Cannabis thérapeutique : le CBG est-il plus intéressant que le CBD ?

Cannabis thérapeutique

Nous connaissions depuis longtemps les bienfaits du CBD, ou Cannabidiol, substance extraite du chanvre de l’espèce Cannabis. Aujourd’hui, c’est au tour du CBG, ou cannabigérol, de susciter l’intérêt. Si ces deux principes actifs du cannabis sont des cannabinoïdes, leurs actions diffèrent…

Le cannabigérol est-il plus intéressant que le cannabidiol ?

Le 30 décembre 2021, un arrêté ministériel a autorisé « la culture, l’importation, l’exportation et l’utilisation industrielle et commerciale des seules variétés de cannabis sativa L. dont la teneur en delta-9-tétrahydrocannabinol (THC) n’est pas supérieure à 0,3 % ». En revanche, il interdit la vente des fleurs et des feuilles de chanvre à l’état brut même dépourvu de propriétés stupéfiantes, c’est-à-dire même si leur teneur en THC est inférieure à 0,3 %.

Cette nouvelle redonne ainsi du punch à une filière qui pourrait réaliser plus de 13 milliards de dollars à l’horizon 2028, comme le mentionne Grand View Research. Actuellement, le CBG, aussi appelé cannabigérol, attire l’attention de tous en raison de ses nombreux bienfaits.

Il est différent du CBD qui est un cannabinoïde non psychoactif que l’on retrouve en grande quantité dans le chanvre destiné à un usage industriel ou dans cannabis thérapeutique – le cannabis sativa L. (Chanvre cultivé) ou cannabis indica. Il est connu pour ses propriétés antalgiques, anti-inflammatoires, anxiolytiques et soporifiques, que les personnes hypertendues et celles qui souffrent du trouble du sommeil recherchent particulièrement.

Qu’est-ce que le CBD a-t-il de particulier ?

Le CBG contre la douleur

Le CBG est un cannabinoïde qui a la particularité de générer d’autres cannabinoïdes, tels que le THC (Δ -9 — tétrahydrocannabinol) ou le CBC (cannabichromène) ayant la capacité d’empêcher le détecteur du stimulus de la douleur d’agir. D’autres types de cannabinoïdes peuvent être obtenus lorsque le CBG est chauffé, c’est pourquoi il est appelé cannabinoïde mère. Notez qu’il ne peut être extrait qu’au moment de la floraison du chanvre.

Sur le plan thérapeutique, les effets du CBG ne sont pas à négliger, notamment la gestion de la douleur. Plusieurs personnes consomment du cannabis thérapeutique pour soulager des douleurs postopératoires ou chroniques. Le cannabigérol a le même effet antalgique, mais il est généralement associé au CBD pour que l’interaction entre les deux cannabinoïdes en optimise l’efficacité grâce à l’effet d’entourage, c’est-à-dire la synergie des différents cannabinoïdes présents dans le cannabis.

Le CBG pour une peau saine

Le CBG est un constituant mineur du cannabis : il n’est pas présent en grande quantité dans le chanvre contrairement au CDB. Mais bien qu’il soit moins concentré, il a de nombreuses vertus. C’est dans ce contexte que cette substance a été intégrée en 2021 dans la base de données des ingrédients cosmétiques de l’Union Européenne (Cosing). Les fabricants de produits cosmétiques peuvent donc l’utiliser sans risque pour la santé des utilisateurs dans les soins de beauté et autres produits cosmétiques afin d’assainir la peau.

Le CBG comme immunossurpresseur

Le CBG agit sur les récepteurs CB1 et CB2 présents dans tout le système cellulaire de l’organisme. Il fonctionne comme un immunomodulateur aidant à la régulation de la réponse immunitaire de ce dernier, en bloquant la multiplication des lymphocytes au cours de cette période.

Le CBG pour lutter contre les troubles alimentaires

Le CBG n’est pas seulement un immunosuppresseur. Il aide les personnes souffrant de troubles alimentaires tels que l’anorexie. Une étude publiée en 2016 et réalisée sur des rats a permis de démontrer que le cannabigérol a la particularité de stimuler l’appétit, poussant à manger deux fois plus que la quantité considérée comme « normale ». Il permet en plus de ne pas provoquer des addictions comme ce serait le cas pour les substances psychoactives, ce qui ne génèrera donc pas à la longue de Troubles Comportementaux Alimentaires (TCA).

Le CBG contre la dépression et le stress

À l’heure actuelle, la dépression, le stress professionnel, l’angoisse et l’anxiété peuvent être particulièrement handicapants au quotidien. Le CBG peut influer sur l’humeur en imposant à l’organisme de stopper l’absorption de la sérotonine, le messager chimique du système nerveux central.

Comme dans la gestion de la douleur, il est associé au CDB pour soulager les symptômes de la dépression. Il peut aussi avoir un rôle anxiolytique. Il faut différencier celui-ci d’un antidépresseur, car un traitement anxiolytique agit rapidement sur la santé du patient, tandis que l’antidépresseur est destiné à un traitement de fond. Ces cannabinoïdes agissent différemment du THC qui a plutôt tendance à provoquer des troubles de l’humeur dus à des irrégularités neurochimiques au niveau de certaines cellules du cerveau.

La question que beaucoup se posent alors est l’état dans lequel ils seront après avoir consommé du CBG. Tout dépend de la physiologie de chaque individu. Certains vont se sentir totalement relaxés, tandis que d’autres vont se sentir plus concentrés. Et en gardant en mémoire qu’il ne s’agit pas d’un produit psychoactif, prendre du CBG ne fait pas planer et ne provoque aucune addiction.

1 Shares:
5 commentaires
  1. “Qu’est-ce que le CBD a-t-il de particulier ?”
    n’y aurait il pas 2 sujets dans cette phrase ?
    je sais, je chipote.

    Répondre moderated
  2. Citation “Nous connaissions depuis longtemps les bienfaits du CBD,”, vous rigolez ou quoi ?
    Une drogue reste une drogue.
    Quelles que soient les triturations de vocabulaire pour cacher la réalité et nous faire croire qu’il s’agit d’autre chose..
    Le cannabis et tous ses dérivés (comme le CBD ou autres dérivés) sont dangereux, car ils ont notamment une action sur le mental et réduisent la capacité de réflexion et d’autonomie de la personne, la conduisant à une dépendance psychologique envers des substances plutôt que de prendre sa vie et ses problèmes en main.

    1. N’importe quoi, le CBD est un alcaloïde, comme on en trouve des milliers dans les plantes. Le lait maternel contient du CBD, logique, vu que notre corps a des récepteurs aux cannabinoides…

  3. CBD, CBG, … OCB? J’ai du mal à comprendre vos positions sur le cannabis… Pour que le Metaverse fonctionne complètement, il faudra un psychotrope…. La diffusion lente, minutieuse, parcimonieuse mais constante depuis quinze ans pour faire croire que le Chanvre n’est pas si mauvais que ce que l’on croit, dit, pense… n’est qu’une lente et insidieuse manipulation de la Caste… qui est camé jusqu’au trognon et qui sait très bien qu’une “dope” leur sera nécessaire pour parfaire le contrôle. Tous les inhibiteurs sont des toxiques. Le Cannabis est le champion du maintien dans l’illusion parce qu’il semble inoffensif. Sa consommation entraine une complète déconnexion du réel. Tous les psychotropes sont nocifs. Ils sont les contraires absolus de l’intériorisation. Que vous ne compreniez pas ce qui se joue avec les produits dérivés “en vente libre” du Cannabis me sidère. Je lis Le Courrier depuis deux ans et suis abonné. Ce sujet est la seule connerie qui j’y trouve, mais elle est énorme.
    A plus tard.

  4. Une plante est une plante. Pourquoi la modifier? Pourquoi decide-t-on de la modifier?
    Est-ce qu’on a modifié la datura ou d’autres plantes bien plus dangereuses?
    Non…
    Les pharmas s’acharnent contre celle ci car elle leur fait de l’ombre, c’est sûr!

    Répondre moderated
Répondre à Seb Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer