Missiles hypersoniques et intercepteurs de HIMARS: le retard pris par l’OTAN sur l’armée russe est-il rattrapable? – par Edouard Husson

L'OTAN découvre avec effarement son incapacité à parer les missiles hypersoniques russes; mais aussi, à l'inverse, la capacité russe à intercepter les HIMARS. Un conflit réel remet les pendules à l'heure. Il permet de voir ce qu'il en est vraiment de la valeur des armées, de la qualité de leurs armements et de l'efficacité de leurs technologies. L'OTAN a décidé de participer de manière indirecte à la guerre d'Ukraine. L'heure du bilan arrive et révèle un retard considérable pris sur l'armée russe. Il est temps pour la France de se poser la question de la participation à une alliance dont les membres, à commencer par les Etats-Unis, se sont endormis sur leurs lauriers militaires de la Guerre froide.

Selon une publication spécialisée, ” L’OTAN est bouleversée par l’effet inattendu des missiles hypersoniques russes. Les derniers missiles hypersoniques russes (et nous parlons probablement de ces missiles qui ont été utilisés dans le cadre de la NMD en cours en Ukraine) ont littéralement surchargé les systèmes des stations radar de l’OTAN, ce qui a permis de suivre les lancements de missiles sur de longues distances. Ceci est rapporté par The Telegraph, citant le chef de la société de défense Cohort, Andy Tomis.”

 

Le retard OTANien sur la Russie et la Chine en matière d’hypervélocité

En  effet, il vaut la peine de citer l’article du quotidien britannique: 

Les entreprises d’armement se démènent pour trouver une défense contre les missiles hypersoniques russes et chinois, craignant qu’ils n’offrent un avantage décisif aux puissances hostiles. Andy Thomis, directeur de la société de défense Cohort, a déclaré que son entreprise travaillait sur un projet visant à vaincre ces armes, qui peuvent se déplacer cinq fois plus vite que la vitesse du son et sont actuellement extrêmement difficiles à abattre.

M. Thomis, dont l’entreprise est basée à Reading et fournit des équipements pour les sous-marins de la Royal Navy, a déclaré : “La capacité de développer des armes convaincantes et efficaces est un élément essentiel de la stratégie de défense : “Être capable de développer des contre-mesures convaincantes contre eux est un pas en avant très important.

“C’est un véritable défi. Il n’y a aucun doute là-dessus”.

Les fusées classiques volent à environ Mach 3, tandis que les vaisseaux hypersoniques se déplacent à Mach 5 ou plus.

En plus d’être incroyablement rapides, elles ont une trajectoire de vol imprévisible qui les rend difficiles à suivre.

L’année dernière, la Chine aurait tiré un projectile hypersonique autour du globe lors d’un essai, tandis qu’en mai, un navire de guerre russe a testé un missile de croisière Zircon capable de voyager à neuf fois la vitesse du son.

Comme c’est représenté sur le schéma ci-dessus, avia-pro.fr précise:L’une des raisons pour lesquelles les ordinateurs ne peuvent pas suivre et calculer la trajectoire de vol des missiles hypersoniques est que ces missiles provoquent plusieurs coups lorsqu’ils franchissent le mur du son, par conséquent, le radar observe plusieurs cibles – bien plus que ce que ces radars peuvent suivre simultanément.  Considérant que la trajectoire de vol d’un missile n’est pas uniforme, les systèmes informatiques ne peuvent tout simplement pas construire un modèle de calcul pour le fonctionnement normal des systèmes de défense aérienne“.

En mai 2022, l’armée russe a testé un missile hypersonique Zircon circulant à Mach 9.   

Les Occidentaux ont-ils pris vingt ans de retard?

Nous avons, depuis le début de la guerre en Ukraine, évoqué plusieurs fois dans Le Courrier des Stratèges, l’utilisation réelle sur le terrain de missiles hypersoniques par l’armée russe. Et nous avons souligné combien c’était la troisième dimension du conflit, tue ou ignorée par les Occidentaux: la Russie mène la guerre en Ukraine en prenant son temps, grâce à l’immense sécurité que lui procure son avance dans les armés hypervéloces qui lui procurent une supériorité sur les Etats-Unis assez comparable au monopole américain en matière d’arme nucléaire entre 1945 et 1949. 

Nous avons plusieurs fois rapporté combien les experts anglo-américains interrogés sur le sujet tendent à minimiser l’avance russe, étant donné que les Américains ont un retard sur la Russie et même sur la Chine dans le domaine. Mais nous avons interrogé Alexandre, ancien officier du renseignement français, qui connaît le sujet des armes hypersoniques, que nous avions déjà présenté aux lecteurs du Courrier. Son évaluation est sans appel:

“Cette fois, les Occidentaux avouent qu’ils sont surclassés, avec une chaîne informatique et des détecteurs radars qui sont obsolètes. Selon moi, ce retard technologique est désormais irrattrapable.
Leur erreur est bien d’ordre conceptuel, c’est à dire qu’elle touche à l’intelligence fondamentale sur la compréhension de la guerre et des choix techniques qui en découlent. Comme il s’agit de la stratégie des moyens, le retard s’évalue à deux ou trois décennies”
 
Un jugement trop sévère? Alexandre me fait remarquer que la question du retard pris par l’armée américaine et l’OTAN se pose en général. Comme le montre le manque d’efficacité relative des MLRS (Multiple Launch Rocket Systems) HIMARS  (High Mobility Artillery Rocket Systems) livrés à l’Ukraine. 

La mauvaise surprise pour les Etats-Unis: l'armée russe pare les tirs de MLRS HIMARS.

Pour les HIMARS aussi, l’armée russe semble bien plus capable de les intercepter que ce qu’avaient évalué les Occidentaux: 

L’armée russe est équipée de plus de 400 systèmes pour détruire le MLRS américain Himars. Dans le cadre de l’opération militaire spéciale en Ukraine, l’armée russe a fait une découverte surprenante. Elle est déjà armée pour parer les systèmes de lance-roquettes multiples Himars américains, bien plus que l’armlée russe ne l’avait anticipé. Les systèmes ont déjà été testés avec succès sur les missiles supersoniques américains M30 et M31 et ont démontré la plus grande efficacité.
Comme on l’a appris, les complexes soviétiques et russes de Buk sont capables non seulement de suivre efficacement les lancements de missiles américains Himars MLRS, mais également d’intercepter des missiles même en cas d’attaque par salve de ces derniers. Il s’est avéré que les systèmes Buk sont adaptés pour toucher des cibles telles que les missiles américains Himars, à la fois en vitesse et en portée, et en hauteur. De plus, les paramètres de la fusée sont tels qu’ils vous permettent d’identifier instantanément une telle cible.
Selon l’armée russe, en termes de paramètres, les systèmes américains Himars sont presque parfaitement adaptés pour utiliser les systèmes de missiles anti-aériens soviétiques et russes Buk contre eux. Au total, selon des sources ouvertes uniquement, la Russie est armée de plus de 430 systèmes de défense aérienne Buk de diverses modifications, ce qui est bien plus que le nombre de MLRS Himars  Etats-Unis, sans parler de l’Ukraine“.

Nous avons de plus indiqué que quatre des lanceurs Himars livrés à l’Ukraine ont déjà été détruits. 

La réalité du conflit révèle donc que l’OTAN n’est pas aussi puissante qu’elle le croyait. Il va falloir commencer à poser la question pour la France de sa participation à l’alliance. 

Le duc de Richelieu (1766-1822), gouverneur de la Nouvelle Russie de 1803 à 1814, a sa statue à Odessa face au port

About Post Author

78 Shares:
17 commentaires
  1. Notre ex spécialiste français de la MHD, Jean-Pierre Petit, a fait sur sa chaîne YT il y a deux ans une vidéo sur la faillite de la MHD française dans les années 80/90, où il donne les noms des responsables de ce dramatique gâchis (des Polytechniciens et des militaires si je me souviens bien). Il a raconté aussi (avant la guerre en Ukraine) qu’un officiel parisien (je ne sais plus si c’était ou non un militaire) était venu le voir dans sa retraite provençale pour voir ce qu’on pourrait faire pour rattraper notre retard dans le domaine. Petit lui a répondu : laissez tomber, ce qu’ont fait les Russes c’est mille chercheurs à plein temps pendant trois décennies.

  2. Et avec tous ces renseignements des plus alarmants notre imposteur cocaïnomane bonde toujours le torse devant Poutine.
    La crétinisation de la France est bien en marche !

    Répondre moderated
  3. La question se pose : les français auraient-ils été “intoxiqués” afin de ne pas reconnaitre le potentiel du domaine maîtrisé par Jean-Pierre Petit ? Ce serait d’autant plus plausible que c’est peu couteux à réaliser et redoutablement efficace à long terme.

  4. Il ne faut pas être aveugle sur les forces en présence mais il ne faut pas être c… non plus. D’où viennent ces infos que les Russes interceptent les OBUS que tirent les Himars ?! Infos russes !!!! Reuters a annoncé “selon des informations russes…”. Il n’y a ni preuves, ni démonstrations de ça.
    Les russes auraient déclaré avoir intercepté 100 rockets de Himars. Même si c’est vrai, ce n’est rien par rapport à ce tirent les Himars.
    Il faut aussi noter que les Russes n’ont pas l’équivalent des Himars.
    Il faut encore noter que les US n’ont fourni à l’Ukraine que des Himars M142, portée 80 km. Pour que l’Ukraine n’attaque pas (trop) le territoire russe. Ils en ont de bien meilleurs avec portée 300 km. Presque de quoi toucher Moscou (et le Kremlin).
    N’oublions pas que la Russie cherche à décourager les occidentaux se soutenir l’Ukraine. Un volet de leur stratégie consiste à essayer de déstabiliser l’opinion publique.
    En attendant, il faut considérer que les HIMARS fonctionnent suffisamment bien pour avoir forcé les Russes à reculer leur artillerie car elle est touchée par les Himars alors qu’elle se croyait hors de portée, que les Ukrainiens ont détruits 50 dépôts d’armes russes avec les Himars.
    N’oublions pas non plus que les Russes n’ont plus accès aux puces occidentales, indispensables pour faire fonctionner leurs missiles. Ceux qu’ils tirent ne peuvent pas être renouvelés. Et en plus le coût de ces missiles est hors de proportion avec les cibles. Les Russes tirent leurs cartouches et s’épuisent, d’où la frénésie de déclarations menaçantes pour intimider les populations occidentales. Mais ça ne marche plus.
    Et pendant ce temps, la Chine guette la chute du Russie…

    1. Si tant est que la stratégie de la Russie serait de déstabiliser l’opinion publique par de fausses informations, cet article nommant une source que l’auteur semble considérer fiable et sachant que la première victime de la guerre est la vérité, sans vouloir vous brusquer, d’où s’il vous plaît tenez-vous vos informations pour contredire ou du moins corriger celles qu’on peut lire ici.

    2. Mes informations sur les Himars sont aussi françaises et américaines !
      L’essentiel de mon article est consacré aux missiles hypersoniques et s’appuie sur des sources britanniques.
      Par ailleurs, j’aimerais connaître vos sources mais ce que disent des militaires français ou allemands – j’en ai cité certains – c’est que les stocks OTANo-ukrainiens sont dangereusement épuisables alors que la Russie n’a pas épuisé 15% de ses munitions (stock au 24 février). Et les usines tournent.
      Mais je suis bien sûr preneur de toute information que je n’aurais pas.
      Cordialement.
      EH

    3. Les missiles tirés par Himar à 300 km sont plus faciles à intercepter que ceux à 80 kms de portée, et s’ils étaient tirés sur Moscou, croyez moi, la punition serait terrible, y compris peut être pour les commanditaires …
      Les Russes ne s’épuisent pas, contrairement aux occidentaux : ils écoulent les vieux stocks. D’ailleurs on a déjà entendu cet argument fallacieux dès le mois de mars : “les Russes n’ont plus de missiles, etc” et pourtant chaque jour ils dépensent le stock de l’armée française ou presque 🙂
      De plus, la Russie dispose de toutes les ressources pour reconstituer ses stocks, quand aux puces, elles sont aussi simples que celles d’une machine à laver et ils peuvent les construire sans problème. C’est un autre point fort de l’armée russe : elle ne dépend pas de l’étranger ! Par contre l’occident manque de ressources pour reconstituer ses stocks, exemple le titane pour les chars venait essentiellement de Russie …
      De plus, actuellement, la Russie n’utilise pas ses armes les plus modernes, à part quelques hypersoniques en guise d’avertissement. Par exemple, elle utilise le Buk-M2 au lieu du Buk-M3, le Tor-M1 au lieu du Tor-M2, etc … Elle se sait observée par l’OTAN et elle tient à lui donner le moins d’infos possible.

  5. Je ne crois pas une seule seconde que les US se laisseront distancer sur les missiles. L’échec du tir du nouveau missile US il y a 3 semaines concernait un système plus avancé, donc très complexe. Quand ça va marcher …
    Même les Français, pas si mauvais malgré le gamin du 55, sont sur des missiles à mach5. Les Britishs aussi.
    Attention à ne pas tomber dans la propagande et la désinformation, même si bien sûr il faut écouter tous les points de vue.

    1. Les Etats-Unis sont déjà distancés, en matière d’hypervélocité, par la Chine et, surtout, la Russie. La question est de combien d’années. En début de conflit je pensais 3 à 5 ans. Il semble que ce soit, selon les experts sérieux, au moins dix ans de retard. La Russie peut détruire les USA en 10 minutes. Si vous ne mettez pas ce fait au centre de l’analyse – ce que nous avons fait au Courrier dès la fin février – vous vous condamnez à ne pas comprendre la guerre en cours.

  6. 1. La Russie peut anéantir les Etats-Unis en 5 minutes. Leurs porte-avions, la Maison Blanche et le Congrès grâce à leurs missiles super-soniques. Probablement exact. Et puis ? Une réplique nucléaire américaine ?
    2. L’armée russe est obligée d’utiliser des missiles balistiques démodés des années 70 en Ukraine. Ils sont vraiment à court d’armes sophistiquées, vous ne trouvez pas ?
    3. Où est la supériorité aérienne russe en Ukraine ? La supériorité navale ?
    4. Supposons que l’armée ukrainienne s’effondre. La Pologne, les Pays Baltes vont continuer à fournir des armes à une guérilla ukrainienne intraitable. Qu’est-ce qui se passera alors ? La guérilla ukrainienne de Bandera a continué jusqu’en 1954 alors que la Pologne, la Tchécoslovaquie étaient des satellites soviétiques et qu’une Ukraine indépendante était une idée complètement folle. Et maintenant ?
    5. Les Traités inégaux entre la Chine et la Russie : dans la mémoire de tout chinois. Une superficie qui va au moins de Vladivostock au lac Baikal .. La Chine est un peu plus dangereuse que l’Ukraine
    6. Enfin et surtout prendre au sérieux un ancien officier du KGB qui continue à en être fier et à s’entourer d’anciens comme lui comme valeur de lutte en faveur de la civilisation occidentale et contre sa décadence matérialiste et spirituelle est un vrai plaisir de gourmet pour ceux qui réfléchissent un peu, pas beaucoup.

    Répondre moderated
    1. Merci pour votre message.
      1. Non, justement, ils ont le temps de détruire les silos de missiles nucléaires avant qu’aucune réaction soit possible. Et les centres de commandement. Il reste les sous-marins nucléaires mais s’il n’y a plus personne pour donner l’ordre….Et puis les Russes sont en train de développer des torpilles ultrarapides.
      2. Face à une armée de qualité médiocre – malgré l’entraînement et l’équipement occidental – ils ont commencé par épuiser les stocks de munition. C’est de la bonne gestion des stocks. Mais ils ont aussi utilisé des missiles supersoniques de précision et des missiles hypervéloces autant que de besoin.
      3. La supériorité aérienne russe a été acquise dès les premiers jours. De mémoire, plus de 250 avions ukrainiens abattus jusqu’à ce jour.
      4. Les Lituaniens ne pèsent rien: les Polonais leur ont tordu le bras sur l’affaire de Kaliningrad. L’Estonie est en crise politique. La Pologne ne veut surtout pas une escalade en Ukraine. Ce qui l’intéresse ce sont les marchés de ce qui restera de l’Ukraine. Il ne faut pas être dupe de leur rhétorique grandiloquente.
      Sur les banderistes, pourquoi croyez-vous que les Russes parlent autant de “dénazification”? Ils démolissent progressivement les bataillons fascistes. A Marioupol, à Kharkov et ailleurs. Cela créera une situation très différente de 1945. Surtout, la guerilla dont vous parlez a eu lieu parce que Staline avait avalé la Galicie. Aucun dirigeant russe d’aujourd’hui n’en veut. Je suppose que les nouvelles frontières de la Russie suivront la rive orientale du Dniepr. Où la population a basculé du côté russe du fait du comportement des Kiéviens.
      5. Le rapport de forces Russie/Chine est beaucoup plus équilibré qu’il n’y paraît. La Russie s’est débarrassée du communisme; la Chine est encore un pays asservi par cette idéologie. Le Parti Communiste Chinois est divisé entre les national-maoïstes, façon Xi et les mondialistes longtemps alliés du Deep State américain. la Chine va conn aître de grosses secousses internes dans les années qui viennent. Les Chinois ont besoin de la Russie face à l’Inde (la réciproque est vraie). Surtout, votre analyse ne tient pas compte de l’énorme prestige dont la Russie jouit déjà dans une partie du monde, pour être la première à s’opposer victorieusement aux USA.
      6. La civilisation occidentale est en crise profonde. Minée par le progressisme. La Russie ne défend pas la civilisation occidentale; si cette dernière tenait encore sur ses pieds, elle serait naturellement alliée avec la Russie. La Russie d’aujourd’hui est le coeur d’une civilisation propre, dont le christianisme orthodoxe est une composante fondamentale. C’est à ce titre qu’elle s’oppose, idéologiquement, au progressisme occidental.
      En ce qui concerne Poutine, vous ne connaissez pas bien son parcours ni ses convictions, à voir ce que vous en dites. Je vous recommande de lire Elena Perroud. Ou les entretiens que le président russe a accordés à Oliver Stone. Vous devriez en sortir avec un point de vue plus nuancé.
      Bien cordialement.
      EH

  7. Merci pour cet article qui remet les pendules à l’heure même si quelques inévitables gamelins de service rament encore pour prétendre le contraire.
    Oui, la Russie a maintenant une avance militaire qualitative écrasante sur l’occident (hypersonique, guerre électronique, systèmes d’interception … )
    Heureusement pour nous qu’elle cherche autant que possible à éviter une guerre directe avec les roquets occidentaux qui se prennent encore pour ce qu’ils ne sont plus. Les USA, UE et leurs satellites vaniteux s’effondreront donc par eux-mêmes, sous le poids de leurs dettes, manque de ressources, désindustrialisation, perte de valeurs. Bonne chance à tous.

  8. Bonjour

    Pour les torpilles ultrarapides, je vous invite à visionner le film documentaire un sous marin en eau trouble. Sur la réalité du naufrage du koursk. Et sur les raisons du silence de poutine fraîchement élu pendant plus de 10 jours lors de cet événement tragique.
    Bien Cdt

    Répondre moderated
  9. Euh, à ce jour 14 septembre, je ne vois pas bien l’efficacité écrasante des missiles super soniques russes !
    Le temps semble faire le tri entre la propagande et la réalité!

    Répondre moderated
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer