[PAYANT] Sécession et expatriation : les (fausses) bonnes raisons que vous vous donnerez de ne pas partir

Dans notre série dédiée à la sécession, à l'expatriation et à l'exode urbain, nous publions aujourd'hui un premier article de Marc Bouzy, spécialisé dans l'expatriation en Allemagne. Il nous éclaire sur les questions qui se posent avant de partir... et sur les réponses que l'on peut (se) donner. Sommes-nous prêts ? Quelles (fausses) bonnes raisons avons-nous de ne pas partir. Ce questionnement qui vient à tout le monde est important à bien poser à plat... car vous n'êtes pas seuls à l'avoir ou à l'avoir eu. Et voici quelles réponses d'autres vous lui ont donné...

S’expatrier, quitter son pays et aller voir à l’étranger si l’herbe est plus verte ailleurs reste avant tout un projet de vie individuel et personnel. Il faut en avoir l’envie et la force pour réussir son changement de pays.

Toutefois, il ne faut pas oublier qu’il est rare d’être seul au monde, nous avons tous une famille, des proches. La compatibilité de long terme entre le projet et l’environnement familial et amical doit être prise en compte.

La première phase part d’une réflexion personnelle. Pourquoi partir ? Il convient de faire une introspection sérieuse et sincère pour être au clair avec ses motivations de futur expat. Il faut partir pour construire quelque chose, avoir une idée d’avenir, même floue et imprécise. Partir pour fuir ses problèmes est rarement une bonne raison. Si nous sommes nous-même la source consciente ou inconsciente de nos soucis, s’expatrier va consister à se retrouver face aux mêmes démons, mais à l’étranger.

Les trois axes : familial, professionnel et patrimonial

L’axe patrimonial est le plus simple à analyser. Il faut commencer par faire l’inventaire de ses actifs et de ses dettes, et de réfléchir posément. Brûler ses vaisseaux et vendre tous ses biens pour partir ? Ne rien vendre pour conserver une porte de sortie en France ? Opter pour un juste milieu ? Peser le pour et le contre fiscal des deux options n’est pas un exercice futile, il est indispensable et surtout il est personnel. Dans certains cas, le candidat au départ n’aura aucun choix possible et peut se retrouver prisonnier de décisions d’investissement prises des années en arrière. Il faut aussi considérer les subtilités fiscales comme l’exit tax ou l’exonération de taxes sur les plus-values en cas de vente immobilière dans les 5 ans après le départ. Vendre un appartement, c’est exonérer vos héritiers de l’impôt sur les successions de ce bien. Vous pourrez simuler les coûts et avantages de chaque option, mais n’oubliez pas que personne ne pourra se mettre à votre place et prendre ce type de décision. C’est vous qui monterez dans l’avion avec vos valises, pas votre conseiller fiscal.

L’aspect de votre vie professionnelle est capital et fera l’objet d’un article détaillé. Certains profils se prêtent plus facilement à l’expatriation que d’autres. Si vous êtes fonctionnaire ou salarié d’une grande entreprise et que vous avez la possibilité d’être détaché ou d’avoir le statut officiel d’expatriés, félicitations ! Vous faites partie des privilégiés pour qui tout sera plus facile, alors ne réfléchissez pas trop et profitez-en !  Pour certains au contraire, changer de pays représentera un grand pas en avant qu’il faudra considérer à deux fois avant de tenter. Si vous être salarié avec une famille nombreuse à charge, ce n’est pas la solution la plus évidente que de quitter la France.

Pour l’axe familial, l’expatriation sera en partie une rupture et un déracinement. Déracinement si l’expatriation concerne aussi votre femme, mari ou vos enfants. Vous aurez un travail de conviction à réaliser avant de partir. L’introspection personnelle devra s’ouvrir au grand jour et devenir le projet de la famille, ou vous devrez accepter d’y renoncer. Expatrier ses enfants est une responsabilité importante, ceci va impacter durablement leur vie, ils apprendront la langue, s’imprégneront d’une nouvelle culture, ce qui peut être un avantage, mais à terme. Ce projet sera aussi une petite rupture avec ceux qui ne partiront pas, grand parents, oncles, cousins, nièce, amis… Vous deviendrez la famille lointaine à l’étranger et non les voisins qui vous pouviez être. Vous aurez des nouvelles de proche en proche… les liens pourront se distendre.

Changer de contexte

Si vous cherchez rapidement sur Internet, vous allez trouver toujours les mêmes arguments en faveur de l’expatriation qui tournent autour de la langue, la santé, la culture, l’expérience, la carrière, les questions d’assurance, avec en filigrane un profil type dans lequel bien évidemment vous ne rentrez pas et hors duquel point de salut n’est à espérer. Ne vous en laissez pas compter, il n’existe qu’un seul spécialiste de votre expatriation, et ce spécialiste, c’est vous-même. 

Vous devez analyser clairement, froidement les raisons qui vous poussent à partir à l’étranger. Une carrière bloquée, un niveau de vie stagnant ou irrémédiablement déclinant, tout ce qui ne tourne pas ou plus rond dans votre vie et sur lequel vous n’avez plus de prise. Partir, c’est aussi renoncer à se battre, c’est une petite défaite. Ça peut être aussi un avantage, tenter une nouvelle vie pour se dire qu’on peut être plus utile à la société en réussissant à l’étranger plutôt que végéter en France. Pour autant, tous les pays ont des inconvénients. On ne quitte pas un bateau qui coule pour un radeau échoué. Vouloir partir ne veut pas dire d’aller faire n’importe quoi n’importe où, ça se réfléchit et ça se prépare.

La vie à l’étranger peut vouloir dire se retrouver dans un pays dont la situation fiscale, sociale ou économique peut être plus mauvaise qu’en France. D’autres pays peuvent être engagés sur le même chemin, mais avec un retard suffisamment important pour que vous puissiez en tirer parti avec avantages.

Tout ce qui est à considérer comme un problème technique peut être traité. La langue, l’assurance santé, le logement, les démarches. Tout ceci se résout.

N’oubliez pas que même dans le pire des pays, il existe de très belles opportunités. Tout dépend de votre profil, de vos objectifs et du contexte. 

Au final, et si vous faites sérieusement ce travail d’analyse et d’introspection, vous constaterez que la colonne des raisons pour ne pas partir ne sera pas vide, et sera même assez remplie.

Et là, en dépit de ces raisons objectives qui vous disent de rester, si vous jetez la feuille et que vous dites, tant pis je pars quand même, c’est que vous êtes prêts. C’est que vous avez franchi le cap qui fait que vous saurez affronter les difficultés de la vie à l’étranger.

Vous ne pourrez jamais tout contrôler, tout prévoir à l’avance par rapport à votre pays d’accueil. Vous devrez partir avec une part d’inconnu en poche, d’imprévu avec des bonnes et des mauvaises surprises. Vous devrez l’accepter et être prêts à improviser sur place. S’expatrier c’est vivre l’exaltation de l’oiseau qui quitte le nid, c’est s’enivrer de liberté.

Nous sommes passés par là. La société Schöne Rente, « Retraite Heureuse » en français, est née de la rencontre à Sofia de deux expatriés français et allemand qui ont souhaité faire profiter de leur expérience en aidant leurs concitoyens dans leur installation. Schöne Rente accompagne les retraités et les actifs dans leurs projets d’expatriation en Bulgarie. Nous aidons dans les démarches légales et de la vie quotidienne. Nous apportons conseil et écoute lors de la préparation du projet, nous sommes là pour sa réalisation, et même après, nous sommes toujours là en cas de besoin.

Kontakt – Schöne-Rente.de (schoene-rente.de)

Rejoignez la sécession !

Vous en avez assez de subir cette mascarade ? Vous voulez entrer sereinement en résistance contre cette dictature ? Déjà plus de 5.000 membres...

Encore + de confidentiels et d'impertinence ?

Le fil Telegram de Rester libre ! est fait pour ça
3 Shares:
5 commentaires
  1. “Aider ses concitoyens dans leur installation”, où qu’elle soit, est un programme politique qui est essentiel et qui est mis en berne en France. Cela commence par l’apprentissage et l’expérience sous le regard bienveillant d’un guide ou d’un mentor qui renforce la foi. Tenir deux ans dans un pays étranger, même si c’est pour y faire des études ou de la recherche, est uné épreuve : le mal du pays d’origine guète. Y investir à long terme est une autre épreuve, car les règles ne sont pas les mêmes qu’en France et parfois sans équivalence. Le chinois ont l’habitude de se faire enterrer à leur lieu de naissance. Les japonais qui s’expatrient sont considérés comme des étrangers dans leur propre pays. L’administration française a maintenant tendance à supprimer les droits à la sécurité sociale des français expatriés.

  2. Paroles d’expatrié puis d’impatrié si ça peut aider les jeunes. Attention les temps ont changé et ce n’est que mon expérience personnelle hors temps actuels !
    Pour vous faire comprendre comment on s’expatrie puis s’impatrie par l’expérience acquise à l’étranger :
    Parents originaires de Pologne arrivés en France dans les années 30 avec leurs parents, en fait non “après” leurs parents comme ce fut souvent le cas. Le père arrivait en France en éclaireur et la famille suivait quelques années après : mon père à l’âge de 6 ans et ma mère à l’âge de 10 ans (traversée de l’Allemagne nazi avec son frère).
    Ensuite nombreux déplacements professionnels de mon père et donc de la famille en France métropolitaine, quasiment un tous les 1 à 2 ans et du nord au sud et d’est en ouest pendant 10 ans. Copains d’enfance = 0
    À 19 ans après le bac séjour d’un an à Londres où il n’y avait pas beaucoup de Français mais beaucoup de travail. À 20 ans choix du service militaire en Allemagne encore pour découvrir le “monde” (mais responsable du cercle franco-allemand hors caserne). À 21 ans, je reste en Allemagne mais vais m’installer à Berlin-ouest en stop (1650km de la côte d’azur) en fait pour être proche de la Pologne (80km) afin de pouvoir rendre visite à ma famille dont mon oncle maternel. 6 ans à Berlin où je commence des études de kiné (premier Français diplômé de kiné en RFA) payées par l’Arbeitsamt allemand (oui, j’avais été au chômage 2 mois et les Allemands n’aiment pas du tout ça. Vu que j’avais mon bac, ce qui était rare en RFA à l’époque, ils m’ont demandé de choisir une formation rémunérée. Connaissance de mon épouse fraîchement arrivée de Corée du Sud dans le cadre d’un accord germano-coréen pour fournir des infirmières coréennes aux déjà bien malades hôpitaux allemands. Comme pour beaucoup de jeunes Allemands, voyage pendant 1 année sabbatique jusqu’en Inde en camping-car aménagé par mes soins dont la traversée AR de l’Iran en pleine révolution khoméniste. Belle expérience où on a vu de nos yeux les belles demeures (châteaux) sur les rives de la mer Caspienne des millionnaires (expatriés) du shah confisquées par les barbus. Travail comme kiné et infirmière pendant l’été à Berlin pour financer notre année sabbatique en Corée du sud pays de mon épouse où j’ai découvert un pays en développement (vous savez ce qu’il est devenu). Enseignement du français dans des instituts universitaires de langues et parallèlement apprentissage en cours intensifs du coréen le matin (cours gratuits car j’enseignais le français le soir dans leur institut). Découverte des joies de l’enseignement et formation sur le tas. D’où lors de notre retour en France, installation à Strasbourg pour y commencer des études universitaires que nous avons financé seuls en travaillant comme kiné et infirmière en Allemagne pendant les vacances universitaires. Après nos DEA, départ pour la Corée du sud pour y enseigner le français en qualité de lecteur pendant 2 ans dans une université. Puis, un ami, récemment installé au Japon, nous a introduit (c’est comme ça que ça marche en Asie) auprès d’une université japonaise pour un poste de lecteur (triplement du salaire). Puis retour en France après 3 années pour soutenir nos doctorats respectifs auprès de nos universités françaises. Dépôt de nos candidatures auprès du MAE à Paris et obtention (grâce à nos doctorats) d’un poste pour couple auprès de l’université du Qatar dans le cadre des accords culturels franco-qataris (passeports semi-diplomatiques pour ne pas y être retenus contre notre gré). On y reste 1 an mais ne me demandez pas pourquoi. Retour en France et départ aussitôt pour moi de nouveau au Japon vers un poste de maître de conférence. Mon épouse Dr. ès-lettres reste en Europe et est recrutée par une start-up belge L&H à Ypres dans les technologies des langues (elle est responsable du coréen dont le premier TTS du coréen au monde) qui deviendra le numéro mondial. Je reste 3 ans au Japon et fais de très nombreux AR vers la France. Après 7 ans, les Américains réussissent à trouver une faille pour exclure cette société belge du Nasdaq (10 milliards de $ partent en fumée). Ils la rachètent pour 10 millions d’€. Mon épouse se retrouve au chômage à 50 ans mais commence (dans ce cadre) un Master en Affaires Internationales à Lille dont le stage la conduira comme adjointe au vice-président français de Saint-Gobain à Séoul (premier oral de stage en téléconférence entre Séoul et Lille pour cette université). Elle aurait pu y rester et moi avec mais les conditions de la vie à Séoul ont vite fait de nous convaincre de rentrer sur la Côte d’Azur. On vend notre maison à Lille qui ne paye qu’une partie d’un terrain sur la Côte. Je reprends ma profession de kiné (comme quoi il faut toujours avoir un plan B dans la vie) et adoptons parallèlement un petit Coréen de 1 an qui a maintenant 15 ans.
    Pour conclure, on dit que pierre qui roule n’amasse pas mousse mais ça c’était avant. Je crois qu’à notre époque il faut s’expatrier ( Erasmus est un bon début) et que ça devrait même devenir obligatoire pour beaucoup de professions, voire toutes, voire surtout pour les hommes et femmes politiques qui veulent nous gouverner. Après si l’expatrié/e trouve son bonheur à l’étranger tant mieux mais vivre dans sa langue et sa culture, c’est encore mieux. En fait, il y a souvent une génération qui doit se sacrifier lors d’une expatriation !
    PS.: En ma qualité de kiné, j’ai rencontré des Français expatriés qui venaient se faire soigner en France dont beaucoup d’Israël ou d’Amérique du Sud. Mais aussi du Maghreb !

    1. Merci de partager votre parcours professionnel et votre expérience muti-culturelle.
      Mais cette lecture se veut verticale, dans le sens de chronologique, et n’éclaire pas suffisamment sur les raisons qui conduisent à une expatriation.
      Moi aussi, comme vous, je suis fils d’immigrants polonais, échoués dans le Nord de la France, bachelier en 1969, et copains d’enfance = 0.
      À 19 ans, j’ai fait le choix de partir, à 72 ans aujourd’hui, je fais le choix de ne plus revenir en France.

      Les obstacles avant l’expatriation sont:
      – pourquoi quitter ma zone de confort ?
      – nécessité de maîtriser une nouvelle langue, souvent deux,
      – ressources limitées pour faire face aux nouveaux besoins “ailleurs”,
      – l’expatriation, c’est « émigration », « exil », « rupture », « séparation ».

      Changer de vie, changer de pays, changer d’horizons, changer de nom, changer de femme, de religion, de train de vie, décider que mon avenir sera différent … peu importent les dégâts, il existe une injonction intérieure qui nous conduit vers une nouvelle identité.
      Fêlures ou blessures, qu’elles soient familiales ou morales, désenchantements ou regrets dans le cours d’une carrière professionnelle, tout ceci va s’imbriquer en négatif dans un processus de renaissance, fait d’espoirs et de confiance en soi, pour dessiner l’image positive d’une nouvelle vie ailleurs.

      Alors, oui, changer de vie, vivre plusieurs vies, ne plus vieillir, ne plus croupir.
      Il faut du courage et être résolu, cependant. Les rêves ne s’accomplissent qu’à cette condition. Écouter Aznavour (“Emmenez-moi” …pour oublier la grisaille du Nord …) ou chanter avec Henri Salvador (“Syracuse” … pour voir le pays du matin calme …), tout ça ressemble au débat entre la vie vraie et la vraie vie, l’une conjuguée au conditionnel, l’autre au présent.

      J’ai dépensé une fortune en billets d’avion pour revoir régulièrement mes parents avant leurs disparitions, voir mon avocat pendant cinq ans pour régler mon divorce d’avec une française, ce sont aussi des causes aggravantes pour tourner le dos au passé.
      Il n’y a que les Services Fiscaux pour me rappeler mon passé de Français. Le reste n’existe plus depuis longtemps.
      L’expatriation a donné un sens à mon existence. Ici, j’ai trouvé la vraie vie.
      Après une carrière vagabonde mais réussie, je vis depuis 26 ans en Asie du Sud-est, (mais surtout pas en Thaïlande, où viennent s’installer des boomers retraités avides de jeunesse et de plaisirs éphémères).
      Le choix de mon pays de résidence devait répondre à 3 conditions :
      – accès aux soins de qualité; j’ai ainsi supprimé les cotisations de la CFE et de ma mutuelle,
      – faible criminalité,
      – coût de vie modéré.

      Savoir ce qu’on doit faire et le faire réellement nécessite un combat entre la logique et l’émotion. Mais, je vous l’accorde, il faut savoir saisir toute opportunité, et ne pas hésiter à se remettre en question.

      Répondre moderated
  3. Witaj Olivier!
    Comme quoi les Polonais et leurs descendants voyagent et continuent de s’expatrier. J’ai même rencontré un Polonais fraîchement naturalisé français autour de 1990 qui avait réussi le tour de force d’enseigner le français en milieu universitaire en Corée. Votre expérience personnelle m’interpelle également et me rappelle (un flash-back) que nous aurions pu émigrer en Australie au début des années 80 et également aux USA car j’avais été engagé par l’hôpital militaire américain à Berlin-ouest en qualité de PT et en plus je parlais l’anglais assez couramment. La green card ensuite aurait été très facile à obtenir. Comme vous le voyez, l’expatriation ouvre toutes les portes que l’on imagine même pas en restant dans son pays et vous le résumez très bien en conclusion : “Savoir ce qu’on doit faire et le faire réellement nécessite un combat entre la logique et l’émotion. Mais, je vous l’accorde, il faut savoir saisir toute opportunité, et ne pas hésiter à se remettre en question.”
    J’ai le même âge que vous. Nous sommes revenus en France depuis 20 ans et selon ce qui se prépare d’ailleurs très bien prophétisé par Eric, on commence à se poser la question d’une huitième expatriation surtout pour notre fils de 15 ans. L’Europe semble se condamner d’elle-même et verra une “expatriation sauve-qui-peut” assez rapidement afin d’éviter la vaccination obligatoire surtout des enfants. Qu’en est-il de la vaccination où vous habitez ?
    Bonne continuation au Vietnam, je suppose !!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer