Allemagne: gouvernement et opposition se répartissent les rôles et préparent une OPA sur l’arme atomique française – par Edouard Husson

D'un côté il y a Wolfgang Schäuble, longtemps ministre des Finances et naguère président du Bundestag. Le vieux sage de la tribu propose que l'Allemagne finance l'arme nucléaire française. Aussitôt, le gouvernement d'Olaf Scholz de se récrier; avec une tendance à surjouer la critique des propos de Schäuble. Ne commettez pas la faute habituelle des Français: sous-estimer la capacité manoeuvrière du partenaire allemand. Car l'Allemagne agit en service commandé: son rôle est de faire rentrer définitivement les Français dans le rang de l'OTAN. En assouvissant au passage la vieille jalousie vis-à-vis de la "grande nation" post-gaullienne - et nous sommes éminemment vulnérables vu notre taux d'endettement.

Le doyen de la vie politique allemande, Wolfgang Schäuble a fait sensation dans la Welt am Sonntag. Il réclame une contribution financière allemande à la dissuasion nucléaire française ! Lisons d’abord l’ancien numéro deux de Helmut Kohl et d’Angela Merkel dans le texte: 

+ “Alors que les acolytes de Poutine menacent chaque jour de lancer une attaque nucléaire, une chose est sûre pour moi : nous avons besoin de la dissuasion nucléaire au niveau européen également. La France en dispose. Dans notre propre intérêt, nous, Allemands, devons apporter une contribution financière à la force nucléaire française en échange d’une dissuasion nucléaire commune. Cela signifie que la France a un droit raisonnable à ce que nous payions une plus grande part de cette dissuasion“.

Les Allemands sont prêts à payer mais, évidemment, ils veulent co-décider!

+ “Dans le même temps, nous devons nous engager avec Paris dans une planification stratégique renforcée. Je sais qu’en Allemagne, ce ne sera pas un débat facile. Quoi qu’il en soit, la capacité de défense européenne ne peut se concevoir sans la dimension nucléaire. Ce que la France doit faire à cet égard, c’est que tout cela doit s’intégrer dans l’OTAN.”

Rien que cela. Wolfgang Schäuble a suffisamment tancé les fgouvernements français successifs incapables de tenir leurs engagements budgétaires, quand il était Ministre des Finances, pour savoir qu’il ne devrait pas être très difficile d’appuyer là où ça fait mal. La France n’a plus les moyens d’investir suffisamment dansd la modernisation de sa force de frappe. Donc l’Allemagne va l’y aider. A condition que Paris s’aligne sur l’approfondissement OTANien de la politique étrangère de l’UE. 

+” On peut s’entendre sur ce point, car : La France et l’Allemagne sont des voisins si proches qu’il n’y a pas de différence entre la compréhension française et allemande des dangers communs. De plus, ce que j’ai dit sur une politique de dissuasion franco-allemande n’est pas vraiment nouveau. Les gouvernements précédents avaient déjà proposé à l’occasion à la France de discuter d’une dissuasion nucléaire commune avec une participation correspondante aux charges financières – on ne voulait pas forcément en parler, mais c’était une autre époque”.

La défense, et en particulier la dissuasion nucléaire, pour défaire le Brexit, au passage. Ou plutôt pour créer, enfin, la grande communauté transatlantique dans laquelle les pays européens devront se couler. 

+ “J’essaierais également d’impliquer les Britanniques en tant que deuxième puissance nucléaire européenne. La règle doit toujours être la suivante : tout avec l’OTAN, jamais contre elle”.

Pour que le tableau soit complet, l’ancien président du Bundestag, ajoute, bien entendu, le renoncement à l’unanimité dans les votes du Conseil européen. 

+ “J’ai toujours été favorable à l’introduction de la prise de décision à la majorité. Même en tant que ministre des Finances, j’ai plaidé contre l’unanimité au niveau européen sur les questions fiscales. Cela m’a coûté quelques sympathies au sein de mon parti. L’unanimité au niveau européen est un mal. Ceux qui ont la possibilité d’utiliser leur veto pour faire passer certaines demandes nationales sont très tentés”.

Et au cas où Paris ne se rangerait pas assez vite aux arguments du vieux sage de la politique allemande, on fera jouer les Polonais et l’Europe centrale en général contre “la vieille Europe”. 

+” je suis d’avis depuis très longtemps que la Pologne doit enfin être admise, aux côtés des Français et des Allemands, comme un membre de même valeur et de même importance dans la direction de l’unification européenne. La Pologne doit être traitée au plus vite comme elle l’a toujours mérité. Nous ne devons pas laisser passer cette chance. De ce point de vue, j’ai regretté que Macron et Scholz se soient rendus à Kiev sans leur collègue polonais Morawiecki. Cela aurait été un tout autre signal si la Pologne, l’Allemagne et la France s’étaient présentées ensemble à Kiev.

En outre, la Pologne joue également un rôle central dans la politique de défense, comme nous le constatons au moins depuis l’attaque de la Russie contre l’Ukraine. Avec Varsovie et Paris, Berlin pourrait travailler à ce que la défense européenne ne soit pas une alternative à l’OTAN, mais une complémentarité“.

Et: “Nous devons enfin prendre au sérieux le fait que l’Europe est plus que l’ancienne Europe occidentale. Si nous avons eu un problème en République fédérale dans le processus de réunification, c’est parce que nous avons trop longtemps permis aux habitants des nouveaux Länder de penser que nous ne les considérions pas comme égaux. Au niveau européen, nous avons le même problème. Cela doit changer de toute urgence”.

En fait, plus on avance dans l’entretien accordé par Schäuble au grand journal conservateur allemand, plus on est frappé par le doux fanatisme qui se dégage: 

+ “En Europe, nous devons maintenant faire certaines choses indépendamment du cadre réglementaire européen. La défense selon les règles du traité de Lisbonne ne sera pas à la hauteur du défi actuel. Ceux qui veulent faire plus pour la défense européenne doivent maintenant aller de l’avant – et avec ceux qui le veulent aussi. (…)  La France, l’Allemagne et la Pologne devraient maintenant prendre l’initiative d’une politique de défense européenne plus étroite. Ils devraient prendre les devants et inviter en même temps tous les Européens à y participer, mais ne pas laisser les autres les en empêcher. Il en va d’ailleurs de même pour la politique des réfugiés”.

Donc, accueil par Angela Merkel des réfugiés du Proche-Orient et d’Afrique et soutien à l’Ukraine contre la Russie: même combat! Et tout cela au service d’un alignement sur la politique américaine de renversement de Vladimir Poutine: 

+”Je pense également qu’à long terme, les intérêts de la Russie plaident davantage pour une appartenance plus étroite à l’Europe qu’à la Chine. Manfred Wörner – le premier et le seul secrétaire général allemand de l’OTAN jusqu’à présent – a fait la promotion d’un partenariat de sécurité avec la Russie dès le début des années 90. Si sa maladie pernicieuse ne l’avait pas fait mourir trop tôt, cette idée aurait peut-être évolué, car l’idée est juste.

Les Polonais seront certainement d’accord avec nous si nous disons qu’un partenariat avec une Russie qui s’engage à renoncer à la violence, à l’inviolabilité des frontières et aux règles fondamentales du droit international est politiquement juste. Nous pouvons et voulons travailler en bonne intelligence avec une telle Russie. Mais avec Poutine, ce sera difficile.”

Une habile répartition des rôles entre Schäuble et le gouvernement Scholz

Face au “Saint Jean Bouche d’Or” de la stratégie allemande, le gouvernement s’est habilement récrié ! Ainsi, les Verts, parlant de  « jeu avec le feu » irresponsable. La présidente du groupe, Agnieszka Brugger, estime que : “La proposition d’armement nucléaire en Europe est extrêmement dangereuse, irresponsable et constituerait une violation massive des obligations allemandes en vertu du droit international. » .  

Quant au SPD, le parti du Chancelier Scholz, on y soutient que la France veut “prendre des décisions souveraines sur l’utilisation éventuelle d’armes nucléaires“. Nils Schmidt porte-parole du groupe parlementaire pour les questions de diplomatie et de défense, explique : « La proposition de Wolfgang Schäuble est inadaptée : tout d’abord, la France a répété très clairement à plusieurs reprises qu’elle voulait décider de manière indépendante et souveraine d’une éventuelle utilisation des armes nucléaires. Cela doit être respecté.” Pour lui,  « les armes nucléaires françaises ne sont pas aptes à protéger l’ensemble de l’Europe. Il faudrait une montée en puissance nucléaire massive, ce dont personne ne veut. Il faut aussi penser à nos alliés européens : si l’Allemagne et la France avançaient unilatéralement, on aurait l’impression que les deux pays ne veulent que se protéger. Une Europe divisée et donc affaiblie en serait le résultat. » Pour lui, il n’y a “pas d’alternative à la dissuasion organisée par l’Otan et garantie par les armes nucléaires américaines” 

Mais n’est-ce pas précisément ce que veut Wolfgang Schäuble? Un alignement complet de la France et de l’Union Européenne sur les Etats-Unis au sein de l’OTAN. 

En fait, tout se passe comme si l’on assistait à une répartition des rôles dans cette “Grande Coalition” permanente qu’est la vie politique allemande. Schäuble, du fait de son prestige et son retrait formel de la vie politique peut lancer une “idée folle”, la tester. Et le gouvernement en place de se récrier. 

Il ne faut jamais sous-estimer les Allemands et leur capacité à manipuler les Français. Rappelons-nous Bismarck et la dépêche d’Ems. En l’occurrence, Schäuble agit comme le tentateur, celui qui lance l’idée. Et le gouvernement en place doit savoir qu’il suffit de se récrier pour que les Français, et leur éternel esprit de contradiction, mordent à l’hameçon. Et ceci d’autant plus que la pression  budgétaire est de plus en plus forte. 

Abonnez-vous à notre newsletter

Les droites de Husson

Soyez les premiers à connaître les 1001 secrets des droites françaises à l'approche des élections présidentielles. La lecture intégrale de cette lettre est comprise dans l'abonnement à 9,90 €/mois !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

About Post Author

108 Shares:
13 commentaires
  1. Nos dirigeants sont prêts à saigner la France pour l’idée d’Europe.
    Ils nous trahiront comme ils ont trahi en 1870, et 1914 et en 1939.
    La germano servilité a encore de beaux jours devant elle.

    Répondre moderated
  2. « tout avec l’OTAN, jamais contre elle »
    Je n’aime pas trop ce slogan qui fait un peu trop écho au: « Tout dans l’État, rien hors de l’État, rien contre l’État ! » de Mussolini…

  3. L’Allemagne nous fait le coup de la partition à la deux voix : chacun chante son texte mais ça reste la même chanson. Dans l’intérêt des Américains mais aussi parce que les Allemands n’ont jamais digéré que nous en disposions et pas eux, Berlin veut dissoudre notre dissuasion nucléaire dans l’Otan. Les dirigeants allemands se comportent en parfaits laquais des Américains. Ce qui est à craindre, c’est que Macron, toujours soucieux de se montrer le bon élève de la classe européenne et lorgnant un poste à Bruxelles pour après 2027, soit prêt à discuter de tout et n’importe quoi avec Berlin, voire constituer ce triumvirat avec la Pologne. L’absence totale de culture historique du locataire de l’Élysée mais aussi son mépris absolu de l’intérêt national ne peuvent que susciter cette crainte.

  4. Le projet de La Communauté européenne de défense (CED) date des années 1950 avec comme corolaire le réarmement de l’Allemagne. Son motif principal était de contenir la menace d’expansion communiste de l’URSS. La guerre de libération du Donbass a réactualisé la menace russe sur l’Europe, et aussi la logique d’une CED modifiée par la fin de la guerre froide, du rideau de fer et du bolchévisme. Les allemands ont annoncé un programme militaire de 100 milliards d’euros fin février 2022. L’immobilisme de Macron présidant l’UE étant passé, ce n’est pas la tchéquie qui va relancer. Un pilotage est nécessaire. La Pologne inconditionnellement pro américaine, 5éme population d’UE, frontalière de la Russie, est un gage de fidélité à l’OTAN.

    1. La menace soviétique n’était pas le motif mais le prétexte. L’Allemagne étant le « partenaire » privilégié des États-Unis, ces derniers par la CED donnaient l’occasion au vaincu de 1945 de se réarmer, puis, grâce à l’intégration des moyens de défense dans un ensemble européen, d’engager la construction européenne résolument sur la voie du fédéralisme. De nos jours, le processus est encore plus clairement avoué : pour les intérêts exclusifs des États-Unis, l’UE doit constituer une force militaire commune, chaque État devant renoncer à une force indépendante, et cette armée commune, intégrée à l’Otan, sera donc non seulement placée sous commandement américain mais la décision de son emploi relèvera exclusivement de Washington. Ne nous y trompons pas, c’est l’ambition impériale américaine, qui fait rêver tous les dirigeants européens, ces derniers acceptant le prestige des fonctions mais en refusant les responsabilités.

  5. Accepter ce “deal” c’est comme enlever ses propres bretelles qui maintiennent nos pantalons.
    Paris et Berlin ont toujours divergé toujours sur leur vision de l’Europe.
    La France se doit de conserver sa dissuasion indépendante !

    Répondre moderated
  6. comparer la dissuasion nucléaire française et anglaise et vouloir en faire l’amalgame sous entend de glisser sur une sérieuse différence c’est celui des clefs pour déclencher le biniou. Autant qu’il me souvienne la dissuasion des anglais est à 2 clefs; une pour le gouvernement anglais et une pour les américains donc ils ne sont pas vraiment souverain dans ce domaine or jusqu’à présent, pour la France, nous restons me semble t il dans l’héritage gaullien d’une dissuasion avec une clef uniquement française… à moins que Sarkozy ait aussi vendu cette souveraineté à “l’ami américain” en même temps qu’il remettait les forces françaises dans le commandement intégré de l’otan…à moins que les Allemands qui redeviennent militaristes n’ envisagent ainsi de pouvoir s’acheter leur propre clef à pas cher. Ce n’est pas mon domaine de compétence mais peut être pourriez vous , vous; creuser un peu le sujet pour savoir qui aurait ainsi accès aux clefs

  7. Une armée nucléaire a l’Allemagne, jamais. Ils ont perdu la guerre et les russe ont le droit de apposées leur veto. Voir l’Iran, bombardé par l’état hébreu.

    Répondre moderated
  8. Les Allemands viennent de voter une hausse historique de 100 millions pour leur budget militaire. Mais que cherchent-ils enfin??
    Au lieu de jouer aux ”gros bras” (les stéroïdes fournis par les US) ils devraient diversifier leur économie, qui ne va pas tarder à plomber sous les coups de leur politique énergétique débile.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer