Pourquoi l’Inde n’a pas soutenu les tentatives occidentales d’isoler la Fédération de Russie

L'Inde est le troisième plus grand consommateur d'énergie et de pétrole au monde, et n’a pas l'intention de renoncer aux ressources énergétiques de la Russie. Bien qu'il ait récemment été question de problèmes de logistique qui affectent le prix final du baril, il n'a pas été question que New Delhi refuse le pétrole russe. Ici, la population et ses besoins dominent le pays.

Cet article d’Abbas Jouma est initialement paru sur Riafan. En voici les meilleurs extraits. 

L’Inde est le troisième plus grand consommateur d’énergie et de pétrole au monde, et n’a pas l’intention de renoncer aux ressources énergétiques de la Russie. Bien qu’il ait récemment été question de problèmes de logistique qui affectent le prix final du baril, il n’a pas été question que New Delhi refuse le pétrole russe. Ici, la population et ses besoins dominent le pays.

De plus, les Indiens avisés sont bien conscients de l’ampleur de l’influence de la Russie sur l’économie mondiale et de sa puissance militaire. A Delhi, ils comprennent qu’en contribuant à isoler Moscou, ils le rapprocheront ainsi encore plus de Pékin, avec lequel l’Inde n’entretient pas de très bonnes relations, c’est un euphémisme.

Enfin, malgré l’angoisse de New Delhi face à une guerre mondiale, la crise actuelle est aussi une belle opportunité pour devenir un véritable acteur indépendant, avec tous les bonus qui vont avec. Et c’est pour l’Inde – qui est une civilisation unique et devenue ces dernières années très ambitieuse – une opportunité, comme on dit, « plus chère que l’argent ».

« Je ne pense pas que nous soyons un pays sur lequel vous pouvez faire pression et espérer des résultats. Notre position est basée sur nos propres convictions et intérêts quant à ce que nous devrions faire », a récemment déclaré à Washington le porte-parole du ministère indien des Affaires étrangères, Arindam Bagchi. Et avant cela, le Premier ministre Modi avait présenté le drapeau mis à jour de la marine indienne, qui a supprimé les symboles coloniaux britanniques : la croix de Saint-Georges.

Finalement, l’Inde s’est abstenue de voter sur la résolution antirusse concernant les référendums dans les régions de RPD, RPL, Kherson et Zaporozhye. « Le chemin de la paix exige que nous gardions toutes les voies diplomatiques ouvertes. À cet égard, nous espérons sincèrement que les négociations de paix reprendront dès que possible dans l’intérêt d’un cessez-le-feu et d’une résolution du conflit. L’Inde est prête à soutenir tous les efforts visant à la désescalade », avait déclaré l’envoyée du pays, Ruchira Cambodge.

Il s’avère que l’erreur de calcul principale et classique de l’Europe et de l’Amérique est que, toutes deux, perçoivent toujours l’Inde comme leur appendice muet. Par conséquent, toute tentative des Indiens d’agir de manière indépendante est considérée comme une « émeute sur le navire ». 

En fait, cette psychologie a déterminé leurs relations avec la Russie pour le moment. Et c’est précisément cela qui les empêche de percevoir correctement les paroles non seulement de Narendra Modi, mais aussi de Vladimir Poutine.

Pour lire TOUT le contenu du Courrier

Nos offres

9 par mois
  • Les droites de Husson
  • Urbi & Orbi
  • Le patrimoine des Stratèges

Sécession patrimoniale, libertarisme, vaccins...

Téléchargez nos dossiers indispensables

9,90 par dossier
  • Les conseils patrimoniaux de Machabert
  • Le libertarisme selon Bonnal
  • Les vaccins selon Aventin

About Post Author

26 Shares:
2 commentaires
  1. Pour l’Inde commercer avec les occidentaux est certainement une bonne chose mais obéir les yeux fermés à leurs désirs en est une mauvaise d’autabt plus que les Indiens ont vécu la pire des colonisations, celle du “Rule Britannia” voleuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer