26 octobre 2020

Le courrier des stratèges

Prenez de l'avance sur l'actualité

🎖Abonnés : Olivier Véran, un socialiste dur à la tête du ministère de la Santé

Olivier Véran devient ministre de la Santé, trois ans après avoir été annoncé à ce poste lors de la campagne électorale d'Emmanuel Macron. Devenu entretemps un rapporteur général peu flexible du projet de loi de financement de la sécurité sociale, ce praticien hospitalier, neurologue au CHU de Grenoble, devrait renforcer la logique étatique de la santé publique en France. Mais l'homme présente quelques points de faiblesse. Avec le temps, Olivier Véran s'est un peu assoupli. Mais un peu seulement. Lorsqu'il est arrivé à l'Assemblée Nationale en 2012, ce neurologue de Grenoble était un défenseur affiché du service public et un ennemi des acteurs privés de la santé, en particulier dans le domaine de l'assurance. Ses positions sont plus ouvertes aujourd'hui, mais restent très fidèles à la logique étatique. Véran, partisan de la dépense publique de santé Rapporteur général du projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2020, Olivier Véran s'est signalé par des déclarations tonitruantes sur la dépense publique hospitalière. Obligé de manger son chapeau depuis plusieurs années sur ce sujet, il a finalement pris sa revanche en 2019. Il s'est ainsi exprimé dans une interview à Challenges : Le climat social continue d’être extrêmement tendu dans les hôpitaux. C’est le résultat de la politique du rabot menée ces dernières années et le gouvernement doit le prendre en compte. Comme rapporteur du budget de la SécuritÃ
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de ce contenu.