[PAYANT] Le choc des civilisations (I): le “fascisme gris” occidental définitivement révélé par la guerre d’Ukraine

Il y a quelques mois j'ai développé le concept de "fascisme gris" pour rendre compte de la crise d'autoritarisme que traversait notre démocratie en plein débat sur le pass sanitaire. La crise ukrainienne vient renforcer le concept puisqu'elle amène le "pouvoir gris" à se réclamer ouvertement du soutien à un pays où les néo-nazis sont suffisamment puissants pour empêcher le président de négocier la fin de la guerre avec les Russes. Du coup, le 77 è anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale - et l'instrumentalisation que l'Occident et l'Ukraine ont tentée d'imposer contre le traditionnel "défilé de la Victoire" russe est l'occasion de s'interroger sur les "valeurs"dont sont porteuses les différentes grandes puissances dans le monde. C'est essentiel à investiguer pour savoir où la France devra se situer dans un monde en plein bouleversement géopolitique mais aussi politique et civilisationnel.
Ceci est le premier de trois articles sur le "choc des civilisations" que révèle la guerre d'Ukraine.

L’image repérée par Bertrand Scholler dans le tweet reproduit ci-dessus est saisissante. On connaît Christine Kelly pour son indépendance d’esprit. Eh bien la voilà enrôlée dans la propagande occidentale, portant en ce 9 mai 2022 une veste jaune pour faire ressortir, sur le fond bleu du studio de télévision, les couleurs du drapeau ukrainien. Et cela sur CNews dont on vantait ou maudissait il y a quelques mois encore une certaine indépendance de ton. 

Cet épisode montre la puissance de ce que j’ai appelé, voici quelques mois, le “fascisme gris”. 

Retour sur le "fascisme gris"

On est quelquefois effrayé de se relire. On voudrait avoir eu tort. En septembre 2021 j’écrivais

“Ce qui nous menace, ce n’est pas une dictature exercée sur les Français par un Français à la fois patriote et anti-démocrate ! Ce n’est pas un nouveau bonapartisme ni même un boulangisme ou un populisme autoritaire façon latino-américaine. C’est la destruction de la République et une liquidation de la nation au profit d’une immense construction impériale éventuellement constituée de quelques sous-ensembles mais administrée à coups de téraoctets, le plus souvent à des milliers de kilomètres des administrés. 

Emmanuel Macron a saisi l’occasion de la crise sanitaire pour acquérir les leviers qui lui permettront de neutraliser la question de sa réélection. Elle sera acquise par défaut, parce que les adversaires politiques croient que jouent encore les règles de la République. Et parce qu’ils sont incapables d’analyser ce qui se passe. 

Malheureusement, aucun adversaire d’Emmanuel Macron n’est venu me donner tort. 

Essayant de découvrir ce dans quoi nous sommes englués, je décrivais la tyrannie se déployant sur les modes d’un totalitarisme du “pouvoir gris” ouateux mais non moins mortifère que ses grands frères:

J’appelle “fascisme gris” le système de pouvoir qui se met en place dans les pays occidentaux et dont Emmanuel Macron entend être le premier bénéficiaire en France: 

  •  Comme le fascisme historique, le système qui se met en place est fondé sur l’alliance entre les grandes entreprises, les grandes fortunes, la haute fonction publique, les élites culturelles, politiques, militaires, les grands médias, pour confisquer le pouvoir à leur profit. Joël Kotkin a raison de souligner ce qui le différencie du néo-maoïsme de Xi Jingping. En Chine, l’Etat est aux commandes, en Occident ce sont de très grandes entreprises qui donnent le la. 
  • Fondé sur le potentiel de contrôle maximal des outils numériques, il repose sur ce que Shoshana Zuboff appelle capitalisme de surveillance. 
  • Ce néo-fascisme est fondé comme le nazisme sur une ambition prométhéenne de contrôle de la démographie – transposé à l’échelle mondiale.  Ses penseurs analysent les défis environnementaux selon les termes d’une version à pleine modernisée de “l’espace vital”. La planète doit être aménagée pour une minorité de “seigneurs” ayant accès aux technologies du transhumanisme pour acquérir l’immortalité tandis que le reste de la population doit être soumis au contrôle des naissances et à des logiques mortifères de décroissance.  Si l’on pense que j’exagère, j’ai entendu de mes propres oreilles Jeffrey Sachs expliquer dans un cadre universitaire que la terre se porterait mieux avec 250 ou 300 millions d’humains seulement. 
  • Plus proche, cette fois, du modèle mussolinien que de la référence hitlérienne, ce néofascisme met en scène des guerres “théâtrales” – qu’il a d’ailleurs autant de mal à gagner que l’Italie des années 1930, comme le montre le fiasco afghan. 
  • ce néofascisme est allé au bout de la mutation entamée après 1945: de nationaliste, il est devenu internationaliste, de raciste il est devenu antiraciste. Ses milices se disent “antifa” mais dès qu’on les laisse faire elles emploient une violence de rue stratégiquement pensée au service du pouvoir, et qui débouche immanquablement sur un désir d’ordre dans les populations – selon une mécanique dont Mussolini l’ancien homme d’extrême gauche, avait expérimenté le succès.
  • Dans le cas français, ce néofascisme affirme la suprématie de la technocratie européenne sur la nation selon un modèle pensé en pleine Collaboration.
  • ce néo-fascisme est gris comme le “pouvoir gris” dont il a tiré à l’origine sa puissance électorale. Il s’est imposé dans des populations vieillissantes, en flattant le désir de stabilité de la rente et de monnaie forte, aux dépens de l’investissement, de l’éducation et des jeunes générations. 
  • ce néo-fascisme est gris parce qu’il veille à rester indéfinissable, en termes de régimes politiques, nie son essence dictatoriale et conserve autant que possible, les apparences de la démocratie. 
  • ce néofascisme possède “cinquante nuances de gris” car il s’installe au bout de la révolution sexuelle soixante-huitarde. Et il prospère au sein d’élites fascinées par le sado-masochisme. Christian Grey est le symbole archétypique de l’élite mondialiste et le contrat qui le lie à la jeune Anastasia Steele – un contrat sans cesse remise en cause et reformulé par le renforcement de la pulsion dominatrice de Grey – est le symbole parfait de la manière dont les élites mondialistes conçoivent le gouvernement des peuples. Le passe sanitaire en est une transposition au domaine de la santé. 

La guerre d'Ukraine confirme de façon saisissante le concept de "fascisme gris"

La guerre d’Ukraine vient donner un relief saisissant à ce “fascisme gris”. Elle en confirme tous les contours: 

+ l’Ukraine est une projection quelque peu monstrueuse du “capitalisme de connivence”. L’implication de Hunter Biden dans la corruption du régime ukrainien ou dans le financement “public-privé” de la recherche sur les virus mortels représente une sorte de paroxysme de la “déviance des élites”. 

+ L’Autriche, la Tchéquie, la Slovaquie ont déjà créé l’arsenal pénal pour éventuellement emprisonner qui ne relaie pas le récit officiel sur la guerre d’Ukraine. Et l’on imagine bien de tels outils se répandre. 

+ Le contexte de “déclin démographique assumé” que je décrivais en septembre est pleinement présent dans le cas ukrainien puisqu’on nous fait l’éloge d’une nation dont le gouvernement ne cesse de faire fuir les classes moyennes – avant la guerre, neuf millions d’Ukrainiens avaient déjà émigré. Mais il faut citer aussi le recours aux femmes ukrainiennes depuis des années pour des GPA de confort en Occident. 

+La présence de laboratoires de recherche dédié aux armes biologiques en Ukraine vient ajouter une pièce de plus 

+ A la suite d’Emmanuel Todd, je parlais des “guerres théâtrales” menées par le fascisme gris. Peut-on imaginer plus “théâtrale” qu’une guerre apparemment menée par un acteur professionnel devenu président? Cette guerre menée par procuration depuis Washington a toutes les chances de se terminer par un échec, comme les guerres d’Irak, d’Afghanistan, de Libye, de Syrie – la puissance fasciste laissant derrière elle un chaos incommensurable.

+ l’existence de milices néo-nazies, qui jouent un rôle essentiel pour entretenir le conflit et empêcher toute négociation, est la signature ultime du “fascisme gris”. Voué aux gémonies après 1945, dans le cas ukrainien, une vie d’homme plus tard, le fascisme est réhabilité. On ne compte plus les articles de journaux ou les vidéos qui expliquent que, bon, oui, Azov ce serait sulfureux à l’origine mais maintenant ce sont surtout des combattants….Ceci n’est contradictoire ni avec le rôle joué par les milices d’extrême gauche dans le “fascisme gris”:  on a vu maintes fois depuis le début du conflit les réseaux sociaux d’extrême gauche relayer les fake news du bataillon Azov.  Plus profondément, on repère que le brandissement de l’identité ukrainienne est destiné à écraser toute autre identité nationale. Vous êtes sommés d’arborer les couleurs ukrainiennes comme le drapeau européen ou un badge woke. Le drapeau ukrainien est le nouveau drapeau internationaliste à la mode. Historiquement le fascisme a toujours cherché à dépasser la nation une fois qu’il en avait brandi les couleurs. 

+ Au moment où Joe Biden est physiquement incapable de gouverner et où la Commission Européenne ne cesse d’étendre arbitrairement ses prérogatives, la guerre d’Ukraine est dirigée par des “technocrates”, ceux du Pentagone comme ceux de Berlaymont. 

+ la réélection d’Emmanuel Macron, pour qui on vote d’autant plus que l’on est plus âgé, nous confirme si besoin était la réalité du pouvoir gris en Europe. Une classe d’âge qui a perdu de vue les besoins de l’économie pour croître accepte un système de sanctions qui détruit ouvertement déjà nos économies et qui risque de ruiner l’Europe. 

+ il y a une inversion totale de la réalité par les mots. Le régime de Zelenski interdit une dizaine d’autres partis, sa police politique traque la moindre russophilie mais, lorsqu’on parle d’un régime autoritaire ou fasciste, on regarde vers la Russie et non vers l’Ukraine. 

+ Enfin est-il besoin de souligner le lien étroit entre l’Ukraine et les fantasmes sexuels d’un Occident vieillissant. On pensera bien entendu à l’adulation envers Zelenski, dont la carrière d’acteur peut être affublée de la lettre X autant que le la lettre B, Plus tristement a guerre et le phénomènes des réfugiés ont aggravé encore – si cela était possible – le recrutement des jeunes Ukrainiennes pour des réseaux de prostitution en Europe de l’Ouest. 

Le spectacle révélateur de la chorégraphie "Danse l'Europe"

Emmanuel Macron était venu parler de l‘avenir de l’Union Européenne pour le 72è anniversaire de la déclaration Schuman. Les députés européens ont eu droit en prime à une chorégraphie intitulée “Dans l’Europe”. Stupéfiante illustration du “fascisme gris” (voir la vidéo dans le tweet ci-dessus): 

+ une voix faussement bienveillante dit aux jeunes danseurs ce qu’ils doivent faire comme mouvements; à l’image de ces médias partie intégrante du système qui expliquent aux citoyens ce qu’ils doivent penser. 

+ la danse proposée ne relève d’aucune tradition, d’aucun style, d’aucun genre de chorégraphie. Elle est médiocre et sans relief, à l’image des monuments virtuels des billets d’euro. 

+ peut-on mieux faire voir l’insignifiance des parlements dans la vision de nos dirigeants?  Le Parlement européen n’est pas un lieu où débattre de l’avenir de l’Europe mais  un lieu où l’on applaudit le pouvoir exécutif…ou bien des danseurs. Caligula avait bien nommé son cheval sénateur! 

+ Comment mieux souligner les oscillations aberrantes de notre civilisation occidentale vieillissante? L’UE encourage la guerre de l’Ukraine contre la Russie et elle propose une danse de bisounours en son Parlement. Il y a un an tous nos dirigeants demandaient que nous nous cachions sous la table par peur d’un virus modérément dangereux sauf pour les personnes âgées et aujourd’hui on pratique une surenchère coupable pour alimenter la logique de guerre. L’Union Européenne ne cesse de parler d’inclusion et de diversité mais elle entend se souder sur l’exclusion (de la Russie) et le refus de la diversité (multiethnique au sein de la nation russe).

En somme, Emmanuel Macron aurait voulu signifier l’absence d’enracinement, d’esthétique, d’âme du “fascisme gris”, il ne s’y serait pas pris autrement. Le 9 mai 1950, Robert Schuman et Konrad Adenauer parlaient comme deux chrétiens qui voulaient réenraciner la communauté des nations européennes dans un terreau carolingien chrétien commun. 

Emmanuel Macron, lui, convoque une chorégraphie pesamment didactique, qui doit symboliser l’inclusion, la diversité mais aussi le développement personnel. Une thérapie de groupe tandis que des gens meurent en Ukraine et que l’OTAN jette de l’huile sur le feu pour empêcher les négociations. 

En réalité, on ne pouvait imaginer de contraste plus saisissant avec la Fête de la Victoire et les “Marches des Immortels” qui se sont déroulées, ce même 9 mai 2022 à Moscou et dans la plupart des pays qui ont donné des hommes à l’Armée Rouge.  (A suivre)

Abonnez-vous à notre newsletter

Les droites de Husson

Soyez les premiers à connaître les 1001 secrets des droites françaises à l'approche des élections présidentielles. La lecture intégrale de cette lettre est comprise dans l'abonnement à 9,90 €/mois !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

About Post Author

21 Shares:
3 commentaires
  1. ‘Une classe d’âge qui a perdu de vue les besoins de l’économie pour croître” c’est bien celle de Macron, qui a 45 ans en moyenne, qui agit selon ses “envies”, quoiqu’il en coûte, et selon des idées toutes faites et venues d’ailleurs pour bien vivre, comme manger bio, se rationner pour sauver la planète, emmerder les non-vaccinés, asservir les Russes, etc. Cet ailleurs s’identifie à cette caste secrète et sans visage qu’on appelle état profond, complexe militaro industriel, fascisme gris, léviathan, etc. Aucune référence n’est plus faite à l’expérience, mais seulement à la science et la technologie. Le triomphe de l’homme mental, superficiel, sadique et diabolique sur la nature enracinée, réelle et divine.

    Répondre moderated
  2. Effectivement, nous y sommes. C’est oppressant, mais, on sent confusément qu’on vit le début de leur fin, leur couac du cygne. Ils ne pourront pas tenir tous les fils en même temps, comme dit l’autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer