Mesures Covid : la Cour européenne des droits de l’homme reconnait une violation de la Convention

View into the Grand Chamber at the European Court of Human Rights, ECHR, in Strasbourg, France, on October 23, 2018. (KEYSTONE/Christian Beutler)

Ce mardi 15 mars, la Cour de Strasbourg rend un arrêt reconnaissant la violation de l’article 11 (liberté de réunion et d’association) de la Convention européenne des droits de l’homme s’agissant des mesures Covid. La Cour souligne la mise en balance entre liberté de réunion pacifique et mise en place des mesures sanitaires générales interdisant toute manifestation publique pendant trop longtemps. Le problème n’est donc pas l’atteinte en elle-même, mais la durée de l’atteinte, le contrôle de cette atteinte et les sanctions pénales trop lourdes à la clé.

 

L’association requérante est une association syndicale de droit suisse qui organise des dizaines de manifestations chaque année dans le canton de Genève afin de défendre les intérêts des travailleurs. Elle saisit la Cour le 26 mai 2020, se plaignant d’avoir été contraint par le gouvernement suisse de retirer une demande d’autorisation pour une manifestation prévue le 1 er mai 2020.

Problème de proportionnalité et de contrôle

L’article 2 (droit à la vie) et l’article 8 (droit au respect de la vie privée et familiale) de la Convention européenne des droits de l’homme impose aux pays ayant ratifiés cette Convention de « protéger la vie et la santé des personnes se trouvant sous leur juridiction ».

La Cour de Strasbourg ne méconnait pas la menace sérieuse pour la santé publique engendrée par le Covid, ni les faibles connaissances des Etats au début de la pandémie malgré la nécessité de réagir rapidement.

Néanmoins « une interdiction générale d’un certain comportement » nécessite une justification solide et un contrôle particulièrement sérieux par les Tribunaux.

Même à supposer l’existence d’une justification solide, le Tribunal Fédéral Suisse n’a pas voulu examiner sur le fond les recours introduits en matière de liberté de réunion et la compatibilité avec la Constitution, et ce pendant un temps jugé considérable par la Cour de Strasbourg.

Cette dernière estime qu’au vu de l’urgence de la situation sanitaire, si un débat parlementaire n’était pas toujours envisageable, « toutefois, un contrôle juridictionnel indépendant et effectif des mesures prises par le pouvoir exécutif s’avère d’autant plus impérieux » (c’est donc Ok pour l’atteinte mais pas sans contrôle).

Le Pen juge "indécent" que Fabius et Macron inaugurent une usine Renault en Algérie - Le Point

Nous conseillons donc à la haute juridiction suisse de prendre rendez-vous avec Laurent Fabius pour qu’il lui explique comment allier « contrôle juridictionnel indépendant » et soutien inconditionnel du pouvoir exécutif.

En France nous au moins on a tout, débats parlementaires et contrôle Constitutionnel … mais peut-être la Suisse n’a-t-elle pas osé pousser l’affront aussi loin que nous …

Le droit de manifester ne doit pas faire l’objet d’une sanction pénale

Belgique : des volontaires passent un week-end derrière les barreaux | VL Média

« Art. 10d Quiconque, intentionnellement, s’oppose aux mesures visées à l’art. 6, al. 1, 2 et 4, est puni d’une peine privative de liberté de trois ans au plus ou d’une peine pécuniaire, à moins qu’il n’ait commis une infraction plus grave au sens du code pénal »

L’Ordonnance 2 sur les mesures destinées à lutter contre le coronavirus (COVID-19) sanctionnait pénalement celui qui violait l’interdiction de manifester.

Le Cour de Strasbourg estime les sanctions trop sévères et dissuasives.

La suisse n’a pas utilisé la dérogation à la Convention

La Convention européenne des droits de l’homme comporte un article 15 qui permet aux pays membres de déroger temporairement à l’application de la Convention en cas de guerre ou de troubles graves à l’ordre public (cette procédure avait été utilisée par la France en 2015 suite à l’instauration de l’état d’urgence).

Ce mécanisme vise à la prévenir d’éventuelles condamnations devant la CEDH, ou au moins de l’appeler à juger avec plus de souplesse.

Si pas d’activation de l’article 15, il n’y a donc pas de régime d’exception, donc l’article 11 sur la liberté de réunion et d’association s’applique pleinement.

J’imagine que ce constat ouvre la voie à un possible futur requérant venant d’un pays n’ayant pas activé l’article 15 … (à bon entendeur).

L’ingérence dans l’exercice des droits protégés par l’article 11 n’était pas proportionnée aux buts poursuivis. Dès lors, l’État suisse a outrepassé la marge d’appréciation dont il jouissait et doit verser 3 000 euros (EUR) à l’association requérante pour frais et dépens.

 

Moi aussi, j’objecte conscience

Rejoignez le rang des objecteurs de conscience. Agissez concrètement pour la résistance. Montez de la mine, descendez des collines ! Le moment est venu.

Je deviens résistant

301 Shares:
5 commentaires
  1. “Le droit de manifester ne doit pas faire l’objet d’une sanction pénale”. Pour la France et Macron, on pourrait ajouter les sanctions physiques et chatiments corporels : Benalla, aide du président, tabassant des manifestants avec la police devant les cameras, des dizaines de manifestants hospitalisés pour blessures par les armes de la police.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer