Maffesoli : “Macron le Matamore bientôt face à une révolte de Spartacus ?”

Macron Matamore fera-t-il face à une révolte conduite par un Spartacus à venir ? Michel Maffesoli revient sur les étranges personnages dans lesquels Emmanuel Macron aime à se déguiser. Face à ce Matamore, le peuple gronde. Un texte aussi savoureux que dramatique et prophétique. Michel Maffesoli est professeur émérite à la Sorbonne. 

Au-delà ou en deçà de la crise actuelle qui, on ne le redira pas assez, est rien moins que sanitaire, mais essentiellement civilisationnelle, commence à poindre chez la Caste au pouvoir une indéniable crainte de lendemains qui, à coup sûr, ne chanteront pas. Bien entendu, elle en dénonce l’aspect « populiste ». Il n’en reste pas moins que des appels à se soulever, des rendez-vous fixés pour des insurrections à venir se diffusent sur les réseaux sociaux. Révoltes à opérer dès la fin du confinement. Le calendrier n’est, certes, pas certain et pour le dire familièrement, on ne peut pas « touiller dans les marmites de l’histoire ». Mais ce qui est sûr c’est que une « ère des soulèvements » est en gestation.

Face au syndrome de Spartacus

C’est, régulièrement, que survient ce que l’on peut appeler le « syndrome  de Spartacus ». Cet esclave Thrace qui en compagnie de quelques « Gaulois réfractaires » fit ce que les historiens nomment, benoitement  une « guerre servile ». Et ce pour désigner une rébellion contre un pouvoir ayant perdu, peu à peu, l’austère paternalisme des patriciens romains et ne considérant la plèbe et, à fortiori, les esclaves que comme des gueux exploitables et corvéables à merci.

Il existe de multiples exemples de ces soulèvements « serviles ». Il n’est pas nécessaire d’être grand clerc pour comprendre qu’ils se manifestent quand le peuple ne se reconnaît plus dans les élites au pouvoir. Dès lors le désaccord entre la « puissance » populaire et le « pouvoir » institutionnel devient flagrant et l’insurrection est inéluctable.

Quand le pouvoir institué n’est plus représentatif…

La notion de peuple n’étant en rien uniforme, les historiens analysant ces soulèvements font, à juste titre, ressortir leurs différences. Mais ce qui leur est commun, c’est que le pouvoir institué, quelle que soit sa nature, n’est plus reconnu comme « audible » et, donc, représentatif du peuple. Souvenons-nous ici de la pertinente analyse de l’ethnologue Pierre Clastres concernant les Indiens Guayakis d’Amérique latine. Chaque matin, au centre de la place commune, le chef parle. Il dit et redit le mythe fondamental, le rêve fondateur de la tribu. Et c’est ce discours issu de l’imaginaire collectif, qui assure l’unité de la communauté et permet que chaque membre de celle-ci puisse, légitimement, vaquer à ses occupations et ainsi assurer sa perdurance.

Enfin, dernier déguisement, mais on peut être assuré qu’il y en aura d’autres, celui emprunté à la Comedia dell’arte, le courageux Matamore. Du « que l’on vienne me chercher », de l’affaire Benalla, au « J’assume » (les actions (?) entreprises depuis le début de la crise sanitaire) dans un dernier entretien au Financial Time, voilà comment se valorise le chef de la guerre en cours !

En extrapolant le propos on peut dire que le soulèvement, l’insurrection, la rébellion etc. surviennent quand le « discours officiel » n’est plus ressenti comme légitime. Je dis bien ressenti car il ne s’agit pas d’une conception théorique, mais bien du sentiment diffus que le mensonge officiel s’est généralisé. Et dès lors, pour traduire cela familièrement, « on ne me la fait plus ».

Dès lors et pour reprendre une expression forte quoiqu’actuellement non politiquement correcte, de Gilles Deleuze et Félix Guattari, dans l ‘Anti-Œdipe, on n’accepte plus de « se faire enculer par le socius ». En bref  la « domination sodomique » ne fait plus recette. On a pu, un temps, masquer celle-ci sous de grandes maximes vides de sens. Mais, à certains moments, « trop, c’est trop ». Le mensonge permanent est débusqué pour ce qu’il est, une imposture qu’il convient de faire cesser.

… et que le mensonge officiel triomphe

On se souvient de la remarque bien connue de Platon dans La République : « c’est donc à ceux qui gouvernent la cité, si vraiment on veut l’accorder à certains, que revient la possibilité de mentir. » Le « Si » est d’importance. D’autant que le philosophe fait une distinction intéressante entre le « mensonge par ignorance », on ne peut pas tout savoir, et « le mensonge en paroles », que le menteur professe consciemment (République II, 282, a).

Or c’est bien la conjonction de ces deux mensonges qui caractérise, de nos jours, la parole publique. Et il n’y a donc pas lieu de s’étonner que celle-ci soit, avec constance et, certainement, durablement, suspectée voire méprisée et devienne ainsi, totalement, inaudible.

L’amateurisme flagrant des “empressés fainéants”

Cette parole publique est le fait de ce que Jean-Jacques Rousseau nommait des « empressés fainéants ». Ils parlent et ne font rien. Le Rien étant leur valeur absolue. Chez ceux-ci « on apprend à plaider avec art la cause du mensonge, à ébranler tous les prémisses de vertu, à colorer de sophismes subtils ses passions et ses préjugés, et à donner à l’erreur un certain tour à la mode selon les maximes du jour. » (La nouvelle Héloïse, seconde partie, lettre XIV).

Ce mensonge généralisé de la Caste au pouvoir est le fruit d’un amateurisme de plus en plus évident. Amateurisme se cachant derrière une arrogance sans nom et une suffisance de plus en plus évidente. Ce qui est d’autant plus amusant, c’est que la technostructure en place, soutenue par des journalistes aux ordres et par des experts avides de reconnaissance, profère ce mensonge au nom d’un moralisme affiché urbi et orbi.

Il est toujours intéressant pour bien apprécier un phénomène d’en repérer la « caricature ». Celle-ci, ne l’oublions pas, a pour fonction de charger le trait afin de bien faire ressortir ce qui sans cela ne serait pas perceptible. C’est le rôle que l’on peut accorder à l’actuel locataire de l’Élysée. Il cristallise les diverses tares de la « théâtrocratie » politique.

Dans la théâtrocratie macronienne

Avec les qualités du bon théâtreux qu’il fut dans sa jeunesse, il continue à jouer des rôles et pour ce faire se pare de divers masques (persona) qu’il peut changer à loisir.

Ainsi outre ses déguisements divers lui allant comme un gant : aviateur, soldat, infirmier etc., le dernier en date est celui du responsable reconnaissant avec humilité quelques erreurs dans la gestion de la crise en cours.

Cette « humilité » fut soulignée par nombre de « bulletins paroissiaux » se prénommant presse de référence. Et leurs journalistes passant, inlassablement, leur brosse à reluire sur un président qui représente, on ne peut mieux, l’idéologie moraliste propre à la bienpensance.

Tous les poncifs tenant le haut du pavé y étaient égrenés, jusqu’à plus soif. Le progressisme, le développementalisme, l’économicisme, sans oublier, bien entendu, le républicanisme. Le tout avec l’approbation de « scientifiques » (bien connus ? reconnus ?) ressemblant plus à des personnages de Cour qu’à d’authentiques « trouveurs ».

L’infantilisme, stade ultime du macronisme

La vraie humilité, c’est reconnaître l’humus dans l’humain. C’est-à-dire les passions, les affects, les sentiments sans oublier les rêves et les mythes constituant ce qu’est, en son fond, l’idéal communautaire bien compris. Une telle humilité ne doit pas être sur-jouée. On ne peut pas la mimer d’une manière hypocrite. Hypocrisie dont le bon sens populaire débusque, sans coup férir le charlatanisme.

Ces mots répétés sempiternellement sont là pour permettre de jouer le rôle du philosophe-président. Pseudo philosophe. Un stage « d’assistant éditorial » pour relire les épreuves d’un vrai philosophe ne permet pas à un quidam quelconque d’utiliser le masque de l’intellectuel.

Il y a dans la théâtralisation du politique, dénominateur commun de la Caste au pouvoir, mais qui est exacerbée dans la fonction suprême, un côté enfantin. Peut-être faudrait-il dire infantile. On se souvient de la parole biblique : « Malheur à toi pays dont le roi est un gamin » (L’Ecclésiaste X, 16). Très précisément en ce qu’il ne sait pas dominer ses pulsions (à cet égard, cf dans mon livre « Être postmoderne », ed. du Cerf, la postface de Hélène Strohl : « Emmanuel Macron, icône ou fake de la postmodernité ? ») . Ainsi quand il organisait, dans ce palais national qu’est l’Élysée, une fête de la musique sous une forme on ne peut plus décadente. Ou encore lors d’une visite à St Martin, cet « enfant roi » ébloui par la beauté sculpturale d’un jeune « black » en goguette !

Quand il n’est pas théâtreux, un vrai politique sait justement dominer ses pulsions ou à tout le moins les réserver à sa vie privée.

Au lieu de cela l’on habille ses lubies ou caprices d’enfant, de mots censément savants puisque empruntés aux fameux « scientifiques » conseillant le pouvoir. Pour citer Shakespeare, « Words, words, words ! » Que des mots soulignant un savoir superficiel, et pas du tout véritablement assimilé.

Macron, un enfant déguisé en philosophe-président

Ces mots répétés sempiternellement sont là pour permettre de jouer le rôle du philosophe-président. Pseudo philosophe. Un stage « d’assistant éditorial » pour relire les épreuves d’un vrai philosophe ne permet pas à un quidam quelconque d’utiliser le masque de l’intellectuel.

Mots vides de sens, font du chef de la Caste, le lointain héritier du pauvre Paul Deschanel dont la conception de la politique fut essentiellement oratoire. Il concevait ses discours comme autant d’actes, puisque le verbe était censé guider son action. On se souvient comment se termina un tel somnambulisme verbal !

Quand Macron se déguise en Matamore

Enfin, dernier déguisement, mais on peut être assuré qu’il y en aura d’autres, celui emprunté à la Comedia dell’arte, le courageux Matamore. Du « que l’on vienne me chercher », de l’affaire Benalla, au « J’assume » (les actions (?) entreprises depuis le début de la crise sanitaire) dans un dernier entretien au Financial Time, voilà comment se valorise le chef de la guerre en cours !

Mais plutôt que d’affronter concrètement les vrais problèmes, le Matamore, au nom du progressisme, aidé par sa cour ministérielle, fait de la diversion en faisant voter des lois soi-disant « sociétales ». Encore un caprice d’enfant qui entend défier les lois de la nature. Oubliant en cela l’antique tradition humaine, pour laquelle les sages lois sociales ne doivent, en rien, abroger celles de la nature. 

Voilà autant d’abstractions propres à celui qu’en Occitanie on appelle familièrement un baratinaïre, un baratineur. Abstractions qui immanquablement vont conforter les soulèvements populaires. La confiance, c’est à dire la foi partagée (« fides ») est le seul ciment durable pour toute vie sociale. Quand la méfiance, issue d’un mensonge débusqué l’emporte, le grondement de la révolte s’exacerbe de plus en plus, c’est en ce sens que l’ombre de Spartacus est en train de s’étendre sur toute la société !

La newsletter du jour

Tous les jours, le récapitulatif des articles du Courrier des Stratèges

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

200 Shares:
5 commentaires
  1. Macron en chef de guerre et Macron infantil : il est à craindre que le gamin présidentiel devienne également le gamelin du 21ème siècle.

  2. Il est dommage que le verset 10:16 de l’Ecclésiaste soit cité de façon incomplète car on y perd une partie importante de sa signification en effet si on sait que “Malheur à toi, pays dont le roi est un enfant, et dont les princes mangent dès le matin!” on comprend alors que si l'”Enfant” peut ainsi impunément continuer à étaler ses fariboles c’est parce que dans son ombre il y a les “Princes” (en fait toute notre nomenklatura) qui peut ainsi “manger” (se goinfrer) tout en cachant son incompétence et son inutilité. Il n’y a pas d'”enfant roi” sans ceux qui en profitent: l’enfant qu’ils pourront éventuellement sacrifier le jour où ils le jugeront utile n’est que la dimension phénoménale d’un modèle d’organisation systémique qui se développe d’ailleurs un peu partout dans le monde ( voir Justin Trudeau au Canada ou le comique dont je ne retient pas le nom qui est Président de l’Ukraine dont on retient surtout comment il a pu être mené en bateau par Trump ). Avant ils s’amusait avec des “rois nègres” genre Bokassa mais c’était dans des “pays en voie de développement” mais pour nos pays encore considérés comme “développé” il vaut donc mieux le faire avec des “Enfants”

  3. Le résultat d’une Éducation Nationale défaillantes nous avons les dirigeants que l’on mérite.
    Qu’elle tristesse de voir un Président méprisant envers la justice dont il doit être le garant et les affidés sans état d’ame Applaudir comme des cretins

  4. LA VERITE C’EST QUE LE MONDE DOIT CHANGER (révélation d’Arès 28/7).
    Massacrez lentement et proprement et vous revenez à la normalité des choses quotidiennes. Notre barbarie moderne a appris à se dissimuler derrière un langage de légitimité et d’experts, dont les traits idéologiques ou sentimentaux ont remplacé les lances, les canons, les bombes, etc. Ce covid-19 permet aux pouvoirs politique et autres par la peur, de nous faire accepter certaines directives, qu’ils ne pourraient pas nous imposer en temps normal.
    Le mensonge de ce confinement à cause d’un virus « covid-19 » qui est moins dangereux et contagieux que d’autres virus du style « peste ou choléra », où d’une grippe dont en 2016 avait fait plus de morts. Voir vidéo https://www.youtube.com/watch?v=HrJBppuSEmk, https://www.youtube.com/watch?v=vR13oNjUgi0), le Japon moins de morts et pas de confinement, en Afrique très peu de morts, ils prennent la Chloroquine depuis des décennies pour différentes pathologie dont le paludisme (voir patient qui témoigne de la chloroquine en France https://www.youtube.com/watch?v=zgwLEsrRRD0, https://www.youtube.com/channel/UCWuWj2BL6HM3SV4qNajb6NQ ) . Ce virus fera beaucoup moins de mort que le confinement lui-même, qui déjà depuis un mois a mis l’économie pratiquement à l’arrêt, et qui fera des dégâts considérables dans la population point de vue psychologique (anxiété, dépression, suicide, divorce, peur, colère, etc). Le chômage explose, beaucoup ne pourront plus payer leur emprunt, leur loyer, leur charge, etc. Un désastre humain, une déshumanisation colossale (les personnes âgées confinées jusqu’à au delà de l’été, puis finalement autorisées à voir leurs proches ; café, restaurant, brasserie, etc fermés jusqu’à mi juillet 2020). L’Etat providence vous promet des remboursements qui viendront comme à chaque fois trop tard ou très peu ou pas du tout.
    Tant que durera chez l’homme la fonction pensée reste encore largement étrangère à la fonction être. De cette carence les idées générales tirent un grand et facile profit, en rendant leur lecteur témoin de choses qui paraissent toujours l’exclure quand il s’agit de mal et l’inclure quand il s’agit de bien, l’art journalistique tire chaque jour sa subsistance de ce truc.
    Un autre monde est possible « EDEN », cet « EDEN » comme « ténèbres » sont en chacun de nous. Les petits maux contiennent tous les grands maux, et c’est en nous corrigeant de ces petits maux que nous guérirons les grands maux du monde. Comment le monde pourrait-il changer si les hommes que nous sommes restent ce qu’ils sont ? Changer le monde suppose qu’une avancée spirituelle sans précédant se produise au plus profond de nous et à partir de là un changement social durable deviendra réalité. Changer en bien n’est possible qu’en amorçant la Pénitence. Cette démarche n’a rien de religieux, elle est spirituelle. Elle consiste simplement à reconquérir notre humanité par l’effort d’aimer : bonté, partage, liberté, création, pardon, paix etc…. ».

    AVEC L’INTELLIGENCE DU CŒUR !!!
    Créons des petites unités à la place de la masse
    A) Eclatement de la France en petites unités à taille humaine, décidant chacun de son mode de vie et de son fonctionnement.
    B) Mise en confédération de ces petites souverainetés indépendantes pour la mise en commun des services, institutions etc : « sécurité sociale, Armée, école de médecine, ponts et chaussée, etc »
    C) Dans chaque souveraineté française indépendante vote par référendum des règles de fonctionnement communes, des décisions importantes, etc .
    D) Dans chaque petite souveraineté française indépendantes abolition de la politique et gestion de chaque spécificité (éducation, mise au pot des moyens nécessaires (ex : impôts/ponts et routes) par des gérants et professionnels révocables etc ….
    http://michelpotay.info/RevelationdAres2009-menu.htlm A TOUS NOS MAUX DES SOLUTIONS EXISTENT
    Voir site : http://michelpotayblog.net sur les petites unités voir entrée n° 180/181 http://michelpotay.info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer
Lire la suite

Comment nous glissons peu à peu vers l’ère des soulèvements populaires

Le week-end qui vient de s’écouler illustre une tendance de fond dans l’ensemble des pays européens, et même occidentaux : le glissement progressif vers l’ère des soulèvements populaires. Le refus global du confinement et des restrictions aux libertés en donne le coup d’envoi. Partout, des mouvements de population se font jour, qui contestent la légitimité de l’ordre imposé par les castes au pouvoir. Un peu partout, ce week-end a été
Lire la suite

“Comme j’ai un fils de 10 ans, je ne peux pas flancher face au confinement” (Geneviève, commerçante bretonne)

Le confinement est destructeur, financièrement et psychiquement, pour les artisans et les commerçants indépendants. Nous en donnons un exemple aujourd’hui avec Geneviève Brune, commerçante indépendante en Bretagne, qui a développé, avec son mari, une activité artisanale contrainte à l’arrêt aujourd’hui. Elle témoigne pour nous de ce que signifie concrètement le confinement pour elle : une catastrophe économique, certes, mais aussi une vie au jour le jour sans aucune anticipation possible
Lire la suite

🎖Moscovici à la Cour des Comptes : les zones d’ombre de sa nomination

La nomination de Pierre Moscovici à la Cour des Comptes n’est pas une surprise. Elle était attendue depuis longtemps. Ce qui intrigue, c’est même qu’elle soit intervenue si tard. Nous tentons ici de déchiffrer les raisons qu’Emmanuel Macron a pu avoir de tarder à officialiser cette nomination. La nomination de Pierre Moscovici à la Cour des Comptes était prévue depuis près de deux ans. Nous l’avions déjà évoqué dans nos
Lire la suite

5ème Vague, fais-moi peur !

Par ENZO L. – Les autorités ne manquent pas une occasion de tenter de ré-insuffler la peur dans la population, en brandissant des chiffres et des adjectifs bien choisis. Ainsi, Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, nous parle d’une « 5ème vague qui démarre de façon fulgurante », et Catherine Hill nous culpabilise : « Apparemment, 45 morts par jour, tout le monde s’en fiche complètement, ça ne dérange personne, finalement
Lire la suite

La vaccination obligatoire, l’une des mesures pour l’après 2022

La vaccination obligatoire que nous évoquions hier ne devrait pas voir le jour avant les élections présidentielles. Le projet est dans les cartons, donc, et n’attend que la réélection d’Emmanuel Macron pour en sortir. Comme l’augmentation massive du prix du gaz ou le refiscalisation de l’assurance-vie. Progressivement, on sait comment Emmanuel Macron compte être réélu (en “arrêtant” l’histoire pendant si mois) et comment il compte se rattraper après le scrutin.
Lire la suite

🎖Le Président du MEDEF fait son coming out marxiste-léniniste

Le Président du MEDEF, Geoffroy Roux de Bézieux, multiplie les prises de position et les comportements tout à fait étranges à l’occasion de la crise du coronavirus. Progressivement, le mouvement patronal dérive vers un appel au marxisme-léninisme qui ne manque pas de surprendre. Le Président du MEDEF, Geoffroy Roux de Bézieux, a-t-il fait son coming out marxiste-léniniste à l’occasion de la crise du coronavirus ? Ses dernières déclarations soulèvent la