La santé mentale en France est-elle inquiétante ?

Image of young couple having quarrel

La santé mentale de la population française est de plus en plus préoccupante au regard des chiffres publiés, en particulier après cette période post-Covid qui a impacté la vie de tout un chacun. Mais cette santé mentale, qu’englobe-t-elle ? Comme la préserver ? Autant de questions auxquelles nous tenterons de répondre.

Qu’est-ce que la santé mentale ?

Selon l’OMS ou l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), la santé mentale est un état de bien-être dans lequel se trouve un individu. Il peut ainsi être en accord avec lui-même, faire face aux pressions subies au quotidien et il dispose des atouts pour participer à la vie de sa communauté. Le bien-être ici est à la fois physique et mental, indispensable pour pouvoir vivre au sein la société et travailler pour produire.

Selon les derniers chiffres publiés à ce sujet, 13 millions de Français (1 personne sur 5) sont  touchés par un trouble psychique tous les ans. En France, ltaux de suicide est l’un des plus élevés des pays européens de développement comparable.

En septembre 2021, la Santé publique France a également dévoilé de nouvelles données non négligeables :

  • 10% des Français ont eu des pensées suicidaires au cours de l’année (+5 points par rapport au niveau hors épidémie) ;
  • 15% d’entre eux montrent des signes d’un état dépressif (+5 points) ;
  • 23% montrent des signes d’un état anxieux (+10 points).

Les différentes catégories de maladies mentales

Il existe plusieurs types de maladies mentales qui ont comme points communs une relation compliquée avec l’argent ou plutôt avec la gestion de ses finances personnelles par le patient, nécessitant parfois une mise sous tutelle, ainsi que la survenance de crises de diverses ampleurs menant généralement à l’hospitalisation. Parmi les troubles les plus fréquents :

  • L’état de stress post-traumatique : il se produit lorsqu’une personne subit un choc ou un stress important à la suite d’un évènement intense. Tout le monde vit cela un jour, mais cela s’estompe au bout de quelques heures. Chez ceux qui sont victimes de trouble de stress post-traumatique, ces évènements reviennent dans leur esprit avec la même intensité à travers des flash-back. Ils s’accompagnent souvent de troubles du sommeil et de la concentration ;
  • Le trouble de personnalité borderline ou état frontière : il se caractérise par des difficultés à lier des liens avec autrui, par des sautes d’humeur, de l’impulsivité. Cet état entraîne très souvent des addictions, des comportements sexuels dangereux incluant un comportement à risque avec la multiplication des partenaires et une estime sexuelle en contradiction avec le manque d’estime de soi ;
  • Les troubles anxieux : ils se rapportent à des sentiments irrationnels de peur ou à des phobies, de l’anxiété. Ils peuvent être provoqués par des situations considérées par la personne qui en souffre comme source de danger pour elle.

Selon une étude récente sur la santé mentale publiée par l’assureur AXA, les maladies mentales sont pourtant sous-évaluées et par conséquent coûtent cher à l’État :

  • 36% des personnes interrogées déclarent que la crise sanitaire a renforcé leur capacité à faire face aux situations difficiles ;
  • Seules 44% d’entre elles se sont senties heureuses au cours de l’année écoulée.

Cette même étude a dévoilé que les personnes les plus heureuses au monde se trouvent :

  • En Chine (57%) ;
  • En Suisse (54%),
  • En Espagne (50%)

En France, elles sont 39%, en Italie 37% et au Japon 27%.

L’étude met en évidence :

  • Les lacunes ;
  • La priorité accordée à sa propre santé mentale ;
  • L’urgence de sensibiliser aux mesures de prévention.

Quand se manifestent les troubles psychiques ?

Il faut savoir que les troubles psychiques touchent toutes les couches de la population. Ils apparaissent généralement vers l’adolescence, raison pour laquelle l’entourage des personnes touchées ne se rend pas compte des changements qui s’opèrent dans leur comportement. Ceux-ci sont attribués à la puberté ou à des situations particulières, à des échecs.

Par ailleurs, les changements sont souvent subtils et évolutifs. Mais il peut arriver qu’ils soient plus brutaux et plus violents. Il en résulte des réactions qui peuvent avoir un impact sur leur vie ou sur celles de leurs proches. Ces personnes dont la santé mentale est perturbée peuvent se suicider ou commettre l’irréparable sur autrui.

La relation entre troubles psychiques et pensées suicidaires

Les études menées par l’Observatoire national du Suicide montrent que les personnes ayant la plus haute prévalence de suicide sont :

  • Celles qui sont sans emploi ;
  • Celles qui évoluent dans un univers professionnel où stress, violence, harcèlement en tout genre ou encore conditions de travail déplorables font partie de ces risques psychosociaux qui portent atteinte à la santé mentale des salariés.

Dans ce domaine, la dépression et les pensées suicidaires augmentent avec le manque de reconnaissance par leurs pairs ou par leurs supérieurs, mais aussi par une rémunération très faible par rapport au travail fourni, ou au niveau d’études exigé par les employeurs.

Comme le rappellent les chiffres de Santé publique France le 10 septembre 2021, « la France enregistrait en 2016 près de 8 500 décès par suicide, un niveau sans doute sous-estimé de 10%. »

Les liens entre troubles psychiques et consommation de drogues et d’alcool

Ces troubles psychiques aboutissent généralement à la consommation de drogue et d’alcool. Le but n’est pas de ressentir du plaisir, mais plutôt de résorber l’angoisse, l’anxiété ou parfois la violence sous-jacente.

Mais avec la dépendance qui s’installe, ces produits réduisent aussi les effets des traitements médicamenteux qu’ils prennent et conduisent à un renfermement sur soi encore plus prononcé. Le cercle vicieux prend ainsi place et sans un suivi psychothérapique, il est difficile pour le patient de retrouver une santé mentale plus stable.

 

La plupart de ces pathologies liées à la santé mentale peuvent bien évidemment être stabilisées si elles sont traitées à un stade précoce. Pour que cette santé mentale soit optimale, chaque individu doit s’efforcer d’aller vers les autres, ces derniers devant à leur tour leur apporter de l’aide ou de faire preuve d’empathie. La pratique d’une activité physique pour éviter la sédentarité est aussi essentielle et aura un effet bénéfique pour la qualité du sommeil. Se faire plaisir et effectuer un travail qui lui plaît font également partie des bonnes habitudes qui contribuent à conserver une bonne santé mentale.

18 Shares:
3 commentaires
  1. “Période post covid” dites-vous?! Ça commence mal…on doit pas avoir la meme lecture du narratif…période dictatatoriale et tyrannique plutôt ..en plein dedans et bien profond en plus!

  2. Hors sujet mais intéressant à suivre sur substack.com , le dernier papier de Robert Malone sur le Great reset. “La Grande Réinitialisation : Le capitalisme aux caractéristiques chinoises :
    « Une économie à deux vitesses, avec des monopoles rentables et l’État en haut et le socialisme pour la majorité en bas »”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer