mer. Juil 15th, 2020

La France progressivement remplacée par l’Allemagne dans les institutions européennes

Officiellement, bien entendu, la France continue à peser dans l'Europe et dans les institutions européennes, depuis qu'Emmanuel Macron a été élu président de la République. Dans la pratique, la longue pente de l'influence française en Europe connaît un coup d'accélérateur dans sa dangereuse inclinaison en faveur d'un grand remplacement par l'Allemagne. La nomination au forceps de Martin Selmayr (ancien directeur de campagne, puis de cabinet, du luxembourgeois Juncker porté par Merkel à la présidence de la Commission) au poste-clé de secrétaire général de la Commission n'y est pas pour rien. Bien entendu, il y a les postes-clés que nous avons rappelés, pour lesquels l'Allemagne aligne au moins un candidat devant trois des quatre nominations: Angela Merkel (officieusement) pour la présidence du Conseil, Manfred Weber pour la présidence de la Commission, Jens Weidmann pour la présidence de la Banque Centrale Européenne. Avec beaucoup d'habileté, Angela Merkel oblige la France à livrer combat contre la nomination de Weber à la présidence de la Commission pour mieux faciliter le choix à un autre poste. Nous parions ici que le vrai enjeu de l'Allemagne est de placer Weidmann à la tête de la BCE pour mettre fin à l'assouplissement monétaire de Draghi. Mais, en-deçà de ce niveau de combat, une autre lutte d'influence se joue, sous le contrôle de Martin Selmayr. Celui-ci vient de remplacer deux directeurs généraux français, dans des direction
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de ce contenu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter