Brigitte Macron et Bernard Arnault, un tandem qui enjambe la déontologie?

Brigitte Macron et Bernard Arnault continuent à entretenir des relations professionnelles de premier ordre. La presse vient ainsi de révéler que LVMH, le navire-amiral de Bernard Arnault, venait de signer un contrat de prestation avec l’ancien conseiller d’Emmanuel Macron Ismaël Émélien, qui a quitté l’Élysée à l’automne dernier. Les conditions de signature de ce contrat ne manquent pas de faire les choux gras de la presse… et d’intriguer. On peut s’étonner qu’un très proche conseiller du Président entretienne des relations commerciales avec un milliardaire qui profite largement des mesures fiscales pilotées par l’Élysée. L’intervention de Brigitte Macron serait essentielle dans cette opération.

Ismaël Émélien vient de signer un contrat de prestation pour quelques jours par mois chez LVMH. Le cabinet de conseil d’Émélien aiderait le prestigieux groupe à composer avec la transition écologique. On en est très heureux pour lui.

Ce contrat appelle toutefois quelques commentaires “politiques”.

Tout d’abord, après qu’Emmanuel Macron a largement fait campagne grâce au soutien de Bernard Arnault et qu’il l’a remercié en supprimant l’ISF et en instaurant le prélèvement forfaitaire unique sur les revenus du capital, on peut éprouver un certain malaise sur ces relations endogamiques caractéristiques du capitalisme de connivence à la française.

Ensuite, si l’on en croit la presse people, ce contrat n’aurait pu être signé sans le soutien actif de Brigitte Macron. On se souvient que la rumeur prêtait les pires configurations à la relation entre la femme du Président et le conseiller de l’ombre. Après quelques mois d’éloignement, l’un et l’autre semble avoir trouvé un terrain d’entente ou de réconciliation.

On aurait quand même préféré que la commission de déontologie tranche sur les relations commerciales que des conseillers de l’Élysée nouent après leur retour à la vie normale. Histoire d’être sûr que les uns et les autres n’influencent pas en sous-main les décisions publiques au vu de leurs futurs intérêts personnels. Oui, on sait, la déontologie qui sent tellement l’ancien monde qu’on ne le voit plus sous la poussière qui le recouvre.

0 Shares:
1 commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer