CONFLIT UKRAINE-RUSSIE : DU FANTASME À LA RÉALITÉ, DE L’ILLUSION A LA DÉSILLUSION – par le Général Antoine Martinez

Antoine Martinez, général de brigade dans l'armée de l'air, aujourd'hui en retraite, avait proposé un projet cohérent et du niveau d'un candidat à la présidence de la République, en vue de l'échéance de 2022. C'est avec la même hauteur de vues qu'il propose dans le long texte qui suit, consultable en format PDF ci-dessous, une analyse globale du conflit entre l'Ukraine et la Russie. Nous recommandons à tous ceux qui veulent, après cinq mois de guerre, une vision synthétique de l'affrontement militaire, économique, diplomatique, médiatique en cours, de lire cette analyse très bien documentée et très claire dans son contenu. Voilà une contribution indispensable, qui montre à la France le chemin d'un redressement stratégique.

Table des matières: 


➢ RAPPEL DU CONTEXTE OPPOSANT LE BLOC DE L’OUEST AU
BLOC DE L’EST
➢ LA REALITE SUR LA SITUATION MILITAIRE ET SES
CONSEQUENCES
➢ LE REGNE ABSOLU DES MEDIAS
➢ L’HOMME QUI A SACRIFIE L’UKRAINE
➢ LA DEFAITE DE L’UKRAINE SIGNERA LA MORT DE L’OTAN
➢ LES ETATS-UNIS PRETS A TOUT POUR IMPOSER LEUR
HEGEMONISME
➢ L’UNION EUROPEENNE SIGNE SON SUICIDE GEOPOLITIQUE ET
GEOSTRATEGIQUE
➢ FRANCE, UN RENDEZ-VOUS MANQUE AVEC L’HISTOIRE
➢ UNE RAISON INAVOUABLE DE CETTE GUERRE

Le duc de Richelieu (1766-1822), gouverneur de la Nouvelle Russie de 1803 à 1814, a sa statue à Odessa face au port

About Post Author

101 Shares:
14 commentaires
  1. Excellente analyse! Par contre l’auteur laisse entendre que l’UE est victime de la politique hégémonique des amerloques..elle est pour moi partie prenante,c’est loin que d’être du suivisme..ils ont un projet commun (que vous n’avez me semble t’il pas abordé,sans doute volontairement..) c’est le mondialisme à la sauce Schwab,une gouvernance mondiale et unipolaire, que ne veut justement pas Poutine et les 3/4 de la planète.

    Répondre moderated
  2. Bonjour,

    Facebook bloque systématiquement le podcast avec l’excellente analyse du Général Martinez. Pourriez-vous me l’envoyer en direct sur mon email afin que je puisse tenter de la placer en direct sur ma page Facebook , ou éventuellement diffuser cette présentation sous une autre forme ? Bravo pour vos analyses. Thierry Goossens. Belgique.

    Répondre moderated
  3. bonjour Mr VERHAEGHE
    grand merci pour cet article du Général MARTINEZ que je viens de lire.
    serait il possible d’avoir cet article en PDF
    je voudrai l’avoir imprimé sur papier pour le garde sous le coude.
    j’ai essayé de le copie en informatique mais le site internet me renvoie que je n’ai pas accés.
    GRAND MERCI voici mon adresse mail pour l’envoie du doc :
    maryvonne.moreau1804@gmail.com
    bonne journée et encore merci

    Répondre moderated
        1. Ha autant pour moi. A priori, non, c ‘est encore disponible. Mais bon, j’ai télécharger le pdf communiqué par Mildred, c’est plus sûr … Encore merci.

          Répondre moderated
  4. Remarquable document qui complète très bien l’article du journaliste allemand sur la réalité de la démocratie ukrainienne. Il y a un point sur lequel je ne partage pas le point de vue de ce général. Il fait partir la vassalité des dirigeants de l’Europe occidentale à partir de la chute de l’URSS. Il me semble que cette vassalité date de la seconde guerre mondiale quand tous les dirigeants, dont les pays ont été submergés par les armées allemandes, ont trouvé refuge en Grande-Bretagne et ont profité de l’aide, non gratuite ne l’oublions pas, des États-Unis. À l’issue de la guerre, les Américains ont d’une part exagéré le péril communiste et d’autre part rendu les économies européennes dépendantes à leur égard avec le plan Marshall. Enfin, dans la continuité de ce plan, ils ont poussé à la création d’une union européenne qu’ils espéraient fédéralistes. Le lien de vassalité est consubstantielle à la construction européenne et à la personnalité de ceux qui ont présidé à sa fondation. Il suffit de songer à la personnalité française la plus marquante, Jean Monnet, un fédéraliste stipendié par Washington et pour lequel la France ne devait plus exister. Depuis cette époque, tout le personnel de la haute fonction publique, qui constitue le gros bataillon de nos dirigeants, a été formaté pour voir et penser le monde tel que le fait l’Amérique. Cette soumission est une seconde nature chez nos dirigeants. Nous avons seulement eu la parenthèse de Gaulle, lequel devait ferrailler avec sa propre administration, voire ses propres ministres, pour leur donner la volonté de l’indépendance et de la souveraineté. Dans le reste de l’Europe de l’Ouest, nul autre pays n’a eu cette parenthèse. Les der Leyer, Scholz, Draghi et hélas Macron sont les héritiers de Monnet ; de Gaulle, ils ne connaissent pas et ne veulent surtout pas le connaître. Et, c’est là que je rejoins le général Martinez, c’est exact que la chute de l’URSS marque la victoire de l’idéologie des États-Unis, idéologie dont aucun dirigeant de l’U.E n’est capable de proposer une alternative ni même de seulement s’en démarquer. Et c’est bien ce qu’ils reprochent au président Poutine : leur démontrer qu’un pays a le droit et le devoir d’être souverain. Et qu’il ne peut le faire que si ses dirigeants respectent son peuple.

    Répondre moderated
  5. Joli texte russotrope.
    L’argument monétaire me parait très pertinent et doit être complété et étendu à la zone euro menacée de déconfiture.
    J’y vois un aspect lourd du plan US de neutraliser la zone européenne autour de ce conflit sans issue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer