L’Afrique du Sud reconnaît des décès dus aux vaccins

Selon une déclaration de l’autorité sud-africaine de réglementation des médicaments (SAPHRA), deux personnes ont trouvé la mort après avoir reçu le vaccin contre le Covid-19 de Johnson & Johnson.

Officiellement, le vaccin sauve des vies parce qu’il empêche les formes graves de Covid. Mais cette affirmation pose un vrai problème puisque les effets secondaires du vaccin COVID sont pour la plupart sous-déclarés et qu’un risque pour la vie humaine ne peut pas être exclu. Le manque de transparence sur ces sujets est de plus en plus couvert par nos dirigeants et bien sûr par les médias subventionnés. Le Courrier des Stratèges, vous a toujours alerté sur les effets indésirables et inquiétants, voire potentiellement mortels de ces vaccins.

Des décès provoqués par le syndrome de Guillain-Barré (SGB)

L’autorité sud-africaine de réglementation des médicaments a signalé deux cas mortels de syndrome de Guillain-Barré (SGB), chez des personnes ayant reçu le vaccin anti-Covid Johnson & Johnson (J&J).

L’autorité sanitaire (SAHPRA) avait signalé le premier cas de décès le 4 août. Dans un communiqué lundi 12 septembre, la SAPHRA a déclaré un second cas mortel du syndrome de Guillain-Barré (SGB) survenu après l’injection du vaccin contre le Covid-19 de Janssen. Notons que le SGB est un trouble neurologique grave qui peut survenir après l’administration d’un vaccin ou une infection virale.

Il peut endommager les cellules nerveuses et provoquer ainsi différents troubles. On cite entre autres une faiblesse musculaire, des picotements et un engourdissement. Chez certaines victimes, le SGB peut provoquer une paralysie quasi complète et parfois même la mort.

Pour information, 20,3 millions d’individus parmi les 60 millions de Sud-Africains ont été vaccinés jusqu’à présent. Plus de 9,2 millions d’entre eux ont reçu le vaccin J&J et 12,5 millions celui de Pfizer/BioNTech d’après les statistiques officielles.

La réponse de Johnson & Johnson

Interrogé par l’AFP, J&J a déclaré  mardi dans une réponse écrite que “de très rares cas du trouble neurologique, le syndrome de Guillain-Barré, ont été signalés après une vaccination avec le vaccin Janssen contre le Covid-19, la plupart survenant au cours des 42 premiers jours suivant la vaccination”.

Sans faire directement référence aux cas sud-africains, le laboratoire pharmaceutique a aussi expliqué que ce trouble neurologique peut être associé à l’utilisation d’autres médicaments, d’autres vaccins ou des infections virales comme le coronavirus.

La SAHPRA n’a pas donné plus de détails sur les patients décédés. La SAHPRA a refusé de donner des informations supplémentaires sous prétexte qu’elle doit se soumettre aux règles de « secret médical ».

Elle a évoqué dans le communiqué que “les effets signalés chez la personne vaccinée correspondaient à la définition de cas de SGB et aucune autre cause probable de SGB n’a été identifiée”.

L’Afrique du Sud est le pays du continent africain le plus touché par la pandémie. Selon les données officielles, elle a recensé plus de quatre millions de cas de coronavirus et 102 146 morts.

Pour information,  dans son  bulletin d’information, l’OMS a déjà alerté les laboratoires pharmaceutiques sur des effets indésirables des vaccins anti-Covid-19 parmi eux les cas d’acouphène et la perte d’audition.

Pour lire TOUT le contenu du Courrier

Nos offres

9 par mois
  • Les droites de Husson
  • Urbi & Orbi
  • Le patrimoine des Stratèges

About Post Author

54 Shares:
2 commentaires
    1. J’y comprends plus rien, je croyais que l’Afrique avait été épargnée par le covid, et qu’ils se soignaient avec de l’artemesia, et le protocole de Raoult

      Répondre moderated
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer