[PAYANT] Qui sera (Premier) Ministre dans le prochain gouvernement ?

French President Emmanuel Macron looks on during a visit to the police headquarters in Montpellier, southern France, on April 19, 2021. Macron and his Minister of Interior, Gerald Darmanin, make a one day visit to Montpellier on the theme of security and policing. / AFP / POOL / Guillaume HORCAJUELO

Le Courrier rassemble pour vous les derniers confidentiels sur la composition du prochain gouvernement. Nous vous indiquons quelle rumeur nous paraît plausible ou non.

Il est acquis que le gouvernement devrait changer dans le courant de la semaine prochaine, entre le 2 et le 12 mai (le mandat du Président se termine officiellement le 13 mai). Un nouveau gouvernement serait présenté d’ici là. 

Rumeur n°1 : scepticisme

Que Jean Castex perde son poste et ne soit plus à Matignon semble une certitude aujourd’hui. On voit mal comment incarner un changement en maintenant un Premier Ministre du passé, surtout aussi vide de colonne vertébrale idéologique. 

Toutefois, le calendrier paraît un peu absurde. Formellement, rien n’empêche un gouvernement de survivre à un changement de Président, tant que le Premier Ministre ne présente pas sa démission (c’est un pli de la Constitution de la Vè République). En revanche, ce maintien suppose une nouvelle cascade de délégation de pouvoirs qui n’est pas très rationnelle. 

Le bon sens serait que Castex présente sa démission le 12 mai, et que Macron nomme son successeur le jour de son investiture, le 13 mai…

On notera qu’Emmanuel Macron s’est par ailleurs illustré par son incapacité à choisir. Autant de bruit pour rien ne paraît guère réaliste. 

Montebourg à Matignon, vraiment ?

Pour remplacer Castex, plusieurs noms circulent depuis plusieurs jours. On a beaucoup parlé d’Elisabeth Borne, qui a le mérite d’être une femme compétente, à défaut d’avoir un immense sens politique (mais comme Macron estime en avoir pour deux ou trois, voire bien plus, cela n’est guère gênant). Le nom de Julien Denormandie, actuel ministre de l’Agriculture, revient aussi assez souvent. 

Mais le scoop est plutôt le nom d’Arnaud Montebourg, qui constituerait une sorte d’anti-Mélenchon permettant de casser l’élan de la France Insoumise. 

S’il s’agit de donner des gages de “gauchisme” à l’électorat, le choix de Montebourg est plutôt pertinent. En revanche, dans la durée, la cohabitation entre les deux hommes ne devrait pas être quotidiennement au beau fixe. 

Bruno Le Maire resterait à Bercy

Pour l’instant, il semblerait que Bruno Le Maire soit confirmé à Bercy. L’impétrant se charge en tout cas de faire courir lui-même cette rumeur. Dans la pratique, compte tenu des difficultés économiques qui arrivent, Macron n’a guère de raison de se priver de cette personnalité qui ne comprend rien à l’économie, mais qui a le bon goût de ne pas gêner le Président politiquement. 

Clément Beaune aux Affaires Etrangères

Attaché à la défense publique de la cause LGBT, le ministre des Affaires Européennes Clément Beaune devrait prendre du galon après le retrait de Jean-Yves Le Drian. Il est de manière insistante donné au ministère des Affaires Etrangères. 

On se souvient de ses prises de bec avec les régimes hongrois et polonais…

Darmanin resterait également

En l’état, Gérald Darmanin serait également maintenu au gouvernement, probablement au ministère de l’Intérieur. Ce ministre servile et passe-partout, qui ne recule devant aucun mensonge pour s’accrocher à son poste (il a même déclaré que les pauvres mourraient si Marine Le Pen arrivait au pouvoir), s’est rendu indispensable dans la macronie, et tient le poste sensible où l’on sait tout de tout le monde. 

Gabriel Attal confirmé

Enfin, Gabriel Attal devrait être l’un des rares ministres à rester, avec les collègues que nous venons de mener. On peut prendre le pari d’une promotion pour ce fidèle serviteur apprécié du Président. On se souvient que Jean Castex avait déjà cherché un os à lui faire ronger en plus du porte-parolat pour satisfaire ses ambitions débordantes. 

Malhuret au ministère de la Santé

Depuis plusieurs jours, la rumeur court de-ci de-là de l’arrivée de Claude Malhuret, sénateur de l’Allier et intégriste de la vaccination, très proche des intérêts atlantistes, au ministère de la Santé. Il se trouve que Claude Malhuret a été médecin, ministre sous Chirac, et a collaboré à la création du site Doctissimo. 

Selon le Dr Alexandre, toutefois, Malhuret n’y aurait joué qu’un rôle secondaire. 

Cette rumeur nous semble d’ailleurs un peu prématurée.

Les ministres sortants disgrâciés

Alors que certains entreraient au gouvernement, d’autres en sortiraient. Certains le feraient de leur plein gré, comme Florence Parly ou Jean-Baptiste Djebbari. D’autres seraient tombés en disgrâce, comme Jean-Michel Blanquer, à l’Education, ou Marlène Schiappa. 

Jean-Yves Le Drian a par ailleurs annoncé qu’il ne reprendrait pas de service. 

Dans l’hypothèse où Claude Malhuret prendrait la Santé, on peut imaginer une sortie d’Olivier Véran. 

Les outsiders donnés par le presse

Plusieurs personnalités sont citées comme potentiellement membres d’une nouvelle équipe. Dans cette escouade, on entend les noms de Karl Olive, le maire de Poissy aux petits soins pour Emmanuel Macron, Eric Woerth, rallié avant les élections à la cause des marcheurs, et Caroline Cayeux, la maire de Beauvais, présidente de la Fédération des villes de France et de l’Agence nationale de la cohésion des territoires.

Les Républicains candidats à un poste de ministre

Plusieurs personnalités issues des Républicains font des offres de service plus ou moins directes pour intégrer un gouvernement à venir. On relèvera que Damien Abad président du groupe LR à l’Assemblée, Christian Estrosi, le maire de Nice, et Guillaumé Larrivé, député de l’Yonne, font les yeux doux au macronisme.

Le cas Philippe

Manifestement, l’entre-deux-tours n’a pas beaucoup réussi à Edouard Philippe, accusé de ne pas en faire assez pour la réélection d’Emmanuel Macron. Ses revendications en matière de circonscriptions à réserver à son mouvement Horizons semblent en avoir pris un sale coup. Ajoutons que Mélenchon est arrivé en tête au Havre, au premier tour. 

About Post Author

1 Shares:
1 commentaire
  1. Excellent, merci, ça n’a l’air de rien mais les hommes et les femmes comptent en politique. Pas tellement par leur action s’agissant de ceux là, plutôt comme un signal faible au milieu du bruit. Montebourg PM serait un coup de maître de la part de maqueron. Du coup je doute qu’il y ait ne serait ce que pensé. Je parie donc sur un nouvel assortiment de tanches pour entourer faire valoir la Castafiore saison 2.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer