Xi met Biden en garde sur Taïwan et sur le reste

La question de Taiwan est au cœur même des intérêts fondamentaux de la Chine, le fondement du fondement politique des relations sino-américaines et la première ligne rouge à ne pas franchir dans les relations sino-américaines, a déclaré Xi à Biden, en exprimant l'espoir que les États-Unis assortiront leurs paroles aux actes et respecteront la politique d'une seule Chine.

Cet article publié en anglaise par Global Times n’engage pas la ligne éditoriale du Courrier. 

« Le président Biden a déclaré à de nombreuses reprises que les États-Unis ne soutenaient pas l’indépendance de Taiwan et n’ont pas l’intention d’utiliser Taiwan comme un outil pour rechercher des avantages dans la concurrence avec la Chine ou pour contenir la Chine. La Chine espère que la partie américaine agira en conséquence », a souligné Xi. Ce dernier a également déclaré qu’il était essentiel de reconnaître et de respecter les différences entre les voies empruntées par la Chine et les États-Unis, qui n’ont rien de nouveau et continueront d’exister, alors que les États-Unis pratiquent le capitalisme et que la Chine pratique le socialisme. « Aucune des parties ne devrait essayer de remodeler l’autre à sa propre image, ou chercher à changer ou même renverser le système de l’autre. Au lieu de parler d’une manière et d’agir d’une autre façon, les États-Unis doivent honorer leurs engagements par des actions concrètes », a insisté Xi.

  1. Xi a ajouté que le soi-disant récit « démocratie contre autoritarisme » n’est pas la caractéristique déterminante du monde d’aujourd’hui, et représente encore moins la tendance de l’époque. Pour le dirigeant chinois, « tout comme les États-Unis ont une démocratie à l’américaine, la Chine a une démocratie à la chinoise. Les deux correspondent à leurs conditions nationales respectives…l’ensemble du processus de démocratie populaire pratiqué en Chine est basé sur la réalité, l’histoire et la culture du pays et cela reflète la volonté des gens. Nous en sommes très fiers. Aucun pays n’a un système démocratique parfait, et il y a toujours un besoin de développement et d’amélioration. Les différences spécifiques entre les deux parties peuvent être résolues par la discussion, mais uniquement sur la condition préalable de l’égalité».

Les dirigeants chinois et américain ont convenu de déployer des efforts conjoints pour faire en sorte que la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP27) soit couronnée de succès. M. Xi a déclaré que la Chine et les Etats-Unis devaient tracer la bonne voie pour le développement des relations bilatérales et ramener les relations bilatérales sur la voie d’un développement sain et stable. Il a ajouté que la Chine et les États-Unis avaient affronté vents et pluies au cours de plus de 50 ans d’engagement, depuis l’établissement des relations diplomatiques jusqu’à aujourd’hui. Il y a eu des gains et des pertes, des expériences et des leçons. L’histoire est le meilleur manuel et la Chine et les États-Unis devraient prendre l’histoire comme référence et se tourner vers l’avenir.

Mais il a également prévenu que « la situation actuelle des relations sino-américaines n’est pas conforme aux intérêts des deux pays et de leurs peuples, mais elle est désormais conforme aux attentes de la communauté internationale. En tant que dirigeants de deux grands pays, nous devons tenir la barre et trouver la bonne direction pour le développement des relations bilatérales et pousser les liens à s’améliorer. Les politiciens devraient réfléchir à la fois à la voie de développement de leur propre pays et à la manière de s’entendre avec les autres pays et le monde ».

  1. Xi a noté que « les changements de l’époque se déroulent d’une manière sans précédent, que la société humaine est confrontée à des défis sans précédent et que le monde est à la croisée des chemins. Nous nous soucions, et tous les pays du monde se soucient de leur destination. La communauté internationale s’attend à ce que la Chine et les États-Unis gèrent bien nos relations. Notre réunion d’aujourd’hui a attiré l’attention du monde entier. Nous devons travailler avec d’autres pays pour insuffler l’espoir de la paix mondiale, la confiance dans la stabilité mondiale et l’élan du développement collectif».

Le dirigeant chinois a souligné sa volonté de poursuivre des échanges francs et approfondis avec le président américain sur les questions stratégiques des relations sino-américaines et les principaux problèmes mondiaux et régionaux. M. Xi a déclaré qu’il se réjouissait de travailler avec le président américain pour remettre les relations bilatérales sur la voie d’un développement sain et stable afin de bénéficier à la fois aux pays et au monde. 



Pour lire TOUT le contenu du Courrier

Nos offres

9 par mois
  • Les droites de Husson
  • Urbi & Orbi
  • Le patrimoine des Stratèges

Sécession patrimoniale, libertarisme, vaccins...

Téléchargez nos dossiers indispensables

9,90 par dossier
  • Les conseils patrimoniaux de Machabert
  • Le libertarisme selon Bonnal
  • Les vaccins selon Aventin

About Post Author

4 Shares:
2 commentaires
  1. Selon Xi : “la Chine a une démocratie à la chinoise… l’ensemble du processus de démocratie populaire pratiqué en Chine est basé sur la réalité, l’histoire et la culture du pays et cela reflète la volonté des gens.”
    Il faut se pincer pour lire ça ! Du côté de Toulouse on dirait : c’est à se poignarder le cul avec des saucisses plates…
    Le tyran d’un régime communiste totalitaire osant qualifier son régime de démocratie… Rappelons que selon Hannah Arendt (disparue en 1975), il n’y a eu que deux véritables régimes totalitaires dans l’histoire : le nazisme et le communisme stalinien. Nul doute qu’aujourd’hui elle ajouterait le communisme chinois de Xi.

  2. Il n’est pas suffisant de raisonner sur le nazisme et le communisme sans en considérer précisément les caractéristiques.
    Cet entretien invite à réfléchir sur l’essentiel: le contrôle des populations
    https://reseauinternational.net/la-b-c-du-controle-des-populations/
    L’Occident donne beaucoup de leçons, mais la démocratie à la chinoise est l’affaire des Chinois, comme la démocratie à la russe est l’affaire des Russes. Occupons-nous plutôt de ce qui se passe chez nous…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer