Asile et migration en Europe : une question, Monsieur Scholz ! par Ulrike Reisner

L'augmentation du nombre de demandeurs d'asile et la prise en charge des réfugiés en provenance d'Ukraine poussent les systèmes sociaux à la limite de leurs capacités. Si l'on ajoute à cela l'inflation élevée et l'explosion du coût de la vie, on obtient une tension sociale précaire. Ce n'est qu'une question de temps et de hasard quand des émeutes éclatent.

En début de semaine, le chancelier allemand Olaf Scholz a prononcé un discours de politique générale à l’université Charles de Prague. Selon certains commentateurs allemands, Scholz a ainsi “enfin donné une réponse aux idées de réforme d’Emmanuel Macron[1] , présentées par ce dernier en 2017 à la Sorbonne.[2]

Je ne vais pas m’attarder ici sur le discours de politique générale de Scholz et encore moins sur celui, plus ancien, de Macron. Il y en a d’autres qui sont plus appropriés pour cela. Pour ma part, j’ai déjà trouvé les approches de Macron en partie dispensables, en partie déconcertantes, et il en va de même pour Scholz.

Mais je voudrais souligner un petit paragraphe du discours de Scholz, car il est passé inaperçu, du moins dans les commentaires et les réflexions en langue allemande. Scholz a dit à Prague :

Les gens continueront à venir en Europe, que ce soit pour chercher une protection contre la guerre et les persécutions ou pour trouver du travail et une vie meilleure. L’Europe reste une destination de rêve pour des millions de personnes dans le monde entier. C’est d’une part une formidable preuve de l’attractivité de notre continent, mais c’est aussi une réalité que nous, Européens, devons gérer. Cela implique d’anticiper la migration plutôt que de réagir au coup par coup aux crises. Cela signifie également réduire la migration irrégulière tout en permettant la migration légale, car nous avons besoin de l’immigration. Nous constatons actuellement dans nos aéroports, dans nos hôpitaux et dans de nombreuses entreprises que nous manquons de main d’œuvre qualifiée à tous les coins de rue.[3]

Limite de la capacité

En tant qu’Autrichienne appartenant à la communauté culturelle et linguistique allemande et dont le pays constitue la frontière sud de la République fédérale d’Allemagne, cette déclaration doit m’intéresser. En effet, moins d’une semaine avant le discours de politique générale de Scholz, le ministre autrichien de l’Intérieur Gerhard Karner a présenté la nouvelle campagne anti-marketing “No Way, No Chance”. Cette campagne vise à contrer les mensonges et les promesses creuses des passeurs, qui feraient de la publicité en prétendant que les pays européens sont ouverts aux migrants depuis la guerre en Ukraine. Nous, les Autrichiens, payons cette campagne actuelle à hauteur de 260.000 euros.[4]

Cette action est motivée par la forte augmentation du nombre de migrants et de demandeurs d’asile qui traversent la frontière, surtout dans le sud-est du pays. De janvier à juillet, ils étaient environ 42.000, dont une grande partie de mineurs dits non accompagnés.[5]

Le ministre de l’Intérieur estime que le système d’asile autrichien est à la limite de ses capacités.[6] Il en résulte que non seulement les contrôles nécessaires aux frontières ne peuvent plus être organisés et financés, mais qu’un enregistrement et une prise en charge corrects des migrants et des demandeurs d’asile n’ont plus lieu. Les centres d’accueil à la frontière étant surchargés, les personnes stoppées sont certes “enregistrées une première fois”, mais on leur donne ensuite un billet de train avec lequel elles doivent se rendre dans un autre Land. De cette manière, un nombre relativement important de ces migrants “disparaissent” à peine la frontière autrichienne franchie. Il n’est plus possible de contrôler s’ils poursuivent leur voyage dans un autre pays de l’UE ou s’ils se cachent en Autriche.

En République fédérale d’Allemagne, l’Office fédéral de l’asile a déjà reçu 98.395 premières demandes cette année. Cela représente une augmentation de 36,1 % du nombre de demandes par rapport à l’année précédente.[7] Dans l’Union européenne, on compte plus de 200.000 demandes d’asile au premier trimestre 2022, dont la plupart en Allemagne (51.540), suivie de la France (34.035) et de l’Espagne (17.865). En termes de nombre d’habitants, l’Autriche se place en deuxième position derrière Chypre, avec 124 demandes d’asile pour 100.000 habitants.[8]

Ces chiffres ne comprennent évidemment pas tous les Ukrainiens qui bénéficient d’une protection temporaire dans un pays de l’UE : Ils sont 670.000 en Allemagne, environ 416.000 en République tchèque, 150.000 en Italie, 138.000 en Espagne et 131.000 en Bulgarie. Environ 79.000 Ukrainiens sont actuellement protégés en Autriche et 97.000 en France. Pour être complet et bien ordonné, il convient également de mentionner que, selon les données officielles du HCR, la Fédération de Russie a accueilli plus de 2,3 millions d’Ukrainiens, soit à peu près autant que tous les autres pays européens réunis. [9]

Division de la société

L’Autriche a reçu près de 300.000 demandes d’asile depuis 2015, auxquelles s’ajoutent environ 80.000 Ukrainiens depuis mars. Ces personnes sont pour la plupart logées et nourries par l’État, elles reçoivent de l’argent de poche, une aide vestimentaire, une assurance maladie – et selon leurs besoins et leur situation, des prestations éducatives, des cours d’allemand, des frais de transport, une allocation de loisirs et autres.

Il n’est pas facile de déterminer combien il faut dépenser pour cela, surtout dans des pays fédéraux comme l’Autriche ou l’Allemagne, car les compétences et les allocations de l’État fédéral et des Länder sont différentes. La plateforme autrichienne Addendum a calculé des coûts annuels d’au moins 2,5 milliards d’euros pour l’approvisionnement de base, la garantie minimale, la politique du marché du travail, la gestion des frontières, les procédures d’asile, l’intégration, l’éducation, les prestations familiales et l’aide sur place.[10] À titre de comparaison, le budget de la défense en Autriche s’élevait à 3,2 milliards d’euros en 2021.

En Allemagne, le gouvernement fédéral a payé environ 22,9 milliards d’euros de dépenses liées à l’asile en 2020. Cela représentait environ 5,2 % des dépenses totales de la même année (441,8 milliards d’euros). En 2021, la planification financière de l’État fédéral prévoyait environ 21,6 milliards d’euros pour les coûts liés à l’asile, et en 2022, environ 18,9 milliards d’euros. Ces chiffres ne tiennent pas compte des coûts et dépenses supportés uniquement par les Länder, qui sont responsables de l’hébergement, de l’approvisionnement et de l’intégration des demandeurs d’asile.[11] Il n’est actuellement pas possible de chiffrer exactement ce que coûte l’approvisionnement de base des Ukrainiens, ni pour l’Allemagne ni pour l’Autriche.

Dans ce contexte, je me permets de poser les questions suivantes :

Monsieur le Chancelier Scholz, pensez-vous aux conséquences lorsque vous dites que l’Europe restera une destination de choix pour des millions de personnes dans le monde entier à la recherche d’un emploi et d’une vie meilleure ? Pensez-vous au message que vous envoyez ?

Pensez-vous aux conséquences lorsque vous affirmez que l’Europe a besoin de l’immigration pour faire fonctionner ses hôpitaux et ses aéroports ?

Pensez-vous aux conséquences, alors que vous devriez savoir que les systèmes sociaux et de soins sont surchargés depuis longtemps ?

Pensez-vous aux conséquences lorsque les gens ne peuvent plus payer leurs factures en raison de l’inflation et des prix de l’énergie, mais qu’ils voient en même temps que les demandeurs d’asile reçoivent des soins de base financés par l’État ?

Ursula von der Leyen a estimé dans son discours de politique générale sur l’état de l’Union le 15 septembre 2021 que la question des migrations ne devrait jamais être utilisée pour diviser. [12] C’est naïf et prétentieux. Le sujet divise déjà, et pas seulement les États membres entre eux, mais aussi les sociétés au sein des États. En particulier, la migration divise la société dans les États où la proportion de migrants est déjà élevée. Car dans la lutte pour des ressources de plus en plus rares et chères, chacun est le plus proche de soi-même.

En ce sens, vous devriez bien réfléchir à vos paroles, Monsieur Scholz !

 

 

[1] https://www.zeit.de/politik/ausland/2022-08/olaf-scholz-grundsatzrede-prag-europaeische-union-reformen?utm_referrer=https%3A%2F%2Fwww.google.com%2F

[2] https://www.deutschlandfunk.de/bundeskanzler-scholz-besucht-tschechien-und-haelt-grundsatzrede-dlf-e958e59d-100.html

[3] https://www.bundesregierung.de/breg-de/aktuelles/rede-von-bundeskanzler-scholz-an-der-karls-universitaet-am-29-august-2022-in-prag-2079534

[4] https://www.wienerzeitung.at/nachrichten/politik/oesterreich/2159010-Marketing-gegen-Migration.html

[5] https://www.bmi.gv.at/301/Statistiken/files/2022/Asylstatistik_Juli_2022.pdf

[6] https://bmi.gv.at/news.aspx?id=4632656A617549437467773D

[7] https://www.bamf.de

[8] https://www.bmi.gv.at/301/Statistiken/files/2022/Asylstatistik_Juli_2022.pdf

[9] https://data.unhcr.org/en/situations/ukraine

[10] https://www.addendum.org/asyl/was-die-asylkrise-wirklich-kostet/

[11] https://www.bpb.de/themen/migration-integration/zahlen-zu-asyl/265776/asylbedingte-kosten-und-ausgaben/

[12] https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/fr/SPEECH_21_4701

About Post Author

9 Shares:
4 commentaires
  1. C’est une plaisanterie cette article. Quand on le lit, on pense que les problèmes posés par l’immigration viennent essentiellement des réfugiés ukrainiens. Cela fait depuis des années qu’en Europe les immigrés proviennent essentiellement d’Afrique, d’Asie, voir du Moyen-Orient avec toutes les conséquences désastreuses que cela engendre. Et elles ne sont pas que financières. Si nous n’avions pas accepté toute la misère du tiers-monde on ne serait pas dans la situation actuelle. Et pour finir un certain nombre d’Ukrainiens ont préféré retourner au pays. Ce ne sont certainement pas eux qui sont les plus envahissants. Et puis parmi ceux qu’on appelle des Ukrainiens, on trouve un certain nombre de personnes originaires d’Afrique qui faisaient des études en Ukraine avant la guerre.
    Avec cet article on touche le fond… Que d’hypocrisie!!!!

  2. Tout cet argent est dépensé pour les migrants encouragés à venir, armes de migration massives utilisées pour détruire les frontières, “diminuer l’homogénéité des peuples européens” (Peter Sutherland, alias monsieur Mondialisation), imposer la “société ouverte”, changer le peuple de façon irréversible, créer une tour de Babel et un tiers-monde en Europe. C’est très bien expliqué dans la conférence d’Olivier Piacentini. https://deslivresetnous769849013.wordpress.com/2022/08/29/66062/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer