Têtes d’enterrement! par Slobodan Despot

Un tweet d'Edouard Husson a fait remonter à Slobodan Despot un souvenir de la guerre du Kosovo. Nous publions le texte qu'il nous a envoyé.

La fin d’un tweet d’Edouard Husson — «…mais je ne supporte plus leurs têtes d’enterrement» — a eu sur moi l’effet d’une madeleine de Proust. Il a fait remonter à ma conscience un souvenir douloureux de la toute fin du siècle dernier.
 

Le 24 mars 1999….

 
Le 24 mars 1999, à 20h30, après l’échec prémédité des pourparlers de Rambouillet, l’OTAN envoyait ses premiers missiles sur la Serbie — sur ses infrastructures civiles, bien entendu.
Le soir même, les vautours de la radio suisse romande m’appelaient de leur voix la plus melliflue pour m’offrir une tribune au bulletin de nouvelles du lendemain matin. Ce dans le but, on s’en doute, de «sonder» les représentants des «communautés» serbe et albanaise au sujet du match qui s’ouvrait. On m’avait collé le rôle du porte-parole serbe bien que je sois citoyen et soldat suisse. Mais passons.
J’ai failli vomir, j’ai raccroché pour réfléchir et dix minutes plus tard j’acceptais.
Je savais qu’on aurait droit au mélodrame albanophile, albanolâtre, albanogène, albanosexuel. J’ai donc appris une phrase par cœur, de trente secondes, sachant qu’on ne me laisserait pas parler plus longtemps. Et j’y suis allé.
La phrase, la voici. Elle ne m’est jamais sortie de la tête depuis: «Je note qu’à partir de cet instant la responsabilité de tout ce qui va suivre dans cette région d’Europe repose sur les épaules des Occidentaux, je prie pour tous ceux qui seront tués au cours de cette agression, civils ou soldats, et je les envie de ne plus avoir à supporter les visages hideux de vos dirigeants.»
Clap de fin. Je n’ai, si ma mémoire est bonne, rien dit de plus dans les médias suisses durant les 78 jours de cette guerre.
 

“Vous êtes le Serbe qui a parlé à la radio au début de la guerre du Kosovo?”

 
Des années plus tard, une fois la poussière retombée, un Suisse moyen et anonyme m’a reconnu dans un restaurant à ma voix. Il s’est approché de ma tablée, en me demandant timidement: «Vous êtes bien le Serbe qui a parlé à la radio au début de la guerre du Kosovo?» Evidemment. Il n’y en avait pas eu deux.
Je me suis levé et j’ai dit: oui, c’est moi.
Alors l’homme est tombé dans mes bras et a pleuré, brièvement. Puis il a essuyé son visage sur sa manche et il est retourné s’asseoir avec les siens.
Je crois savoir l’horreur que vous éprouvez, cher Edouard. Elle est ontologique. Nous sommes au-delà du commentaire, de la stratégie et de tout débat. Votre écart d’humeur au sujet de «leurs» têtes d’enterrement marquait une limite, la ligne où s’arrête l’agora, le territoire des oppositions civiques et rationnelles, et où commence l’affrontement des forces élémentaires. Personnellement, j’ai cessé de croire depuis le 25 mars 1999 à la viabilité d’une société où ces zombies prospèrent, et j’ai l’impression que vous l’avez vomie, vous aussi.
 
+ Slobodan Despot est éditeur, romancier et directeur d’Antipresse.net.

Pour lire TOUT le contenu du Courrier

Nos offres

9 par mois
  • Les droites de Husson
  • Urbi & Orbi
  • Le patrimoine des Stratèges

Sécession patrimoniale, libertarisme, vaccins...

Téléchargez nos dossiers indispensables

9,90 par dossier
  • Les conseils patrimoniaux de Machabert
  • Le libertarisme selon Bonnal
  • Les vaccins selon Aventin

About Post Author

29 Shares:
7 commentaires
  1. Antipress, bouffée d’oxygène hebdomadaire, précieux sanctuaire de la pensée complexe. Bon sens, subtilité, bienveillance… et honneur. Voici à quoi se résument les enjeux de notre époque : d’un côté l’horreur, de l’autre l’honneur – minoritaire, bien sûr, mais cardinal.

  2. merci. superbe témoignage, plein de hauteur et trop conscient que nous vivons dans la boue. il me fait penser aux vers d’Aragon :

    J’aurais tant voulu vous aider
    Vous qui semblez autres moi-même
    Mais les mots qu’au vent noir je sème
    Qui sait si vous les entendez

    Tout se perd et rien ne vous touche
    Ni mes paroles ni mes mains
    Et vous passez votre chemin
    Sans savoir que ce que dit ma bouche

    Votre enfer est pourtant le mien
    Nous vivons sous le même règne
    Et lorsque vous saignez je saigne
    Et je meurs dans vos mêmes liens

    Quelle heure est-il quel temps fait-il
    J’aurais tant aimé cependant
    Gagner pour vous pour moi perdant
    Avoir été peut-être utile

    C’est un rêve modeste et fou
    Il aurait mieux valu le taire
    Vous me mettrez avec en terre
    Comme une étoile au fond d’un trou
    (extraits du poème j’entends, j’entends)

    Répondre moderated
  3. Merci. Il est toujours salutaire de rappeler cet événement crucial que fut l’odieuse agression de la Serbie par l’OTAN. Contrairement à ce qu’on entend souvent dire, le véritable commencement du XXe siècle n’a pas eu lieu le 11 septembre 2001, mais le 24 mars 1999.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer