Sur l’auto-amnistie, le gouvernement a reculé face au risque de polémique

Le gouvernement avait esquissé une manoeuvre pour faire adopter au Parlement une disposition d’auto-amnistie sur les questions liées au déconfinement. Finalement, il a fait marche arrière, face aux habiles manoeuvres de la droite au Sénat, et face au tollé qui menaçait. 

Finalement, la loi d’amnistie qu’on craignait n’a pas eu lieu. Le gouvernement a fait machine arrière et a renoncé à faire voter une loi d’impunité pour les opérations menées durant le déconfinement. Le texte adopté par la commission mixte paritaire fait apparaître une rédaction beaucoup plus prudente que ce que la tribune des parlementaires LREM n’avait annoncé. 

Pas d’auto-amnistie dans le texte

Finalement, après les discussions au Sénat où la droite à fait passer une rédaction de l’article 1 précisant la responsabilité des élus, l’Assemblée Nationale, comme nous l’avons disséqué la semaine dernière, était mise en position compliquée. Il était difficile pour les députés d’exiger une rédaction qui protège ouvertement les élus, et particulièrement le gouvernement, sans s’exposer à une polémique où le Premier Ministre aurait joué le rôle de celui qui veut s’affranchir de ses responsabilités. 

C’est donc un texte de compromis beaucoup plus prudent, issu de la Commission Mixte Paritaire (c’est-à-dire d’une commission de “négociation” composée à parts égales de sénateurs et de députés), qui a finalement été adopté. Ce texte purement technique modifie l’article 121-3 du code pénal en précisant les conditions dans lesquelles la responsabilité pénale des élus pourra être mise en cause. 

La responsabilité pénale des élus à la loupe

La responsabilité des élus durant l’état d’urgence sanitaire sera donc examinée dans des conditions “tenant compte des compétences, du pouvoir et des moyens dont disposait l’auteur des faits”. Le texte précise que la nature des missions et des fonctions est également prise en compte pour éviter des incriminations disproportionnées. 

Concrètement, un maire ne pourra pas se voir reprocher la responsabilité d’une contamination dans une école, si le protocole de réouverture des locaux était clair et conforme aux dispositions admises par les pouvoirs publics. Et il ne sera pas mis en cause à la place de l’Éducation Nationale. 

Inversement, Édouard Philippe ne pourra être mis en cause pour une faute commise par un maire qui ne respecterait pas les consignes gouvernementales, ou qui commettrait des imprudences. 

À lire aussi

Le Conseil Constitutionnel est-il devenu schizophrène ?

COVID 19: Boris Johnson pris sous les feux croisés de son propre parti, de l’opposition travailliste et…de Nigel Farage

Commission d’enquête : une Ministre très mal à l’aise lorsqu’il s’agit de justifier les dépenses de conseil externe

Annonces de Jean Castex, des allègements en écran de fumée

Boire du café éviterait les maladies du foie

Le passe vaccinal devrait durer au moins jusqu’à l’été

Ces 500 sportifs de haut niveau ont-ils été victimes d’effets secondaires graves voire mortels des vaccins anti-COVID?

Etats-Unis : Rochelle Walensky, en charge du réseau fédéral des agences sanitaires fait son mea culpa

Le Conseil Scientifique alerte sur le retentissement de la vague Omicron sur le système de soins

Israël: échec de la 4e dose face à Omicron

Le gouvernement a reculé devant l’opinion

Ce recul du gouvernement s’explique d’abord par la mobilisation des réseaux sociaux et par le risque d’une vilaine polémique qui se préparait dans l’hypothèse où le ballon d’essai lancé par les parlementaires marcheurs aurait prospéré. Rapidement, en effet, la proposition d’étendre la nécessaire protection des maires au gouvernement lui-même a résonné partout comme l’annonce d’une auto-amnistie destinée à se soustraire à une enquête en bonne et due forme devant la Cour de Justice de la République. 

Preuve est donc faite que les ruades des réseaux sociaux ont leur vertu et leur pouvoir, surtout lorsqu’elles sont relayées par une partie au moins de l’opposition (en l’espèce les Républicains au Sénat).

Vers un Nuremberg à la française? 

Progressivement, la responsabilité du gouvernement se dégage donc, au fil des enquêtes qui révèlent des éléments troublants. Dans la pratique, on comprend que depuis au moins une dizaine d’années, la bureaucratie et la technocratie sanitaires s’opposent à une stratégie d’équipement de la population en masques de protection. Ce choix idéologique s’explique peut-être par le traumatisme lié à la campagne qui avait suivi les commandes massives par Roselyne Bachelot. 

Quelles qu’en soient les motivations, cette hostilité à l’équipement des Français en masques n’a jamais été discutée démocratiquement. Elle est le fait de l’administration qui a décidé de détruire progressivement le stock de masques existant sous Roselyne Bachelot, sans les remplacer. 

Sur ce point, l’administration ne peut d’ailleurs se réfugier derrière les autorités médicales pour justifier son inertie. L’avis du comité d’experts de Santé Publique France rendu en mai 2019 est sans équivoque sur le sujet, puisqu’il recommandait un stock d’1 milliard de masques. 

Tout laisse donc penser que les semaines et les mois qui viennent devraient donner lieu à une nouvelle affaire du “sang contaminé”, mais avec des responsabilités bien plus larges. 

Le Conseil Constitutionnel, dernier rempart contre la démocrature

Sur le fond, l’évidence montre que la France évolue progressivement vers une forme de “démocrature”, c’est-à-dire de démocratie autoritaire où la technostructure prend le pouvoir au nom de la protection sanitaire des individus. Dans cet ensemble où “protéger” est le maître-mot qui justifie toutes les atteintes aux libertés, il ne reste plus guère que les Sages du Conseil Constitutionnel pour éviter le pire. Pour combien de temps ?

97 Shares:
1 commentaire
  1. Il est grand temps de revenir à l’orthodoxie de nos institutions, totalement dévoyées par la pratique et les petites réformes passées en douce par le “Congrès”, petites magouilles et concessions entre amis.
    Le Président de la république est (cf. la constitution) le garant des institutions, et il nomme le premier ministre. Point !!!
    Le Premier ministre détermine et conduit la politique de la nation. Il est responsable devant le parlement.
    Le Parlement contrôle l’action du gouvernement et évalue les politiques publiques.
    Or depuis Sarkozi tout est dévoyé. Le Président s’arroge des pouvoirs qu’il n’a aucunement, et en toute irresponsabilité. Le Premier ministre est devenu un supplétif, le Parlement est empli de godillots qui courant après leur réinvestiture, s’aplatissent devant le président.
    Nous n’avons plus de réelle démocratie, nous avons une démocrature.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer