Kaliningrad sous la menace d’un nouveau blocus, par Vladimir Mikhaïlov

Le calme dans la région de Kaliningrad n'a pas duré longtemps. La Lituanie menace à nouveau la sécurité économique de la région : les quotas, pour l'approvisionnement à travers son territoire de certaines marchandises importantes en provenance de Russie, ont été épuisés. Par exemple, les matériaux de construction qui ne peuvent pas être importés dans la région par chemin de fer. Les quotas pour d'autres biens importants, tels que les récipients en verre, arrivent aussi à expiration.

Cet article publié en russe par K-Politika n’engage pas la ligne éditoriale du Courrier des Stratèges. 

Pendant l’été 2022, Kaliningrad est restée dans les mémoires comme une tentative de la Lituanie de créer artificiellement un blocus économique dans la région, en imposant des restrictions au transit de certaines marchandises sanctionnées à travers son territoire. Après une période de vives tensions, il a été possible de déboucher sur un compromis : des « quotas » limités ont été introduits pour les marchandises, qui ne devraient pas dépasser les importations moyennes de marchandises similaires dans la région au cours des trois dernières années.

Mais la Lituanie n’a pas voulu autoriser le transport de marchandises par route et, par conséquent, les restrictions sont restées dans leur intégralité. Désormais, les quotas par transport ferroviaire sont consommés. Cela concerne les matériaux tels que le ciment Portland, la laine de verre et le métal laminé, ainsi que le fil de fer et les cornières, le bois, le verre non armé, etc.  Les quotas de transport de bicarbonate de soude, d’engrais minéraux et de récipients en verre arrive également à leur limite.

Cependant, les autorités de la région assurent que ces marchandises peuvent être transportées par voie maritime. Anticipant les restrictions, les autorités de Kaliningrad ont réfléchi à l’avance à la logistique en recourant aux voies maritimes. Si au début de l’année, seuls 2 vieux navires étaient engagés dans le transport, leur nombre est maintenant passé à 16 ferries et navires.

Il est important de s’interroger si les habitants de Kaliningrad doivent s’attendre à un nouveau blocus et quels dommages cela entraînerait pour les entreprises commerciales. Andrey Romanov, président de l’« Union des industriels et entrepreneurs de la région de Kaliningrad », répond aux questions du journal Moskovsky Komsomolets.  

Les restrictions affecteront-elles l’industrie et l’économie de la région et de quelle façon ?

Bien sûr, ces restrictions peuvent affecter les entreprises. Mais, d’un autre côté, elles étaient informées de l’épuisement des quotas dès le début et elles s’y sont préparées, de telle sorte que la majorité d’entre elles ont constitué des stocks de ces produits de base. La possibilité de procéder à des livraisons par ferry existe mais elle implique néanmoins d’ajuster les délais, car il est plus rapide de transporter des marchandises directement par chemin de fer. Ces livraisons par ferry concernent le ciment, les récipients en verre et d’autres articles. Compte tenu de l’augmentation des opportunités d’expédition, il ne devrait pas y avoir d’impact défavorable pour les activités des entreprises à la fin de l’année. A partir du 1er janvier, les quotas seront rétablis, et les livraisons reprendront, permettant à la situation à nouveau de se stabiliser.

Est-il possible de mettre à jour ces quotas avant janvier ?

La décision sur les quotas est une décision unilatérale de la Lituanie. La région de Kaliningrad et la Fédération de Russie n’influencent pas ces décisions.

Lesquels des biens figurant sur la liste des sanctions sont le plus important pour la région ?

Ciment, bois, métal – trois choses qui affectent la construction et le développement de l’économie. Permettez-moi de souligner une fois de plus que les entreprises étaient au courant et ont fait des réserves. Je ne m’attends pas à un impact critique sur l’économie dans les conditions actuelles.

Le transport par mer est-il beaucoup plus cher que par voie terrestre ?

Cela dépend du type de produit. La différence peut être de 20 % à 200 %. Le but des sanctions que les pays de l’UE nous imposent est de réduire nos opportunités économiques. Obtiennent-ils des résultats? En partie, oui. Mais pour eux, ces sanctions sont encore plus dommageables que pour nous. Bien que les sanctions aient également un effet négatif sur nos entreprises.

Est-il possible d’obtenir des subventions de l’État pour ces biens contingentés ?

La décision a été prise, et de l’argent a été alloué sur le budget fédéral. Maintenant, nous préparons des conventions juridiques qui permettront de compenser une partie de ces dépenses. Nous espérons que cela réduira les coûts et atténuera le poids des conséquences sur la situation actuelle.

 

Pour lire TOUT le contenu du Courrier

Nos offres

9 par mois
  • Les droites de Husson
  • Urbi & Orbi
  • Le patrimoine des Stratèges

Sécession patrimoniale, libertarisme, vaccins...

Téléchargez nos dossiers indispensables

9,90 par dossier
  • Les conseils patrimoniaux de Machabert
  • Le libertarisme selon Bonnal
  • Les vaccins selon Aventin

About Post Author

12 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer