[PAYANT] Marion Maréchal annonce son soutien à Eric Zemmour

Les Droites de Husson n°39: A 34 jours du premier tour, Marion Maréchal vient d'annoncer son soutien à Eric Zemmour. Cela peut-il changer la donne? Le candidat a connu un sérieux trou d'air, depuis quelques jours, en partie lié à la Guerre en Ukraine. Pour autant, les jeux sont-ils faits? Marine Le Pen joue l'indifférence ou la commisération. En réalité, dans le mois qui reste, c'est la vraie campagne qui commence. Emmanuel Macron veut faire le coup de François Mitterrand, en 1988, qui avait attendu le début mars pour se représenter. Il espère profiter du contexte international pour appeler à "l'union sacrée" - puissamment aidé par Nicolas Sarkozy.. Mais comme disait Bismarck: une semaine, en politique, c'est très long. Et là, il y en a quatre !

Cela aurait pu être une énorme détonation dans la campagne présidentielle. C’est juste une confirmation. Les échanges entre Marion Maréchal et Eric Zemmour ont lieu depuis plusieurs semaines. Mais l’équipe du candidat Zemmour est bavarde, trop bavarde. 

Il y a six semaines, à force de parler, les proches de Zemmour ont raté l’effet qu’aurait dû avoir l’annonce du soutien de Marion Maréchal. La rumeur lancée a permis à Marine Le Pen de s’emparer du sujet. On se rappelle une fin de semaine agitée, que j’avais décrite sous le titre de la nouvelle saison de “Dallas à Montretout”. 

Marion Maréchal a simplement une force: sa capacité à se taire et à brouiller pour les journalistes tous les signaux de communication. A partir du début février, pendant un mois, la directrice de l’ISSEP a plongé en eaux profondes. Personne sauf trois compagnons politiques de longue date n’était au courant de la date de son éventuel soutien à Eric Zemmour ni de la forme qu’il prendrait. 

La manœuvre a réussi. L’ancien député du Vaucluse a imposé son calendrier. Evidemment, l’entourage de Zemmour n’a pas pu s’empêcher de parler à nouveau dès la décision prise au début de la semaine du 28 février.  Et dès le 2 mars au soir, il y avait un article de Cjharles Sapin dans Le Figaro pour annoncer la présence de Marion Maréchal au meeting de Toulon.   

Comment la Guerre en Ukraine pèse sur la campagne

.

Beaucoup se sont interrogés sur la question de savoir pourquoi Marion maréchal rejoignait Eric Zemmour alors que la guerre en Ukraine bat son plein. Et que le candidat a un trou d’air dans les sondates. 

Effectivement,le candidat a perdu dans l’agrégation de sondages Jean-Poll 1,5 points et Marine Le Pen gagne un point. En fait, rien de spectaculaire. Le candidat s’est laissé enfermer dans le débat sur la guerre en Ukraine en ne vouloir accueillir de réfugiés. Il vient de rectifier le tir lors du meeting de Toulon. 

Mais le plus imortant est de voir que Zemmour est redescendu vers son socle -12-13% – et la courbe des sondages montre ce que que notre ami Jean-Poll appelle plaisamment des montagnes russes: 

Qu'est-ce que Zemmour peut récupérer du potentiel électoral de Marion Maréchal?

Nous remettons à disposition de nos lecteurs un document que nous avions déjà commenté, sur le potentiel électoral de Marion Maréchal, réalisé en avril 2021. 

Le potentiel de Marion Maréchal est à 28% au premier tour, quand celui d’Eric Zemmour avait été mesuré, dans le même type d’enquête et à la même période, à 19%. 

En fait, la réalité de la droite française, c’est le fait que Marion Maréchal rassemble aujourd’hui, en intention potentielles, le votre Le Pen et le vote Zemmour. Si elle était seule candidate, nous dit ce sondage, elle obtiendrait à peu de choses près le score cumulé des deux dans les sondages. Evidemment, Marine Le Pen peut compter sur la fidélité d’un certain nombre d’électeurs – la projection ci-dessus se fait dans l’idée que Marine Le Pen ne serait pas candidate. Cependant, comme le fait remarquer Marion Maréchal dans l’entretien qu’elle a accordé à Valeurs Actuelles, la moité des électeurs du Rassemblement National en 2017 ne sont pas retournés voter depuis lors. 

La bataille va se dérouler pour faire voter les abstentionnistes du Rassemblement National. Et c’est là que le soutien accordé par Marion Maréchal à Eric Zemmour pourrait être décisif. 

Naturellement, Eric Zemmour va devoir se battre contre la tentative de récupération de la campagne par Emmanuel Macron au nom de la Guerre en Ukraine. Et de ce point de vue l’appel de Nicolas Sarkozy à l’union sacrée aide puissamment le candidat Macron. Cependant, Eric Zemmour semble penser qu’il pourra s’ouvrir à nouveau un espace, comme il l’a fait ce dimanche 6 mars, en demandant que le débat électoral ne soit pas confisqué et en parlant du pouvoir d’achat des Français. 

Aucun doute, les quatre dernières semaines de campagne vont être palpitantes. 

About Post Author

4 Shares:
5 commentaires
  1. Je trouve son ralliement d’une stupidité sans nom. Rallier quelqu’un qui na jamais protesté contre la dictature sanitaire, ni contre le viol de la Constitution, qui est pourtant le problème central auquel nous faisons fasse, c’est stupide..
    La délinquance est en progression, c’est vrai.
    Mais ce n’est pas la délinquance des banlieues qui a confiné les gens, qui les a interdit de travailler qui interdit aux médecins de soigner, qui oblige chaque Français à se faire injecter un produit néfaste par une série de contrainte.
    Ce n’est pas la délinquance des banlieues qui jette les soignants à la rue, qui introduit les QR code… etc.
    C’est la corruption à un très haut niveau. Que Zemmour s’attaquera à cela, alors il sera crédible. Car c’est cela notre problème au quotidien.

    Il a des urgences partout, mais là, maintenant, il faut remettre en place notre Constitution et le respect de la République

  2. Les sondages sont bidons.

    Toute l’Histoire des sondages depuis 40 ans en France le montre.
    Quel trou d’air ? Dans les sondages. Trou d’air dans une masse d’air ? Un comble !

    Samedi un sondage RTl est publié, puis retiré sur demande de l’Élysée une heure plus tard.
    Sur 42.250 personnes s’exprimant, un panel hautement représentatif dans une rédaction réputée “à gauche”, 84% des interrogés ne veulent pas que Macron se représente. Un deuxième sondage sur un panel de 21.000 personnes montre une augmentation de ce refus, à 91%.

    Cela fait longtemps, 30 ans au moins, qu’on dit que les panels français sont à mettre à la poubelle, que les institutions qui les constituent n’ont pas pris le virage de l’IA depuis 2000… mais c’est leur fond de commerce, les panels, de l’oligarchie par ses financements croisés. Sans le panel et le commerce de ces panels, le modèle de l’oligarchie française est à mettre la poubelle. Car c’est cette panélisation qui est la base des campagnes de pub et de la fixation des prix de la publicité. On vent du temps d’espace publicitaire aux annonceurs grâce à la supposée “solidité” u modèle des panels ! Qui garantit un retour sur investissement. Tant d’investissement publicitaire = tant de personnes touchées dans le panel consommateur. La publicité annonceur sert désormais de support à la communication publique. L’homme politique est un produit, un camembert. L’erreur est que le produit-politique a des ressorts bien plus profonds que le produit lambda. On ne quantifie par une offre politique comme le panier de la ménagère. Si cela était vrai, cela se saurait.

    Supprimez ces panels, le business model français s’écroule !
    Et pourtant il sont faux.
    Dans les années 1960, Alvin Toffler conseillait la plus grande firme électrique US. Il décrit le phénomène dans “S’adapter ou périr”. L’entreprise, réputée “to big to fall”, n’a pas voulu s’adapter, elle a disparu. Elle était à l’époque en situation quasi monopolistique et était bureaucratisée à l’extrême…

    To big to fall. L’Etat français par exemple…
    Le CAC40 par exemple.
    Le Stock Exchange par exemple.
    La Crise de 1929 par exemple…
    La Crise des Subprimes par exemple…
    Too big to fall…

    Les sondages.
    En 1981, Giscard vainqueur.
    En 1988, Chirac vainqueur.
    En 1985, Balladur vainqueur.
    En 2002, Jospin vainqueur.
    En 2007, Sarkozy vainqueur.
    En 2012, Hollande vainqueur.
    En 2016, Clinton vainqueur.
    En 2017, Fillon vainqueur.
    En 2021, RN-FN 4 régions, 25 départements.

    En 2022, QOTMII annonce la finale depuis 2 mois : Macron-Zemmour.
    En 2012, QOTMII (Filteris) avait annoncé le tiercé dans l’ordre au bon niveau.
    En 2017, il avait annoncé les bons niveaux mais pas dans l’ordre.
    En 2002, les derniers sondages démontraient la percée de JMLP, mais les médias, bien entendu tous derrière Jospin, se sont esclaffés.

    Pas besoin d’aller voter ! C’était cuit. Lionel distribuait déjà les portefeuilles avant le premier tour.
    Le trou d’air, où ça ? Le trou d’air dans le gouvernement actuel, oui, on l’a vu, avec les conneries débitées comme des chapelets de saucisses par Lemaire et Macron… Des génies.

    https://institutdeslibertes.org/hier-nous-etions-au-bord-du-gouffre-aujourdhui-nous-avons-fait-un-grand-pas-en-avant-marechal-de-mc-mahon/

    Tiens Véran a disparu des antennes… Va-t-il être nommé à la Défense et au Ministère de la Vérité ?

    Les sondages. Si le sujet était clos, cela se saurait.
    ,

    1. Les sondages sont aussi bidons que les prévisions météo. Maintenant, ils nous ont mis un coefficient qui s’appelle “la marge d’erreur” de +ou-2% voire +ou-5%. En 2017, les sondages montrent les finalistes autour de 27%. Le jour de l’élection, les 4 premier sont dans la fourchette 21 – 23%.

      La météo est encore pire comme mensonge institutionnalisé, elle est pondéré d’un “coefficient de crédibilité” ou de pertinence (je ne sais plus le terme exact) de 1 à 5 sur 5.

      “Dans un univers certain, les prévisions sont fiables…” Monsieur de La Pallice.
      En fait l’informatique basée sur les mathématiques veut supprimer l’erreur humaine et rendre les prévisions certaines, parce que l’incertitude coute cher aux banquiers. On ne prête par à une entreprise dont les prévisions sont mauvaises. Tiens, Macron n’a plus aucun banquier qui le suit… Allo quoi ? Macron, c’est une immense espérance bancaire déçue, sauf pour quelques oligarques propriétaires des médias… D’où les sondages des médias, qui répondent à ce que veulent entendre les propriétaires des médias !

      « Errare humanum est, perseverare diabolicum »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer