[PAYANT] L’augmentation du prix de l’énergie : comment pallier l’échec de la rénovation thermique – par Christophe Moquillon

CONSEIL/ l’augmentation du prix de l'énergie et sa raréfaction : comment anticiper le green pass et passer l’hiver au chaud

Alors que de plus en plus de voix alarmistes annoncent que notre principal fournisseur d’électricité aura beaucoup de mal à assurer ses missions l’hiver prochain, la guerre en Ukraine s’enlise et c’est donc le gaz, très utilisé pour chauffer en France, qui risque de ne plus y être acheminé . Le fioul, plutôt une énergie de la campagne, sera peut-être encore livré mais à quel prix? Sans oublier le tôlé que devrait provoquer la remise en marche des centrales à charbon…

Ce constat assez pessimiste mais assez factuel doit nous inciter à nous interroger sur l’endroit où nous allons passer l’hiver; en effet, il est très difficile de vivre dans  une ville où une grande partie des logements n’est plus chauffée alors que contrairement aux idées reçues, ce sera peut-être plus aisé d’affronter l’hiver à la campagne.

Nous verrons donc tout d’abord pourquoi l’habitat individuel, dans cette situation précise de pénurie énergétique, est à privilégier sur l’habitat collectif car des solutions d’isolation simples et de chauffage existent.

Ensuite, nous verrons que nos logements sont globalement mal isolés alors que nos gouvernants ont mis sur pied plusieurs campagnes de réduction de la consommation des logements depuis 40 ans, et que cela accentue le problème.

 

Et, en dernier lieu, aller vivre au soleil, même si ce n’est pas possible pour tout le monde, n’est-il pas une bonne alternative?

1 Comparons l’habitat diffus à l’habitat densifié actuel 

Certains diront que dans leur immeuble parisien même mal isolé, la température ne descend pas vraiment en hiver même s’ils ont commencé à faire des économies en descendant la température de consigne de leur chaudière ou mode de chauffage. C’était vrai l’hiver dernier et la canicule actuelle a tendance à faire oublier les affres du froid. Et c’est encore vrai pour quelques temps…combien exactement?

Depuis l’hiver 54 et globalement la reconstruction après guerre, beaucoup moins de personnes ont froid l’hiver en France. Les constructions des zones denses, les immeubles, sont de mieux en mieux conçues d’un point de vue thermique et les campagnes d’isolation permettent de compenser l’énergie peu chère des années 60 par une diminution importante de la consommation. Globalement, le parc immobilier consomme environ 240 kWh/m²/an soit environ 15  euros par m² et par an pour un kWh à 6 centimes quand le prix du gaz était encore bas. En juin 2022, la facture passe à environ 30 euros le m² par an en raison des événements en Ukraine. Pour 100 m², cela coûte cher. Pour ceux qui ont eu la chance d’avoir des travaux d’isolation dans leur immeuble, cela permet de payer environ la même somme qu’avant la rénovation thermique…sans commentaire!

Pour ce qui concerne l’habitat individuel, tant décrié récemment (source), la facture sera encore plus salée. dans l’Est de la France, où les hivers sont les plus rigoureux avec plus de 3000 degrés jours de chauffage, certaines maisons peuvent générer plus de 5000 euros de chauffage par an. 

Jusqu’à maintenant, mieux valait donc vivre dans un immeuble. 

Mais avec un kWh qui aura tendance à augmenter encore, même les plus chanceux verront leur efforts s’estomper, surtout dans l’habitat dense, où il n’y a pas vraiment d’alternative

2 Et comment peut-on, soi même, diminuer sensiblement sa facture dans l’individuel mais pas dans le dense sauf neuf

Mais que dit-il? Qu’il vaut mieux être dans une maison alors que la facture est plus importante? Oui car dans une maison individuelle, il est beaucoup plus facile de mettre en place des solutions de chauffage autres et d’isoler.

Nous vous proposons trois pistes sérieuses de réflexion pour prendre à bras le corps le problème du chauffage en zone non urbaine, ce qui peut finir de vous convaincre de vous y installer.

Le chauffage au bois, avec des émetteurs de chaleur dernière génération, permet de faire de grosses économies. Le kWh au bois reste encore très peu cher en campagne, là où le bois est proche.Les cuisinières au bois avec bouilleur incorporé (qui peut faire un appui à un système de radiateurs) sont de plus en plus plébiscitées.

 Outre le chauffage bois, vous pouvez commencer par faire quelques travaux simples d‘isolation:

  • si vous disposez d’une cheminée à conduit ouvert en permanence, vous y voyez disparaître 30% de votre facture énergétique!Il y a par ailleurs bon nombre d’autres entrées d’air inutiles comme dans les caves. Mis à part l’air neuf utilisé par une chaudière et pour la ventilation, lle reste est perte d’énergie!
  • concernant la ventilation, elle est recommandée et obligatoire pour assurer un renouvellement constant de l’air intérieur; mais au lieu de faire entrer de l’air à la température extérieure, qui peut être glaciale en hiver, on peut assurer le renouvellement de l’air par un tube qui passe sous terre,, moyennant quelques précautions de mise en oeuvre; c’est ce qu’on appelle un puits canadien, simple à faire quand on a un peu de terrain. L’air neuf entrera ainsi à environ 8/10°C en plein hiver froid au lieu de -10°C
  • si votre maison ne dispose pas d’une coupure thermique entre le plafond supérieur et le toit, c’est encore 30% de plus en termes d’économie de chauffage!
  • un dernier truc : faites le tour de vos fenêtres avec une bougie allumée quand il y a du vent; dès que la flamme vacille, c’est que de l’air passe entre le dormant de la menuiserie et le mur d’appui. Calfeutrez les passages d’air qui ont tendance à être récurrents dans les rénovations faites à la hâte…

Avec ces petites recommandations pragmatiques  simples et peu coûteuses, vous pourrez diviser votre facture par deux. Pour les plus courageux, vous pourrez vous fournir en paille et terre, deux matériaux peu onéreux, disponibles à la campagne et qui feront des merveilles sur le plan de l’isolation. 

Pour vous accompagner dans ces démarches, vous pourrez vous appuyer sur les réseaux d’entraide que nous vous avons présentés il y a peu. La solidarité peut faire des merveilles…

Nous parlons de l’impossibilité de vivre en ville et de la nécessité d’isoler les maisons individuelles alors que cela fait 40 ans que nous vivons des campagnes d’isolation thermique. N’est-ce pas contradictoire?

 

3 Les politiques de rénovation thermique :  il faut avant tout s’attacher à faire un point sur l’échec, volontaire?, de la rénovation thermique

La rénovation thermique est encore une affaire de lobbies. Pour faire simple, on a incité à changer des fenêtres alors que les menuiseries neuves ne permettent que 5 % d’économies, et encore.

Et quand on a fait dépenser vingt milles euros de travaux à un foyer qui voit le montant de sa facture de chauffage revenir à l’identique au bout de deux ans, on a perdu toute crédibilité. Un peu comme si des vaccinés attrapaient quand même la maladie pour laquelle ils ont été vaccinés!

Mais à qui profite le crime alors si malgré 30 000 euros de travaux dont 10 000 de crédits d’impôts, la somme payée pour se chauffer impacte tout autant notre portefeuille? Comme bon nombre de politiques du bâtiment mises en place depuis 30 ans, les crédits d’impôts accordés ont attiré des entrepreneurs peu scrupuleux qui ne connaissaient rien au bâtiment. Et à force d’agir de la sorte, il devient impossible d’entraîner les administrés vers de nouvelles mises en œuvre de politiques vertueuses. C’est alors qu’intervient le pass CO2 non? 

De notre analyse, l’unique solution pour mener à bien une campagne de rénovation thermique dans de grands ensembles est de la confier à ses habitants ou à des sociétés de gestion de bâtiments. . Certaines expériences concluantes ont en effet été menées ainsi; nous pensons par exemple à celle de Villers-lés-Nancy, ou bien au formidable travail réalisé par la société HLM le Toit Vosgien

Mais laisser l’initiative à des entrepreneurs qui margent à 100 % sur des pompes à chaleur dont l’évaporateur est posé sur la façade nord de la maison est voué à l’échec. 

Avec Rester Libre, nous vous proposons donc d’autres solutions; si le fait de partir à la campagne couper du bois ne vous enchante guère, vous pouvez aller sous le soleil! Ce ne sera donc pas “homme blanc couper du bois, hiver être rude, mais plutôt “….

 

4 Vivre au chaud le cas échéant, cela revient moins cher

Beaucoup de retraités migrent vers le sud en hiver à l’instar des cigognes. Les économies d’énergie réalisées compensent le coût d’un tel voyage annuel. En effet, la vie étant beaucoup moins chère au Maroc par exemple, ils passent l’hiver au chaud tout en baissant leur facture de nourriture. 

Faites les calculs par vous-même : mettez la consigne de votre chaudière sur 8 degrés et vous économiserez deux à trois milles euros de chauffage. Cette somme ne suffit-elle pas pour s’installer dans un pays au climat agréable pendant 5 mois? 

Ce sera encore plus vrai demain  même si le prix du voyage a augmenté. Et cela risque de vous  inciter à rester. Car vous  y trouverez sûrement de la moutarde et de l’huile de tournesol (rires).

Si cela s’applique aux retraités qui n’ont plus aucune attache économique car ne travaillant plus, la réflexion mérite d’être aussi menée par les non retraités. Et la progression du télétravail peut permettre à certaines familles de s’installer au chaud ou bien dans un pays qui souffre moins de la crise.

L’expatriation peut donc concerner beaucoup d’entre nous. Vous trouverez sur Rester Libre des conseils qui vous aideront non seulement à savoir si vous êtes en capacité de franchir le pas mais surtout à faire la part des choses : le prochain dossier sur une destination méconnue des français, la Bulgarie, vous démontrera que le critère “protection sanitaire”, un idéal français naguère, est de plus en plus atteint ailleurs. 

 

Conclusion

 

Sans tomber dans le complotisme, nous voyons bien ce qui se trame derrière : la mise en place du green pass, puisque c’est le nom qu’ils ont donné en Italie, adossé à d’autres conditions.

Vous ne pourrez ainsi plus chauffer correctement votre domicile ou rouler comme avant pour …vivre. Merci aux bobos écolos de ne pas surréagir : pensez aux donneurs de leçon qui prennent un jet pour aller voter; pensez aussi à l’interdiction des moteurs thermiques en 2035 en Europe, sauf pour les modèles de luxe. 

Vous pouvez donc vous installer au vert ( Rester Libre et Vivrovert.fr peuvent vous y aider) , isoler votre domicile et l’équiper d’émetteurs de chaleur fonctionnant au bois. Sinon, vous pouvez nous envoyer un message sur :       pour que nous vous mettions en relation avec des personnes de confiance qui vous aideront à trouver votre refuge au chaud!

Anticipez!

Abonnez-vous à notre newsletter

La newsletter du jour

Tous les jours, le récapitulatif des articles du Courrier des Stratèges

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

About Post Author

13 Shares:
4 commentaires
  1. Il manque la source à l’emplacement (source)… Comme souvent sur CS on a le sentiment que l’auteur n’a pas relu son article ; je constate presque toujours des coquilles dans les articles de E. Husson aussi. Ça fait dix mois que je suis abonné donc je l’accepte, mais ça montre une certaine hâte dans l’écriture qui fait parfois douter du caractère complet et rigoureux des analyses du site.

    La Bulgarie est peut-être une bonne idée. Un gilet jaune débrouillard, et lourdement conspi mais sympathique, Éric Perroud, y est parti en 2018 ; une petite communauté française s’est ainsi établie à Mamarchevo, dans l’arrière-pays.
    Concernant le chauffage je vais donner à ceux qui me lisent un truc très efficace : les Damart !! En mode trappeur : caleçon long et t-shirt manches longues (prendre un niveau 3 au minimum). J’ai commencé à faire ça il y a dix ans, en revenant d’un pays où le chauffage était hors de prix. C’est spectaculaire pour moi qui suis un frileux. On gagne 4 à 5 degrés. A 16 degrés dans l’appartement je me sens encore bien avec ça sur moi. Pour ceux qui ne supportent pas la matière textile une autre marque existe qui fait ce genre de produit mais en laine douce (c’est bien sûr beaucoup plus cher).

    Répondre moderated
    1. J’ai cherché et retouvė le nom de la marque qui fait des sous-vetements très chaud en matière naturelles (laine mérinos). : Bernard Solfin. Ils ont un site internet bien sûr. Pour ceux qui ne supportent pas le thermolactyl c’est l’alternative ; ceci dit c’est un investissement : trois fois plus cher qu’un Damart (c’est fabriqué en France il faut dire auss, depuis 1930).

  2. C’est vrai, il y a beaucoup de coquilles, comme ici “tôlé” au lieu de tollé. Le contenu prime, d’accord, et les rédacteurs ont bien du mérite de publier à un tel rythme. Mais tout de même, la forme a aussi son importance. Les puristes de mon espèce, adeptes du “ce qui se conçoit bien s’écrit correctement” et grands prêcheurs (dans le désert) du retour à un enseignement de qualité, craignent toujours que cela ne décrédibilise un tout petit peu le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer