Exclu : comment monter une campagne de propagande sur Internet, par Eric Verhaeghe

Nous continuons notre série sur la propagande occidentale sur Internet et ses techniques. Nous avons publié hier le manuel officiel des services britanniques pour contrer "l'influence russe" sur les réseaux et dans la presse numérique. Nous publions aujourd'hui le descriptif technique de ce dispositif tel qu'il est partagé entre tous les services sur un discret site dédié, opéré le mystérieux Cog-Sec.

Le Cog-Sec est l’une des mystérieuses structures qui sert à mutualiser les travaux de réflexion (et d’opérations) de la propagande occidentale destinés à contrer l’influence russe. Nous l’avons déjà dit, l’invocation de la Russie est un moyen commode pour justifier le recours à des méthodes totalitaires pour attaquer les opposants au régime.

Le Cog-Sec est l’abréviation anglaise de Cognitive Security. Il s’agit de l’appellation officielle qui désigne les activités de police sur Internet : la sécurité n’est plus seulement dans les rues, dans les aéroports, dans les mers, dans le ciel, elle est aussi sur Internet !

Le Cog-Sec est un “hub”, c’est-à-dire une plate-forme d’échanges techniques et opérationnels entre tous ceux qui, concrètement, participent à ces travaux de sécurité cognitive dans le monde. Le hub propose différents outils d’échanges et de formations, dont la plate-forme collaborative AM!TT dont le schéma ci-dessus est tiré

Un mode d’emploi opérationnel pour une campagne de propagande sur Internet

L’intérêt de ce document est de réunir en une seule vue panoramique les étapes des campagnes de propagande sur Internet, depuis la planification stratégique jusqu’à la mesure de l’efficacité, en passant par des appellations barbares comme le “microtargetting”, c’est-à-dire la déstabilisation d’acteurs ciblés, ou le “pump priming”, c’est-à-dire les techniques de rédaction de messages sur les réseaux sociaux pour discréditer une cible en particulier. 

Tout y est !

L’aveu sur les développements de contenus

Depuis plusieurs jours, nous nous interrogeons sur les limites de la “contre-influence” occidentale sur Internet. Notamment, nous cherchons à savoir si la campagne de haine contre les non-vaccinés a été orchestrée par les services secrets occidentaux. 

Le document que nous publions apporte un premier indice fort : le “develop content” liste les méthodes à déployer pour influencer l’opinion. On y lit notamment : 

  • adapter les narratifs existants
  • créer des narratifs concurrents
  • créer des fakes
  • créer des mèmes
  • distordre les faits

Ce document me paraît essentiel par son exhaustivité. Il identifie consciencieusement tous les éléments d’une campagne de propagande sur Internet, et il montre bien que, de la “contre-influence” à l’influence, il n’y a guère de distance à franchir. Sous le prétexte de combattre l’influence étrangère, les gouvernements occidentaux utilisent les moyens publics pour diffuser leur propre propagande. 

Encore + de confidentiels et d'impertinence ?

Le fil Telegram de Rester libre ! est fait pour ça

About Post Author

39 Shares:
3 commentaires
  1. Bon courage les gars, ça fait chaud au cœur toutes vos publications (pas de familiarité, et respect), même si j’ai l’effroi de mettre les doigts dans le triphasé de vous lire (souvent), mais ça va, je suis tôlier soudeur.
    Grand merci à vous.
    Ps: j’aurais plein de questions à poser, notamment une, pensez vous que M Macron va se faire virer, comme M Draghi, et M Johnson, pour finaliser le N.O.M, et la secte Européiste? Il y a plusieurs sujets…
    Merci.

    Répondre moderated
    1. Comparons ce qui est comparable constitutionnellement ! Le gamin psychopathe est “légitimement” élu président, sauf découverte d’une manipulation sondagière, médiatique, électorale – Ouaf, Ouaf ! ref. Le Naïf Locataire de Paul Guth. Il n’est pas comme Draghi le produit d’une fragile coalition législative… Il peut encore présider (les inaugurations de musées et les Ouvertures de JO) avec une majorité d’opposition.

      Nonobstant le gamin psychopathe outrepasse ses attributions constitutionnelles depuis son échec législatif de juin 2022 en cherchant à prolonger sa tyrannie par l’éloignement au mois de septembre de l’Assemblée du Peuple élue des affaires du pays (session parlementaire ne débutant qu’en octobre).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer