État d’urgence sanitaire : les Sages s’inquiètent de la protection des données de santé

L’état d’urgence sanitaire est-il conforme aux libertés fondamentales garanties par la Constitution ? Les Sages ont considéré hier, avec une bonne dose d’agacement, que le gouvernement apportait trop peu de précisions et de limitations à la collecte de données personnelles liées à la contamination. Et, ce faisant, il a apporté d’importantes considérations sur l’utilisation des données de santé. Pour le reste, il n’a rien trouvé à redire à la neutralisation de l’auto-amnistie que le gouvernement avait prévu pour dédouaner le Premier Ministre des poursuites entamées contre lui devant la Cour de Justice de la République.

Le gouvernement espérait que le Conseil Constitutionnel se prononce dès dimanche sur le projet de loi prorogeant l’état d’urgence sanitaire. Mais les Sages ont pris une journée de plus, et ont finalement répondu ce lundi, en invalidant une partie du texte. Cette réponse du berger à la bergère illustre les doutes qui entourent le déconfinement et la précipitation (pour ne pas dire l’improvisation) avec laquelle le Premier Ministre gère ce dossier brûlant pour lui. 

La responsabilité des élus neutralisée

Dans une tribune qui n’est pas passée inaperçue sur le Journal du Dimanche, des parlementaires LREM avaient annoncé qu’ils proposeraient un dispositif particulier pour les élus et les fonctionnaires destiné à les protéger contre des poursuites pénales intempestives. Le Sénat avait déjoué cette stratégie en proposant une rédaction précisant le régime de la responsabilité pénale involontaire. 

Finalement, la Commission Mixte Paritaire a simplement précisé la responsabilité pénale durant l’état d’urgence sanitaire, sans établir d’impunité, et sans distinction entre élus et non élus. Face à cette neutralisation du principe d’amnistie prévu initialement par le gouvernement, le Conseil Constitutionnel a validé la rédaction de la loi. 

Les Sages rappellent les principes du secret professionnel

Sur ces points, le Conseil Constitutionnel a rappelé sans aucune ambiguïté les principes fondamentaux de la protection de la vie privée. Il ne peut y avoir de communication de données à des tiers sans consentement des personnes. La rédaction ci-dessous ne laisse planer aucune ambiguïté sur la question. 

La disposition prévoyant une transmission des informations personnelles sans consentement des personnes est donc bannie du texte. Le Conseil rappelle ici l’importance du secret professionnel et le caractère délictuel de sa violation. Pour le gouvernement, il s’agit là d’un désaveu important qui affaiblit considérablement l’ambition administrative du projet. 

À lire aussi

Comment les sanctions accélèrent Reset et débâcle occidentale, par Nicolas Bonnal

Nouveau dossier disponible : Origines du Covid et armes biologiques

Sécession patrimoniale : que penser du krypto-krach, par Florent Machabert

Custine et les débuts de la russophobie européenne, par Nicolas Bonnal

Guerre d’Ukraine: Jours 119-120 – Alors que l’armée ukrainienne s’effondre, l’unité réaffirmée des BRICS marque la défaite géopolitique des Etats-Unis

Un prêtre parisien spécialisé dans les funérailles témoigne sur les dégâts du vaccin

[PAYANT] Faut-il placer ses liquidités en dollars US ? par Dimitri de Vismes

Passe vaccinal jusqu’en 2023 : et si Macron tentait la vaccination obligatoire en septembre ?

“Casse-toi, tu pues!” – Quand le ministre allemand de l’Economie avoue passer moins de temps sous la douche

Passe sanitaire européen : toute la NUPES (Manon Aubry comprise) a voté pour !

Les Sages limitent la liste des services autorisés à consulter les données

Par ailleurs, le Conseil Constitutionnel a censuré les dispositions incluant les services sociaux dans la consultation des données. Ceux-ci étaient en effet inclus dans les possibilités de consultation prévues par le texte. Or, les Sages ont contesté que les personnes en charge de l’accompagnement social des malades puissent être informées de leur état. 

Dans son raisonnement, le Conseil a entendu limiter au strict nécessaire les limites portées à la violation de la vie privée. Et sur ce point, il n’a guère trouvé d’argument pour justifier que les personnels sociaux disposent d’information recueillies à titre médical. Cette limite est importante, puisqu’elle souligne que le contrôle des sages sur la violation des libertés vise également les personnes qui peuvent participer à cette violation. 

Une tendance liberticide contrée par le juge

Au final, on retiendra que le Conseil Constitutionnel est allé beaucoup plus loin que le Conseil d’État dans le contrôle des opérations. Dans son avis sur le projet de texte, le Conseil n’avait pas trouvé, dans l’article 11, d’éléments disproportionnés dans la violation des libertés. Le Conseil Constitutionnel ne l’a pas entendu de la même oreille. 

37 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer