François de Coincy : contre le chômage de masse, le produit social

Comment lutter contre le chômage ? en instaurant un produit social, par exemple, c’est-à-dire une restitution des cotisations sociales qui rendrait le recrutement des bénéficiaires d’un bas salaire rentable pour l’entreprise. Ce dispositif permettrait de réduire le chômage de masse. C’est l’idée proposée par François de Coincy, entrepreneur engagé, auteur du livre “7 idées libérales pour redresser notre économie” (éditions l’Harmattan).

 

 

Cette idée de produit social lancée par François de Coincy me parait mériter d’être “creusée”. Il est en effet courant que des avoirs fiscaux soient proposés aux entreprises, mais François de Coincy propose le premier avoir social pour engager au recrutement de chômeurs de longue durée. Cette innovation constituerait de fait un levier très prometteur pour encourager le recrutement de chômeurs éloigné de l’emploi.

3 Shares:
4 commentaires
  1. salut,
    Supprimer les cotisations sociales, c’est baisser notre salaire !
    Supprimer les cotisations sociales, c’est amoindrir notre couverture sociale !(assurance maladie, retraite, chômage etc…)

    https://www.youtube.com/watch?v=0vCY6RnGce8

    La Sécurité Sociale ne souffre pas de trop de dépenses mais d’un manque de recettes :
    Depuis 2000 si les patrons avaient payé leurs cotisations, la sécu aurait toujours été dans le vert et aurait pu bénéficier de 220 Milliards pour les travailleurs.
    C’est bien le capital qui est un coût et non les cotisations !

    https://www.youtube.com/watch?v=AeTYsi8lduM

    jm

    Répondre moderated
  2. Cela semble très discutable car… c’est ce qui est fait depuis des années !
    En pratique, les cotisations sociales sur les bas salaires sont très faibles, via les multiples rabais, réductions et autres abattements.
    Et le résultat n’est pas brillant sur l’aspect “chômage”, et un désastre sur l’aspect “Peut-on vivre avec le SMIC ?” et sur le niveau moyen des salaires, donc guère alléchant !
    Donc aller au-delà en créant carrément des cotisations sociales négatives, cela ne fera qu’empirer le résultat.
    Et la mondialisation a rendu illusoire tous les discours “baissons les charges pour faire revenir les emplois”, car il est illusoire de prétendre lutter réellement contre des salaires de certains pays lointains (pays qui varient dans le temps, en fonction des politiques locales).
    Certes cela plait bien aux chefs d’entreprise, mais ce n’est pas un objectif raisonnable pour la collectivité.
    Le problème est ailleurs, en particulier sur une société qui n’essaye pas de se protéger a minima des excès du reste du monde, notamment en acceptant le dogme “seule la mondialisation augmente le niveau de vie de tout le monde”.
    Si des pays trichent en édictant des règles dissymétriques en leur faveur, il faut faire de même dans l’autre sens, au lieu de négocier naïvement un accord de “libre échange”, comme le fait systématiquement l’UE depuis des années.

    Répondre moderated
  3. Ce M Coincy oublie complètement ce qui fonde le véritable libéralisme : les entreprises libérales ne demandent pas a l été de payer 75% des salaires des bas salaires.

    Répondre moderated
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer