Guerre d’Ukraine – Jours 168-175 – Pendant que Macron fait du jet-ski, un nouveau monde advient – dont la France est écartée

"Placées aux deux extrémités de l’Europe, la France et la Russie ne se touchent point par leurs frontières, elles n’ont point de champ de bataille où elles puissent se rencontrer ; elles n’ont aucune rivalité de commerce, et les ennemis naturels de la Russie sont aussi les ennemis naturels de la France". (François-René de Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe).

Table des matières: (I) Un officier des "marines" américains publie dans la revue du corps une analyse de la stratégie russe à l'opposé du discours officiel occidental- (II) La Bataille d'Ukraine - (III) La Russie installe des missiles hypersoniques à Kaliningrad: remercions la Lituanie! - (IV) - Poutine en chef de guerre (15 août) et en diplomate (16 août) - (V) Et pendant ce temps, l'industrie militaire transatlantique ne s'intéresse qu'à ses profits - (VI) Le détournement vers l'Europe des convois de blé ukrainiens destinés à l'Afrique: il faut bien financer la guerre! - (VII) Le secteur financier américain fait pression sur le gouvernement pour pouvoir à nouveau faire des transactions sur la dette russe. -(VIII) Investissement de la Chine dans une usine de batteries de voitures électriques à Debrecen (Hongrie) - (IX) "Ce n'est pas notre guerre" (Viktor Orban) - (X) La détention chinoise de dette américaine au plus bas - (XI) Ces nouvelles routes d'Eurasie ouvertes par la crise géopolitique -(XII) Lente émergence d'un ordre monétaire multipolaire - (XIII) Le Japon ne quittera pas le projet Sakhaline 2 - (XIV) Les mutations géopolitiques expliquées par M.K.Bhadrakumar - ( XV) A 99 ans, Henry Kissinger est l'un des rares membres de l'establishment occidental qui comprenne le basculement du monde

(I) Un officier des "marines" américains publie dans la revue du corps une analyse de la stratégie russe à l'opposé du discours officiel occidental

L’argumentation est très proche de celle développée par Scott Ritter, que nous avons déjà souvent cité, qui est lui-même un ancien “Marine”.  (voir @realscottritter sur Telegram)

Résumé: 

Marinus observe comment la Russie a mené trois campagnes militaires distinctes depuis le début de la guerre, fin février 2022.

  • Dans le nord, les troupes russes, qui se déplacent rapidement, n’ont jamais tenté de capturer des villes comme Kiev ou Kharkov, elles n’ont jamais essayé de transformer une occupation temporaire en une possession permanente. Leur objectif était d’agir comme une “grande illusion” qui a conduit le gouvernement de Kiev à détourner d’importantes forces de sa principale armée de campagne dans le Donbass. Cela a donné à l’armée russe le temps de déployer ses unités d’artillerie en grand nombre dans le Donbass, de sécuriser les réseaux de transport et d’accumuler de grandes quantités de munitions pour la longue campagne à venir.
  • Lors de la campagne du sud, les forces armées russes ” ont pris immédiatement possession de villes comparables “. Cette prise de possession s’est accompagnée d’une transformation politique en profondeur : les fonctionnaires russes ont pris le contrôle des administrations locales et les banques et fournisseurs de téléphonie mobile ukrainiens ont été remplacés par des banques russes. Parallèlement, les forces russes ont mené des raids dans les environs de la ville de Nikolaïev. Ces raids, comme ceux menés autour des villes du nord, ont obligé l’armée ukrainienne à envoyer des forces pour défendre Nikolaïev et Odessa, qui auraient pu être envoyées sur le principal théâtre d’opérations dans le Donbass.

Marinus juge que ces raids russes dans le nord et le sud de l’Ukraine ont évité les bombardements lourds des zones civiles, ce qui contredit directement la propagande des médias occidentaux sur les attaques russes contre les zones civiles. Il note que cette tentative d’éviter les bombardements de zones civiles dans le nord “s’explique par le désir de ne pas contrarier la population locale” qui soutient le gouvernement de Kiev. Marinus affirme que dans le sud, les forces russes ont tenté de “préserver la vie et les biens des communautés qui s’identifiaient comme “russes”.

Il observe comment l’utilisation par les Russes de frappes par missiles guidés “a créé un certain nombre d’effets moraux favorables à l’effort de guerre russe”. Marinus souligne que les frappes de missiles guidés russes ont fait tout leur possible pour éviter les dommages collatéraux, c’est-à-dire les victimes civiles, grâce à l’utilisation judicieuse de cibles militaires et à la précision des missiles.

  • Dans l’est de l’Ukraine, dans la région du Donbass, les forces russes ont mené des bombardements “qui, tant par leur durée que par leur intensité, ont rivalisé avec ceux des grands concours d’artillerie des guerres mondiales du vingtième siècle”. Rendus possibles par des lignes d’approvisionnement courtes, ces bombardements lourds dans le Donbass ont servi trois objectifs. Premièrement, ils ont immobilisé l’infanterie ukrainienne dans ses fortifications. Deuxièmement, ils ont infligé un grand nombre de pertes, tant physiques que psychologiques. L’effet psychologique a conduit de nombreuses unités ukrainiennes soit à battre en retraite et à abandonner leurs positions, soit à refuser les ordres d’attaque. Troisièmement, lorsqu’ils ont été menés pendant une période suffisante, ces bombardements ont forcé les défenseurs à sortir de leurs tranchées ou à se rendre.

Marinus compare l’ampleur des bombardements russes dans le Donbass en comparant la lutte pour la ville de Popasna (18 mars au 7 mai 2022) à la bataille d’Iwo Jima (19 février au 26 mars 1945). À Iwo Jima, les marines américains ont livré une bataille féroce pour s’emparer de huit miles carrés de terrain fortifié. À Popasna, les artilleurs russes ont bombardé l’infanterie ukrainienne dans ses tranchées pendant huit semaines avant qu’elle ne se retire après avoir subi de lourdes pertes.

Marinus compare les opérations russes dans le Donbass à la guerre sur le front oriental pendant la Seconde Guerre mondiale, où les forces allemandes et russes ont fait un usage intensif de chaudrons où les forces ennemies étaient encerclées, puis détruites ou forcées à se rendre. Il observe que :

L’absence de volonté de créer des chaudrons aussi rapidement que possible a libéré les Russes combattant dans l’est de l’Ukraine de la nécessité de tenir un terrain particulier. Ainsi, face à une attaque ukrainienne déterminée, les Russes retiraient souvent leurs unités de chars et d’infanterie du terrain contesté. De cette manière, ils ont à la fois réduit le danger pour leurs propres troupes et créé des situations, aussi brèves soient-elles, dans lesquelles les attaquants ukrainiens ont dû faire face aux obus et aux roquettes russes sans pouvoir s’abriter.”

Dans la dernière partie de son article, Marinus souligne le contraste frappant entre les différents types de guerre menés par les forces russes dans différentes parties de l’Ukraine. Elles faisaient toutes partie d’une grande stratégie globale dont le but premier était de détruire les forces ukrainiennes dans le Donbass et de libérer les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk du contrôle de Kiev.

Les trois objectifs clés de l'”opération militaire spéciale” de la Russie, à savoir (1) la protection des républiques populaires de Donetsk et Lougansk, (2) la “dénazification” et (3) la “démilitarisation” de l’Ukraine, nécessitaient “d’infliger de lourdes pertes aux formations ukrainiennes combattant dans le Donbass”. Marinus prend la peine de souligner qu’aucun de ces objectifs clés n’exigeait que les forces russes occupent des parties de l’Ukraine où la majorité de la population s’identifie comme ukrainienne et soutient le gouvernement de KievCependant, dans le sud de l’Ukraine, la campagne russe a servi des objectifs politiques directs qui consistaient à incorporer des territoires habités par un grand nombre de Russes ethniques dans le “monde russe”.

En conclusion, cet officier supérieur de la marine américaine déclare que la campagne militaire de la Russie doit beaucoup aux modèles soviétiques traditionnels de guerre. Toutefois, Dans le même temps, le programme de frappes de missiles a exploité une capacité qui n’était rien moins que révolutionnaire. Qu’ils soient nouveaux ou anciens, ces efforts ont été menés d’une manière qui démontre une profonde appréciation des trois domaines dans lesquels les guerres sont menées. En d’autres termes, les Russes ont rarement oublié qu’en plus d’être une lutte physique, la guerre est à la fois un concours mental et un argument moral.

Le tableau ici dressé rejoint ce que nous avons proposé dès les premières semaines du conflit: l’analyse d’une stratégie “à la Turenne“, fondée sur la ruse et l’approche indirecte, évitant tant que ce n’est pas nécessaire, le choc frontal, ou n’y recourant qu’après une très longue préparation. 

(II) La bataille d'Ukraine

Journée du 12 août 2022

Selon Roter Oktober: 

+ Au nord de la région de Kharkov, des soldats des forces armées russes ont pénétré dans le village d’Oudi. Auparavant, des groupes de sabotage et de reconnaissance russes y avaient détruit plusieurs positions de la 92e brigade mécanisée des forces armées ukrainiennes.

+ Des combats ont lieu à la périphérie est de Soledar. Les forces alliées russes progressent de l’usine de plâtre KNAUF, précédemment libérée, vers une autre usine de fabrication de plâtre (Belokamensk).

+ À Bakhhmout, des unités du groupe “Wagner” sont installées à la périphérie est de la ville. .

+ Les forces russes ont attaqué les positions des formations ukrainiennes à Nikopol et Marganets, d’où les Ukrainiens tirent sur la centrale nucléaire de Zaporojie.

+ L’artillerie russe a frappé des cibles à Nikolaïev et dans le village de Domanovka, où une forte explosion a été signalée.

Du 13 au 15 août 2022: 

+ Les unités russes libèrent les villages d’Ouda et d’Odnorobovka dans le nord de la région de Kharkov. Plus de détail sur southfront.org:

Le 13 août, les premiers rapports en provenance des lignes de front affirmaient que la Russie contrôlait la ville d’Oudy et le village d’Odnorobovka, situés près de la frontière ukraino-russe, au nord de Kharkov.

Dans son rapport quotidien du 14 août, le ministère russe de la Défense a confirmé que la ville d’Oudy était passée sous le contrôle total de l’armée russe. Après de longues batailles de position à la périphérie de la ville, les militaires russes ont réussi à remporter quelques succès dans leur offensive au cours de la semaine dernière. En conséquence, les forces armées ukrainiennes ont été contraintes de se retirer de leurs positions dans la région. Le contrôle total par les Russes du village d’Odnorobovka, situé à 10 kilomètres à l’ouest, n’a pas encore été officiellement confirmé. Au nord-est de Kharkov, les forces russes avancent vers le district de Saltovka de Kharkiv. Le 10 août, les premiers rapports ont affirmé que les Russes contrôlaient le village de Borchtcheva. L’opération de “ratissage” se poursuit dans la région. Les combats dans la région de Kharkov sont marqués par des batailles de position prolongées. De nombreuses localités se trouvent actuellement dans la zone dite grise”

+ Dans la nuit du 13 au 14 août, les HIMARS MLRS stationnés à Bakhmout ont touché l’immeuble où se trouvait l’unité PMC Wagner pendant une réunion d’état-major-  au sud-ouest de Popasnaïa. Mais il ne semble pas, contrairement aux affirmations ukrainiennes, que la direction du bataillon Wagner ait été atteinte.  Plus de détails sur southfront.org:

“Les forces armées de l’Ukraine ont bombardé la ville de Popasnaïa qui est passée sous le contrôle de la République populaire de Donetsk. La cible de l’attaque était le quartier général du PMC Wagner.

L’attaque a été menée dans la nuit du 13 au 14 août. Vers midi le 14 août, les médias ukrainiens ont annoncé l’attaque du groupe Wagner à Popasnaya avec des MLRS HIMARS de fabrication américaine. En quelques heures, l’attaque a été confirmée par les images prises sur place. L’utilisation de HIMARS MLRS doit encore être confirmée.

Le quartier général visé des PMC se trouve au sous-sol d’un immeuble résidentiel abandonné de la rue Mironovskaïa 12, dans la banlieue sud-ouest de Popasnaïa.

Les Forces armées ukrainiennes (AFU) ont lancé sept obus. Un seul d’entre eux a atteint la cible, détruisant le quartier général. Un autre obus aurait touché un appartement situé au premier étage du bâtiment. La localisation de l’état-major du bataillon Wagner avait été indiquée sur les réseaux sociaux

+ Des unités de la République populaire de Donetsk ont pris le contrôle définitif de Peski.  Southfront.org  donne des détails: “Le 13 août, le ministère russe de la Défense a confirmé que ” la ville de Peski, en République populaire de Donetsk, a été complètement libérée grâce aux actions offensives des forces alliées “. La milice populaire de la République Populaire de Donetsk a confirmé qu’au 13 août 2022, 267 localités, dont Peski, étaient passées sous contrôle russe. Les unités d’assaut des forces dirigées par la Russie avaient remporté un premier succès majeur dans la ville de Peski le 4 août. Les forces armées ukrainiennes ont été repoussées de leurs positions militaires dans la ville et les affrontements n’ont continué que dans la périphérie nord-ouest. Ensuite, les premières informations sur le contrôle de la ville par la République Populaire de Donetsk sont arrivées des lignes de front. Ces affirmations ont été officiellement confirmées le 13 août, lorsque les forces ukrainiennes ont quitté la ville. Le 12 août, deux compagnies de la 56e brigade de l’armée ukrainienne auraient déserté leurs positions militaires près de Peski. Selon les rapports locaux, le personnel a fui en direction de Dnepropetrovsk.

En raison de la forte intensité des combats dans la région, les pertes dans certaines unités ukrainiennes s’élèvent à plus de 70 %. L’état moral et psychologique des militaires ukrainiens qui ont tenu la défense dans cette zone est faible. Les combattants du bataillon Somalia de la République Populaire de Donetsk ont partagé une vidéo montrant leur aide aux soldats des forces armées ukrainiennes, qui ont été trouvés dans les tranchées à Peski. Les militaires de la République populaire de Donetsk ont donné de l’eau et fourni l’assistance médicale nécessaire à leurs ennemis”

+ L’artillerie ukrainienne bombarde et mine quotidiennement les villes de la République populaire de Donetsk. Plusieurs civils ont été tués.

Selon le Ministère russe de la Défense: 

+Le 13 août, un autre lanceur HIMARS de fabrication américaine et un entrepôt contenant ses munitions ont été détruits près de Kramatorsk. Jusqu’à présent, les militaires russes ont signalé la destruction de 7 HIMARS fournis par les États-Unis aux forces armées ukrainiennes.

Au total, le Pentagone a promis de transférer 20 lanceurs HIMARS à Kiev, dont 16 sont déjà arrivés dans le pays et 7 seraient donc déjà détruits. 

Autres informations:

Le 14 août 2022, les troupes russes ont effectué une percée dans la région d’Ougledar. Les Kiéviens ont réussi à abattre un hélicoptère Alligator

Le 15 août 2022, des agents du Service fédéral de sécurité de Russie (FSB) ont empêché une attaque terroriste contre un complexe pétrolier et gazier dans l’oblast russe de Volgograd. Deux citoyens russes qui tentaient de faire exploser un oléoduc ont été tués au cours de l’opération de sécurité. Au cours de l’opération, les agents du FSB ont saisi un engin explosif improvisé et deux pistolets traumatiques chargés de munitions. Les saboteurs étaient membres du groupe “Restrukt”, fondé par le nationaliste Maxim Martsinkevich, surnommé “Tesak”, aujourd’hui décédé. Selon les services de contre-espionnage russes, l’attentat manqué a été planifié sous le contrôle des services spéciaux ukrainiens. D’autres membres de “Restruct” étaient également impliqués. Il s’agit du citoyen russe Andrei Chuenkov, qui se trouve actuellement en Ukraine et participe à des opérations de combat contre les militaires russes dans les rangs du bataillon Ouragan, et de Iouri Ionov, membre du bataillon nationaliste Azov.

Le 15 août, le ministère russe de la Défense a fait état de la destruction de plus de 500 soldats combattant pour le régime de Kiev, dont des mercenaires étrangers. Les forces armées de la Fédération de Russie ont détruit la base militaire de mercenaires étrangers près de la ville de Zolotchev, dans la région de Kharkov. Plus de 100 militants polonais et allemands ont été tués et plus de 50 autres ont été blessés.

Les forces armées ukrainiennes continuent de subir de lourdes pertes sur les lignes de front. Selon le ministère russe de la Défense, la 63e brigade mécanisée de l’armée ukrainienne a perdu plus de 160 militaires près des villages de Belogorka et Lozove dans la région de Kherson.

En République populaire de Donetsk, plus de 260 militaires ukrainiens ont été tués au cours de la journée écoulée dans les régions d’Ouldar, de Vodiane et de Dobrovolïe. Le troisième bataillon de la 66e brigade mécanisée des forces armées ukrainiennes aurait perdu plus de 70 % de ses effectifs près de Marïinka.

Plus de 50 % du personnel et des équipements militaires du 15e bataillon de la 58e brigade d’infanterie motorisée des forces armées ukrainiennes ont été détruits dans la région de Soledar

Commentaire lu sur Southfront.org: 

Depuis le début des opérations militaires russes en Ukraine, les forces armées ukrainiennes ont subi de lourdes pertes. Cela a entraîné un conflit entre l’état-major général des forces armées ukrainiennes et les dirigeants politiques du pays. Le commandement militaire ukrainien évalue les risques et évite de perdre du personnel militaire dans des opérations contre-offensives insensées dans le but de sauver la vie de ses militaires pour un conflit militaire prolongé.

D’autre part, le président ukrainien Zelenskyidoit revendiquer toute victoire sur les lignes de front pour regagner le soutien de l’opinion publique qu’il a perdu avant le début des opérations militaires russes, ainsi que pour montrer l’efficacité des armes de fabrication occidentale sur le champ de bataille et obtenir davantage de soutien militaire et financier de ses alliés occidentaux. Même si le prix à payer est la perte de milliers de vies de militaires ukrainiens

16 août 2022: 

Synthèse de la journée par Roter Oktober: 

+ Les troupes de missiles et l’artillerie russes ont frappé des cibles dans les districts de Korsoun-Chevtchenkovski, Kiïevski et Saltivski à Kharkov. De même que dans les quartiers de Zirkouny, Solotchev, Velyka Danilivka et dans la périphérie de Bogodoukhov.

+ La 3e division de tirailleurs motorisés des unités russes a libéré Bohorodicthnie.

+ A proximité de Bakhmout, les combats se poursuivent dans les quartiers périphériques. Les unités du PMC de Wagner, déjà installées à l’est, s’approchent désormais du centre de la ville par le nord et le sud. Selon southfront.org: “Les groupes d’assaut russes ont revendiqué le contrôle total du village de Vershina le 14 août. Il est situé à 10 kilomètres au sud-est de Bakhmout. Les forces dirigées par les Russes ont récemment atteint les faubourgs de Zaitsevo et les combats se poursuivent à Veselaïa Dolina, où les unités ukrainiennes tiennent toujours leurs positions lourdement fortifiées”.

+ L’artillerie ukrainienne bombarde les quartiers résidentiels de
Donetsk et les entreprises d’infrastructures urbaines.

+ Un acte de sabotage en Crimée a provoqué des explosions dans un dépôt de munitions près de Djankoï et sur une base aérienne militaire à Gvardeiskoïe. Des détails sont donnés par southfront.org:” Le 16 août au matin, de fortes explosions ont eu lieu dans un entrepôt temporaire près de la ville de Djankoï, dans le nord de la Crimée. Il s’agit du deuxième incident de ce type en Crimée au cours de la semaine dernière. Des explosions dans un dépôt temporaire de munitions près du village de Mayskoïe ont retenti vers 6 heures du matin, heure de Moscou. Deux civils ont été blessés à la suite de l’incident. L’un d’entre eux a été hospitalisé. Le ministère russe de la Défense a déclaré que les explosions étaient le résultat d’une attaque de sabotage. Elles ont endommagé un certain nombre d’installations civiles, notamment une ligne électrique, une centrale électrique, une voie ferrée, ainsi qu’un certain nombre de bâtiments résidentiels. La sous-station locale est considérée comme l’un des principaux centres énergétiques de la péninsule de Crimée. Elle a pris feu à la suite des explosions, mais l’incendie a été rapidement localisé. Les résidents sont en train d’être évacués, pour assurer la sécurité des personnes, ils sont emmenés hors de la zone de cinq kilomètres. Les forces du ministère des situations d’urgence, du ministère de la défense, de Rosgvardiïa, les services d’urgence sont impliquées pour pallier les conséquences de l’attaque.

Le niveau élevé de danger terroriste a été déclaré dans la région nord de la péninsule depuis le début des opérations militaires russes en Ukraine. Après l’incident, l’état d’urgence n’a pas été imposé dans d’autres régions.

Le même jour, des nuages de fumée ont été signalés au-dessus de la base aérienne militaire du village de Gvardeyskoïe, dans la région de Simferopol, en Crimée. Selon les rapports locaux, plusieurs explosions ont été entendues sur le territoire de l’installation militaire. La situation dans la zone reste calme, aucune évacuation ou autre mesure n’a été prise. Les autorités de Crimée n’ont pas encore commenté l’incident”.

Autres informations: (en suivant le canal Telegram t.me/Slavyangrad  

+ Presque toutes les lignes de front sont marquées par d’importantes batailles de positions, tandis qu’au nord de la République populaire de Donetsk, les forces dirigées par la Russie poursuivent leur offensive sur les défenses ukrainiennes le long des lignes Bakhmut-Seversk-Soledar.

+ Le 16 août, le ministère russe de la Défense a affirmé que plus de 50 militaires ainsi que six unités d’équipement militaire de la 72e brigade d’infanterie motorisée ukrainienne avaient été détruits dans cette zone.

+ Selon des responsables militaires de la République Populaire de Donetsk, les officiers ukrainiens ont quitté la zone de Soledar, et les soldats qui s’y trouvent ont été laissés à eux-mêmes.

+ Les forces ukrainiennes subissent de lourdes pertes dans les duels de contre-batterie dans la zone. Plus de 50 % du personnel et des équipements militaires du 15e bataillon de la 58e brigade d’infanterie motorisée des forces armées ukrainiennes ont été détruits.

Les batailles sur les lignes de front de Donetsk ont entraîné de lourdes pertes pour la 66e brigade ukrainienne déployée à Marïinka. Selon les militaires russes, elles s’élèvent jusqu’à 70 % du personnel militaire.

Les forces alliées ont également revendiqué des avancées dans la région. Des unités de la République Populaire de Donetsk ont atteint l’autoroute entre Marïinka et Ougledar. Cela a compliqué tout approvisionnement militaire du groupement ukrainien déployé à l’ouest de Donetsk.

+ Après que la ville de Peski soit passée sous le contrôle de l’armée de la RPD, les forces en progression ont repoussé les militaires ukrainiens à environ 10 kilomètres à l’ouest. Là, elles ont lancé une offensive sur la ville de Nevelskoïe. Ces gains permettent aux troupes de la DPR de se déplacer également vers Krasnogorovka.

+Le ministre ukrainien de la Défense, Alexis Resnikov, a déclaré que les Etats-Unis avaient autorisé l’Ukraine à tirer sur les “territoires occupés par la Russie” avec des armes de fabrication américaine. Du point de vue de l’Ukraine, la Crimée fait partie de cette catégorie de territoires. “Nous avons convenu avec les États-Unis que nous n’utiliserions pas sur le territoire de la Fédération de Russie les armes qui nous sont fournies par les États-Unis, nos partenaires. Mais lorsqu’il s’agit d’évacuer les territoires occupés où se trouve l’ennemi, il n’y a pas de telles restrictions“.

17 août 2022: 

Synthèse de la journée par Roter Oktober:

+ L’artillerie russe frappe des cibles à Nikopol, d’où les formations ukrainiennes pilonnent Energodar.

+  L’artillerie ukrainienne continue de bombarder des villes de l’agglomération de Donetsk.

+ Des lance-roquettes multiples HIMARS ukrainiens ont frappé un immeuble d’habitation dans la rue Lénine à Pervomaïsk. Deux civils ont été tués et le bâtiment a été partiellement détruit.

+ Les forces de missiles et l’artillerie russes ont frappé des installations dans le port de Nikolaïev et des positions dans le bâtiment de l’Université nationale de la mer Noire.

+ Des avions Tu-22M3 des forces aérospatiales russes ont mené une attaque au missile contre un centre de loisirs à Satoka (région d’Odessa), où étaient stationnés des mercenaires étrangers

Autres informations: 

Le 17 août, les forces dirigées par la Russie ont pris le contrôle du village de Verchina. Ces gains ont été confirmés par le quartier général de la défense territoriale de la République populaire de Donetsk.

À ce jour, les troupes des deux républiques, avec l’appui-feu des forces armées de la Fédération de Russie, ont conquis 268 localités sur le territoire de la République populaire de Donetsk, dont Verchina.

Les premiers rapports sur le contrôle de la colonie par les troupes de Donetsk datent du 14 août. Le village de Verchina est situé à l’est de Zaitsevo, près de Kodema et Klenovo, à la périphérie sud-est de Bakhmout.

Des groupes d’assaut ont pénétré dans le village fin juillet et, après des semaines d’affrontements violents, les forces armées ukrainiennes ont été contraintes de se retirer de leurs positions. L’avancée des forces dirigées par les Russes dans la région a été compliquée par un vaste réseau de tranchées, créées au cours de huit années de guerre. Les combattants du groupe Wagner ont pris une part active à l’assaut.

La colonie de Zaitsevo est la prochaine cible des militaires russes, ce qui renforcera encore la position des troupes russes dans cette direction. Les groupes d’assaut ont traversé le village de Verchina et les affrontements ont atteint la ville de Zaitsevo la semaine dernière. L’armée ukrainienne se replie précipitamment vers Bakhmout et Konstantinovka.

18 août 2022

Un point de situation de @rybar vers midi fait saisir la lente avancée russe, dans une guerre au sol qui met aux prises une succession de frappes d’artilleries et d’avancées prudentes, du côté russe, et des troupes retranchées, qui ont construit de multiples lignes de tranchées et de fortifications depuis huit ans: 

1 : #Avdeïevka :
Au nord d’Avdeïevka et de la zone industrielle – pas de changements significatifs, combats de position.
 
Au sud d’Avdeïevka, les armées russe et de la République de Donetsk augmentent la pression vers Vodianoïe, qui est toujours sous le contrôle de l’armée ukrainienne. Cette dernière  tient toujours à Pervomaisk et Nevelskoïe, bien qu’elle ait perdu un certain nombre de positions lors de l’offensive des troupes alliées, qui se déplacent progressivement vers les localités susmentionnées. Il est encore trop tôt pour parler d’un véritable semi-contournement d’Avdeïevka. La route Orlovka-Avdeïevka est toujours activement utilisée pour approvisionner le groupement d’Avdeïevka.

2. #Artiemovsk :
Combats sur la ligne Zaitsevo-Kodema. L’adversaire ukrainien est toujours retenu dans ces localités, mais il est progressivement repoussé près de Kodema.
 
Aux abords d’Artiemovsk, du côté de Pokrovskoïe – pas de changements significatifs.
 
La route Artiemovsk-Soledar est toujours sous le contrôle ukrainien.

3. #Soledar :
Combats de rue dans la partie ouest de Soledar. Combats à la périphérie de Iakovlevka, Belogorovka et Bakhmoutskoïe.

Les rapports sur la capture complète de Iakovlevka et Bakhmoutskoïe sont en avance sur les événements.

4. #Seviersk :
Combats de position près de Serebrianka, Verkhnekamenski et Ivano-Darïevka. L’armée ukrainienne contrôle encore Seviersk et la route Seversk-Soldar.

5. #Slaviansk :
L’activité principale est dans la zone de Bogorodichnoye, où les troupes russes ont légèrement avancé, et dans la zone des ruines de Mazanovka, qui a été occupée par l’armée ukrainienne la semaine dernière.

Comme le note le ministère russe de la Défense, dans la zone de Mazanovka, l’ennemi a subi de sérieuses pertes en effectifs suite aux attaques à la roquette sur les groupes de combat de la 92e brigade.

6. #Kharkov :
Les  troupes russes  continuent à presser l’ennemi au nord-ouest de Kharkov à partir de la zone des villages récemment libérés d’Odnorobovka et d’Oudy.

Il y a une pression dans les environs de Pitomnik, DementIevka et Tcherkasskie Tichek. 

La nuit, un grand emplacement de mercenaires étrangers a été frappé (sur un tuyau des locaux – une nouvelle chasse aux nazis par les antifascistes de Kharkov suivant l’exemple de Nikolaïev).
 
L’armée ukrainienne déplace jusqu’à 3 groupes de bataillons tactiques près de Kharkov pour renforcer les défenses.

7. #Marïinka :
Il y a quelques progrès dans le village, mais il est trop tôt pour parler d’une rupture radicale à Marïinka. L’armée ukrainienne ne montre pas encore de volonté de se retirer.

Combats pour Novomikhailovka (il est trop tôt pour parler de sa conquête). Combats à quelques kilomètres d’Ougledar.

Les rapports concernant la prise complète de Pavlovka sont encore en avance sur les événements.

Combats à Egorovka, Chevtchenkovo et plus à l’ouest dans la région de Velika Novoselovka, mais les tendances positionnelles y prévalent.

8. #Nikolaïev :
Les  troupes russes sondent les défenses ennemies près de Blagodatnoïe et d’Aleksandrovka.

L’armée ukrainienne ne mène pas d’ offensive sur #Kherson depuis plusieurs semaines qu’elle le prétend.

Ingoulets, où l’armée ukrainienne subit de lourdes pertes en tentant de tenir une tête de pont près du village Andrïevka.
Combat de position près de Visokopolïe, Potemkino dans la direction de Nikopol.

19 août 2022: 

Bilan de la journée d’hier complété par @rybar:

▪️Les forces armées russes ont frappé des cibles à Kharkov, notamment la base de la formation “Sirko Team” dans le palais de la culture “Zalizhnychnyk”. Plusieurs civils ont été tués.

▪️Les Kiéviens ont bombardé Izioum à nouveau en utilisant des mines papillon et des obus de 155 mm de fabrication occidentale.

▪️Auprès des positions ukrainiennes abandonnées dans la zone forestière près d’Izioum, les militaires russes ont trouvé une tombe de plusieurs femmes exécutées par les Kiéviens.

▪️L’artillerie russe a effectué des frappes massives contre la 95e brigade d’assaut aérien de l’armée ukrainienne près de Mazanivka, où les combats se poursuivent dans les forêts les plus proches.

▪️L’armée ukrainienne a bombardé la zone de l’hôpital de Svitlodarsk. Deux civils ont été tués, dont un garçon de 14 ans. Douze autres personnes ont été blessées.

▪️Les forces aérospatiales russes et l’artillerie à canon et à roquettes ont frappé les concentrations de main-d’œuvre et de matériel dans les bastions de l’armée ukrainienne à Avdiïevka et Nevelskie.

▪️Ayant libéré Piski, les forces alliées se battent pour les bastions sur le périphérique de Donetsk et frappent les positions des formations ukrainiennes à l’ouest de la piste de l’aéroport de Donetsk.

▪️Les forces armées russes et les unités de la milice populaire de la République de Donetsk poursuivent leurs tentatives de briser la défense de l’armée ukrainienne en direction d’Ougledar. Les forces aérospatiales russes visent régulièrement les cibles.

▪️En direction de Zaporojie, les forces armées russes ont frappé des positions ukrainiennes près d’Orikhov, des districts Vasylivskï et Chevtchenkivskiï

Le 19 août au soir: 

+ La prise par l’armée russe de Datcha et Zaitsevo est confirmée. 

+ 2/3 de Mariïnka à présent sous contrôle russe. 

(III) La Russie installe des missiles hypersoniques à Kaliningrad: remercions la Lituanie!

Trois avions d’interception supersoniques Mig-31 transportant des missiles hypersoniques air-sol Kinjal ont été déployés dans l’exclave occidentale russe de Kaliningrad, a annoncé le ministère de la défense russe.

C’est-à-dire que le territoire français est quelques minutes d’une éventuelle frappe russe de destruction massive! Faute de s’être intéressés aux travaux de Jean-Pierre Petit, le physicien dont les recherches sont à la base des missiles hypervéloces  russes, nos présidents successifs depuis Mitterrand ont transformé notre dissuasion nucléaire en “ligne Maginot”.  (Et si vous voulez une réponse à la dernière objection des états-majors de l’OTAN sur la capacité des sous-marins nucléaires à riposter en cas d’attaque hypersonique russe, lisez ce texte  prospectif de Charles de Mercy: ici.  

Jeudi 18 août, les avions russes porteurs d’armes hypervéloces ont été transférés à l’aérodrome de Chkalovsk, dans la région de Kaliningrad, dans le cadre de “mesures supplémentaires de dissuasion stratégique”, a expliqué le ministère russe de la Défense. Remercions au passage la Lituanie et ses menaces de blocus des dernières semaines .!Pendant leur vol, les Mig-31 ont travaillé sur les interactions avec les forces russes stationnées dans la région, ainsi qu’avec l’aviation navale de la flotte de la Baltique, a-t-il ajouté.

Les avions seront placés en service de combat 24/7 à Kaliningrad, selon le ministère de la défense.

La Finlande, pays voisin de la Russie, a déclaré plus tard dans la journée de jeudi que les Mig-31 pourraient avoir violé son espace aérien au-dessus du golfe de Finlande alors qu’ils se dirigeaient vers leur destination. Selon le ministère finlandais de la défense, une enquête a été ouverte sur cet incident. (Mais le Premier ministre Sanna Marin va avoir d’autres soucis avec la diffusion sur les réseaux sociaux d’une vidéo qui la montre à une fête largement alcoolisée où circulait de la drogue). 

Le Kinjal, qui signifie “poignard”, peut se déplacer à une vitesse de Mach 12 (environ 14 800 km/h), tout en effectuant constamment des manœuvres d’évitement, ce qui lui permettrait de pénétrer toutes les défenses aériennes existantes. Plusieurs missiles Kinjal ont été déployés par la Russie pendant le conflit en Ukrainen depuis la mi-mars.

Les missiles hypersoniques peuvent avoir des charges nucléaires ou conventionnelles. 

Kaliningrad, qui jouxte la Pologne et la Lituanie et a accès à la mer Baltique, abrite également des missiles Iskander à capacité nucléaire.

(IV) Poutine en chef de guerre (15 août) et en diplomate (16 août)

Le chef de guerre

Voici tout d’abord le texte du discours prononcé par Vladimir Poutine le 15 août pour l’ouverture du forum Army 2022

“Mesdames et Messieurs, Estimés invités étrangers,

Je voudrais vous souhaiter la bienvenue à l’ouverture du Forum militaro-technique international Armée-2022 et des Jeux internationaux de l’armée.

Nous sommes heureux de recevoir en Russie, dans le lieu désormais traditionnel du Parc Patriotique, les chefs et délégations des départements de la défense, les représentants de l’industrie de la défense et les experts militaires de nombreux pays.

Au cours de ses années d’existence, le forum a prouvé de manière convaincante sa pertinence et a fermement pris sa place comme l’une des plus grandes expositions mondiales dans le domaine militaire.

Notre peuple est fier de son armée et de sa marine, du professionnalisme et du courage de ses défenseurs. À tout moment, ils ont protégé de manière fiable la souveraineté et la sécurité de notre patrie et apporté la liberté à d’autres nations.

Aujourd’hui, nos guerriers accomplissent honorablement leur devoir aux côtés des combattants du Donbass au cours de l’opération militaire spéciale. Ils se battent pour la Russie et la vie pacifique dans les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk. Ils accomplissent avec précision toutes les tâches qui leur ont été confiées et libèrent progressivement le Donbass.

Je voudrais certainement remercier une fois de plus les fabricants d’armes russes pour avoir équipé notre armée et notre marine d’armes modernes qui travaillent maintenant pour notre victoire et pour l’avancée technologique et industrielle de notre pays tout entier, de la Russie tout entière.

Au forum de cette année, environ 1 500 entreprises de l’industrie de la défense nationale présenteront plus de 28 000 échantillons modernes de produits militaires et à double usage, militaire et civil. L’application et le potentiel des armes et des technologies russes seront démontrés ici, dans la banlieue de Moscou, sur les sites de Kubinka et d’Alabino, ainsi que sur les terrains d’essai de tous les districts militaires et de la flotte du Nord.

Je tiens à souligner que la Russie est favorable au développement le plus large et le plus complet de la coopération militaro-technique. Cela est particulièrement important aujourd’hui dans le contexte de l’émergence d’un monde multipolaire.

Nous apprécions grandement l’existence de nombreux alliés, partenaires et personnes partageant les mêmes idées sur différents continents. Il s’agit d’États qui ne s’inclinent pas devant le soi-disant hégémon. Leurs dirigeants font preuve d’un véritable caractère viril et ne s’inclinent pas. Ils choisissent une voie de développement souveraine et indépendante. Ils veulent résoudre collectivement toutes les questions de sécurité mondiale et régionale sur la base du droit international, de la responsabilité mutuelle et de la prise en compte des intérêts de chacun, contribuant ainsi à la défense du monde multipolaire.

La Russie apprécie sincèrement les relations historiquement fermes, amicales et véritablement dignes de confiance avec les États d’Amérique latine, d’Asie et d’Afrique. Nous sommes prêts à offrir à nos alliés et partenaires des armes de pointe – des armes légères aux véhicules blindés et à l’artillerie, en passant par l’aviation de combat et les drones.

Les professionnels militaires du monde entier apprécient ces armes pour leur fiabilité, leur qualité et, surtout, leur grande efficacité. Pratiquement toutes ces armes ont été utilisées plus d’une fois dans des combats réels.

Le forum offre aux experts militaires étrangers une bonne occasion de s’informer sur le développement de l’industrie de la défense russe dans des domaines tels que l’utilisation de l’intelligence artificielle, les technologies modernes de l’information et de la radio-électronique et la mise en œuvre des dernières réalisations de nos bureaux et écoles de conception de renommée mondiale.

Les modèles et systèmes avancés orientés vers l’avenir qui façonneront le  “demain” de nos forces armées présentent un intérêt particulier. Nous parlons d’armes et de robotique de haute précision, de systèmes de combat basés sur de nouveaux principes physiques. Nombre d’entre eux ont des années, voire des décennies d’avance sur leurs homologues étrangers, et sont nettement supérieurs en termes de caractéristiques tactiques et techniques. Les expositions au Parc Patriotique, les présentations sur les terrains d’entraînement militaire, les démonstrations des développements à ERA Technopolis le prouvent de manière convaincante.

Permettez-moi d’ajouter que les entreprises russes présentent leurs réalisations en matière de produits et de technologies civils innovants sur des stands spéciaux, démontrant ainsi la diversification de l’industrie de la défense. Elles aussi méritent une attention particulière.

Nous avons l’intention de développer activement les liens de coopération pour créer de nouveaux modèles d’armes et d’équipements et de travailler ensemble sur un pied d’égalité. La Russie possède une riche expérience en matière de coopération technologique réussie de ce type, principalement au sein de l’Organisation du Traité de Sécurité Collective (OTSC) et de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS).

Nous voyons un grand potentiel dans la formation du personnel militaire étranger, en organisant des cours de développement de carrière pour eux. Des milliers de professionnels militaires du monde entier sont fiers que les universités et académies militaires russes soient devenues leur alma mater. Nous continuerons à travailler activement dans ce domaine important.

Comme auparavant, nous invitons nos alliés et partenaires à prendre part à des exercices de commandement et d’état-major conjoints et à d’autres types d’exercices. Ce type d’entraînement, le développement de missions complexes d’entraînement et de combat, est important pour améliorer les compétences militaires et la qualité du commandement et du contrôle militaires, ainsi que pour la tactique et la cohérence des unités et des formations.

Je suis convaincu qu’en développant une large coopération militaro-technique et en unissant nos efforts et notre potentiel, nous serons en mesure d’assurer une sécurité et une stabilité fiables pour nos pays et le monde entier.

Mes amis,

Il est important que le programme du forum devienne chaque année plus riche et plus diversifié, en étant rempli à la fois d’événements traditionnels et de nouveaux événements intéressants.

Comme auparavant, les Jeux internationaux de l’armée seront une excellente plate-forme pour montrer vos compétences professionnelles. Cette fois, plus de 6 000 soldats et officiers de 37 pays du monde entier y participeront.

Le Congrès international antifasciste organisé dans le cadre du forum revêt une grande importance sociale et politique. Les leçons de la terrible tragédie à laquelle le nazisme a conduit l’humanité au XXe siècle ne doivent pas être oubliées. Notre devoir envers la mémoire des millions de victimes de la Seconde Guerre mondiale est de répondre durement à toute tentative de falsification de l’histoire, de contrer la propagation de toute forme de néonazisme, de russophobie et de racisme.

En conclusion, je tiens à remercier les responsables du ministère russe de la défense et tous ceux qui ont participé à la préparation du forum. Je pense qu’il contribuera à développer davantage la coopération militaire et militaro-technique pour la prospérité de nos pays et nations et à promouvoir la sécurité et la stabilité internationales.

Je vous souhaite un travail fructueux, et j’espère que tous les visiteurs ressentiront des impressions remarquables et inoubliables.

Je vous remercie de votre attention. Je déclare ouvert le Forum international militaro-technique Armée 2022 et les Jeux internationaux de l’Armée.

Je vous remercie“.

 

Le diplomate: 

Le texte du discours prononcé par Vladimir Poutine lors de la 10è conférence de Moscou sur la Sécurité Internationale

“Mesdames et Messieurs, Chers invités étrangers,

Aujourd’hui, une discussion aussi ouverte est particulièrement pertinente. La situation mondiale évolue de manière dynamique et les contours d’un ordre mondial multipolaire se dessinent. Un nombre croissant de pays et de peuples choisissent la voie d’un développement libre et souverain fondé sur leur identité, leurs traditions et leurs valeurs distinctes.

Ces processus objectifs sont combattus par les élites mondialistes occidentales, qui provoquent le chaos, attisent les conflits anciens et nouveaux et poursuivent la politique dite d’endiguement, qui revient en fait à la subversion de toute option alternative et souveraine de développement. Ainsi, ils font tout ce qu’ils peuvent pour conserver l’hégémonie et le pouvoir qui leur échappent ; ils tentent de maintenir les pays et les peuples sous l’emprise de ce qui est essentiellement un ordre néocolonial. Leur hégémonie signifie stagnation pour le reste du monde et pour toute la civilisation ; cela signifie obscurantisme, annulation de la culture et totalitarisme néolibéral.

Ils utilisent tous les moyens. Les États-Unis et leurs vassaux s’ingèrent grossièrement dans les affaires intérieures d’États souverains en organisant des provocations, en organisant des coups d’État ou en incitant à des guerres civiles. Par des menaces, des chantages et des pressions, ils tentent d’obliger des États indépendants à se soumettre à leur volonté et à suivre des règles qui leur sont étrangères. Cela se fait dans un seul but, qui est de préserver leur domination, le modèle séculaire qui leur permet de parasiter partout dans le monde comme il l’a fait pendant des siècles. Mais un tel modèle ne peut fonctionner que par la force.

C’est pourquoi l’Occident collectif – le soi-disant Occident collectif – sape délibérément le système de sécurité européen et noue de nouvelles alliances militaires. L’Otan rampe vers l’est et renforce son infrastructure militaire. Entre autres choses, il déploie des systèmes de défense antimissiles et renforce les capacités de frappe de ses forces offensives. Ceci est hypocritement attribué à la nécessité de renforcer la sécurité en Europe, mais c’est en fait tout le contraire qui se produit. De plus, les propositions sur les mesures de sécurité mutuelle, que la Russie a présentées en décembre dernier, ont une fois de plus été ignorées.

Ils ont besoin de conflits pour conserver leur hégémonie. C’est pour cette raison qu’ils ont destiné le peuple ukrainien à servir de chair à canon. Ils ont mis en œuvre le projet anti-Russie et ont été complices de la diffusion de l’idéologie néo-nazie. Ils ont fermé les yeux lorsque les habitants du Donbass ont été tués par milliers et ont continué à déverser des armes, y compris des armes lourdes, à l’usage du régime de Kiev, ce qu’ils persistent à faire maintenant.

Dans ces circonstances, nous avons pris la décision de mener une opération militaire spéciale en Ukraine, décision qui est pleinement conforme à la Charte des Nations unies. Il a été clairement précisé que les objectifs de cette opération sont d’assurer la sécurité de la Russie et de ses citoyens et de protéger les habitants du Donbass contre le génocide.

La situation en Ukraine montre que les États-Unis tentent d’étirer ce conflit. Il agit de la même manière ailleurs, fomentant le potentiel de conflit en Asie, en Afrique et en Amérique latine. Comme vous le savez, récemment, les États-Unis ont de nouveau, délibérément essayé d’attiser les flammes et de semer le trouble en Asie-Pacifique. Nous considérons cela comme une provocation minutieusement planifiée.

Il est clair qu’en prenant ces mesures, les élites mondialistes occidentales tentent, entre autres, de détourner l’attention de leurs propres citoyens des problèmes socio-économiques urgents, tels que la chute du niveau de vie, le chômage, la pauvreté et la désindustrialisation. Ils veulent rejeter la responsabilité de leurs propres échecs sur d’autres pays, à savoir la Russie et la Chine, qui défendent leur point de vue et conçoivent une politique de développement souveraine sans se soumettre au diktat des élites supranationales.

Nous voyons également que l’Occident s’efforce d’étendre son système fondé sur les blocs à la région Asie-Pacifique, comme il l’a fait avec l’Otan en Europe. À cette fin, ils créent des syndicats militaro-politiques agressifs tels que AUKUS et d’autres.

Il est évident qu’il n’est possible de réduire les tensions dans le monde, de surmonter les menaces et les risques militaro-politiques, d’améliorer la confiance entre les pays et d’assurer leur développement durable que par un renforcement radical du système contemporain d’un monde multipolaire.

Je répète que l’ère du monde unipolaire est en train de devenir une chose du passé. Peu importe la force avec laquelle les bénéficiaires du modèle mondialiste actuel s’accrochent à la situation, il est voué à l’échec. Les changements géopolitiques historiques vont dans une direction totalement différente.

Et, bien sûr, votre conférence est une autre preuve importante des processus objectifs formant un monde multipolaire, réunissant des représentants de nombreux pays qui souhaitent discuter des questions de sécurité sur un pied d’égalité et mener un dialogue qui tient compte des intérêts de toutes les parties, sans exception.

Je tiens à souligner que le monde multipolaire, fondé sur le droit international et des relations plus justes, ouvre de nouvelles opportunités pour contrer les menaces communes, telles que les conflits régionaux et la prolifération des armes de destruction massive, le terrorisme et la cybercriminalité. Tous ces défis sont mondiaux et il serait donc impossible de les surmonter sans combiner les efforts et les potentiels de tous les États.

Comme auparavant, la Russie participera activement et résolument à ces efforts conjoints coordonnés, avec nos alliés, partenaires et associés, afin d’améliorer les mécanismes existants de sécurité internationale. Elle en créera de nouveaux et renforcera systématiquement les forces armées nationales et les autres structures de sécurité en leur fournissant des armes et des équipements militaires de pointe. La Russie assurera ses intérêts nationaux, ainsi que la protection de ses alliés, et prendra d’autres mesures vers la construction d’un monde plus démocratique où les droits de tous les peuples et la diversité culturelle et civilisationnelle seront garantis.

Nous devons rétablir le respect du droit international, de ses normes et principes fondamentaux. Et, bien sûr, il est important de promouvoir des agences universelles et communément reconnues comme l’Onu et d’autres plateformes de dialogue international. Le Conseil de sécurité de l’Onu et l’Assemblée générale, comme prévu initialement, sont censés servir d’outils efficaces pour réduire les tensions internationales et prévenir les conflits, ainsi que pour faciliter la fourniture d’une sécurité et d’un bien-être fiables aux pays et aux peuples.

En conclusion, je tiens à remercier les organisateurs de la conférence pour leur important travail préparatoire et je souhaite à tous les participants des discussions approfondies.

Je suis sûr que le forum continuera d’apporter une contribution significative au renforcement de la paix et de la stabilité sur notre planète et facilitera le développement d’un dialogue et d’un partenariat constructifs.

Merci pour votre attention”

(V) Et pendant ce temps, l'industrie militaire transatlantique ne s'intéresse qu'à ses profits

Il y a une ressemblance frappante entre le comportement de l’industrie pharmaceutique américaine face au COVID-19 et l’industrie de la défense face à la guerre d’Ukraine: la question n’est pas un vaccin qui fonctionne mais combien on encaisse d’argent public, dans un cas; dans l’autre cas, les Etats-Unis ne gagnent plus de guerre depuis 1945 (la Seconde Guerre mondiale avec l’aide des peuples d’URSS) mais leur complexe militaro-industriel ne cesse de renouveler ses stocks grâce à un budget en expansion permanente  et le déclenchement régulier de conflits, où Washington est directement impliqué ou non, mais où personne ne rend de comptes. (La seule exception fut la fin de la Guerre froide, intelligemment menée par Reagan – avec la coopération pleine et entière de la direction soviétique del’époque).   

Alors comment ne pas écouter   Drago Bosnic, quand il déplore que l’Alliance atlantique augmente les livraisons d'”aide létale” au régime de Kiev, tandis que les complexes militaro-industriels de l’OTAN utilisent le conflit pour promouvoir massivement leurs produits et réaliser des profits astronomiques? “Récemment, le Pentagone a annoncé que les États-Unis allouaient un autre paquet de 820 millions de dollars au régime de Kiev. Il comprend les systèmes de défense aérienne NASAMS, des munitions HIMARS MLRS, des véhicules blindés de transport de troupes (VBTT) chenillés M113 et 50 autres VBTT provenant des stocks américains. La livraison comprend également 150 000 obus pour obusiers de 155 mm et 4 radars de contre-batterie.

Le 2 août, les États-Unis ont également alloué la précédente tranche de 550 millions de dollars, qui comprenait 75 000 obus de 155 mm et des munitions pour le MLRS HIMARS. Les Américains ont déjà remis au moins 20 de ces systèmes de roquettes à longue portée, tandis que le ministère américain de la défense a formé plus de 200 militaires du régime de Kiev à leur utilisation. Le régime s’en est servi pour cibler les civils, notamment dans le Donbass. Pourtant, pour l’Occident politique, cela n’a rien d’inquiétant, car leur objectif principal est de prolonger le conflit et d’infliger un maximum de dommages à la Russie, sans avoir à entrer en guerre eux-mêmes.

“Le Royaume-Uni va envoyer 50 000 obus d’artillerie supplémentaires et des centaines d’armes antichars en Ukraine dans les semaines à venir”, a déclaré le 8 août le ministre britannique de la défense, Ben Wallace. (…) Le Royaume-Uni achète des obus de calibre soviétique pour le régime de Kiev, car ses forces ont épuisé les leurs ou les ont perdus à cause des frappes russes à longue portée. L’Union européenne a également alloué 500 millions d’euros supplémentaires. (…) Ce qui est particulièrement inquiétant, c’est l’ampleur de la participation allemande, car les livraisons d’armes de Berlin contribuent directement à la mort et à la destruction de la population du Donbass, qui a déjà énormément souffert sous le joug nazi allemand quelque 80 ans auparavant. Berlin semble avoir rapidement oublié son rôle central dans la montée du nazisme et les conséquences horribles qu’il a eues sur le monde, en particulier sur le peuple russe. En août, l’Allemagne a remis 3 MLRS MARS, 3 obusiers automoteurs, 54 APC M113, 30 chars anti-aériens “Gepard”, le système de défense aérienne IRIS-T, le système de détection d’artillerie “Cobra” et 43 drones. Auparavant, l’Allemagne a également transféré

3 000 missiles antichars Panzerfaust-3 avec 900 lanceurs ;
14 000 mines antichars ;
500 systèmes de défense aérienne portables “Stinger” et 2700 “Strela” ;
7 obusiers automoteurs Panzerhaubitze 2000 ;
21,8 millions de cartouches d’armes à feu ;
50 missiles anti-bunker ;
100 mitrailleuses MG3 avec 500 canons et boulons de rechange ;
10 500 obus de 155 mm ;
10 canons anti-drones.
La formation de plus de 100 membres du régime de Kiev au maniement des canons antiaériens “Gepard” se poursuit en Allemagne. Les défenses aériennes ukrainiennes seront également renforcées par deux batteries de SAM NASAMS de fabrication américaine, comprenant chacune 54 missiles disposés dans neuf lanceurs à six conteneurs. (…) Des obus de mortier produits à Taïwan semblent également être en service auprès des forces du régime de Kiev. Un bataillon de défense territoriale de Zaporozhye a publié des photos d’obus de mortier de 60 mm J-M49A2 et J-M52A2. Il s’est avéré par la suite que les États-Unis ont transféré une partie des réserves de munitions d’artillerie de Taïwan au régime de Kiev.

Le prochain paquet américain ajoutera 175 millions de dollars supplémentaires en armes et en formation, en obus d’artillerie, en véhicules blindés, ainsi que 580 drones kamikazes “Phoenix Ghost” et munitions d’attaque. (…) Sachant que le régime de Kiev utilise ouvertement ces armes contre les civils, le réapprovisionnement de sa flotte de drones est particulièrement préoccupant.

Les États-Unis ont également alloué 100 millions de dollars pour former les pilotes [ukrainiens] au pilotage des avions de chasse F-15 et F-16, ce qui est déjà en cours dans les bases aériennes américaines, ce qui laisse penser que le régime de Kiev pourrait bientôt recevoir ces avions. En outre, les États-Unis sont également prêts à transférer leurs avions d’appui aérien rapproché A-10 “Thunderbolt”. (…)

On se rappellera néanmoins que seulement 30% des armes livrées arrivent à destination. Et puis, ajoute Bosnic: 

Pendant ce temps, les forces du régime de Kiev éprouvent des difficultés à utiliser les armes et systèmes occidentaux. Premièrement, de nombreux soldats les abandonnent tout simplement lors de leur retraite, et deuxièmement, ils ne peuvent pas effectuer de réparations sur le terrain. Le commandant d’une compagnie de la 10e brigade d’assaut de montagne, Andrey Savchuk, qui s’est rendu aux forces du Donbass, a admis qu’une partie importante des armes étrangères a été détruite, endommagée ou perdue. Les forces du régime de Kiev ont surtout des difficultés avec les obusiers américains M777 et allemands Panzerhaubitze 2000.

Les canons allemands nécessitent une maintenance et une logistique sophistiquées, ce qui rend leur utilisation efficace extrêmement difficile. Il existe également des problèmes liés à la cadence de tir élevée du canon, ce qui soumet son mécanisme de chargement à un stress extrême. Pour les troupes allemandes, 100 cartouches par jour sont considérées comme une charge extrêmement élevée pour un canon, alors que les forces du régime de Kiev en ont besoin de milliers. En outre, le déploiement par le régime de Kiev des armes de l’OTAN est devenu un cauchemar logistique en raison de leur diversité et de leur complexité”.

Enfin ,ajoutera-t-on, on suit assez facilement les livraisons d’armes arrivant à destination, qui deviennent rapidement des cibles pour l’artillerie ballistique russe. On lira par exemple cet intéressant article  sur la livraison de véhicules International MaXXPro MRAPS, qui viennent d’arriver le Donbass après avoir été livrés en Italie puis être entrés en Ukraine à partir de la Pologne et de la Roumanie. Une vidéo cocasse accompagnant l’article montre l’un de ces véhicules déjà embourbés dans la terre ukrainienne. 

Cela ne doit pas faire oublier, pour autant que, chaque jour, des centaines de soldats ukrainiens sont envoyés à l’abattoir pour une guerre qu’ils ne peuvent pas gagner; et chaque jour aussi des civils ukrainiens meurent ‘un conflit qui aurait pu être évité et qui pourrait toujours être arrêté par la négociation. 

+ Et puis finissons sur une note grinçante. Comme sur un disque rayé, le Département d’Etat américain menace la Russie et l’Iran de nouvelles sanctions en cas de vente de drones par Téhéran à Moscou. 

(VI) Le détournement vers l'Europe des convois de blé ukrainiens destinés à l'Afrique: il faut bien financer la guerre!

Dans la soirée du 14 août, le navire Brave Commander avec 23 mille tonnes de blé a quitté le port de Ioujny près d’Odessa en Ukraine. Il est affrété par le Programme alimentaire mondial des Nations unies et livrera des céréales à l’Éthiopie. Il s’agit de la première expédition d’aide alimentaire humanitaire dans le cadre de l’accord sur les céréales conclu par la Russie, l’Ukraine, la Turquie et l’ONU.

Le ministre ukrainien des Infrastructures a solennellement souligné que Kiev continue de collaborer avec le Programme alimentaire mondial des Nations unies et fournit une aide humanitaire aux régions du monde qui en ont le plus besoin. Mais on est tout de même étonné d’apprendre qu’il a fallu trois semaines avant le départ des premiers convois humanitaires. 

Au cours des trois semaines qui ont suivi la levée des restrictions sur l’exportation de céréales ukrainiennes par voie maritime, 375 000 tonnes ont en effet été exportées.

Le premier navire à quitter l’Ukraine via le corridor céréalier après le début de l’opération militaire russe était le cargo Razoni. Il n’a jamais atteint sa destination officielle – le Liban. Le blé a été selon toute vraisemblance été livré en Syrie. 

Les navires céréaliers provenant des ports ukrainiens débloqués ont été attirés non pas vers les pays affamés d’Afrique, mais vers d’autres régions du monde, principalement vers l’Europe. Les acheteurs européens auraient obtenu 217 000 tonnes.

Les déclarations de Kiev et de ses partenaires occidentaux sur la nécessité de sauver le monde de la crise alimentaire se sont révélées être un mensonge. Les intentions humanitaires ont rapidement cédé la place au fait que l’Etat ukrainien est formellement en faillite. Pour financer sa guerre, acheter des armes, le blé ukrainien est envoyé vers les pays créanciers! 

La priorité n’est pas d’ envoyer les céréales vers les ports du Yémen, de la Somalie, de l’Éthiopie et d’autres pays africains qui ont un besoin urgent d’approvisionnement en blé. Pendant ce temps, le régime de Kiev paie les fournitures militaires de l’Occident avec la dernière pièce qu’il possède – avec la récolte ukrainienne.

(VII) Le secteur financier américain fait pression sur le gouvernement pour pouvoir à nouveau faire des transactions sur la dette russe

Plusieurs grandes banques de Wall Street ont commencé à proposer de faciliter les transactions sur la dette russe ces derniers jours, selon des documents bancaires consultés par Reuters, donnant aux investisseurs une nouvelle chance de se débarrasser d’actifs largement considérés en Occident comme toxiques.

La plupart des banques américaines et européennes s’étaient retirées du marché en juin après que le département du Trésor eut interdit aux investisseurs américains d’acheter tout titre russe dans le cadre des sanctions économiques visant à punir Moscou pour son invasion de l’Ukraine, selon un investisseur qui détient des titres russes et deux sources bancaires.

À la suite des directives ultérieures du Trésor en juillet, qui ont permis aux détenteurs américains de liquider leurs positions, les plus grandes sociétés de Wall Street sont revenues avec prudence sur le marché des obligations d’État et des obligations d’entreprises russes, selon des courriels, des notes de clients et d’autres communications de six banques, ainsi que des entretiens avec les sources.

Les banques qui sont maintenant sur le marché comprennent JPMorgan Chase & Co JPM.N, Bank of America Corp BAC.N, Citigroup Inc C.N, Deutsche Bank AG DBKGn.DE, Barclays Plc BARC.L et Jefferies Financial Group Inc JEF.N, montrent les documents. (…)

Bank of America, Barclays, Citi et JPMorgan ont refusé de commenter.

Un porte-parole de Jefferies a déclaré qu’il “travaillait dans le respect des directives relatives aux sanctions internationales afin de permettre à nos clients de s’orienter dans cette situation complexe.”

Une source proche de la Deutsche Bank a déclaré que la banque négocie des obligations pour ses clients sur demande uniquement et au cas par cas afin de mieux gérer son exposition au risque russe ou celui de ses clients non américains, mais qu’elle ne fera pas de nouvelles affaires en dehors de ces deux catégories“.

On a sans doute une bonne dose d’hypocrisie derrière ces déclarations. En réalité, jamais le rouble n’a été aussi élevé et la Russie a résisté aux sanctions. L’argent n’a pas d’odeur! Quelque 40 milliards de dollars d’obligations souveraines russes étaient en circulation avant le début de la guerre. 

Près de la moitié était détenue par des fonds étrangers. De nombreux investisseurs se sont retrouvés bloqués avec des actifs russes, car leur valeur a chuté, les acheteurs ont disparu et les sanctions ont rendu les échanges difficiles.

En mai, deux législateurs américains ont demandé à JPMorgan et à Goldman Sachs Group Inc GS.N des informations sur les transactions relatives à la dette russe, estimant qu’elles pouvaient compromettre les sanctions.

Le mois suivant, l’Office of Foreign Assets Control du Trésor a interdit aux gestionnaires de fonds américains d’acheter toute dette ou action russe sur les marchés secondaires, ce qui a incité les banques à se retirer.

Depuis, les régulateurs ont pris des mesures pour atténuer la douleur des investisseurs.

Le Trésor a fourni de nouvelles orientations le 22 juillet pour aider à régler les paiements d’assurance contre le défaut de paiement des obligations russes. Il a également précisé que les banques pouvaient faciliter, compenser et régler les transactions de titres russes si cela permettait aux détenteurs américains de liquider leurs positions.

Par ailleurs, les régulateurs européens ont également assoupli les règles permettant aux investisseurs de traiter les actifs russes en les autorisant à les placer, au cas par cas, dans des “side pockets”.

Le prix de certaines obligations russes a bondi parallèlement au regain d’activité commerciale depuis la fin juillet. Cela pourrait rendre les transactions plus attrayantes pour les investisseurs  (…)”

Ajoutons que, pour qu’il y ait des vendeurs, il faut des acheteurs….

(VIII) Investissement de la Chine dans une usine de batteries de voitures électriques à Debrecen (Hongrie)

La société chinoise Contemporary Amperex Technology Co Limited (CATL) va investir 7,34 milliards d’euros dans la construction d’une usine de batteries de 100 GWh dans le centre industriel oriental de Debrecen, à proximité immédiate des usines automobiles de Mercedes-Benz, BMW, Stellantis et Volkswagen.

Ce projet entièrement nouveau sur un site de 221 hectares, permettra de créer 9 000 emplois.

L’usine de CATL à Debrecen lui permettra de mieux répondre aux demandes de batteries du marché européen, d’améliorer le développement de son réseau de production mondial et de contribuer à accélérer l’e-mobilité et la transition énergétique en Europe“, a déclaré la société.

Cette deuxième usine de CATL en Europe, après celle située en Allemagne, fournira des cellules et des modules aux constructeurs automobiles européens. La construction commencera avant la fin de l’année. 

Le fabricant chinois de batteries a déclaré qu’il utiliserait de l’électricité provenant de ressources renouvelables afin de réduire l’empreinte carbone de l’usine de fabrication, et qu’il envisageait de développer l’énergie solaire avec des partenaires locaux en Hongrie.

Le  président de CATL, Robin Zeng, a qualifié le projet de “pas de géant” dans l’expansion mondiale de CATL.

Cet investissement montre que le gouvernement a pris la bonne décision lorsqu’il a annoncé sa stratégie d’ouverture à la Chine et a fait de l’industrie des véhicules électriques un élément clé de sa politique de développement économique”, a déclaré Levente Magyar, secrétaire d’État au ministère des affaires étrangères et du commerce.

Le gouvernement hongrois a cherché à attirer les principaux producteurs et fournisseurs mondiaux de batteries pour véhicules électriques afin de diversifier la dépendance du pays à l’égard de la fabrication de véhicules traditionnels (essentiellement par des entreprises allemandes).

Deux des trois plus grands fabricants sud-coréens de véhicules électriques sont déjà présents dans le pays et étendent leur production pour répondre à l’explosion de la demande. La proximité de la Hongrie avec les marchés européens en fait une destination d’investissement attrayante.

La Hongrie possède la troisième plus grande capacité de production de batteries électriques au monde, après la Chine et les États-Unis. Les capacités devraient tripler, passant de 50 GWh par an à 150 GWh d’ici 2025, selon les estimations du gouvernement.

Parmi les investissements récents dans le domaine des batteries, citons l’entreprise chinoise NIO, spécialisée dans l’industrie automobile, qui prévoit de construire une usine de stations d’échange de batteries d’une valeur de 5,5 milliards de HUF (13,4 millions d’euros), et l’entreprise sud-coréenne W-Scope, qui va construire une usine de films séparateurs de batteries d’une valeur de 720 millions d’euros dans l’est de la Hongrie. 

Le meilleur commentaire est sans doute l’entretien que le Premier ministre hongrois, Viktor Orban fait sur les bouleversements du monde dans une interview  accordée au magazine allemand Tichys Einblick. Extraits: 

(IX) “Ce n’est pas notre guerre” (Viktor Orban)

” (…) Le siège du gouvernement hongrois sur la colline du château de Buda, autrefois siège des rois de Hongrie, a probablement la plus belle vue d’une centrale gouvernementale au monde. La machine à laver d’Olaf Scholz [comme on appelle le bâtiment de la Chancellerie] à Berlin est en train d’être transformée en l’une des plus grandes bureaucraties – mais la vue panoramique est misérable ; en revanche, l’extension prévue est à elle seule dix fois plus chère que le balcon restauré d’Orbán dans l’ancien monastère des Carmélites. (…)  Mais Viktor Orbán vient en chemise plutôt qu’en hermine, sans cravate et en jeans plutôt qu’en armure. Il joue avec le pouvoir et l’impuissance, le cynisme, les citations et l’humour. “En fait, je ne gouverne sans restriction que le balcon du monastère. L’essentiel est fait par l’appareil”. Mais depuis le balcon du monastère, il aime tenir des discours incendiaires, lancer des slogans qui frappent comme la foudre à Berlin ou à Bruxelles ou ailleurs. Orbán se réjouit, presque diaboliquement, quand tout le monde en bas s’énerve terriblement de ce qui tombe de là-haut. Il fait à nouveau les gros titres dans toute l’Europe. (…) 

“La Hongrie veut rester à l’écart de la guerre des peuples slaves, alors que les Polonais “sont là-dedans, c’est leur guerre, ils la contestent presque eux-mêmes”. Bien sûr, la Hongrie remplit toutes ses obligations, envoie des intercepteurs pour protéger les pays baltes, aide les réfugiés ukrainiens. “Mais ce n’est pas notre guerre”. Plus on s’implique, plus l’UE et l’OTAN prennent des risques énormes. Orbán met de l’eau dans le vin de la certitude de victoire occidentale dans la guerre en Ukraine : premièrement, l’Occident ne peut pas la gagner militairement, et deuxièmement, les sanctions n’ont en aucun cas déstabilisé la Russie. Troisièmement, les dommages seraient plutôt énormes pour l’Europe, et quatrièmement, le monde ne se serait pas rangé derrière les Etats-Unis et l’Ukraine : “Une grande partie du monde ne se range pas ostensiblement derrière eux. Les Chinois, les Indiens, les Brésiliens, l’Afrique du Sud, le monde arabe, l’Afrique”.

(…)  “Il est facilement possible que ce soit cette guerre qui mette fin de manière démonstrative à la suprématie occidentale”. Mais à qui profite la guerre ? “La réponse est que celui qui profite est celui qui dispose de ses propres sources d’énergie. Les Russes en profitent. Les importations de l’Union européenne en provenance de Russie ont diminué d’un quart, mais les revenus de Gazprom ont été multipliés par deux. Les Chinois en ont profité, eux qui étaient auparavant à la merci des Arabes. Et bien sûr, les grands groupes américains en profitent”. Il cite avec délectation le doublement des bénéfices d’Exxon, le quadruplement de ceux de Chevron et la multiplication par six des bénéfices comptables de ConocoPhillips. (…) 

Orbán est un analyste froid de la politique ; modestement, il est conscient de son pouvoir limité au-delà du balcon. Son objectif est d’obtenir pour la Hongrie une exception locale à la récession mondiale attendue. Mettre fin à la guerre ? La Hongrie n’y joue aucun rôle, pas plus que l’UE. Car l’Europe dépend à nouveau de la protection des Etats-Unis, comme à l’époque de la guerre froide. “L’Europe en est à nouveau au point qu’elle n’aura pas son mot à dire sur les questions de sécurité les plus importantes, et que seuls les Américains et les Russes décideront à nouveau”. Il n’y aura pas de négociations de paix entre l’Ukraine et la Russie, et pourtant “un seul coup de téléphone peut établir le cessez-le-feu et ensuite provoquer des négociations de paix”. “Les présidents faibles font la guerre. Les présidents forts font la paix”.

L’UE entre à son tour en crise avec la guerre en Ukraine : sans gaz russe en quantité suffisante et avec les conséquences des sanctions, l’Europe entre à son tour en crise, “les gouvernements tombent comme des dominos. Rien que depuis la guerre, ceux de Grande-Bretagne, d’Italie, de Bulgarie et d’Estonie sont tombés et l’automne froid est encore à venir”. Dans toute l’Europe, on assiste à une délégitimation des élites politiques et des gouvernements “parce que les citoyens constatent : Les gouvernements ne peuvent pas gérer la crise. Beaucoup se défendent en disant que ce n’est pas leur faute, que c’est la guerre ou Bruxelles. Mais ce ne sont que des excuses qui ne sont pas acceptées. Il est à nouveau temps d’avoir un leadership national fort – et seuls les chrétiens-démocrates ont la réponse”.

(…)  Orbán semble craindre une nouvelle guerre froide et une pensée en bloc. La Hongrie se retrouverait alors à nouveau “quelque part à la périphérie”, sans perspectives de croissance économique. Il n’y a finalement qu’une seule Europe – ou pas du tout”

(X) - La détention chinoise de dette américaine au plus bas

Selon le China Daily, des économistes chinoi ont déclaré mardi 16 août 2022 que “les avoirs des investisseurs chinois en bons du Trésor américain, qui ont atteint leur plus bas niveau en 12 ans, aideront la Chine à réduire les pertes de marché résultant du resserrement monétaire aux États-Unis et à optimiser l’allocation des actifs internationaux du pays.

La Chine, deuxième plus grand détenteur étranger de dette américaine, a réduit ses avoirs en bons du Trésor américain pendant sept mois consécutifs pour atteindre 967,8 milliards de dollars à la fin du mois de juin, contre 980,8 milliards de dollars un mois plus tôt, selon les données du département du Trésor américain.

Les avoirs de la Chine en dette américaine ont atteint leur plus bas niveau en 12 ans en juin, après être passés sous la barre des 1 000 milliards de dollars en mai.

Dans le même temps, le total des avoirs étrangers en bons du Trésor américain s’élevait à 7,43 billions de dollars à la fin du mois de juin, en hausse de 5,1 milliards de dollars par rapport au mois de mai, mais en baisse de 88,1 milliards de dollars en glissement annuel, selon le département du Trésor américain.

Le Japon, principal détenteur de la dette américaine, a réduit ses avoirs de 67,7 milliards de dollars depuis le début de l’année pour atteindre 1 236 milliards de dollars à la fin du mois de juin.

Les experts ont attribué la perte d’attrait des obligations du Trésor américain aux hausses de taux d’intérêt, à l’inflation élevée et à l’affaiblissement des perspectives économiques aux États-Unis, autant de facteurs qui se sont combinés pour réduire les perspectives de rendement de cette forme d’investissement.

“Les opinions à long terme des acteurs du marché sur les bons du Trésor américain sont devenues plus baissières, ce qui a entraîné une baisse de la demande de dette américaine dans un certain nombre de pays, dont la Chine”, a déclaré Ye Yindan, chercheur à l’Institut de recherche de la Banque de Chine.

Les hausses continues des taux d’intérêt de la Réserve fédérale américaine pourraient faire baisser la valeur de la dette américaine détenue par les investisseurs et accroître les pressions à la baisse sur l’économie américaine, a déclaré Ye, ajoutant que les risques auxquels sont confrontés les détenteurs de la dette américaine se sont intensifiés alors que la dette nationale américaine a atteint un niveau record.

La Fed ayant augmenté les taux d’intérêt de 225 points de base cette année afin de maîtriser l’inflation américaine, qui oscille autour de son plus haut niveau depuis 40 ans, le rendement des obligations du Trésor américain à 10 ans est passé à 2,79 % lundi, contre 1,52 % à la fin de l’année dernière, selon l’observateur du marché Wind Info.

Comme les prix des obligations évoluent dans le sens inverse des rendements, ce processus a fait baisser les prix des obligations, ce qui infligerait des pertes aux investisseurs qui vendent les obligations avant leur échéance, selon les experts.

En plus de la baisse des prix des obligations, l’inflation élevée aux États-Unis a compensé les rendements nominaux apparemment élevés des obligations du Trésor américain, a déclaré Yang Jinghao, économiste en chef chez Concat Data Technology (Hangzhou) Co Ltd.

Outre le fait que la Chine évite les pertes potentielles sur le marché, Ye, de l’Institut de recherche de la Banque de Chine, a déclaré que la réduction des avoirs en dette américaine du pays contribuera également à diversifier et à optimiser l’allocation des actifs à l’étranger.

Les hausses de taux de la Fed ont fait grimper l’indice du dollar à environ 106,8 mardi, soit une augmentation de plus de 11 % depuis le début de l’année, selon Wind Info.

Liu Chunsheng, professeur associé à l’Université centrale de finance et d’économie, a déclaré que les obligations du Trésor américain détenues par la Chine pourraient continuer à diminuer dans le cadre du cycle de resserrement de la Fed.

Mais cette baisse pourrait progressivement ralentir, étant donné le statut des bons du Trésor américain en tant qu’actif de réserve international essentiel. “À moins de circonstances très extrêmes, il n’est pas réaliste que la Chine réduise l’ensemble de ses avoirs en dette américaine.

Des circonstances très extrêmes? Comme une crise prolongée sur Taïwan? 

(XI) - Ces nouvelles routes d'Eurasie ouvertes par la crise géopolitique

Très intéressante synthèse de James Dorsey

En envahissant l’Ukraine, la Russie s’est retirée de la carte des corridors de transport eurasiatiques reliant la Chine et l’Europe. Dans le même temps, elle a donné un nouveau souffle à des routes moribondes qui permettraient aux marchandises de traverser la masse continentale eurasienne sans passer par la Russie. Il a également ouvert la porte à une plus grande connectivité de la Russie avec le Moyen-Orient et l’Asie du Sud et du Sud-Est.

Le sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), qui se tiendra le mois prochain à Samarkand, l’ancienne plaque tournante de la route de la soie en Ouzbékistan, pourrait être le point de départ de nouvelles routes.

L’OCS, qui regroupe la Chine, la Russie, l’Inde, le Pakistan, le Kirghizstan, l’Ouzbékistan, le Kazakhstan et le Tadjikistan, est certaine de planter le décor d’une expansion au Moyen-Orient et d’un accord sur la construction d’une voie ferrée cruciale en Asie centrale.

Le sommet devrait permettre de finaliser l’adhésion de l’Iran à l’OCS, à un moment où la République islamique devrait bénéficier de l’évolution de la géopolitique des transports eurasiatiques.

Le sommet accueillera en outre l’Arabie saoudite, le Qatar, l’Égypte, le Bahreïn et les Maldives en tant que partenaires de dialogue, ainsi que l’Azerbaïdjan et l’Arménie comme observateurs. Les Émirats arabes unis ont récemment exprimé leur intérêt pour une association avec le groupe.

Les responsables kirghizes pensent que les dirigeants de la nation d’Asie centrale et de la Chine ont accepté de signer, lors du sommet, un accord sur la construction d’une voie ferrée de 523 kilomètres entre la Chine, le Kirghizstan et l’Ouzbékistan, qui est à l’étude depuis 25 ans. Ce chemin de fer relierait les trois pays à la Turquie, à l’Iran et à l’Europe centrale et orientale.

Le manque de volonté politique couplé à des obstacles logistiques et techniques, notamment dans la région montagneuse du Kirghizistan, et le coût élevé ont provoqué des retards qui semblent aujourd’hui être perçus comme moins problématiques en raison des retombées de l’invasion russe en Ukraine.

Le président ouzbek Shavkat Mirziyoyev a prédit que le chemin de fer “ouvrirait de nouvelles opportunités pour les corridors de transport reliant notre région aux marchés de la zone de l’océan Pacifique. Cette initiative s’ajoutera à l’élargissement des voies ferrées existantes reliant l’Est à l’Ouest.”

L’Ouzbékistan a longtemps affirmé que la voie ferrée offrirait le chemin le plus court entre la Chine et les marchés du Moyen-Orient et de l’Europe, tandis que la Chine y voit un moyen d’échapper au risque de violation des sanctions américaines et européennes que pourrait entraîner la poursuite du transport via la Russie.

La nouvelle voie ferrée alimenterait la ligne ferroviaire reliant l’Ouzbékistan au port maritime international de Turkmenbashi, sur la mer Caspienne.

De là, elle pourrait alimenter le Caucase, la Turquie et la mer Noire via le port azerbaïdjanais de Bakou ou l’Iran, l’Inde, le Golfe et l’Afrique de l’Est via le corridor international de transport Nord-Sud (INSTC) qui utilise le port iranien d’Anzali et potentiellement Chabahar.

Le port de Bakou a accepté en juillet de laisser le groupe turc Albayrak, qui entretient des liens étroits avec le président Recep Tayyip Erdogan, gérer l’installation, accroître sa capacité de manutention des marchandises et construire un terminal pour les engrais.

L’INSTC, un patchwork de 7 200 kilomètres de voies ferrées, d’autoroutes et de routes maritimes exploitées de manière indépendante, constitue également un corridor vers le nord, vers le Kazakhstan et la Russie.

Ce patchwork pourrait s’avérer important pour le Kazakhstan, qui s’est opposé à l’invasion de l’Ukraine malgré sa dépendance à l’égard des importations russes de nourriture, d’engrais, de produits pétrochimiques et de fer.

Le président kazakh Kassym-Jomart Tokayev a envisagé de détourner les exportations de pétrole vers l’Europe de la Russie pour les faire transiter par l’Iran et la Turquie.

Pour ajouter de l’huile sur le feu, le Kazakhstan n’a pas hésité à chercher à tourner les sanctions contre la Russie à son avantage, notamment en offrant une alternative aux entreprises occidentales qui quittent la Russie.

Plus tôt cette année, l’Iran et le Qatar ont annoncé la mise en place de lignes maritimes régulières entre les deux pays dans le cadre de l’INSTC. De même, l’Organisation portuaire et maritime iranienne (PMO) a annoncé le lancement de lignes maritimes entre Chabahar et le port Jebel Ali de Dubaï.

Les analystes chinois espèrent que le chemin de fer, qui débuterait à Kashgar, contribuera à transformer l’économie du Xinjiang, la province chinoise du nord-ouest, en proie à des troubles, où vivent des musulmans turcs brutalement réprimés.

Les mesures visant à renforcer l’Asie centrale en tant que nœud critique des corridors de transport Est-Ouest et Nord-Sud interviennent dans un contexte de mécontentement croissant de la population dans la région et d’intensification des activités djihadistes.

En janvier, le Kazakhstan a invité l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) dirigée par la Russie à l’aider à rétablir l’ordre public lors de manifestations antigouvernementales massives. Six mois plus tard, les manifestations dans la région autonome du Karakalpakstan, en Ouzbékistan, ont tourné à la violence”.

Dans tous les cas, la géopolitique d’Eurasie commence à échapper largement au monde occidental. Surtout si aucun accord ne devait être trouvé sur le nucléaire civil iranien. 

+Une proposition de l’Union européenne visant à relancer l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien “peut être acceptable si elle fournit des garanties” sur les principales demandes de Téhéran, a déclaré vendredi l’agence de presse d’État IRNA, citant un haut diplomate iranien.

L’UE a déclaré lundi avoir présenté un texte “final” à l’issue de quatre jours de discussions indirectes entre des responsables américains et iraniens à Vienne. 

Cependant, on voit mal les Etats-Unis accepter que d’autres pays reprennent des relations avec les réseaux économiques de la Garde Révolutiuonnaire iranienne (proposition européenne)

(XII) - Lente émergence d'un ordre monétaire multipolaire

La Russie envisage d’acheter le yuan chinois, la roupie indienne et la lire turque pour son fonds de prospérité dans le cadre d’un mécanisme budgétaire qui utilise les revenus excédentaires des ventes d’énergie.

La banque centrale a révélé pour la première fois un mélange possible de monnaies dans un rapport sur les perspectives politiques pour les trois prochaines années, vendredi. Elle a indiqué que d’autres monnaies pouvaient également être incluses, sans donner plus de précisions.

“Un montant considérable d’investissements” du Fonds de prospérité sera également consacré à des projets nationaux à partir de 2022-2025, car ils sont nécessaires pour aider l’économie à s’adapter aux nouvelles circonstances résultant des sanctions, selon le rapport.

Les achats d’euros et de dollars étant bloqués par les sanctions internationales liées à la guerre menée par la Russie en Ukraine, le ministre des finances Anton Siluanov a précédemment indiqué que la Russie pourrait se tourner vers d’autres devises pour alimenter le Fonds de prospérité et éventuellement investir dans le yuan dans le cadre du développement de ses échanges avec l’Asie.

La gouverneure de la Banque de Russie, Elvira Nabiullina, a mis en garde contre l’utilisation de devises volatiles, tout en soutenant un retour à l’épargne des revenus exceptionnels provenant des ventes de pétrole et de gaz. La banque centrale avait auparavant exhorté le gouvernement à ordonner aux entreprises publiques de convertir leurs avoirs en devises dans les monnaies des pays qui ne se sont pas associés aux sanctions contre la Russie. (…) 

Le fonds de richesse a connu sa plus forte croissance depuis juillet 2019 en mai, grâce à la flambée des prix de l’énergie, mais il est tombé à un peu moins de 200 milliards de dollars le mois dernier. Les échanges de yuan-ruble ont atteint un record à la Bourse de Moscou le mois dernier“.

(XIII) Le Japon ne quittera pas le projet Sakhaline 2

Les sociétés japonaises qui achètent des ressources énergétiques dans le cadre du projet pétrolier et gazier Sakhaline 2 pourront conserver les termes de leurs contrats et les volumes d’approvisionnement, a rapporté mercredi l’agence de presse Kyodo, reprise par TASS, en citant des sources du secteur.

“Selon ces sources, le nouvel exploitant de Sakhaline 2 a proposé aux entreprises énergétiques japonaises de conclure des contrats aux mêmes conditions, notamment en ce qui concerne les prix et les volumes d’achat.

Plusieurs sociétés japonaises, dont Kyushu Electric Power et Saibu Gas, ont déjà reçu un avis de transfert du projet au nouvel opérateur, a rapporté précédemment le journal Nikkei.

Les autorités japonaises sont déterminées à maintenir leur participation au projet Sakhaline-2. Elles se sont adressées aux sociétés Mitsubishi et Mitsui, qui détiennent des parts dans le projet, pour leur demander de le faire.

Le 2 août, le Premier ministre russe, Mikhail Mishustin, a signé le décret sur la création de Sakhalin Energy LLC, le nouvel opérateur de Sakhalin 2.

Conformément au décret du Président russe signé le 30 juin, les actionnaires de Sakhalin Energy [ancien opérateur – TASS] doivent accepter de prendre des participations dans la société créée, proportionnellement aux participations dans l’ancien opérateur, dans un délai d’un mois. Le Cabinet décidera de transférer ou de refuser de transférer la participation ; en cas de refus, il pourra vendre la participation à une entité juridique russe dans un délai de quatre mois et créditer les fonds de la vente sur un compte spécial. Mitsui et Mitsubishi détiennent respectivement 12,5 % et 10 % du projet. La Russie représente 8,8 % de toutes les importations japonaises de gaz naturel liquéfié, la quasi-totalité du gaz provenant de Sakhaline-2.”

(XIV) Les mutations géopolitiques expliquées par M.K.Bhadrakumar

  1. La mort d’Al-Zawahiri implicitement mise en doute par Moscou

 

Onze jours après l’annonce spectaculaire faite le 1er août par le président américain Joe Biden concernant l’assassinat de l’émir d’Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, Moscou a rompu son silence. Il y a dix jours, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, avait répondu à une question que Moscou devait encore “obtenir les détails” de ce qui s’était passé le 31 juillet.

Revenant sur le sujet lors du point de presse du MAE hier, en réponse à une question complémentaire, le porte-parole adjoint Ivan Nechayev a déclaré : “Nous ne nous engageons pas à confirmer l’authenticité (‘dostovernost’ – достоверность) au sujet de la destruction à Kaboul le 31 juillet de cette année, suite à une frappe de drone, du chef d’Al-Qaeda, A. Zawahiri.”

Il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’une déclaration russe très soigneusement formulée qui met l’accent sur la fiabilité de la version de Biden. En effet, ce dernier s’en est tiré à bon compte puisqu’il a fait cette annonce depuis la Maison Blanche sans répondre aux questions des médias.

Nechayev a souligné que “Washington n’a fourni au public aucune preuve de l’élimination de ce terroriste.” (…)  

La Russie a traditionnellement maintenu un système de renseignement robuste sur l’Afghanistan, fournissant des informations en temps réel à Moscou, y compris pendant le règne des talibans de 1996 à 2001, lorsque l’ambassade et les consulats russes sont restés fermés. (…) 

On peut donc raisonnablement supposer que M. Nechayev a probablement parlé sur la base de ce que les experts en sécurité appelleraient un “besoin de savoir”. Cela rend ses propos mettant en doute l’authenticité des remarques de Biden vraiment stupéfiants. Cela revient à dire que Moscou a reçu des rapports contradictoires ! (…)

Cependant, Nechayev a plongé le couteau dans la plaie et a soulevé des questions très pertinentes dans cette étrange affaire de meurtre sans preuve. Il a commenté que “de telles actions agressives de l’armée de l’air américaine, qui a envahi le territoire souverain de l’Afghanistan, soulèvent un certain nombre de questions sérieuses.” M. Nechayev a posé deux questions : “Par exemple, qui a fourni l’espace aérien pour la frappe aérienne sur Kaboul ? Qui sera responsable en cas de victimes civiles collatérales lors de ces actions ?”

Il s’agit en effet de grandes questions. L’Afghanistan ne partage ses frontières qu’avec six pays : l’Iran, le Turkménistan, l’Ouzbékistan, le Tadjikistan, la Chine et le Pakistan. Il y a fort à parier que l’Iran, le Turkménistan, l’Ouzbékistan et la Chine ne se seraient pas impliqués dans un tel acte meurtrier commis par les Américains en violation du droit international et de la Charte des Nations unies. Quant au Tadjikistan, son espace aérien est sous contrôle russe. Le Pakistan est donc le seul coupable plausible.

Peut-être l’administration Biden refuse-t-elle de fournir des “preuves” de peur de mettre Rawalpindi dans une situation délicate à un moment où le chef des armées en exercice est un atout stratégique pour Washington ? (…)

Le plus intéressant, c’est que, parallèlement aux remarques de M. Nechayev à Moscou, l’ambassade de Russie à Washington a depuis exprimé son soutien à un groupe de plus de 70 économistes des États-Unis et d’autres pays qui appellent à débloquer toutes les réserves internationales de la Banque centrale d’Afghanistan, dans un appel publié le 10 août par le Center for Economic and Policy Research, le principal réseau européen de chercheurs en politique économique.

L’ambassade de Russie déclare : “Nous soutenons pleinement cet appel. Nous considérons comme inacceptable la situation dans laquelle les autorités américaines retiennent illégalement des ressources financières appartenant au peuple afghan. Dans le même temps, nous estimons que leur marchandage avec Kaboul concernant les conditions d’attribution de la moitié de ce montant est cynique… Les actions de Washington exacerbent la souffrance d’Afghans innocents…”

Moscou laisse entendre que l’alibi d’un prétendu lien entre les talibans et Al-Qaïda pour bloquer l’engagement des États régionaux avec les talibans est inacceptable. En résumé, la Russie rejette la version américaine de l’assassinat de Kaboul comme justifiant quoi que ce soit…

 

2. La crise de Taïwan se déploie lentement

Dans une rafale de déclarations vendredi, sur fond d’escalade des tensions entre les États-Unis et la Chine, cinq des plus grandes entreprises publiques chinoises ont annoncé leur intention de se retirer de la Bourse de New York – PetroChina Co Ltd, China Life Insurance Co, China Petroleum & Chemical Corp, Aluminium Corp of China et Sinopec Shanghai Petrochemical Co. qui représentent plus de 300 milliards de dollars de capitalisation boursière.

En août 2022, la capitalisation boursière de ces géants chinois était la suivante : PetroChina (132,11 milliards de dollars) ; China Life Insurance (94,88 milliards de dollars) ; China Petroleum & Chemical Corp (70,23 milliards de dollars). Aluminium Corp of China (10,29 milliards de dollars) est également le deuxième producteur mondial d’alumine et le troisième producteur mondial d’aluminium primaire ; et Sinopec Shanghai Petrochemical Co. (3,77 milliards de dollars) est une filiale de Sinopec (capitalisation boursière : 68,45 milliards de dollars), et est l’une des plus grandes entreprises pétrochimiques en Chine…

Ce qui est en jeu ici, c’est avant tout une surveillance accrue des entreprises chinoises cotées aux États-Unis sur laquelle les régulateurs américains insistent depuis la législation du Congrès adoptée en 2020 sous l’administration Trump dans ce sens. Cette législation fait suite à l’échec de longues négociations pour que les régulateurs américains obtiennent un accès complet pour inspecter les documents d’audit des entreprises chinoises cotées aux États-Unis, ce que Pékin considère comme des “mesures de répression” à l’encontre des entreprises chinoises et comme un “découplage financier.”

Tant en termes de capitalisation boursière de la Bourse de New York dans son ensemble (qui s’élève actuellement à 26 200 milliards de dollars) qu’en termes d’actions de dépôt américaines dans les cinq entreprises chinoises, cette évolution n’est pas en soi un tremblement de terre, mais elle a des implications.

Va-t-elle donner une mauvaise réputation à la Bourse de New York ? Peut-être, éventuellement. Aura-t-il un impact sérieux sur les opérations des sociétés chinoises ? Peu probable. (Par exemple, les actions de dépôt américaines de PetroChina représentaient environ 0,45 % du capital social total de la société).

Néanmoins, c’est un signal qui sera noté sur les marchés financiers, alors même qu’un nombre croissant d’entreprises chinoises se positionnent également pour se retirer des marchés américains. Il est intéressant de noter que la législation américaine de 2020 prévoit également de retirer les sociétés cotées aux États-Unis en modifiant les règles d’audit. La Commission américaine des valeurs mobilières et des changes a placé 159 sociétés par actions chinoises (sociétés qui opèrent en Chine) sur sa liste de surveillance des radiations à la fin du mois de juillet.

Étant donné que la course au maintien de la première place sur les marchés financiers mondiaux est féroce, les perceptions des investisseurs mondiaux sont importantes et l’exode des entreprises chinoises à fort potentiel ne peut que donner une mauvaise image de la Bourse de New York. Wall Street est également un puissant lobbyiste. Par conséquent, le plan de match chinois consisterait à modérer la réglementation américaine stricte, qui serre actuellement la vis aux entreprises chinoises qui lèvent des fonds aux États-Unis, à moins qu’elles n’expliquent pleinement leurs structures juridiques et ne divulguent le risque d’ingérence du gouvernement chinois dans leurs affaires.

De toute évidence, l’intérêt de la Chine est de parvenir à un consensus. À l’avenir, l’ultime test décisif sera de savoir si d’autres grandes entreprises d’État chinoises se retireront ou non des marchés américains. Environ 250 entreprises chinoises sont cotées aux États-Unis. C’est là que les incertitudes des relations entre les États-Unis et la Chine entreront en jeu.

Il est tout à fait naturel que les entreprises chinoises réorganisent leurs méthodes de financement – par exemple, en s’introduisant à la bourse de Hong Kong – plutôt que de s’exposer aux risques politiques croissants aux États-Unis. Et les risques politiques peuvent provenir de diverses sources.

Traditionnellement, les risques politiques ont pu être évalués en termes de décisions et de changements politiques affectant les droits de douane, les taxes, les conditions de travail, la privatisation et la réglementation, les changements de dirigeants politiques, la volatilité politique ou l’incertitude découlant du terrorisme, des émeutes, des coups d’État ou de la guerre, etc.

Mais les risques géopolitiques tels que l’intervention russe en Ukraine ont introduit un tout nouveau modèle – les “sanctions de l’enfer” ont gelé la monnaie et les réserves d’or russes, confisqué les actifs privés russes et évincé les banques russes du système bancaire occidental. Des politiciens occidentaux de premier plan ont laissé entendre que des mesures horribles similaires pourraient être prises à l’encontre de la Chine si elle apportait son aide à la Russie – bien que cela soit plus facile à dire qu’à faire, étant donné la taille de l’économie chinoise comparée à celle de la Russie et le degré élevé d’interdépendance dans les relations commerciales entre l’UE et la Chine et entre les États-Unis et la Chine.

Dans le même temps, la situation à Taïwan reste préoccupante. Dans le sillage de la visite de Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants, à Taipei les 2 et 3 août, des commentaires chinois ont brandi la menace de “conséquences graves et étendues pour les relations bilatérales, y compris dans les domaines économiques”, citant en exemple la décision du principal fabricant chinois de batteries pour véhicules électriques, Contemporary Amperex Technology Co, de suspendre son projet d’annonce d’une usine de plusieurs milliards de dollars en Amérique du Nord.

Un commentaire non attribué paru dans le Global Times a menacé le 4 août que “avec le début des exercices militaires majeurs autour de l’île de Taïwan, le continent a en fait commencé ou accéléré le processus de réunification, que les États-Unis ne peuvent pas arrêter. Cela signifie que la Chine est, en fait, prête à une intervention américaine. On ne peut qu’imaginer ce que la Chine fera pour éliminer les risques potentiels, y compris ses avoirs massifs en bons du Trésor américain.

“La Chine est le deuxième plus grand détenteur étranger de bons du Trésor américain, juste après le Japon. Les avoirs de la Chine en titres du Trésor américain ont chuté à 980,8 milliards de dollars en mai, passant sous la barre des 1 000 milliards de dollars pour la première fois en 12 ans… Une nouvelle détérioration des relations sino-américaines aura probablement un impact direct sur l’appétit de la Chine pour le risque en matière de détention de titres du Trésor américain, et la réduction des avoirs en titres du Trésor américain pourrait devenir une option de précaution. Cela pourrait porter un nouveau coup à la réputation mondiale du dollar américain, véritable épine dorsale de l’économie américaine.

“Le conflit Russie-Ukraine a déjà porté un coup sévère à la crédibilité du dollar. Aujourd’hui, l’escalade des tensions entre la Chine et les États-Unis pourrait affaiblir davantage le statut du dollar si la Chine réduit sa détention de bons du Trésor américain. En ce sens, à long terme, le voyage de fin d’études de Pelosi finira par se retourner contre l’économie américaine d’une manière qui épuisera la crédibilité du dollar.”

Cela semble un peu exagéré, mais de telles pensées blasphématoires sont tout de même diffusées ! Ce qui est positif dans tout cela, c’est” que Washington et Pékin semblent s’accorder sur le fait qu’une discussion est préférable à une guerre.

 

3. Les Etats-Unis feront-ils échouer un accord sur le nucléaire civil iranien pour empêcher Téhéran de se rapprocher de Moscou? 

+”À première vue, le rapprochement entre les États-Unis et l’Iran connaît un départ cahoteux. L’utilisation du terme “rapprochement” est délibérée – et sera contestée – car, à court terme du moins, ce que l’on peut attendre si un accord est effectivement conclu à Vienne, ce qui reste une question ouverte, ne peut être qu’un état de relations cordiales entre les deux pays, qui ne sont plus hostiles mais pas encore amicales non plus.

Dans une interview perspicace accordée à la chaîne PBS il y a deux jours, le représentant spécial des États-Unis pour l’Iran, Robert Malley, le négociateur en chef des pourparlers de Vienne, a évité toute forme de menace à l’encontre de l’Iran, tout en affirmant que l’administration Biden a mené une négociation serrée à Vienne.

Le fait que Malley se soit montré optimiste avant même qu’un accord ait été conclu est surprenant. Peut-être Malley avait-il besoin de tenir bon, car l’image a une incidence sur l’humeur nationale aux États-Unis et en Israël. (…) 

[O]n a demandé directement à Malley si les États-Unis allaient “permettre à des non-Américains (lire Européens) de faire des affaires avec le Corps des gardiens de la révolution islamique et de contourner les sanctions essentiellement américaines”. La réponse de Malley a été un coup de maître dans l’esquive. Il a dit:”Nous ne négocierions pas, n’avons pas négocié et ne négocierons pas un abaissement de nos normes sur ce que les entreprises européennes ou autres doivent faire si elles veulent faire des affaires avec l’Iran. Elles doivent respecter nos sanctions.

“Les sanctions sont très bien définies. Le département du Trésor publie des normes très claires sur ce que les entreprises doivent faire, sur le type de diligence raisonnable qu’elles doivent exercer. Et tout rapport affirmant le contraire et prétendant que nous allons abaisser ces normes, que nous allons les négocier, est tout simplement faux.”

À première vue, cela signifie que l’Iran peut s’attendre à un “allègement des sanctions” en termes d’accès à ses fonds bloqués dans des pays étrangers et, surtout, “qu’il serait en mesure de vendre du pétrole, ce qu’il ne peut pas faire actuellement, et d’obtenir le produit de la vente de pétrole.” Mais les sanctions contre l’IRGC peuvent être maintenues.

En clair, l’Union européenne peut désormais acheter le pétrole iranien pour remplacer le pétrole russe. En effet, le pétrole supplémentaire qui entre sur le marché fera également baisser les prix (et réduira les revenus de la Russie.) Ces deux éléments servent les intérêts des États-Unis.

Les États-Unis s’attendent à ce que les intérêts de l’Iran et de la Russie, en tant que pays exportateurs de pétrole, se heurtent inévitablement lorsqu’ils se disputeront les marchés. La Russie a déjà remplacé le pétrole de l’Iran sur le marché asiatique par des ventes à prix réduit. Les États-Unis espèrent que l’Iran leur rendra la pareille sur le principal marché de la Russie, à savoir l’Europe. Cela n’a rien à voir avec l’Iran. C’est la Russie, idiot !

Et, bien sûr, les États-Unis estiment que le besoin désespéré d’argent de l’Iran finira par modérer son comportement global en tant que pays hors norme. En prévision d’un comportement approprié du régime de Téhéran, le département d’État américain a menacé la semaine dernière que si l’Iran vendait des drones à la Russie, il s’exposerait à des sanctions sévères ! (…) 

La grande question qui se pose est celle de la trajectoire future des relations Iran-Russie. Plus précisément, les liens avec l’Iran aideront-ils la Russie dans la sphère économique dans les conditions géopolitiques actuelles ? Il n’y a pas de réponse facile. Ne vous y trompez pas, les partenaires occidentaux vont travailler dur sur la classe moyenne iranienne.

Une telle tactique a réussi dans le cas de l’Inde, comme en témoigne l’atrophie de ses relations avec la Russie au cours des trois dernières décennies. Curieusement, l’Iran et l’Inde présentent de fortes similitudes. Dans la sphère économique, en Inde comme en Iran, l’instinct bazari prévaut et le capitalisme de connivence est endémique. Au fil du temps, la trajectoire de l’Iran pourrait donc suivre celle de l’Inde.

En dernière analyse, Téhéran doit donc accepter le “texte final” proposé par l’UE au nom des États-Unis. Le fait est que les remarques de Malley suggèrent que Téhéran n’a pas reçu ce qu’il avait demandé en termes de retrait de l’IRGC de la liste des organisations terroristes américaines et que le dossier de l’AIEA reste ouvert. C’est une pilule amère à avaler pour Téhéran.

L’influent Nour News a noté que “le processus d’expertise est toujours en cours et aucune décision négative ou positive n’a été prise.” En effet, le Guide suprême iranien Ali Khamenei devra donner l’approbation finale.

 

4. Confirmation: la Chine participera aux manoeuvres militaires Vostok 2022 – mais en formation plus réduite qu’en 2018

“Le ministère chinois de la défense a annoncé sa participation à l’exercice de commandement et d’état-major stratégique Vostok 2022, qui se déroulera en Russie du 30 août au 5 septembre. La déclaration discrète de Pékin indique que la Chine enverra quelques troupes et que cette participation s’inscrit dans le cadre du plan de coopération annuel des deux pays.

Le communiqué mentionne que “l’Inde, le Belarus, le Tadjikistan, la Mongolie et d’autres pays participeront également”. Il précise que la participation chinoise “vise à approfondir la coopération pragmatique et amicale avec les armées des pays participants, à améliorer le niveau de coordination stratégique entre toutes les parties participantes et à renforcer la capacité à faire face à diverses menaces pour la sécurité.”

Dans ce qui peut être interprété comme une référence oblique au conflit en Ukraine et aux tensions entre grandes puissances en général, Pékin a déclaré que l’exercice était “sans rapport avec la situation internationale et régionale actuelle.”

Vostok est l’un des événements phares du cycle d’entraînement annuel des forces armées russes visant à tester la préparation nationale à une guerre de grande envergure et de haute intensité contre un adversaire  technologiquement avancé dans un conflit multidirectionnel au niveau du théâtre.

Vostok 2018 a impliqué environ 300 000 soldats – ainsi que 1 000 avions et hélicoptères, 80 navires et 36 000 chars, véhicules blindés et autres – et a été d’une ampleur sans précédent. Les forces russes, chinoises et mongoles étaient les seuls participants et l’événement a été présenté comme une démonstration militaire russo-chinoise soigneusement orchestrée.

Il semble que la participation chinoise sera réduite, malgré les tempêtes qui se profilent à l’horizon pour la Russie et la Chine. L’annonce de la Chine intervient un jour après que le président russe Vladimir Poutine a utilisé un langage exceptionnellement dur pour condamner les “élites mondialistes occidentales”, les accusant de provoquer le chaos, “d’attiser des conflits anciens et nouveaux et de poursuivre la politique dite d’endiguement” dans le but de “conserver l’hégémonie et le pouvoir qui leur échappent”. Poutine a allégué : “Ils ont besoin de conflits pour conserver leur hégémonie.”

Le discours prononcé lors de la 10e conférence de Moscou sur la sécurité internationale, mardi à Moscou, contenait également des références précises à la région Asie-Pacifique. Poutine a déclaré :

“L’OTAN rampe vers l’est et renforce son infrastructure militaire… Les États-Unis ont récemment fait une nouvelle tentative délibérée pour attiser les flammes et semer le trouble dans la région Asie-Pacifique. L’escapade américaine vers Taïwan n’est pas seulement le fait d’un politicien irresponsable, mais fait partie d’une stratégie américaine délibérée et ciblée visant à déstabiliser la situation et à semer le chaos dans la région et dans le monde. Il s’agit d’une démonstration effrontée de manque de respect pour les autres pays et leurs propres engagements internationaux. Nous considérons qu’il s’agit d’une provocation minutieusement planifiée”. (…) 

Il convient toutefois de noter que les commentaires chinois évitent généralement de considérer la question de Taïwan et le conflit en Ukraine comme analogues et symptomatiques de la naissance d’un monde multipolaire. Dans un commentaire publié aujourd’hui, le rédacteur en chef du Quotidien du Peuple, Ding Yang, a une fois de plus souligné que le véritable danger est que les États-Unis et la Chine puissent “somnoler dans le conflit”.

Il a écrit que les États-Unis sont “comme un cheval emballé qui court sauvagement vers le précipice de la guerre”, mais l’objectif est de savoir comment profiter d’une guerre, ou plutôt “comment profiter de la guerre de quelqu’un d’autre”. Ding a adopté une perspective marxienne selon laquelle la politique américaine est dictée par les intérêts du capital américain et “Washington considère la Chine comme un ennemi parce qu’elle a déplacé le fromage américain.”

 

5. Fin de partie pour Zelenski? 

+ “Mardi, un haut fonctionnaire du service de renseignement extérieur russe SVR, Vladimir Matveyev, qui a le grade de général, a fait une révélation sensationnelle lors de la Conférence de Moscou sur la sécurité internationale, selon laquelle la Russie dispose d’informations indiquant que les parrains occidentaux du président ukrainien Zelensky ont presque fait une croix sur lui et préparent le démembrement et l’occupation d’une partie des terres ukrainiennes.

Pour citer Matveyev, “Comme on peut le voir d’après les informations qui parviennent au SVR, les parrains occidentaux ont presque fait une croix sur lui (le régime de Kiev) et travaillent dur sur des plans de démembrement et d’occupation d’au moins une partie des terres ukrainiennes. En réalité, il y a bien plus que l’Ukraine en jeu pour Washington et ses alliés. Il s’agit du destin du système colonial de domination mondiale”.

Le général n’aurait pas pu déclassifier des informations aussi sensibles devant une élite internationale dans un accès de “guerre psychologique”. N’y aurait-il pas un vague indice quelque part que la fin de la partie n’est pas loin ?

En effet, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, rencontre aujourd’hui le président Volodymyr Zelensky en Ukraine pour discuter d’une solution politique au conflit. Lundi, M. Guterres a eu un appel avec le ministre russe de la défense, Sergey Shoigu, “pour discuter des conditions de sécurité des opérations de la centrale nucléaire de Zaporizhia”, au cours duquel ils ont “également échangé leurs points de vue sur la mission d’enquête relative à l’incident de la prison d’Olenivka.”

La sécurité de la centrale nucléaire de Zaporizhia est devenue une question internationale majeure alors que les bombardements ukrainiens se poursuivent. Le sujet a été abordé lors d’une conversation téléphonique entre le secrétaire d’État américain Antony Blinken et son homologue ukrainien Dmytro Kuleba mercredi. Les États-Unis chercheraient à obtenir une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies sur la situation en Ukraine mercredi prochain (24 août).

Encore une fois, une mission d’enquête impartiale sur l’incident de la prison d’Olenivka peut causer de sérieux dommages à la réputation de Zelensky, étant donné qu’il s’agit d’un horrible crime de guerre où des dizaines de prisonniers de guerre ukrainiens (d’Azovstal à Mariupol, qui étaient interrogés par les Russes) ont été réduits au silence par un tir de missile HIMARS.

Sommes-nous en train de voir les premiers signes de la mise au collet de Zelensky ? Dans un article récent du New York Times, le célèbre chroniqueur Thomas Friedman a laissé entendre que “en privé, les responsables américains sont beaucoup plus préoccupés par le leadership de l’Ukraine qu’ils ne le laissent paraître. Il existe une profonde méfiance entre la Maison Blanche et le président ukrainien Volodymyr Zelensky – beaucoup plus que ce qui a été rapporté.”

En fin de compte, il pourrait y avoir plus de choses qu’il n’y paraît dans les propos tenus hier soir sur la chaîne de télévision Rossiya-24 par l’ambassadeur russe aux États-Unis, Anatoly Antonov, qui a déclaré s’attendre à rencontrer des responsables du Pentagone et du département d’État “dans un avenir proche, où il serait possible de mettre les points sur les i et de déterminer si les Américains sont vraiment prêts à une interaction égale et mutuellement bénéfique”.

Antonov a déploré l’état des relations entre la Russie et les États-Unis : “La situation est déplorable. J’aimerais dire le contraire, mais je ne peux pas. Tout ce qui a été créé ces dernières années s’est effondré. Il semblait qu’il y a deux ans, les relations étaient compliquées lorsque nous avions l’administration Trump qui expulsait des diplomates russes, des querelles de propriété. Mais aujourd’hui, elles sont tout simplement sans précédent.”

Il a ajouté que les Russes voyageant hors de leur pays ou résidant aux États-Unis, “sont discriminés parce qu’ils sont russes, intimidés, persécutés, menacés. Malheureusement, les liens culturels, scientifiques et éducatifs ont été rompus. Les mentions du rôle de notre pays dans la Seconde Guerre mondiale sont effacées.”

Prenant acte du fait que les ministres des Affaires étrangères russes, M. Lavrov et M. Blinken, se sont entretenus par téléphone fin juillet pour la première fois depuis plus de six mois, M. Antonov a déclaré : “Je dois admettre que le dialogue politique russo-américain est aujourd’hui paralysé. En conséquence, même les domaines qui présentent un intérêt mutuel pour les deux pays en pâtissent. Les contacts sont occasionnels… Nous sommes fermement convaincus que sans interaction directe de nos (deux) puissances, il est impossible de résoudre non seulement les problèmes des relations bilatérales, mais aussi les questions concernant le monde entier.”

(…)Pendant ce temps, les agences de renseignement de Russie et de Washington élaborent tranquillement un échange de prisonniers souhaité par le président Biden. Dans les chroniques de la guerre froide, de tels échanges annonçaient généralement une détente“.

(XV) A 99 ans, Henry Kissinger est l'un des rares membres de l'establishment occidental qui comprenne le basculement du monde

À 99 ans, Henry Kissinger vient de publier son 19e livre, “Leadership : Six Studies in World Strategy” et le Wall Street Journal l’interviewe à cette occasion:

Il s’agit d’une analyse de la vision et des réalisations historiques d’un panthéon idiosyncratique de dirigeants de l’après-Seconde Guerre mondiale : Konrad Adenauer, Charles de Gaulle, Richard Nixon, Anwar el-Sadat, Lee Kuan-Yew et Margaret Thatcher.

Dans les années 1950, “avant que je ne m’engage dans la politique”, me dit M. Kissinger dans son bureau de Midtown Manhattan par une chaude journée de juillet, “mon projet était d’écrire un livre sur l’établissement et la fin de la paix au XIXe siècle, en commençant par le Congrès de Vienne, et cela s’est transformé en un livre, puis j’avais écrit environ un tiers d’un livre sur Bismarck, et cela devait se terminer avec le déclenchement de la Première Guerre mondiale”. Le nouveau livre, dit-il, “est une sorte de continuation. Ce n’est pas seulement une réflexion contemporaine”.

Les six personnalités dont le profil est dressé dans “Leadership”, dit l’ancien secrétaire d’État et conseiller à la sécurité nationale, ont toutes été façonnées par ce qu’il appelle la “deuxième guerre de Trente Ans”, la période allant de 1914 à 1945, et ont contribué à modeler le monde qui l’a suivie. Et tous ont combiné, selon M. Kissinger, deux archétypes de leadership : le pragmatisme clairvoyant de l’homme d’État et l’audace visionnaire du prophète.

Lorsqu’on lui demande s’il connaît un dirigeant contemporain qui partage cette combinaison de qualités, il répond : “Non. Je dirais que, si De Gaulle avait cela en lui, cette vision de lui-même, dans le cas de Nixon et probablement de Sadate, ou même d’Adenauer, vous ne l’auriez pas su plus tôt. D’autre part, aucune de ces personnes n’était essentiellement tactique. Ils maîtrisaient l’art de la tactique, mais ils avaient la perception d’un objectif lorsqu’ils entraient en fonction.”

‘Je pense que la période actuelle a beaucoup de mal à définir une direction. Elle est très réactive à l’émotion du moment.

On ne s’attarde jamais longtemps dans une conversation avec M. Kissinger sans entendre ce mot – but – la qualité déterminante du prophète, ainsi qu’un autre, équilibre, la préoccupation directrice de l’homme d’État. Depuis les années 1950, alors qu’il était un universitaire de Harvard écrivant sur la stratégie nucléaire, M. Kissinger a compris que la diplomatie était un acte d’équilibre entre les grandes puissances, assombri par le potentiel de catastrophe nucléaire. Le potentiel apocalyptique de la technologie des armes modernes, selon lui, fait du maintien d’un équilibre entre des puissances hostiles, aussi précaire soit-il, un impératif primordial des relations internationales.

“Dans ma pensée, l’équilibre a deux composantes”, me dit-il. “Une sorte d’équilibre des forces, avec une acceptation de la légitimité de valeurs parfois opposées. Parce que si vous croyez que le résultat final de votre effort doit être l’imposition de vos valeurs, alors je pense que l’équilibre n’est pas possible. Le premier niveau est donc une sorte d’équilibre absolu”. L’autre niveau, dit-il, est “l’équilibre de la conduite, ce qui signifie qu’il y a des limites à l’exercice de vos propres capacités et pouvoirs par rapport à ce qui est nécessaire pour l’équilibre global”. Réaliser cette combinaison requiert “une compétence presque artistique”, dit-il. “Il n’est pas très fréquent que les hommes d’État l’aient visé délibérément, car le pouvoir avait tellement de possibilités d’être étendu sans être désastreux que les pays n’ont jamais ressenti cette pleine obligation.”

M. Kissinger concède que l’équilibre, bien qu’essentiel, ne peut être une valeur en soi. “Il peut y avoir des situations où la coexistence est moralement impossible”, note-t-il. “Par exemple, avec Hitler. Avec Hitler, il était inutile de discuter de l’équilibre – même si j’ai une certaine sympathie pour Chamberlain s’il pensait qu’il devait gagner du temps pour une épreuve de force qui, selon lui, serait de toute façon inévitable.”

Il y a un soupçon, dans “Leadership”, de l’espoir de M. Kissinger que les hommes d’État américains contemporains puissent absorber les leçons de leurs prédécesseurs. “Je pense que la période actuelle a beaucoup de mal à définir une direction”, dit M. Kissinger. “Elle est très réactive à l’émotion du moment”. Les Américains résistent à séparer l’idée de diplomatie de celle de “relations personnelles avec l’adversaire.” Ils ont tendance à considérer les négociations, me dit-il, en termes missionnaires plutôt que psychologiques, cherchant à convertir ou à condamner leurs interlocuteurs plutôt qu’à pénétrer leur pensée.

M. Kissinger considère que le monde d’aujourd’hui est au bord d’un dangereux déséquilibre. “Nous sommes au bord de la guerre avec la Russie et la Chine sur des questions que nous avons en partie créées, sans aucune idée de la façon dont cela va se terminer ou de ce à quoi cela est censé mener”, dit-il. Les États-Unis pourraient-ils gérer les deux adversaires en les triangulant, comme pendant les années Nixon ? Il n’offre aucune prescription simple. “Vous ne pouvez pas dire maintenant que nous allons les séparer et les monter l’un contre l’autre. Tout ce que vous pouvez faire, c’est de ne pas accélérer les tensions et de créer des options, et pour cela, vous devez avoir un objectif.”

Sur la question de Taïwan, M. Kissinger craint que les États-Unis et la Chine ne se dirigent vers une crise, et il conseille à Washington de faire preuve de fermeté. “La politique qui a été menée par les deux parties a produit et permis la progression de Taïwan vers une entité démocratique autonome et a préservé la paix entre la Chine et les États-Unis pendant 50 ans”, dit-il. “Il faut donc être très prudent dans les mesures qui semblent changer la structure de base”.

M. Kissinger a suscité la controverse plus tôt cette année en suggérant que des politiques imprudentes de la part des États-Unis et de l’OTAN pourraient avoir déclenché la crise en Ukraine. Il ne voit pas d’autre choix que de prendre au sérieux les préoccupations sécuritaires déclarées par Vladimir Poutine et pense que l’OTAN a eu tort de signaler à l’Ukraine qu’elle pourrait éventuellement rejoindre l’alliance : “Je pensais que la Pologne – tous les pays occidentaux traditionnels qui ont fait partie de l’histoire de l’Occident – étaient des membres logiques de l’OTAN”, dit-il. Mais l’Ukraine, selon lui, est un ensemble de territoires autrefois annexés à la Russie, que les Russes considèrent comme les leurs, même si “certains Ukrainiens” ne le pensent pas. La stabilité serait mieux servie si l’Ukraine faisait office de tampon entre la Russie et l’Occident : “J’étais en faveur de la pleine indépendance de l’Ukraine, mais je pensais que son meilleur rôle était quelque chose comme la Finlande.”

Le duc de Richelieu (1766-1822), gouverneur de la Nouvelle Russie de 1803 à 1814, a sa statue à Odessa face au port

About Post Author

92 Shares:
7 commentaires
  1. Build back better : les élites détruisent notre rapport à l’énergie et notre économie pour « sauver le climat ». Premier cas d’autodestruction milliardaire de l’histoire. Le « peuple nouveau » approuve, qui a été créé et conditionné en conséquence. https://nicolasbonnal.wordpress.com/2022/08/20/build-back-better-tyler-durden-decrit-ce-que-nous-arrive-la-volonte-politique-occidentale-exprimee-au-g7-et-ailleurs-de-detruire-notre-consommation-denergie-et-notre-economie/

  2. Les autres peuples nous regarderont marcher joyeusement à l’abattoir et se foutront abondamment de nos gueules cassées – ou bien nous plaindront, suivant leur degré de charité.
    Et les zélites idéologisées occidentales ne comprennent pas pourquoi les autres Etats ne veulent pas danser au son de leur flûte.

    1. La technocratie messianique et franc maçonne, religion de la république, continue de nous commander ses folies, je pense de plus en plus que l’élimination du problème se fera dans la violence. Ceux sensés régler les problèmes et payés pour cela n’ont fait que les aggraver et n’ont jamais été sanctionné comme une justice digne de ce nom l’imposerai.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer