Guerre d’Ukraine – Jour 43 – En attendant la bataille du Donbass.

Chronique de la destruction consentie de l'Europe. - Depuis trente ans, les Etats-Unis n'ont qu'une obsession sur notre continent: empêcher l'émergence de cette "Europe européenne", que le Général de Gaulle appelait de ses voeux, fondée sur une sécurité qui devait aller "de l'Atlantique à l'Oural". La guerre d'Ukraine est à la fois le sommet de la capacité de division américaine et le moment d'un potentiel retournement. Nous assistons non seulement à une révolution militaire russe (grâce aux armes hypersoniques) mais aussi à l'émergence d'un monde multipolaire dont le centre de gravité sera en Eurasie, au coeur du triangle constitué par la Russie, l'Inde et la Chine. La France a un énorme atout - elle est à la fois européenne et présente sur tous les océans du monde. Nous aurions toutes les raisons de jouer un rôle majeur dans le nouvel équilibre des puissances. Mais avant cela, il nous faut d'abord analyser et comprendre ce qui se passe sous nos yeux: le déclin inéluctable de la puissance américaine du fait de la dédollarisation du monde; l'auto-destruction de l'Union Européenne qui pousse les sanctions contre la Russie sur un mode "plus américain que les Américains"; le déclin de la puissance allemande qui a oublié la vieille sagesse de Bismarck, Willy Brandt et Gerhard Schröder - l'Europe va mal quand l'Allemagne et la Russie ne s'entendent pas ; mais aussi le réveil politique de l'Inde qui tient à distance le monde anglo-saxon; la remise en selle, malgré le COVID-19, que cela nous plaise ou non, de la Chine néo-léniniste; et, bien entendu, la résistance de la Russie aux sanctions. C'est à condition de comprendre le monde qui vient que la France saura y trouver sa place.

La campagne d’Ukraine

+La nouvelle du retrait de l’armée russe de Kiev a pu donner une fausse impression: l’armée russe, comme le montre la carte ci-dessus, garde des positions desquelles ils peuvent revenir vers Kiev à tout moment.

+ L’armée russe effectue des tirs balistiques de précision sur l’ouest de l’Ukraine mais aussi sur le futur champ de bataille du Donbass  pour préparer l’offensive.  

+ La préparation de l’encerclement de l’armée ukrainienne au Donbass se poursuit. Avec un futur mouvement enveloppant à l’ouest et une attaque massive d’artillerie à l’est. 

+ Un petit chaudron dans le grand chaudron: autour de Severodonetsk. 

+ A Marioupol, les combats continuent autour du site industriel et de l’usine.  

+Contrairement à ce qui a été annoncé par les Ukrainiens, l’armée russe ne recule pas dans la région de Kherson ou celle de Zaporojie. Au contraire, une administration civile s’y met en place et le rouble est progressivement introduit. 

+ Le maire de Kharkov a appelé les habitants à ne pas quitter la ville: pour en faire un nouveau Marioupol où l’utilisation des civils comme “boucliers humains”  a ralenti l’avancée des troupes russes? De même, les gens se pressent pour sortir de Kramatorsk, qui va être au coeur des prochains combats mais sont ralentis par les autorités. 

+ A Kherson on entend parler de plus en plus fréquemment de devenir une république autonome comme Donetsk et Lougasnk. 

+ Les Ukrainiens semblent ne pas vouloir véritablement négocier. Sergueï Lavrov a déclaré que la partie ukrainienne avait réécrit le document d’Istanbul :” Ils ont supprimé la clause sur la non-prolifération des garanties de sécurité pour la Crimée et le Donbass, ainsi que le consentement obligatoire de la Russie pour mener des exercices militaires avec la participation de troupes étrangères….

“Dans le document d’Istanbul, les Ukrainiens ont clairement indiqué que les futures garanties de sécurité de l’Ukraine ne s’appliquent pas à la Crimée et à Sébastopol. Dans le projet d’hier, cette déclaration claire est absente. Le document stipulait explicitement que dans le contexte du statut neutre, non aligné et non nucléaire de l’Ukraine, tout exercice militaire impliquant des contingents étrangers n’est réalisé qu’avec le consentement de tous les États garants, y compris la Russie. Dans le projet d’accord reçu hier, cette disposition sans ambiguïté a également été remplacée

Les ressorts de la propagande kiévienne

+ Hier on pouvait penser que l’hystérie sur Butcha se calmait. le New York Times mettait en avant une vidéo montrant des crimes commis par des soldats ukrainiens.  Mais une couche a été rajoutée aujourd’hui. Par exemple, Le Figaro publie un article qui est un simple copier/coller d’une propagande dont la signature est immanquablement “kiévienne”: l’argumentation consistant à insister sur le caractère “asiatique” des troupes russe présumées coupables du massacre est une des scies de la propagande du gouvernement ukrainien. On ajoutera que c’est sorti tout droit des argumentaires de la Seconde Guerre mondiale, lorsque le Reich appelait à lutter contre l’Armée Rouge, expression de l’Asie prête à déferler sur la civilisation. 

+ Cependant, à la propagande d’inspiration clairement bandériste, vient se superposer une argumentation typiquement occidentale consistant à plaquer la mémoire de la Shoah sur les événements.  On lira de ce point de vue la courageuse analyse d’Yves Daoudal sur son blog: 

Le « conseil municipal de Marioupol » (?) alerte : après le « génocide » de Boutcha, les Russes « déploient » désormais à Marioupol des « crématoriums mobiles », pour « effacer les traces de leurs crimes ». Et les habitants qui sont témoins de ces horreurs sont « rassemblés » dans des camps russes.

Selon le maire de Marioupol, ce sont des « dizaines de milliers » d’habitants qui peuvent avoir déjà été victimes des crématoriums ambulants. (Il y a quelques jours il disait que des « dizaines de milliers » d’habitants avaient été « déportés » dans des camps russes.)

Sur les réseaux sociaux, en pleine ébullition, la conclusion va de soi : « c’est Auschwitz ».

On arrive sans doute au bout du délire. Parce que, après les mots « génocide » et « Auschwitz » je ne vois pas ce qu’on peut trouver.

C’est toujours la même image qu’on nous montre, sans jamais dire où et quand elle a été prise. Il faudra quand même nous expliquer comment ce truc-là qui vient d’arriver à Marioupol a déjà pu brûler des dizaines de corps...”

Comme nous le disions hier, un nouveau maire a été désigné à Marioupol et ce genre de discours va cesser. Néanmoins il ne faudra pas oublier cette affreuse superposition d’un discours clairement structuré comme le discours des années 1941-1945 et d’un discours mémoriel moderne, le second étant là pour camoufler le premier. 

+ Au moment où je finis cette chronique du jour je constate que le Figaro donne un grand coup de balancier en montrant les vidéos sur les exactions des soldats ukrainiens. 

+ En attendant, il y a plus de sérieux chez un Yves Daoudal, qui a trouvé d’où vient le camion sur la photo ci-dessus: 

La photo du crématoire mobile qui réduit en cendre des dizaines de milliers d’habitants de Marioupol, selon le maire de la ville (les témoins étant envoyés au goulag), qui a fait le tour du monde des télévisions et des journaux comme preuve de l’horreur absolue (Marioupol = Auschwitz), est tirée d’une publicité, datant de 2013, pour ce camion incinérateur fabriqué par l’entreprise de Saint-Pétersbourg Turmalin Zao…Cela explique pourquoi c’est toujours la même.Ils ne reculent devant aucune imposture… Mais ça devient difficile avec les moyens modernes de vérification…

Dans les semaines qui viennent, il va devenir indispensable de garder un sang froid total. En effet, face à l’inévitable défaite militaire ukrainienne, on peut imaginer une nouvelle poussée d’emballement mimétique violent. 

Le conflit géopolitique mondial

+ Les Etats-Unis ont fait savoir qu’il quittaient les négociations avec les Russes sur la cyberdéfense. 

+ La Finlande devrait entrer dans l’OTAN en mai prochain. 

+ Le hashtag #NotInMyName est beaucoup utilisé sur les réseaux sociaux en Italie pour dénoncer la politique anti-russe de Draghi. 

+Lorsque Zelensky s’est adressé au Parlement grec il était accompagné de deux membres du btraillon azov. Des députés ont quitté l’hémicycle. 

+ La Chine a commencé à payer aux Russes du pétrole et du gaz en yuans. 

+ Le rouble ne cesse de se renforcer face au dollar. (voir l’illustration ci-dessus)

+Nous citons souvent M.K. Bhadrakumar. Un autre analyste perspicace est le journaliste Pepe Escobar, dont nous recommandons la lecture. Un autre esprit libre. Il vaut la peine de reproduire un long extrait de son dernier article: 

Le Valdai Club (…) a mené un débat d’experts essentiel sur ce que nous (…) avons défini comme Rublegas – le véritable changement de jeu géoéconomique au cœur de l’ère post-pétrodollars. Alexander Losev, membre du Conseil russe pour la politique étrangère et de défense, a présenté les grandes lignes de ce projet. Mais c’est à Alexey Gromov, directeur en chef de l’énergie à l’Institut de l’énergie et des finances, qu’il revient de présenter les détails cruciaux.

Jusqu’à présent, la Russie a vendu 155 milliards de mètres cubes de gaz à l’Europe chaque année. L’UE promet rhétoriquement de s’en débarrasser d’ici 2027, et de réduire l’approvisionnement de 100 milliards de mètres cubes d’ici fin 2022. M. Gromov a demandé “comment”, et a fait remarquer qu’ “aucun expert n’a de réponse”. La majeure partie du gaz naturel russe est acheminée par gazoducs. On ne peut pas simplement le remplacer par du gaz naturel liquéfié (GNL)”.

La réponse européenne, risible, a été de “commencer à économiser”, comme dans “se préparer à être moins bien loti” et “réduire la température dans les foyers.” Gromov a fait remarquer qu’en Russie, “22 à 25 degrés en hiver est la norme. L’Europe fait la promotion d’une température de 16 degrés comme étant ‘saine’, et du port de pulls la nuit.”

L’UE ne pourra pas obtenir le gaz dont elle a besoin auprès de la Norvège ou de l’Algérie (qui privilégie la consommation intérieure). L’Azerbaïdjan serait en mesure de fournir au mieux 10 milliards de mètres cubes par an, mais “cela prendra 2 ou 3 ans” pour se concrétiser.

M. Gromov a souligné qu'”il n’y a pas d’excédent sur le marché aujourd’hui pour le GNL des États-Unis et du Qatar”, et que les prix pour les clients asiatiques sont toujours plus élevés. L’essentiel est que “d’ici à la fin de 2022, l’Europe ne sera pas en mesure de réduire de manière significative” ce qu’elle achète à la Russie : “elle pourrait réduire de 50 milliards de mètres cubes, au maximum”. Et les prix sur le marché spot seront plus élevés – au moins 1 300 dollars par mètre cube.

Une évolution importante est que “la Russie a déjà modifié les chaînes logistiques d’approvisionnement vers l’Asie”. Cela vaut aussi bien pour le gaz que pour le pétrole : “Vous pouvez imposer des sanctions s’il y a un excédent sur le marché. Maintenant, il y a une pénurie d’au moins 1,5 million de barils de pétrole par jour. Nous allons envoyer nos approvisionnements en Asie – avec un rabais.” En l’état actuel des choses, l’Asie paie déjà une prime, de 3 à 5 dollars de plus par baril de pétrole.

Au sujet des expéditions de pétrole, Gromov a également commenté la question clé des assurances : “Les primes d’assurance sont plus élevées. Avant l’Ukraine, tout était basé sur le système Free on Board (FOB). Aujourd’hui, les acheteurs disent ‘nous ne voulons pas prendre le risque d’amener votre cargaison dans nos ports’. Ils appliquent donc le système Cost, Insurance and Freight (CIF), où le vendeur doit assurer et transporter la cargaison. Cela a bien sûr un impact sur les revenus”.

Une question absolument essentielle pour la Russie est de savoir comment faire la transition vers la Chine, son principal client en matière de gaz. Tout tourne autour du Power of Siberia 2, un nouveau gazoduc de 2 600 km qui part des champs gaziers russes de Bovanenkovo et Kharasavey à Yamal, dans le nord-ouest de la Sibérie – et qui n’atteindra sa pleine capacité qu’en 2024. En outre, il faut d’abord construire l’interconnexion à travers la Mongolie – “il nous faut trois ans pour construire ce gazoduc” – de sorte que tout ne sera en place que vers 2025.

Quant au gazoduc de Yamal, “la plus grande partie du gaz va en Asie. Si les Européens n’en achètent plus, nous pourrons le réorienter.” Et puis il y a le projet Arctic LNG 2 – qui est encore plus grand que Yamal : “la première phase devrait être terminée bientôt, elle est prête à 80 %.” Un problème supplémentaire pourrait être posé par les “non-amis” russes en Asie : le Japon et la Corée du Sud. Les infrastructures de GNL produites en Russie dépendent toujours de technologies étrangères.

C’est ce qui amène Gromov à noter que “le modèle d’économie basé sur la mobilisation n’est pas très bon.” Mais c’est ce à quoi la Russie doit faire face, du moins à court et moyen terme.

Les points positifs sont que le nouveau paradigme permettra “une plus grande coopération au sein des BRICS (les économies émergentes du Brésil, de la Russie, de l’Inde, de la Chine et de l’Afrique du Sud, qui se réunissent chaque année depuis 2009)”, l’expansion du corridor de transport international Nord-Sud (INSTC) et une plus grande interaction et intégration avec “le Pakistan, l’Inde, l’Afghanistan et l’Iran.”

En ce qui concerne l’Iran et la Russie, des échanges en mer Caspienne sont déjà en cours, car l’Iran produit plus qu’il n’en a besoin et est prêt à accroître sa coopération avec la Russie dans le cadre de leur partenariat stratégique renforcé

Abonnez-vous à notre newsletter

Les droites de Husson

Soyez les premiers à connaître les 1001 secrets des droites françaises à l'approche des élections présidentielles. La lecture intégrale de cette lettre est comprise dans l'abonnement à 9,90 €/mois !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

About Post Author

53 Shares:
17 commentaires
  1. Je profite de l’occasion pour tirer mon chapeau à la brillante chronique que Le Courrier nous donne des événements depuis le début. Être privé de ce point de vue alternatif serait déprimant.

  2. “Dans les semaines qui viennent, il va devenir indispensable de garder un sang froid total. En effet, face à l’inévitable défaite militaire ukrainienne, on peut imaginer une nouvelle poussée d’emballement mimétique violent. “. C’est certains que les grands médias vont accentuer la propagande américaine, à grands coups de mensonges de plus en plus gros, selon l’adag nazi bien connu : “plus un mensonge est gros, plus il a de chances de passer”. Et tout ça au nom d’un idéal démocratique que ces grands médias et leurs commanditaires battent chaque jour un peu plus en brêche depuis des mois et des mois.
    2 cerises sur le gâteau lues aussi dans Le Figaro :
    – “Guerre en Ukraine : Marianna, la femme enceinte de Marioupol, manipulée par les médias russes ?” Quand des témoignages infirment le discours officiel de l’ “Occident”, c’est qu’il y manipulation russe.
    – la seconde était “Emmanuel Macron : “Je crois que les Russes vont se concentrer sur le Donbass” mais la page a été actualisée et ce titre a disparu. Quelqu’un au Figaro s’est-il rendu compte du ridicule de cette supposition présidentielle ? De la part d’un journal qui fait l’éloge du locataire de l’Elysée, c’est vrai que ça faisait tâche.

    1. A tous les stratèges en herbe :
      – objectif militaire ?
      – Fake ?
      – ou missile azovien?

      Merci d’une réponse sans insulte ni d’accusation americano centree svp !

      Le bilan de l’attaque de Kramatorsk s’élève désormais à 35 morts
      Au moins 35 personnes ont été tuées et 100 blessées vendredi après que deux roquettes se sont abattues sur la gare de Kramatorsk, dans l’est de l’Ukraine, par laquelle des milliers de personnes sont évacuées depuis plusieurs jours.

      Un volontaire qui participe à l’évacuation des corps a affirmé à l’Agence France-Presse (AFP) qu’au moins 35 personnes étaient mortes

      1. @ANONYME Pravda

        Quand on demande une réponse sans insulte on utilise pas un pseudonyme et on ne commence pas son commentaire par ” … stratèges en herbe ” .

        Rhétorique illogique de pacotille, typique de la communauté BHL, convaincue qu’on peut se foutre du monde sans limite quand on maîtrise l’art de la phraséologie creuse.

      2. stratèges en herbe dîtes-vous ?? mais l’histoire présente prouve que tous sont des stratèges en herbe même nos militaires incapables et rentiers.
        Je suis beaucoup plus convaincu des dires de Mr Husson et compagnie.
        Concernant les morts trouvés dans la rue, il eût été interessant de faire une autopsie afin de connaitre les origines des balles : visiblement l’Ukraine a eut peur de le faire : aurait-elle craint que l’on trouve sur ces cadavres des balles ukrainiennes ???
        Quand à la gare et ses 35 morts, soit il n’y avait personne dans cette gare soit elle était bondée et alors 35 morts c’est bien peu. Il ne faudrait pas oublier qu’une guerre fait des morts et beaucoup de morts.
        Pour les fakes, comme vous dîtes, les nouvelles se classent en 2 parties : celles qui vous arrangent et qui sont donc vraies (même si elles sont fausses) et celles qui ne vous arrangent pas et qui sont donc fausses (même si elle sont vraies).

  3. Memes questions

    L’OMS affirme que plus de 100 attaques ont visé des services de santé
    L’Organisation mondiale de la santé a confirmé ce jeudi plus de 100 attaques contre les services de santé en Ukraine et demandé l’accès humanitaire à la ville de Marioupol assiégée par les forces russes.

    “À ce jour, l’OMS a vérifié 103 attaques contre les services de santé, avec 73 personnes tuées et 51 blessées, dont des agents de santé et des patients”, a déclaré le chef de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d’une conférence de presse, qualifiant ce bilan de “sombre”.
    Parmi les attaques confirmées, 89 ont touché des établissements de santé et la plupart des autres des services de transport, notamment des ambulances.

    1. Bonjour,
      Je vais vous répondre aimablement mais en retour je vous demande un peu d’objectivité !!!
      Les centres de santé ne sont pas visés par l’armée russe, ils ont été désactivés par les nationalistes ukrainiens qui s’y cachent avec du matériel lourd. Nous avons affaire à une nouvelle propagande dans la presse occidentale avec des inversions accusatoires volontaires. L’armée russe ne vise jamais les civils contrairement aux bataillons néonazis et membres de l’Otan. Ces derniers n’ont aucune limite conformément à leur idéologie fasciste. Tedros Adhanom Ghebreyesus est un criminel notoire sans aucun scrupule ! Vous devriez le savoir !

  4. @ mon cher Roland antisémite et homophe
    je ne m’adressai pas à vous mais à une partie plus intelligente de la communauté des lecteurs, sinon je n’aurai pas mentionné ‘sans insulte” (puisque c’est manifestement à peu près la seule chose dont vous soyez capable). Quant à “stratèges en herbe”, oui, nous sommes tous ici des stratèges en herbe… et il n’y a rien d’infamant… des stratèges amateurs si vous préférez… Cela étant, que doit-on penser des (présumées) attaques contre une gare et des immeubles et personnels médicaux ?

      1. @E.Husson

        Quel propos précis ?
        Jusqu’à plus ample précision, malgré le gage de soutien que vous donnez aux anonymes accusateurs en me prenant à partie, ce que je n’oublierai pas, je confirme tous mes propos (sur le CRIF inclus) .
        Sans réponse précise de votre part, ceci est mon dernier commentaire.

        1. Cher Monsieur Paingaud,
          Je suis bien certain que la mise en garde d’E. Husson vise l’énigmatique “Pravda”, qui vous a traité sans détour d’antisémite et d’homophobe avant d’enfiler des propos désobligeants. Cette façon de s’exprimer relève en effet de l’injure publique (je crois), et en tout cas d’une grossièreté pénible. Dans le cas où E. Husson aurait souhaité vous répondre, son message serait apparu décalé d’un cran par rapport au vôtre.

          1. @B.Ancel

            Merci du courage manifesté par votre intervention à visage découvert.
            Je sais que la logique est de votre côté.
            J’aurais cependant aimé lever une ambiguïté.

  5. “Hier on pouvait penser que l’hystérie sur Butcha se calmait”. En tout cas je remarque que la Russie a remarquablement réagi dans cette affaire. Dès le 5 avril le ministère de la défense publiait tous les éléments factuels qui permettaient de douter de la véracité du massacre, et les ambassadeurs russes dans le monde ont relayé. Certes ils n’ont pas eu accès aux medias mainstream et le conseil de sécurité ne s’est pas réuni, mais il n’empêche, la vérité s’est répandue rapidement.
    Rien à voir avec la façon dont Ceaucescu, Saddam Hussein, Milosevic ou Bachar El Assad se sont fait malmener. Les Russes avaient déjà prévenu il y a trois semaines que si une attaque chimique survenait ce serait une manipulation. Visiblement ils s’attendaient à ce genre de coup tordu et ils étaient prêts.
    Chapeau bas !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer