Comment Laurent Fabius et la caste refusent d’entendre la colère qui gronde dans le pays

Le Premier ministre Laurent Fabius, quitte le palais de l’Elysée le 23 décembre 1985 à l’issue du Conseil des Ministres. AFP / JOEL ROBINE

C’est à un étonnant numéro de claquettes sourdes et aveugles que Laurent Fabius, président du Conseil Constitutionnel, s’est livré lors de la cérémonie d’investiture du Président de la République. L’ex-Premier Ministre de François Mitterrand a prononcé en effet un discours qui en dit long sur l’incompréhension des élites vis-à-vis de la colère du pays. Je vous recommande absolument de lire ces mots qui fâchent.

AFP PHOTO MICHEL CLEMENT

Voici ce que Laurent Fabius a dit au Président de la République :

Monsieur le Président de la République,

Dimanche 24 avril 2022, vous avez recueilli lors du second tour de l’élection présidentielle 18.768.639 voix, soit la majorité absolue des suffrages exprimés. En application des articles 7 et 58 de la Constitution, le Conseil constitutionnel vous a déclaré élu Président de la République pour un second mandat qui débutera le 14 mai à 0 heure. Je vous renouvelle nos chaleureuses félicitations.

Monsieur le Président, il y a 5 ans, lors de votre première investiture dans cette même salle, j’avais évoqué les mots de Chateaubriand : « Pour être l’homme de son pays, il faut être l’homme de son temps ». Or le temps du quinquennat qui s’achève a été percuté par une accumulation singulière de crises et de bouleversements, sur les plans sanitaire, sécuritaire, social, énergétique, financier, qui n’ont pas épuisé leurs conséquences, notamment sur un malaise démocratique préoccupant.

C’est pourquoi, je complèterai volontiers aujourd’hui les mots de Chateaubriand par ceux de Victor Hugo : « en ces temps troublés, soyons les serviteurs du droit et les esclaves du devoir ».

Le droit, c’est d’abord respecter l’Etat de droit, ce patrimoine précieux de principes essentiels à nos démocraties, y compris si la Constitution elle-même devait être révisée. C’est en effet la condition première de la préservation de nos libertés.

Le devoir, c’est de contribuer, chacun à sa mesure, à relever les nombreux défis de notre nation indépendante : intérieurs, européens et internationaux. Particulièrement trois d’entre eux. Celui de la paix et de la guerre, criminellement réintroduite sur notre continent 77 ans après le 8 mai. Celui de la lutte, urgentissime, contre le réchauffement climatique et pour la préservation de la biodiversité. Celui, enfin, du renforcement concret de notre démocratie et de sa compagne, la justice sociale, en métropole et outre-mer. Trois défis qui ont en commun de conditionner notre vivre ensemble et la vie même des générations futures.

Monsieur le Président de la République, relever ces défis et tous les autres, sous votre autorité, sous la conduite du Gouvernement et le contrôle du Parlement, tel est le vœu ardent que je forme, pour votre mandat, pour les Français et pour la France.

Assez justement, Fabius rappelle à Macron qu’il devrait être l’esclave de son devoir. Mais on notera avec quelle obstination la caste refuse d’entendre que la contestation qui gronde (et qui explique qu’Emmanuel Macron ne puisse plus sortir sans être hué) est d’abord venue de la gestion du COVID et des mesures liberticides prises par le Président de la République. C’est particulièrement le cas en Outre-Mer.

Comme d’habitude, la caste se propose d’acheter la paix sociale en continuant son projet liberticide à coups d’allocations et d’aides en tous genres. Ce qu’on appelle lutter contre l’injustice sociale.

Et si Fabius se contentait de lutter contre l’injustice tout court ? Il avait évoqué l’importance de l’Etat de droit devant Macron en 2017. Ce pays ne serait pas en lambeaux si Fabius n’avait pas bafoué cet Etat de droit au Conseil Constitutionnel depuis 2 ans.

Les dossiers d’Aventin

Retrouvez les dossiers de référence de Laurent Aventin sur le COVID et la vaccination, pour enfin être informé clairement et avec rigueur sur la situation

Je veux lire les dossiers

ESSENTIEL

Encore + de confidentiels et d’impertinence ?

Le fil Telegram de Rester libre ! est fait pour ça

Je rejoins le fil Telegram

86 Shares:
10 commentaires
    1. Ce n’est pas un Monsieur mais un francmac de la rue Cadet qui avait rejoint la gauche pour être ministre plus rapidement que ses petits copains de la même loge.

      Répondre moderated
  1. Fabius ?…

    Ça me fait penser à la réponse du papa à son petit garçon qui lui dit vouloir devenir très riche : « deux solutions mon petit, ou tu deviens malfrat avec les risques que cela comporte ou bien, c’est plus sûr, tu te lances dans la politique. »

    Répondre moderated
  2. Fabulous Fab a 75 ans, commence son Alzheimer et est pote de Biden, laissera une réputation familiale épouvantable (de merde) dans l’Histoire de la Vème République (la France l’oubliera vite)… Comme de nombreux fonctionnaires de notre pays, il y a ceux qui laissent une trace (gloire), et ceux qui laissent une trace (dysenterie)… L’argent ne fait pas le bonheur, j’aimerais pas être à leur place, le sens de l’honneur républicain aura été absent de leurs misérables vies de traitres apatrides. Même combat que pour les 10 dernières années des apparatchik d’URSS. Tout est dit.

    1. “Les français sauront s’en souvenir…….”

      Ce n’est pas certain,et puis le français est un oublieux.Le français comprend vite à la seule condition de lui expliquer longtemps.

      Répondre moderated
  3. je crois que ce discours est plutôt une forme de référence au fameux “les devoirs sont plus importants que les droits” déclaré par Macron pour justifier d’emmerder les non vaccinés. on nous prépare à n’avoir de droits que si nous avons bien rempli nos devoirs. et pour faire passer la pilule on nous vend le chef qui serait esclave de son devoir de protéger l’intérêt général.
    je crains que la caste n’ignore rien de la colère qui gronde, elle se prépare à écraser toute forme de rébellion par ses lois liberticides pries au nom de notre propre bien, sanitaire, sécuritaire et bientôt alimentaire à cause de pénuries organisées par la caste et dont cette même caste prétendra nous sauver par des rationnements divers nous maintenant en otage.
    les temps que nous vivons sont atroces en ce que toutes le valeurs sont renversées : on nous présente ceux qui nous spolient et suicident nos pays comme nos sauveurs. beurk !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer