Lourdes accusations russes sur les labos bactériologiques US en Ukraine

Les bio-laboratoires ukrainiens, financés par les États-Unis, n’en finissent plus de cristalliser les tensions russo-américaines. La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères a déclaré, mercredi 9 mars 2022, que les forces armées russes avaient reçu des preuves du développement de composants d'armes biologiques par l'Ukraine, sous la direction des États-Unis, de la part des employés des laboratoires biologiques ukrainiens. Le ministère russe de la Défense a accusé, jeudi 10 mars 2022, les États-Unis d’avoir créé un mécanisme de propagation de pathogènes meurtriers. Il affirme avoir trouvé des documents indiquant que des expériences ont été menées avec des échantillons de coronavirus de chauve-souris dans des laboratoires ukrainiens. Même le chef de la diplomatie russe y est allé de son commentaire, ce matin, en marge d'un forum diplomatique à Antalya (Turquie).

Des armes biologiques seraient développées en Ukraine, sous supervision américaine

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères a déclaré mercredi 9 mars, que des documents suggèrent que “des composants d’armes biologiques étaient développés en Ukraine”.

(Voici un lien pour regarder la vidéo traduite en français)

 S’exprimant lors d’un briefing hebdomadaire à Moscou, Maria Zakharova a déclaré que les forces armées russes ont reçu des preuves du développement de composants d’armes biologiques par l’Ukraine, sous la direction des États-Unis, de la part des employés des laboratoires biologiques ukrainiens.

Elle a souligné que de telles activités violent la Convention sur les armes biologiques, et que la Russie pourrait ouvrir une audience sur cette question.

« Les dirigeants américains doivent rendre publics les programmes biologiques militaires qui ont été mis en œuvre en Ukraine », a-t-elle exigé.

“Dans un court laps de temps, le ministère de la Défense des États-Unis d’Amérique et l’administration du président des États-Unis sont tenus d’informer la communauté internationale et de rendre officiels les programmes militaires biologiques qui ont été mis en œuvre en Ukraine”, a-t-elle souligné.

Zakharova s’est également interrogée sur ce qu’il est advenu des matériaux biologiques, sortis des laboratoires ; s’ils ont été détruits ou non.

“Qui était en charge du ministère de la Santé de l’Ukraine pendant de nombreuses années ? Vous vous souvenez ? De quel pays venait ce merveilleux docteur ? Qui dirigeait le ministère de la Santé ukrainien ? Je m’en souviens très bien : c’est le continent américain.”

Le mardi 8 mars, la sous-secrétaire d’État américaine aux affaires politiques, Victoria Nuland, avait confirmé l’existence en Ukraine d’installations de recherche biologique dirigées par les États-Unis.

« Kiev et Washington s’efforcent actuellement d’empêcher que le matériel qui y est accumulé ne tombe entre les mains des forces russes »  avait-elle déclaré.

Selon Moscou, le Pentagone a expérimenté des coronavirus de chauve-souris en Ukraine

Le ministère russe de la Défense a accusé les États-Unis d’avoir financé un programme d’armes biologiques en Ukraine, affirmant avoir trouvé des preuves en ce sens dans des laboratoires ukrainiens.

« L’objectif de ces recherches biologiques financées par le Pentagone en Ukraine était de créer un mécanisme de propagation furtive de pathogènes meurtriers », a dit, dans son briefing matinal sur le conflit en Ukraine, le porte-parole du ministère, Igor Konachenkov. Selon lui, Moscou a récupéré des « documents remis par les employés des laboratoires ukrainiens », évoquant des « transfert de bio-matériaux humains prélevés en Ukraine vers des pays étrangers à la demande des représentants américains ».

Konachenkov a aussi cité un « projet américain sur le transfert d’agents pathogènes par des oiseaux sauvages migrateurs entre l’Ukraine et la Russie et d’autres pays voisins ». Il a assuré que les États-Unis prévoyaient de « mener des travaux sur les agents pathogènes d’oiseaux, de chauves-souris et de reptiles en Ukraine en 2022 » ainsi que sur la « possibilité de la propagation de la peste porcine africaine et de l’anthrax ».

 « Dans les laboratoires établis et financés en Ukraine, des documents montrent que des expériences ont été menées avec des échantillons de coronavirus de chauve-souris », a encore affirmé le porte-parole russe.

Rappelons qu’une nouvelle étude de l’Institut Pasteur confirme la très forte probabilité que le virus responsable du Covid-19 vienne des chauves-souris. Le laboratoire de Wuhan l’aurait ensuite très certainement propagé d’une manière accidentelle après des manipulations.

Affaire à suivre de près …

Études à haut risque menées sous la direction de spécialistes américains

Igor Kirillov, qui dirige la force de protection radiologique, chimique et biologique de l’armée russe, a souligné que le ministère russe de la Défense avait constaté à plusieurs reprises les programmes biologiques militaires mis en œuvre par le Pentagone sur le territoire post-soviétique. En particulier, un réseau a été formé sur le sol ukrainien composé de plus de 30 laboratoires biologiques, y compris des laboratoires de recherche et sanitaires et épidémiologiques.

Selon lui, les documents comptables confirment le fait que le département américain de la Défense a donné directement de l’argent pour participer à des études, sans la participation d’intermédiaires.

“L’un des documents confirme que toutes les études à haut risque sont menées sous la direction de spécialistes américains”, a noté Kirillov

“[les documents] réfutent clairement la déclaration américaine selon laquelle seuls les scientifiques ukrainiens travaillent dans les laboratoires biologiques du Pentagone en Ukraine sans l’intervention des biologistes américains”

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov a lui aussi dénoncé, jeudi 10 mars, depuis la Turquie, “des faits absolument scandaleux sur ce que fait le Pentagone dans les laboratoires biologiques créés avec son argent”.

 “Des informations affirment que le Pentagone crée des dizaines de laboratoires biologiques militaires sur le sol ukrainien. Nous voulons des réponses sur ce sujet”, a-t-il lancé.

Il a accusé Washington d’utiliser “le territoire ukrainien pour mener des expériences sur des agents pathogènes qui peuvent ensuite être utilisés pour créer des armes biologiques”.

Lavrov a affirmé que les Américaines “mènent ces activités dans le plus grand secret” en créant des laboratoires “tout au long du périmètre de la Russie et de la Chine”.

 Qu’y a-t-il dans ces laboratoires biologiques ukrainiens qui les rendent si inquiétants et dangereux aux yeux des américains ? Où se limitent l’aide et l’implication américaine ?

Les aveux de la sous-secrétaire d’État, Victoria Nuland, ont mis officiellement en lumière le rôle des États-Unis dans les « biolabs » ukrainiens et soulèvent de nombreuses questions sensibles.

Moi aussi, j'objecte conscience

Rejoignez le rang des objecteurs de conscience. Agissez concrètement pour la résistance. Montez de la mine, descendez des collines ! Le moment est venu.

About Post Author

769 Shares:
5 commentaires
  1. Si cela se confirme, les USA vont bientôt passer de “gendarme du monde bien intentionné” à “Axe du Mal”… Les USA actuels n’ont plus rien à voir avec ceux qui ont libéré ma Normandie… J’ai rencontré des GI’s vétérans ayant débarqué en 1944 à Arromanches, des gens absolument admirables, de véritables héros qui auraient donné leur sang et leur âme pour nous sauver du nazisme.

    Là, le scénario depuis Wuhan devient une horreur.

    On espère que Trump va revenir bientôt, cette période devient folle sous le quadruple joug criminel de Biden, Obama, Trudeau, Macron.

    STOP MACRON.
    MACRON DEGAGE.

    https://www.stopmacron.fr/actualites/article/macron-et-son-patrimoine-episode-1
    https://www.stopmacron.fr/actualites/article/politique-etrangere-les-echecs-de-macron

  2. Ils en sont quand à même à 26 identifiés. Pour l’instant… Et en général, quand on met des labos de recherche biologique sur des territoires externes à son propre pays (et limitrophes de “méchants” en langage nécon), c’est que leur contenu craint quand même un peu.

  3. Je serais parmi des décideurs Russes, je doterais immédiatement chaque escouade d’un appareil photo de qualité et d’un mobile, de façon à ce que _tous_ les documents trouvés sur place soient convenablement photographiés et immédiatement mis en ligne sur un site accessible mondialement, même s’ils vont contre eux – parce que mettre ça en ligne à partir du front est la seule façon de _prouver_ les choses et de les prouver d’une manière équitable.
     
    Garder ça pour eux n’amène rien que de futures sordides discussions d’arrière-salles, qui ne rapportent en général pas grand-chose et puis, il est grand temps que les peuples voient enfin de quelle façon s’opèrent certaines poliotiques de leur propre pays, mais pour arriver à obtenir ça, il faut leur mettre le nez dedans.
     
    Ça paraît l’une des meilleures choses à faire (sinon, les zaméricains auront beau jeu de dire que tout a été forgé de toutes pièces), tant pour la crédibilité russe que pour que les gens de tous pays ouvrent enfin les nœils.

  4. Il y aurait donc bien légitime défense des russes sous le coup d’une attaque programmée des provinces russes du Donbass, par les légions ukrainiennes anticommunistes et russophobes. La Russie a souvent défendu les minorités non alignées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer