Yannick Jadot déclare “Zemmour fait le Juif de service pour les antisémites”: qui s’en ‘indigne?

Yannick Jadot a déclaré le 13 février sur Radio J: "Zemmour fait le Juif de service pour les antisémites". Ce devrait être un concert d'indignations. Et le candidat aurait dû présenter ses excuses. Au lieu de cela il a récidivé lundi 14 février sur RMC. En fait le comportement de Jadot nous rappelle une chose: l'antisémitisme, aujourd'hui, est revenu à gauche - là d'où il était parti au XIXè siècle.

C’est long, c’est laborieux mais Yannick Jadot a bien fini par accoucher d’une phrase qui se voulait définitive: selon lui, Zemmour “fait le Juif de service pour les antisémites”.  Il y a une formule passe-partout (“Tout antisémite a son bon Juif”) que Jadot amalgame, comme le relève très bien Zohra Bitan dans son tweet reproduit ci-dessus, avec une expression du type “Arabe de service”.  Et cela donne une insulte pure et simple d’un candidat désigné selon son ascendance et/ou son appartenance religieuse. 

Il y a quelques années, on aurait eu une forte pression médiatique et politique  sur Jadot et il aurait dû s’excuser. Or , loin de s’excuser, Yannick Jadot en a rajouté, le 14 février sur RMC:

Eric Zemmour, au fond, se sert de sa religion pour servir d’excuse à toute l’extrême droite qui n’attendait qu’un tel représentant pour libérer la parole. Regardez d’ailleurs qui m’attaque depuis hier soir : c’est toute l’extrême droite, c’est Ciotti, c’est Valeurs actuelles, c’est tous les soutiens d’Eric Zemmour qui veulent même supprimer la loi Gayssot parce qu’ils pensent que le racisme et l’antisémitisme sont des opinions et non pas des délits. (…) Il y a toute une partie de la population qui a trouvé en Zemmour quelqu’un de bien pratique pour assumer l’antisémitisme, estime Yannick Jadot. Donc au fond, il est l’idiot utile de l’antisémitisme. Moi, ce que j’ai voulu, peu importe la formule, c’est qu’on parle de cet antisémitisme, de ce racisme, de ce révisionnisme, qui est extrêmement grave et dangereux” 

Toute honte bue!  

L'antisémitisme revient à gauche, là d'où il est parti

On pourrait tourner tout cela en dérision. Et demander à Jadot si son grand-père était Mormon ou alpiniste. On se gaussera aussi d’un banal militant gauchiste qui vient nous expliquer que Ciotti, Valeurs Actuelles, l’Algérie Française etc…, tout cela c’est de l’antisémitisme. 

Mais en fait, on n’a pas le droit de rire de la mort de l’universalisme français. Lorsque Monsieur Jadot attire l’attention sur l’appartenance religieuse ou l’ascendance d’un candidat, il nie ce qui fonde la République. L’indifférence totale, dans le débat politique, à ce qui ne relève pas de la citoyenneté.  C’est d’ailleurs ce qu’Eric Zemmour veut faire passer comme message. 

Comme historien de la Seconde Guerre mondiale, je trouve que Zemmour se complique la vie: au lieu de chercher une très hypothétique intention positive de Pétain qui aurait chercher à épargner les Juifs de nationalité française, je pense que le candidat ferait mieux de s’appuyer sur une réalité incontestable: la mobilisation massive des Français pour protéger ou cacher les Juifs, dès l’automne 1940! C’est l’historiographie elle-même qui, aujourd’hui, détruit l’accusation permanente et malsaine contre “les Français” venue d’outre-Atlantique et enracinée dans un communautarisme incompatible avec le républicanisme français. 

Je viens d’une famille française où il y avait autant d’opinions sur la Résistance et Vichy que de membres de la famille.  Mon grand-père paternel a rejoint Leclerc dès qu’il a pu revenir de captivité (comme père de famille nombreuse, en 1942) et il a combattu avec la France libre. La famille de ma grand-mère était plus maréchaliste mais cela n’a pas empêché la mère de mon père d’accueillir deux enfants juifs( à la demande de leurs parents qui partaient se cacher ailleurs) et de les abriter pendant de longs mois. Mon père avait quatre ans et il m’a raconté un jour avec quelle inconscience il avait un jour ouvert la porte, pendant que sa mère était au marché, à un homme qu’il ne savait pas être un agent de la Gestapo, à qui il avait répondu avec aplomb qu’il n’y avait personne à part lui à la maison. 

Si l’on avait expliqué à ma grand-mère qu’elle était une “juste parmi les nations”, elle aurait répondu qu’elle avait fait son devoir de chrétienne et de mère qui eut deux enfants de plus à élever, durant quelques mois. Si on avait expliqué à mon grand-père qu’il était un héros parce qu’il avait participé à la campagne d’Afrique et au débarquement de Provence puis à la libération de la France et à l’occupation de l’Allemagne, il aurait répondu qu’il avait servi son pays. 

La République, la France, c’est cela. Et je ne dois pas être le seul Français à ne plus supporter les petits marquis gauchistes comme Yannick Jadot, perpétuels donneurs de leçons, qui se prennent pour des résistants alors qu’ils se soumettent à toutes les modes et les idées dominantes du moment.

Comme beaucoup de Français qui regardent le réel, j’aimerais bien entendre le camarade Jadot dénoncer l’antisémitisme là où il est, dans une partie de la gauche, dans une partie de la population immigrée ou de naturalisation récente, qui n’a pas compris que la République aime autant les musulmans, les Juifs et les chrétiens, pourvu qu’ils respectent la distinction entre “Dieu” et “César”. J’aimerais bien entendre Monsieur Jadot s’indigner quand on ne peut plus enseigner l’histoire de la Shoah dans certaines banlieues; ou quand des Juifs français quittent leur pays parce qu’ils ne supportent plus l’insécurité et le racisme ambiant. 

J’aimerais lui rappeler aussi, à lui qui pense que droite = antisémitisme = fascisme, que durant la campagne présidentielle de 2017, après le meurtre de Sarah Halimi évidemment motivé par l’antisémitisme, on n’entendit ni le candidat Macron ni le candidat Fillon mais la candidate Le Pen dénoncer l’ignoble crime.  L’antisémitisme aujourd’hui ne se trouve pas à droite mais à gauche – en particulier du fait de la complaisance islamo-gauchiste.

Il faudrait d’ailleurs rappeler à la gauche donneuse de leçons que l’antisémitisme moderne est né de l’anticapitalisme socialiste puis s’est renforcé en buvant à la source empoisonnée de l’eugénisme scientiste. Avant de connaître son apogée dans un mouvement, le national-socialisme, qui naquit à l’extrême-gauche – avant d’être porté au pouvoir par  

Voilà toutes les raisons pour lesquelles Monsieur jadot a manqué deux belles occasions de se taire. 

Abonnez-vous à notre newsletter

Les droites de Husson

Soyez les premiers à connaître les 1001 secrets des droites françaises à l'approche des élections présidentielles. La lecture intégrale de cette lettre est comprise dans l'abonnement à 9,90 €/mois !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

28 Shares:
11 commentaires
  1. “…Eric Zemmour, au fond, se sert de sa religion pour servir d’excuse à toute l’extrême droite qui n’attendait qu’un tel représentant pour libérer la parole…”. Donc, avec cette forte parole assumée, ce pauvre Jadot (qui semble en déroute verbale autant qu’électorale) serait lui-même, en fait, extrémiste de droite pur jus puisque puisque selon sa propre définition il se sert de Zemmour pour libérer sa parole et montrer ainsi un des aspects du véritable fond de pensée des écologistes franchouillards .

  2. Jadot est un égologiste
    Quand il est seul sur une affiche, c’est évident
    (J’ignorais que ce jeu de mots que j’utilisais en pensant l’avoir inventé était une invention de Joël de Rosnay, le patron de la Cité des Sciences
    Il faut rendre à César …(
    Nul n’est indispensable à EELV et irremplaçable sauf Jadot, Rivasi et Delli.
    Trois mandats à Bruxelles, c’est deux de trop
    On devient modestement attaché parlementaire de son successeur qui sera peut-être plus performant que nous pour lui faire profiter de son expérience,

  3. Les vrais racistes sont les antiracistes. Pour les autres, l’appartenance ethnique ou religieuse n’est pas un sujet, seule prévaut l’égalité devant la loi. Le “deux poids, deux mesures” instauré perfidement par toutes sortes de discriminations positives (et donc sous couvert altruiste ), est bien installé dans notre dictature démocratique. Ce n’est pas Jadot qui va nous en débarrasser.
    Le CRIF, qui prétend à tort représenter tous les Juifs, ont attisé ce feu-là, sont également coupables, comme tant d’autres associations lucratives prétendument antiracistes.
    Pour cesser de fracturer la société en utilisant les minorités, il faut abroger les lois Pleven et Gayssot. Qui osera? Peut-être que seul, un Juif peut le faire…

  4. Husson veut visiblement attirer une nouvelle audience. ….hahaha …

    On reviendra un jour sur vos nombreux propos sexistes et vos phrases ambigues sur
    Certaines categories de la population. ..

    On veille au grand. ..!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer