L’OTAN aura-t-elle servi, pour finir, à provoquer un second Tchernobyl en Ukraine? – par Edouard Husson

L'OTAN est visiblement prête à soutenir le gouvernement Zelenski jusque dans ses pires provocations. Ce sont des munitions occidentales qui visent la centrale nucléaire de Zaporojie, au risque d'y provoquer un nouveau Tchernobyl - intentionnel celui-là. Même si les spécialistes pensent que les frappes concernées sont de trop faible intensité pour provoquer un nouveau Tchernobyl, comment ne pas constater que l'alliance occidentale en phase terminale se met au service d'un gouvernement ukrainien à la dérive, condamné à perdre la guerre et qui bascule dans la politique du pire, selon la vieille logique des "ordres néroniens"? Bien entendu, on imagine bien qu'un certain nombre d'acteurs du progressisme mondialiste jouent avec l'idée d'une catastrophe nucléaire, qui disqualifierait, 35 ans après Tchernobyl et 10 ans Fukushima, l'industrie nucléaire civile. Quand le présent cauchemar sera terminé - en espérant qu'il se termine sans catastrophe - il ne faudra avoir aucune pitié envers une génération de dirigeants occidentaux prêts à laisser les Ukrainiens subir un second Tchernobyl et à plonger l'Europe dans le chaos. L'OTAN fut jadis créée pour défendre la liberté. Elle finit dans une telle abjection morale qu'il faudra dès que possible décréter sa fin. D'ores et déjà, tous les Français libres doivent dénoncer la participation de notre pays à la folie qui consiste à détourner les gouvernants ukrainiens de négocier avec la Russie et les pousse à toujours plus de surenchère. Il le faut d'autant plus que, derrière le comportement irresponsable de nos dirigeants, il y a la rationalité devenue folle d'une disqualification définitive du nucléaire civil, pour mettre en oeuvre sans entrave la "transition énergétique" à la façon "Great Reset".

Le 11 août, au moins dix obus lancés par l’armée ukrainienne ont atterri dans la zone de la centrale nucléaire de Zaporojie, la plus grande du genre en Europe. Selon southfront.org,  “l’un des obus ukrainiens est tombé à seulement 10 mètres de l’installation de stockage de substances radioactives.

Les frappes ont été effectuées par des MLRS et de l’artillerie lourde, depuis la rive droite du Dniepr, à partir des positions ukrainiennes de Nikopol, Marganets et Tomakovka.

La centrale thermique et les équipements des piscines du système de refroidissement des réacteurs nucléaires ont été partiellement endommagés. Une caserne de pompiers située à proximité a également été bombardée. L’infrastructure critique de la station n’a pas été touchée“.

Risques limités? 

Toujours selon southfront.org, “Pour l’instant, il n’y a pas de menace de catastrophe nucléaire mondiale. Le régime de Kiev devrait lancer une frappe nucléaire tactique pour endommager les réacteurs nucléaires de la centrale.”

Ce que le gouvernement Zelinski chercherait à faire, c’est obliger les Russes à arrêter le fonctionnement de la centrale pour priver la population d’une partie de l’Ukraine d’électricité: 

En cas de destruction du stockage à sec du combustible nucléaire usé (…) situés sur le territoire de la centrale, les environs immédiats pourraient être contaminés. Cela compliquerait considérablement l’utilisation de la centrale.

Les forces ukrainiennes visent les lignes électriques et les systèmes de refroidissement afin de provoquer un arrêt d’urgence et d’endommager les lignes électriques. Dans ce cas, l’ensemble de l’Ukraine souffrirait de pénuries d’électricité.

Terre brûlée, ordres néroniens

Cela fait partie d’une politique de destruction des infrastructures plus générale, qui relève d’une tactique désespérée de la “terre brûlée”:

+ Dans la nuit du 10 août, les forces armées ukrainiennes ont frappé la brasserie de Donetsk. Il en est résulté une fuite de plus de 6 tonnes d’ammoniac, qui a infecté une zone de 2 kilomètres.

+ Au même moment, un HIMARS a tiré sur la centrale hydroélectrique de Kakhovskaïa, créant un risque d’inondation pour des milliers de civils locaux.

+ Le 9 août, un groupe de saboteurs a fait exploser une ligne électrique située à 20 kilomètres de la centrale nucléaire de Kursk, dans la région russe de Kursk.

Le gouvernement Zelenski, les oligarques qui le soutiennent et les milices néo-nazies qui terrorisent la population ukrainienne pour enrôler de force hommes (et femmes) et tenter d’écraser un sentiment pro-russe toujours plus répandu, a évidemment envie d’entraîner les autres dans sa chute. L’Occident ne fournit pas une aide militaire suffisante pour que le nihilisme des Kiéviens puisse aller jusqu’au bout de ses intentions. On constatera néanmoins que: 

+ la machine de propagande occidentale fonctionne à plein pour semer le doute et faire penser qu’il y a une possibilité que ce soit les Russes qui bombardent une centrale nucléaire qu’ils ont au contraire occupée dès février pour la tenir à l’écart du conflit. (De même qu’ils avaient occupé Tchernobyl, avant de la rendre aux autorités ukrainiennes fin mars)

+ Tout a été fait pour empêcher que l’AIEA envoie une délégation sur place – évidemment, un deuxième rapport, après celui d’Amnesty International, critiquant l’Ukraine, serait un pavé dans la mare. Monsieur Rossi, directeur de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique, a manifesté plusieurs fois son inquiétude mais on sent qu’il est contraint. Il est utile qu’un débat ait eu lieu à l’ONU mais on regrettera l’obstruction de trois des membres permanents (Etats-Unis, Grande-Bretagne, France) à la politique de sécurisation sous contrôle de l’AIEA réclamée par la Russie et la Chine. 

+ A force de ne pas prendre au sérieux la réalité du néonazisme ukrainien, on ne veut pas voir, du côté occidental, que la mentalité des “ordres néroniens” (Hitler avait chercher à entraîner l’Allemagne dans sa chute début 1945 et ordonné le 19 mars 1945 à Speer, qui ne les mit pas en oeuvre, de détruire toutes les infrastructures allemandes) est partie intégrante de l’idéologie dont nous parlons. 

L’agonie d’une OTAN au service du “Great Reset”

On a souligné à juste titre que ce sont des armes occidentales qui servent à bombarder la centrale de Zaporojie. Et, comme les tirs ukrtainiens sont coordonnés par des instructeurs américains et OTANiens, avec une aide de satellites pour la localisation des cibles, la responsabilité de l’OTAN serait totale dans un nouveau Tchernobyl – volontaire, celui-là, ne résultant ni de la défaillance des hommes ni d’une calamité naturelle. 

L’alliance fondée en 1949, qui a servi à défendre l’Europe contre l’idéologie soviétique, pourrait donc terminer son existence dans la plus grande des ignominies. 

Qand un Biden, un Johnson, un Macron, un  Scholz en sont arrivés à tel degré d’absurdité et d’irresponsabilité, il n’y a plus grand avenir pour l’Alliance atlantique. Macron ne s’est pas rendu compte de la portée de ses propos quand il parlait “‘d’encéphalogramme plat” de l’OTAN. Il y aura largement contribué ces derniers mois. 

La tradition judéo-chrétienne vient à notre rescousse, si nous en avions besoin, pour nous rappeler que les collectivités politiques ne subsistent que lorsqu’elles sont vouées au bien commun et respectent la vérité. Nous vivons une situation d’Apocalypse, au sens étymologique du terme, de “révélation”, de dévoilement des personnalités et des pensées profondes. C’est d’abord cela, l’Apocalypse, du prophète Daniel à Saint Jean. Elle peut ne pas tourner à la catastrophe, pourvu que l’on revienne à la vérité, qu’on la regarde en face. 

Il faut donc appeler les choses par leur nom. 

+ l’Occident hyperindividualiste est tenté par le nihilisme et, est, au fond, fasciné, par le risque d’une grande catastrophe refondatrice. La pensée de certaines sectes américaines extrémistes n’est que la pointe d’une tendance plus profonde et plus répandue. 

+ chez les dirigeants occidentaux, le projet militaire impérialiste est devenu inséparable du projet politique. La tentation est forte de provoquer une catastrophe nucléaire qui disqualifierait, pense-t-on, définitivement, le nucléaire civil (le domaine où la France s’est sabordée et où les Etats-Unis sont largués par la Russie et la Chine). Après Tchernobyl et Fukushima, Zaporojie? Pour faire triompher, ensuite le Grad Reset et la transition énergétique façon Schwab & Cie? 

Tout à ses rêves d’un Reich millénaire de développement durable pour une élite de transhumains qui se compteront en millions et non plus en milliards et qui règneraient, ayant trouvé l’elixir d’immortalité, sur des masses d’homo sapiens stérilisés, en voie d’extinction, en attendant de les avoir remplacés par des robots….

Au fond de toute menace apocalyptique, il y a un cauchemar dystopique. Mais les Français libres savent qu’on ne répond pas à la dystopie par une utopie qui se transformerait vite en dystopie à son tour. On y répond par le règne de la vérité et le respect du réel. 

La France libérée que nous appelons de nos voeux doit appeler à une négociation entre (ce qui reste de) l’Ukraine et la Russie; elle doit sortir de l’OTAN; elle doit renoncer à tout ce qui, de près ou de loin, alimente l’idéologie mondialiste, à commencer par l’instrumentalisation de la question écologique au service d’intérêts financiers et militaires. 

Abonnez-vous à notre newsletter

Les droites de Husson

Soyez les premiers à connaître les 1001 secrets des droites françaises à l'approche des élections présidentielles. La lecture intégrale de cette lettre est comprise dans l'abonnement à 9,90 €/mois !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

About Post Author

194 Shares:
21 commentaires
  1. Un épisode précédent confirme parfaitement le récit de l’auteur. Il y a un peu plus d’un mois, à une époque où la centrale n’était pas encore bombardée, il y avait eu une «  passe d’armes » entre le gouvernement ukrainien et l’AIEA. En effet, inquiète de l’état de la centrale, l’AIEA avait fait part de la nécessité de l’inspecter. Or les autorités kieviennes s’y étaient opposées !! Ce à quoi l’AIEA avait répondu qu’elles n’avaient pas besoin de l’accord ukrainien pour la contrôler, et ceci d’autant plus qu’elle était déjà, à l’époque, sous contrôle russe. A l’époque, j’avais été extrêmement étonné de la position ukrainienne. La seule réponse que j’avais trouvée à cette position folle. C’est que les ukrainiens spéculaient sur une catastrophe nucléaire, pour pouvoir accuser les russes. Nous sommes simplement passés de la menace passive à la menace active, avec la complicité des médias occidentaux, de l’OTAN et même de l’AIEA. La folie est en train de s’emparer de ce conflit.
    François Martin

    Répondre moderated
    1. Très juste, l’idée ne date pas d’hier. Comme l’écrit Monsieur Husson, le délire s’est emparé de leurs cerveaux déments. La bouffissure et le gâtisme ne sont pas surprenants de la part d’obama, Joe bidet &la clique de gangsters à Kiev. La surprise vient des nains médiocres qui constituent nos élites parlantes à nous, d’ordinaire promptes à la jactance donneuse d’alerte. Et là? Rien. Toutous sous ecstasy.

      Répondre moderated
  2. Ce qui est abominable, c’est aussi de voir les médias grand public s’interroger benoîtement sue l’origine des tirs , russe ou ukro ?
    A quelle personne sensée feront-ils croire que l’armée russe bombarde le site occupé par ses propres troupes au risque de les anéantir ainsi que toute la région par ailleurs sous leur contrôle !!!
    Ces adeptes de la propagande de la pire espèce, grossièrement mensongère à tous égards et pas seulement pour ce qui concerne cette guerre, ont atteint le summum de la nuisance et du ridicule.

    1. LCI bat chaque jour des records de russophobie mensongère; parait il, parce je ne regarde pas. La firme Bouygues doit avoir une dent particulière contre l’État russe. Bisbille de pots de vins très probablement. À moins qu’elle ne vise un grosse part de la reconstruction de l’Ukraine sur fonds publics de l’ue.

  3. Un referendum populaire sur le soutien de la France à l’Ukraine et à ses exactions génocidaires ainsi que la participation de la France au commandement intégré de l’OTAN serait le bien venu. Qu’attend Mac Couard derrière ses fortifications?

  4. Magnifique conclusion : « La France libérée que nous appelons de nos voeux doit appeler à une négociation entre (ce qui reste de) l’Ukraine et la Russie ; elle doit sortir de l’OTAN ; elle doit renoncer à tout ce qui, de près ou de loin, alimente l’idéologie mondialiste, à commencer par l’instrumentalisation de la question écologique au service d’intérêts financiers et militaires. »

    Autour du Dniepr, c’est quand même une drôle de guerre, il me semble. Les russes peuvent couper le gaz, le pétrole, l’électricité aux ukrainiens et pourtant l’armée russe accepte de perdre des soldats lors de ce conflit. La Russie veut donc rester amie avec la population prisonnière de Zelenski. La propagande occidentale sait cela mais elle le cache à l’opinion publique qu’elle veut aliéner, qu’elle a aliéné. E. HUSSON parle de ‘vérité’ et donc indirectement de liberté libérée. « La tradition judéo-chrétienne vient à notre rescousse » pour nous libérer de l’esclavage du mensonge, des mensonges sur moi-même et des fausses idées qui règnent autour de moi. Mais également pour nous mettre sur le chemin de la Vie. La Tradition posée sur la succession apostolique, et donc sur l’eucharistie, est un synonyme de ‘chemin de vie en Vérité’. ‘A qui irions-nous, Tu as les…’.
    Je ne crois pas à l’existence d’une volonté consciente de nos dirigeants occidentaux pour souhaiter un Grand Reset. Ils sont manipulés par des Puissances et des Dominations. Ils sont esclaves du système en marche, avides de conseillers de l’ombre contagieuse, amis de l’argent facile. La vérité ou ‘le bien commun’ n’entre pas dans leur champ de vision. Ils sont aveugles. Il suffit de voir les Macron entourés d’homo-décadents lors de la fête de la musique à l’Elysée. Idem pour Biden et ses nominations, idem pour le ministre allemand riant avec un verre de champagne à Kiev. ‘Vivre en vérité’ n’a jamais effleuré leur conscience noyée dans les glorioles mondaines. N’est pas Pilate qui veut ! Ces gouvernants rationalistes, et donc révisionnistes en matière d’histoire humaine, sont dévitalisés et ils entrent immanquablement dans un nihilisme consubstantiel au matérialisme qui les domine à ‘l’insu de leur plein gré’, comme dirait le cycliste Richard Virenque. Ces dirigeants se sont construits et enfermés dans une ambiance démiurgique et gnostique. Ils croient savoir ce qui est bon pour l’homo economicus apatride. La secte des experts du Giec, qui sont les astrologues royaux de la cour onusienne, est financée par ‘eux’, valorisée par l’oligarchie de la gouvernance mondiale mise en place et qui distille la peur comme une fausse manne sur les peuples endoctrinés. Mettre en avant un paganisme planétaire où ils seraient membres de la caste sacerdotale qui demande des sacrifices est une volonté classique d’Adam déchu. Regardez, avec les yeux de Dieu, les milliards d’êtres humains non nés car sacrifiés volontairement par nos ‘Hérode’ apostats, et vous observerez le conflit ukrainien est comme un jeu sordide qui sert à tester des armes et défendre le dollar.
    S’il y a volonté de Grand Reset, c’est alors dans le sens religieux, à la manière de la logique du ‘dieu allemand’. C’est une volonté religieuse païenne, donc anti-chrétienne, qui est en longue marche durable sous ce conflit autour de la Centrale de Z.. Nous savons que mur de la mort biologique humaine est la grande catastrophe, elle est en vérité refondatrice selon l’Apocalypse et l’Expiation assumée par Dieu Lui-Même. Ils ne le savent pas.

    Répondre moderated
  5. Que pense, maintenant, Édouard Husson de son article paru dans le courrier des stratèges le 7 décembre 2021,
    « La guerre d’Ukraine n’aura pas lieu – et voici pourquoi »

    Je suis perplexe !
     

    Répondre moderated
    1. J’avais écrit mon article du point de vue du comportement russe. Les Russes ont toujours cherché la négociation. J’avais sous-estimé le fait que les Etats-Unis voulaient la guerre à tout prix.

      1. Le texte est effectivement intéressant… Il arrive que toute démarche logique pour soutenir un comportement agressif peut heureusement se justifier par l’outrecuidance américaine. Bienvenu dans un monde où les autocrates sont des penseurs respectueux du bien-être de leurs voisins et espèrent ainsi nouer des relations harmonieuses avec eux… Bravo pour ces démarches généreuses qu’ils arrivent à entreprendre malgré un contexte difficile. Oh! les vilains Ricains!

  6. Très bon bulletin, par la justesse des points évoqués et par sa vision générale.
    On peut toutefois faire une remarque d’ordre historique à propos de l’idée selon laquelle l’Otan aurait été créée pour défendre la liberté. J’ai longtemps pensé la même chose. Il me semble désormais que l’Otan était dès sa fondation, en 1949, au service du mondialisme. De Gaulle s’est montré fin diplomate à l’égard d’une organisation qui était déjà en place quand il est revenu au pouvoir en 1958, mais il ne fait guère de doute qu’il voyait dans celle-ci la continuation du projet d’ “Amgot” par d’autres moyens. D’où sa politique de désengagement progressif lancée en février 1966, quelques semaines après sa réélection au suffrage universel. Envisager les choses ainsi suppose de réévaluer le grand récit de la Guerre froide dont nous sommes tous imprégnés. Vaste sujet. Le communisme était une abomination totalitaire, mais le danger rouge fut habilement utilisé par les atlantistes pour tenter de dominer l’Europe. Songeons que, dès 1950, surgit le projet de la CED (Communauté Européenne de Défense), qui, s’il avait abouti, aurait lourdement porté atteinte à la souveraineté des nations d’Europe occidentale, en assujettissant leur défense à l’Otan. Quant au caractère inavouable des moyens que cette organisation emploie aujourd’hui, cela n’apparaît pas tout-à-fait comme une nouveauté, si l’on pense aux “Années de plomb” de l’Italie des années 70, Italie alors dotée d’une Démocratie Chrétienne beaucoup trop indocile. La stratégie de la tension, l’extrémisme, la propagande massive et l’impérialisme ne sont pas le fruit d’une hypothétique mutation de l’Otan, qui serait postérieure à la chute du communisme.

    Répondre moderated
  7. Superbe article! Éclairant. La seule question est : comment sortir collectivement la France de ce nihilisme destructeur? Le pays est en lambeaux, écartelé entre les parasites du haut et du bas, et une population historique partagée entre boomers prêts à toutes les compromissions pour gagner quelques années de plus avant le chaos, jeunesse woke manipulée pour accélérer sa propre régression anthropologique, et reste (encore brièvement majoritaire) du peuple français hésitant entre dernier carré, repli sur soi (la France périphérique) et l’exil. Le résultat dramatique des dernière élections l’a montré, avec une répartition paralysante entre Renaissance, NUPES, RN ET abstention. Pouvons nous encore espérer un sursaut avant le chaos et, il faut le craindre, l’eclatement du pays à la libanaise? Les Républicains n’ont pas réussi à se réinventer. Reconquête, en fragmentant encore plus le pays, est une impasse stratégique. Les souverainistes plafonnent à des scores dérisoires? Reste t’il encore un espoir ?

    Répondre moderated
  8. Écouter l’excellente analyse sur le site ci-dessous sur la guerre en Ukraine et la stratégie russe. Et la nullité, voulue ?, de nos dirigeants. Comme dit une certaine publicité « on est mal, patron, on est mal »
    https://cameroonvoice.com/news/2022/08/13/comment-la-russie-veut-achever-lukraine/
    Mais comme je le répète, ils ont été élus. Cherchez non pas l’erreur, mais les erreurs commises par la peur et la soumission…

    Répondre moderated
  9. Je découvre que vous avez supprimé mon commentaire de ce matin, qui était pourtant positif, respectueux et factuel.
    Face à cette censure incompréhensible de vos lecteurs, comptez sur moi pour ne plus me réabonner chez vous…

    Répondre moderated
    1. Cher lecteur,

      il y a un malentendu. Je suppose que c’est la première dois que vous postez un commentaire. En tout cas notre plateforme vous a identifié comme tel. Et donc votre commentaire a été soumis à modération. Il sera bientôt publié. Bien cordialement. EH

      1. Toutes mes excuses, Monsieur Husson. Vous avez finalement bien publié mon premier commentaire. Merci à vous. Merci beaucoup de supprimer ce dernier commentaire négatif, qui n’a plus lieu d’être… Merci encore! ;)))

        Répondre moderated
  10. Si l’on en croit cette petite capsule, et si cette fuite des mercenaires étrangers, en ce moment, est avérée et généralisée, c’est un pan très important de la stratégie américano-ukrainienne qui s’écroule, parce que le front ukrainien ne peut pas tenir sans l’armement occidental, et pas non plus sans ses soldats. https://youtu.be/UZvKvVFtJI4. Si c’est le cas, on peut lire cette folie d’attaque sur la centrale comme une fuite en avant. En fait, c’est un peu le dernier essai, ou l’un des derniers essais pour tenter d’infliger, par la voie politico-diplomatique (l’opprobre du monde occidental), une défaite aux russes, la voie militaire semblant de plus en plus compliquée.

  11. Re “homo sapiens”

    At the core of homo sapiens is unwisdom (madness) and so the human label of “wise”/sapiens is a complete collective delusion — study the essay “The 2 Married Pink Elephants In The Historical Room” … https://www.rolf-hefti.com/covid-19-coronavirus.html

    Once you understand that humans are insane you’ll understand why they perpetually come up with myths and lies about everything … including about themselves.

    Répondre moderated
  12. Stratfor: comment Washington peut conserver sa domination sur la planète. Extraits du discours de George Friedman, directeur de la société de renseignement et d’analyse Stratfor, au Council on Foreign Relations de Chicago.
    Dans son discours au Council il explique comment Washington peut conserver sa domination sur la planète. Il identifie également les ennemis potentiels des USA.

    Friedman voudrait que le monde actuel soit exclusivement sous le contrôle direct ou indirect des USA
    Le président de Stratfor déclare que les USA n’ont pas de relations avec l’Europe. « Nous avons des relations avec la Roumanie, la France et ainsi de suite. Il n’y a pas d’Europe avec laquelle les USA ont des relations quelconques”. Cela rappelle forcément la conversation de la sous-secrétaire d’Etat Victoria Nuland avec l’ambassadeur des USA à Kiev en 2014. Nuland avait alors expliqué à son interlocuteur en des termes très crus ce qu’elle pensait de l’Europe unie et de ses dirigeants: https://www.youtube.com/watch?v=2-kbw… 33] Plus tard, elle a présenté ses excuses pour la forme de ses propos, mais pas sur le fond. Il faut savoir que Mme Nuland est une lectrice des notes analytiques de Stratfor.
    « Les USA contrôlent tous les océans de la terre. Personne n’avait encore réussi à le faire. Par conséquent, nous pouvons nous ingérer partout sur la planète, mais personne ne peut nous attaquer. Le contrôle des océans et de l’espace est la base de notre pouvoir”, a déclaré Friedman à Chicago,
    Selon lui, “la priorité des USA est d’empêcher que le capital allemand et les technologies allemandes s’unissent avec les ressources naturelles et la main d’œuvre russes pour former une combinaison invincible”.Créer un “cordon sanitaire” autour de la Russie permettra à terme aux USA de tenir en laisse l’Allemagne et toute l’Union européenne https://youtu.be/emCEfEYom4A
    Ici tout est dit en ce qui concerne les intentions froidement malveillantes des étasuniens envers nous et d’autres qui ne sont pas eux !!Allons nous enfin réagir ?l’Europe n’est pour Biden et ses acolytes anglo Saxons:”RIEN!!!”

    Répondre moderated
    1. “la priorité des USA est d’empêcher que le capital allemand et les technologies allemandes s’unissent avec les ressources naturelles et la main d’œuvre russes pour former une combinaison invincible”.
      Moyennant quoi , c’est la Chine qui bénéficie des ressources Russes. Effectivement, ça risque d’être une combinaison invincible. J’ai eu l’occasion, dans une intervention sur un autre site, de qualifier les “stratèges” du Pentagone de demeurés.
      Je dois bien admettre que je n’avais pas compris que le lobby militaro-industriel a besoin d’au moins une guerre à chaque décennie.
      Et puis j’avais oublié la “nécessité” d’étalonner son armement en situation réelle.
      Maintenant je me rappelle les atrocités commises au Viet-Nam: napalm, défoliation, bombardements de cibles civiles…
      Et les profits grossissent…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer