[PAYANT] Urbi et Orbi n°5 – La paix en Ukraine: une cause commune pour tous les catholiques?

Le monde entier sait bien que ce qui se passe entre la Russie et l’Occident indique un changement fondamental dans la configuration des affaires internationales. 

Mon hypothèse, c’est qu’il va en être de même pour l’Eglise catholique et les chrétiens en général. 

En effet, à la veille du conflit, l’Eglise était profondément divisée. Sur la vaccination. Sur le Motu Proprio “Traditionis Custodes” concernant la limitation du droit de célébrer la messe selon le rite extraordinaire. Sur la façon de réagir au “synode allemand” etc….

Et puis, la guerre survenant, on a senti un changement d’état d’esprit. 

Le Pape François, peut-être resté trop longtemps silencieux, s’est rendu à l’ambassade de Russie auprès du Saint-Siège et il a entamé une action diplomatique pouvant aller jusqu’à la médiation.

Il a aussi appelé à faire du jeûne mercredi des Cendres 2 mars, entrée en Carême, un jeûne pour la paix. 

Les évêques de nombreux pays européens se sont joints au pape pour réclamer un cessez-le feu et une négociation. 

Dans un geste rare, le primat de Pologne a fait appel au Patriarche Cyrille, primat de l’Eglise orthodoxe russe. . 

Evidemment, ce n’est qu’un début et il me semble que trois défis se présentent à l’Eglise catholique, qu’elle doit relever rapidement. 

(1) Mettre fin au mythe de "Fatima" pour regarder la Russie telle quelle est

Le premier défi pour l’Eglise, c’est de commencer à regarder elle-même et d’aider les autres à regarder la Russie telle qu’elle est. Cela commence par tourner le dos aux mythes qui entourent encore les suites des apparitions de Fatima de 1917. 

A Fatima, la Vierge est, selon l’Eglise, bien apparue à trois enfants portugais pour leur annoncer la révolution communiste russe et leur annoncer que pendant un certain temps la Russie répandrait ses erreurs à travers le monde mais qu’il serait possible, par la prière et une consécration solennelle du pays au Coeur de Marie, de libérer ce pays du communisme. 

Il se trouve que la Russie s’est libérée du communisme à la fin des années 1980. Et si l’on accorde foi aux apparitions (ce qui n’est pas d’obligation dans  l’Eglise), force est de constater que le Pape Jean-Paul II avait, le 25 mars 1984, en la fête de l’Annonciation, consacré plus particulièrement  la Russie au Coeur de Marie dans une prière formulée pour le monde entier. 

Mais restons-en à ce constat simple: la Russie s’est pacifiquement libérée du communisme à la fin des années 1980. Pourtant, il existe encore bien des catholiques pour expliquer qu’il faudrait “accomplir les demandes de Fatima” et consacrer la Russie à Marie. Que les évêques ukrainiens envoient une telle demande au pape (mais en demandant la double consécration de l’Ukraine et de la Russie !), cela peut se comprendre; mais qu’un Monseigneur Vigano et des catholiques occidentaux disent cela, c’est incompréhensible. La Russie est aujourd’hui un des pays les plus chrétiens d’Europe ! On y construit 500 églises par an depuis trente ans. Elle a plus à nous apprendre en matière de foi, que l’inverse. 

(2) Réaliser, enfin, la réconciliation entre catholiques et orthodoxes

Comme nous l’avons déjà évoqué plusieurs fois, il n’y a plus aucun autre obstacle que les mauvaises habitudes du passé pour empêcher la réunification des Eglises orthodoxes et de l’Eglise catholique. 

+ la querelle théologique (place de l’Esprit Saint dans la Sainte Trinité) est résolue depuis 1439, au concile de Florence. 

+ saint Paul VI et le patriarche Athénagoras ont annulé les bulles d’excommunication mutuelles de 1054 le 7 décembre 1965. 

+ Saint Jean-Paul II a repensé la primauté du siège de Pierre dans des termes acceptables pour les Orthodoxes

+ La déclaration commune du Pape François et du Patriarche de Moscou Cyrille le 12 février 2016 contient un vrai programme d’action commun au service de l’humanité. 

Il reste un sujet, la reconnaissance par Rome de la diversité liturgique comme une bonne chose. On me dira qu’après le Motu Proprio limitant l’usage du rite extraordinaire, Rome va plutôt dans le sens de l’uniformisation mais ce serait un sujet à mettre sur la table. Les catholiques de rite latin soucieux de liberté liturgique devraient se souventi de Benoît XVI et s’emparer de la question du rapprochement liturgique avec les Orthodoxes. 

Ce serait d’autant plus important que la liturgie orthodoxe est un véritable conservatoire des liturgies originelles de l’Eglise, celles enracinées dans le culte du Temple de Jérusalem. Prier avec nos frères orthodoxes, c’est être encore plus près des liturigies célébrées par le Christ et ses disciples. 

(3)Nommer la crise de de la civilisation occidentale

Les réactions occidentales posent une question plus fondamentale sur la crise de la civilisation occidentale. On est frappé de voir des individus qui, il y a quelques mois encore, prenaient des dizaines de précautions inutiles face au COVID en régression, et qui maintenant sont des va-t-en-guerre furieux contre Vladimir Poutine. Sans se rendre compte qu’il existe un vrai risque de guerre nucléaire. 

Le monde est dans une sorte de crise de Cuba au ralenti. Et l’Occident ne semble pas se rendre compte du danger que les déclarations belliqueuses font courir à l’humanité. 

Il faut dire que, depuis 1990, les Occidentaux se sont habitués à des guerres américaines destructrices mais sans risque apparent. Le pape Jean-Paul II avait condamné en vain les guerres d’Irak et tenté une médiation dans la guerre du Kosovo.. Mais aujourd’hui il est non moins important de  provoquer une prise de conscience chez les Occidentaux qui confondent le réle et le virtuel. Qui croient qu’ils sont dans un jeu vidéo. 

L’Eglise a médité depuis l’Antiquité sur les conditions de la paix et sur les conditions d’une guerre juste. Elle a surtout expliqué à chaque génération que la guerre entre les individus et les peuples a toujours sa racine dans l’incapacité des hommes à trouver la paix dans leur coeur, au fond d’eux-mêmes. 

Or c’est ce qui caractérise l’homme occidental actuel ? Son instabilité personnelle. Le ‘Il est interdit d’interdire” des boomers n’en finit pas de faire des ravages. Quand le complexe militaro-techno-financier américain et ses alliés butent soudain sur un obstacle de taille – la Russie – ils s’adnnent à des bouffées de haine très éloignées du “peace and love” ou du “faites l’amour, pas la guerre”. Ce que nous disent magnifiquement les romans de Houellebecq, ce génial écrivain qui se tient au seuil du catholicisme, c’est qu’à force d’avoir “fait l’amour” et de ne pas y avoir trouvé ce qu’ils y attendaient, les soixante-huitards se sont mis à aimer la violence et la guerre. 

Constatant l’incapacité de l’Occident à tirer les leçons de l’extraordinaire chute du communisme, le pape Jean-Paul II avait parlé du risque que représentait la “culture de mort” qui s’emparait d’une partie de l’Occident. 

Quand on regarde l’Ukraine, la corruption de ses élites, la pauvreté de sa population, le taux de prostitution, on est très loin des discours exaltés sur la défense de la démocratie qui se jouerait à Kiev. Y a-t-il rien de plus abject, dans le genre, que la vidéo de ces femmes ayant payé pour une GPA en Ukraine et se plaignant sur BFM TV de ne pas pouvoir rentrer en France, coincées par la guerre. (voir ci-dessus)?  

C’est un exemple terrible de cette “culture du déchet” que dénonce souvent François. Nos Françaises étaient venues en Ukraine pour chercher un bébé porté par une autre dont elles ont exploité le besoin d’argent – contre la loi française! Et tout ce qui les préoccupe, c’est de risquer d’être coincé en Ukraine à cause de la guerre! On comprend: ce serait sans doute déprimant de découvrir le niveau de vie dans ce pays, la réalité du malheur entretenu par le comportement des Occidentaux. Autant oublier les mères porteuses le plus vite possible, comme de vieux vêtements. 

On aimerait qu’à l’occasion de la guerre d’Ukraine, il fasse avec l’Eglise le constat que la crise n’est pas simplement celle des individus occidentaux mais aussi des élites occidentales. C’est le même groupe dirigeant qui est à l’origine de la crise financière de 2008, de la gestion catastrophique du COVID et, maintenant de la guerre d’Ukraine. Ce sont les élites occidentales qui ont plongé, depuis Maïdan au moins, un peuple dans la division et l’ont maintenu dans la pauvreté. 

Face à cela, l’Eglise a bien des éléments à réenseigner à l’humanité, des moyens d’assurer la paix à la redécouverte de ces racines chrétiennes de la culture européenne, qui fait qu’on pense fondamentalement de la même manière à Moscou, Kiev, Prague et Rome. A condition de ne pas vouloir couper l’homme de ses racines historiques et culturelles et de le réenraciner dans le réel.  Car le christianisme est d’abord un réalisme. 

Moi aussi, j'objecte conscience

Rejoignez le rang des objecteurs de conscience. Agissez concrètement pour la résistance. Montez de la mine, descendez des collines ! Le moment est venu.

About Post Author

13 Shares:
8 commentaires
  1. Je ne suis pas certain que ce que vous nommez le mythe de Fatima n’ait pas existé véritablement. Si on regarde les documents de l’époque notamment le miracle du soleil ceux-ci sont totalement infalsifiables avec les techniques audiovisuelles de l’époque. De plus il a été annoncé un miracle sans dire lequel pratiquement 3 mois à l’avance… Effectivement plusieurs papes ont fait une consécration de la Russie qui ne semble pas avoir eu totalement l’aval du ciel car non réalisé dans les termes demandés. A mon sens le fait que la Russie effectivement se retrouve avec une impressionnante progression religieuse peut s’expliquer par le fait que même si la consécration n’est pas totalement valide elle produit certain effet. Dans ce qui a été dit à Fatima il semble que la Russie deviendra alors catholique dès lors que la consécration sera réalisée comme demandé.
    Je voudrais également vous remercier pour le fantastique boulot que vous faites depuis l’origine pour nous permettre de voir clair dans ce merdier infâme propagé par la caste. Continuez toujours et encore on a vraiment besoin de vos lumières !!!

      1. Oui j’ai compris. C’est d’ailleurs ce que je vous disais la consécration faite imparfaitement a tout de même semble t-il produit des effets. Quand vous discutez avec des religieux de premier plan ils vous disent que cette demande du ciel n’est pas actuellement réalisée. Et donc dire que depuis 1984 le problème est réglé…

  2. Monsieur Husson, je suis abonné au CDS dont j’apprécie fortement les analyses et en général la qualité du traitement de l’information. Mais… j’ai suivi vos analyses intéressantes du monde chrétien en y retrouvant le “romano-centrisme” habituel du monde occidental, c’est à dire votre incapacité de concevoir la chrétienté en dehors de Rome. Cela n’est pas dérangeant tant que vous n’affirmez pas de choses comme “….. il n’y a plus aucun autre obstacle que les mauvaises habitudes du passé pour empêcher la réunification des Eglises orthodoxes et de l’Eglise catholique….”. Vous pourriez éventuellement affirmer ce genre de chose en ne vous basant que sur l’aspect géopolitique d’une Eglise sécularisée, ce qui est son drame. Le sujet est vaste et je me permet de vous conseiller deux livres qui peuvent vous permettre d’affiner votre perception de la foi orthodoxe et des mondes engendrés par celle-ci: le premier “L’orthodoxie, l’Eglise des sept conciles” de Kallistos Ware, CERF, coll. Le sel de la terre; le second “Propos d’un moine orthodoxe” du P. Placide Deseille, éd. LETHIELLEUX (Groupe DDB).
    Pardonnez moi… et bonne lecture?!…

  3. Merci pour vos articles toujours très intéressants. Les élites que vous dénoncez, notamment celles de Davos et du WEF, sont imprégnées de communisme. Le WEF nous annonce d’ailleurs la fin de la propriété privée en 2030 (pour nous pas pour eux “vous ne posséderez rien et vous serez heureux”). De ce point de vue, les erreurs de la Russie se sont bien répandues dans le monde et ne cessent d’y progresser. Si des églises se construisent en Russie, le taux d’avortement y reste élevé. Enfin, avec le recul, il semble difficile de considérer que la Russie se soit “pacifiquement libérée du communisme à la fin des années 1980”. L’Occident a décidé à l’époque qu’il convenait de bâtir un nouvel ordre mondial intégrant la Russie et y a travaillé avec Gorbatchev et Elstine . La Russie ne s’est pas libérée toute seule.. Je me permets de vous renvoyer à l’ouvrage récent de Mgr Schneider à ce sujet (Christus Vincit), il a vécu en terres soviétiques. Bref, il parait hâtif d’enterrer Fatima si vite..Les évêques ukrainiens de rite latin ont d’ailleurs demandé la consécration de la Russie et de l’Ukraine la semaine dernière. Cordialement, IG

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer