaré que son compte personnel avait également été supprimé, l’incitant à contacter un avocat des droits civiques pour discuter des prochaines étapes. “Ils aiment faire taire les gens qui disent la vérité», a déclaré Johnson à propos de son interdiction de Facebook.

L’objectif du groupe était de mettre fin à la vaccination obligatoire par des manifestations pacifiques. “Le gouvernement doit vraiment examiner ce que veut le peuple américain et ils ne veulent pas de cette obligation. »

Un porte-parole de la société mère de Facebook, Meta, a déclaré dans un communiqué : “Nous avons supprimé ce groupe pour avoir violé à plusieurs reprises nos politiques concernant QAnon.”

Brian Base, un autre organisateur du convoi américain, a affirmé que la caractérisation du groupe par Facebook était tout simplement fausse lors d’une interview sur “Fox & Friends”.

Les organisateurs de la manifestation ont ajouté qu’ils espéraient qu’un large éventail d’Américains viendrait les soutenir avant de souligner que la liberté est une cause que tous les Américains doivent soutenir.

“Cela traverse tous les genres, toutes les races, toutes les orientations sexuelles, toutes les professions”, a déclaré Brase. 

« Les camionneurs peuvent se lever, mais il ne s’agit pas des camionneurs. Il s’agit de l’Amérique ».

“Le gouvernement doit vraiment examiner ce que veut le peuple américain. Et ils ne veulent pas cette obligation vaccinale ».

 

Facebook au service du Great Reset

Depuis plusieurs mois, Facebook a presque entièrement inversé le cours de son paradis de la liberté d’expression en réprimant les utilisateurs qui ne partagent pas informations provenant de sources gouvernementales.

Les réseaux sociaux deviennent complices d’une forme de dénégation, voire d’effacement du réel. Cela traduit (ou trahit), non seulement l’imprégnation idéologique de l’encadrement des réseaux mais tout autant un pouvoir de contrôle qui en la circonstance paraît s’exercer de manière quasi orwellienne.

Ces entreprises ont été cooptées par la caste mondialisée pour devenir les exécutants d’une censure.

L’épisode de Facebook et de l’origine supposé du Covid en constitue l’illustration parfaite. Dans un premier temps, le réseau a supprimé toute référence à l’hypothèse d’une origine humaine liée au laboratoire de Wuhan, chassant les publications qui corroboreraient cette dimension, alors que parallèlement des enquêtes en étudient la possibilité. Dans un second temps, parce que la piste n’est plus explicitement écartée, ils rétablissent la visibilité de cette éventualité dans un rétropédalage aussi spectaculaire que révélateur. 

Récemment, nous vous révélions dans nos colonnes que Mark Zuckerberg avait proposé d’envoyer des « rapports de données » sur les utilisateurs pour « faciliter les décisions » afin d’accélérer l’adhésion aux vaccins.

D’ailleurs, la plateforme a fait valoir que “plus de 2 milliards de personnes ont vu sur Facebook des informations faisant autorité sur le Covid-19 et les vaccins, c’est plus que n’importe où ailleurs sur Internet. Plus de 3,3 millions d’Américains ont utilisé notre outil pour savoir où et comment se faire vacciner.”

“Facebook doit être plus rapide pour supprimer les messages dangereux et violant les règles, des messages qui enfreignent leurs règles persistent souvent pendant des jours. C’est trop long”, avait dit la porte-parole de la Maison-Blanche, Jen Psaki.

Dans le cadre de sa feuille de route 2020 pour la coopération numérique, le secrétaire général des Nations unies a appelé à la création d’un nouvel organisme de haut niveau stratégique et autonome composé de multiples parties prenantes. Là encore, il n’est pas facile de trouver une liste des parties prenantes, mais après quelques recherches, on trouve une longue liste de “participants aux tables rondes”, dont Facebook, Google, Microsoft et … WEF (Forum Economique Mondial).

Selon la BBC, le terme “Great Reset” a reçu plus de huit millions d’interactions sur Facebook et a été partagé près de deux millions de fois sur Twitter depuis le lancement de l’initiative du WEF.

Nous évoluons, sous couvert de santé, vers une suppression de la démocratie en mettant les gouvernements sur la touche et en plaçant des “parties prenantes” non élues (principalement des entreprises) à leur place lorsqu’il s’agit de prendre des décisions au niveau mondial.  En somme, une organisation politico-économique avec une coalition d’intérêt entre les grands intérêts privés et la technostructure au pouvoir.

Cette gouvernance « multi-partie prenante» peut sembler sympathique, jusqu’à ce que l’on se rende compte qu’il s’agit en fait de donner plus de pouvoir aux entreprises sur la société, et moins aux institutions démocratiques.

Ce sont des partenariats public-privé sur la scène mondiale. Ils ont des répercussions concrètes sur l’organisation de nos systèmes alimentaires ou bancaires, la gouvernance des grandes technologies, voir la distribution de nos médicaments…et de nos vaccins !

Les entreprises sont promues au rang de « parties prenantes » officielles dans le processus décisionnel mondial, tandis que les gouvernements sont relégués au rang de « parties prenantes » parmi d’autres.

Les défenseurs de la liberté doivent s’opposer de toutes leurs forces au Great Reset. Pour cela, il faut en comprendre tous les mécanismes et les enjeux des projets théorisés par Klaus Schwab et par le Forum de Davos.

Moi aussi, j'objecte conscience

Rejoignez le rang des objecteurs de conscience. Agissez concrètement pour la résistance. Montez de la mine, descendez des collines ! Le moment est venu.

About Post Author

407 Shares:
13 commentaires
  1. Youtube a supprimé hier une vidéo vue par plus d’un million de personnes sur la chaîne nommée “vidstorm ” d’un jeune mec montrant 15 h de direct à Ottawa dimanche 30 janvier (Day 2 freedom convoy 2022). Trop dérangeant pour le narratif des “merdias” mainstreem. ( Les vidéos de direct Day 1, 3, 4, 5 et 6 sont encore en ligne sur youtube)

    1. En 2020, un certain nombre de grands capitaines de presse se sont réunis dans un traité qui s’appelle le TNI (“Trusted News Initiative”) dans lequel on retrouve Associated Press, l’AFP, la BBC, la CBC Radio Canada, l’Union Européenne de Radiodiffusion, Facebook, Financial Time, Firstdraft, YouTube, Google, Reuters, Reuters Institute for the Studies of Journalism, Twitter, Microsoft, le Washington Post. Ces gens-là se sont tous mis d’accord pour contrer toutes les informations qui pourraient aller à l’encontre de l’intérêt des industriels. Ils bloquent et censurent absolument tout ce qui disconvient à la rhétorique des industriels. (Dr Vincent Reliquet, AIMSIB)
      https://reseauinternational.net/dr-vincent-reliquet-pourquoi-partout-dans-le-monde-la-meme-information/
      La liste des complotistes (= ceux qui dénoncent les comploteurs) s’allonge….

  2. Je suis née au siècle dernier où nous n’avions aucun problème avec Facebook et consorts. Comment les générations précédentes ont-elles fait pour vivre et, au besoin, se défendre, sans toute cette technologie qui rend fou?? N’est-il pas possible de contourner ces nuisibles et d’avancer sans eux, c’est une vraie question de ma part.

    1. Bonjour.
      En ce qui concerne le Convoi français, nous serions en droit de nous interroger sur le véritable objectif.
      En effet, sur Telegram, les profils de certains organisateurs du Convoi, au niveau régional et départemental font apparaître des images de sites commerciaux islamistes, correspondant tout à fait à ce qui nous a été montré voilà seulement quelques jours dans un reportage télévisé dépeignant l’expansion considérable qu’a pris ce communautarisme musulman intégriste, notamment à Roubaix.
      Idem pour de nombreux intervenants.

      Différents messages évoquent le blocage de dépôts pétroliers et centrales d’achat, il ne s’agirait donc pas que simplement d’un Convoi..
      Enfin le fait que les organisateurs appellent à participer….. les vélos, les trottinettes, les avions, les bateaux interpelle sur leurs préoccupations à assurer la bonne marche du Convoi, et la sécurité des participants et spectateurs.
      Nous sommes donc en droit de nous interroger, ne s’agirait-il pas plutôt pour ces “organisateurs”, qui agissent avec des pseudo et des photos de profil ne montrant par exemple que des camions, d’en arriver à créer une situation totalement chaotique?
      Le loup serait-il rentré dans la bergerie ?

  3. La seule satisfaction, c’est que cela se retourne contre eux !
    Au début, les gens fâchés avec Facebook se contentaient de ne plus utiliser leur compte, basculant leur activité “réseau sociaux” sur Telegram par exemple.
    Cela ne se voyait pas car un compte inactif est toujours un compte Facebook.
    Mais, depuis quelques semaines, la consigne chez les opposants à ces mafieux est de fermer complètement son compte Facebook.
    Du coup, plus d’un million de comptes fermés par les utilisateurs, cela s’est vu et l’action a dévissé en bourse de plus de 20%, ce qui n’est pas négligeable.
    Ce qui est très bien puisque les principaux actionnaires de Facebook sont aussi actionnaires… de Big Pharma.
    Comme quoi, même des petites actions (presque) individuelles peuvent faire mal à ces pourris.

    1. La clôture des mon compte FB, TWITTER, AMAZON, PAYPAL, NETFLIX, GOOGLE et YOU TUBE a été la première décision de boycott que j’ai prise. Mon mari a fait de même. Nous avons tout fermé et trouvé des alternatives. Au début , c’est étrange car j’avais ces comptes depuis plus de 10 ans. Mais quand j’ai eu connaissance de la censure incessante, j’ai pris rapidement ma décision. Si je ne donne pas mon énergie, mon argent = TOUT SE CASSE LA FIGURE. Nous avons le pouvoir et aucune petite action n’est inutile. Je passe aussi moins de temps à être polluée car s’il y a beaucoup de bonnes infos, il y a aussi une profusion parfois fausses ou polémiques.

  4. Illustration de la fin de votre article: la grotesque défense de Véran devant la commission d’enquête du Sénat sur les interventions des cabinets conseil, en particulier de McKinsey au ministère de la Santé. Sous prétexte d’urgence, on a fait appel à des “renforts”, mais nous devons croire que ces derniers étaient impossible à trouver dans notre pléthorique fonction publique, ni dans les nombreux talents des entreprises françaises. Si les sénateurs se sont montrés incisifs, pas un seul n’a relevé qu’un cabinet conseil américain pouvait soulever un problème.
    Ou alors, les ingérences et abus de droit des Américains sont entrés dans la normalité…
    https://www.youtube.com/watch?v=hnQvDere0Zg

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer