🎖Sanofi : quand les Français veulent le beurre, l’argent du beurre, et le sourire des AmĂ©ricains

Sanofi fait scandale en annonçant une possible mise Ă  disposition de son (Ă©ventuel) prochain vaccin anti-COVID19 au bĂ©nĂ©fice prioritaire du public amĂ©ricain. Beaucoup reproche au laboratoire pharmaceutique français de profiter du CICE et du CrĂ©dit ImpĂŽt Recherche sans contrepartie. La polĂ©mique pose clairement la question des attaches françaises de notre entreprises transnationales. Et si les Français voulaient le beurre, l’argent du beurre, et le sourire de la crĂ©miĂšre amĂ©ricaine dans cette affaire ?

Une chose est sĂ»re : Paul Hudson, le directeur gĂ©nĂ©ral de Sanofi, ne remportera pas un grand prix de communication. L’intĂ©ressĂ© vient de faire scandale en dĂ©clarant Ă  Bloomberg que les États-Unis seraient servis en premier si Sanofi dĂ©couvrait le bon vaccin contre le Covid19. En rĂ©alitĂ©, les propos de l’intĂ©ressĂ© ont Ă©tĂ© plus nuancĂ©s, mais cette nuance n’intĂ©resse Ă©videmment ni la presse française ni une opinion chauffĂ©e Ă  blanc par la gestion dĂ©sastreuse de l’Ă©pidĂ©mie. 

L’affaire illustre Ă  merveille la relation compliquĂ©e des Français avec leurs entreprises et avec la mondialisation. 

Ce que Sanofi a réellement dit

Dans les colonnes de Bloomberg, Paul Hudson a eu une communication maladroite, il faut bien le reconnaĂźtre, puisqu’il a donnĂ© le sentiment d’accorder par principe une prioritĂ© au public amĂ©ricain, alors que la rĂ©alitĂ© est trĂšs diffĂ©rente. Dans la pratique, Sanofi mobilise plusieurs Ă©quipes sur la recherche d’un vaccin, certaines en Europe, d’autres aux États-Unis. 

Il se trouve que la recherche amĂ©ricaine est menĂ©e avec le soutien financier (Ă  hauteur de 30 millions $) par le BARDA, Biomedical Advanced Research and Development Authority, entitĂ© du ministĂšre amĂ©ricain de la SantĂ©, qui exige une contrepartie Ă  son aide : les AmĂ©ricains doivent ĂȘtre servis en premier. 

On peut critiquer la mĂ©thode, il n’en demeure pas moins qu’elle obĂ©it Ă  une certaine logique : l’argent du contribuable amĂ©ricain doit profiter aux AmĂ©ricains. Ce principe est d’ailleurs parfaitement compris et revendiquĂ© par ceux qui considĂšrent que, Sanofi bĂ©nĂ©ficiant d’un important crĂ©dit d’impĂŽt en France, devrait servir les contribuables français en premier. 

Sanofi avait prévenu depuis un mois du défaut de coopération des Européens

Dans ce dossier, Sanofi explique depuis plusieurs semaines que l’Union EuropĂ©enne n’a pas trouvĂ© la bonne mĂ©thode pour coopĂ©rer avec l’industrie pharmaceutique. Dans une interview Ă  l’Usine Nouvelle, Paul Hudson avait dĂ©jĂ  averti qu’il risquait d’ĂȘtre contraint Ă  servir les USA en premier, faute d’un engagement europĂ©en, et notamment français. Il a rĂ©itĂ©rĂ© ses propos dans les colonnes de Bloomberg, en affirmant qu’un dĂ©bat devait s’ouvrir en Europe sur les relations avec l’industrie pharmaceutique…

À lire aussi

Le grand déclassement des Français est en marche, par Florent Machabert

La justice cherche Ă  savoir si Mc Kinsey a corrompu Macron

L’incorrigible germanolĂątrie des dirigeants français

Macron ne veut absolument pas rĂ©intĂ©grer les soignants suspendus…

Initiation à la débancarisation, premiÚre étape vers la sécession monétaire et financiÚre

La GĂ©orgie en a assez de l’arrogance amĂ©ricaine, par Dmitri Alexandrov, Rafael Fakhrutdinov, Daria Volkova

Guy de Maupassant et nos déboires démocratiques (et parlementaires), par Nicolas Bonnal

L’Occident va-t-il vraiment rĂ©gler la question transnistrienne ?, par AlexeĂŻ Logofet

Crise énergétique : la Grande Bouffe (partie II), par Ulrike Reisner

Biden piégé par ses propos sur la fin de la pandémie

La France plus attentive aux laboratoires amĂ©ricains qu’Ă  SANOFI ?

Ce conflit avec Sanofi intervient dans le contexte Ă©pineux du dossier de l’hydroxychloroquine, que de nombreux dĂ©cideurs français ont diabolisĂ© Ă  outrance, alors mĂȘme qu’il est produit par Sanofi. Le rapprochement des deux opĂ©rations est cocasse. Il y a un mois, les Ă©lites françaises n’avaient pas de mot assez durs pour dĂ©noncer le recours Ă  l’hydroxychloroquine de Sanofi comme n’Ă©tant pas sĂ©rieuse. Un mois plus tard, les mĂȘmes reprochent Ă  Sanofi de privilĂ©gier les États-Unis. 

VoilĂ  bien ce qui s’appelle vouloir le beurre et l’argent du beurre. 

Sanofi n’est plus vraiment une entreprise française

Au demeurant, les liens de Sanofi avec la France ont quand mĂȘme beaucoup perdu en intensitĂ© ces derniĂšres annĂ©es, compte tenu de la difficultĂ© qu’il y a Ă  maintenir une activitĂ© industrielle en France. Sanofi emploie 100.000 personnes en tout, mais seulement 25.000 en France. 

Affirmer que Sanofi est un laboratoire français vivant des largesses du contribuable français relĂšve donc du fantasme totalement obsolĂšte. En rĂ©alitĂ©, l’internationalisation du groupe commencĂ©e dans les annĂ©es 80 a dĂ©bouchĂ© sur une authentique mondialisation de l’entreprise. L’essentiel de son activitĂ© est aujourd’hui rĂ©alisĂ©e Ă  l’Ă©tranger, dont plus du tiers sur les marchĂ©s Ă©mergents, et un huitiĂšme aux États-Unis. 

Dans ces conditions on voit mal pourquoi l’entreprise se sentirait moralement obligĂ©e de privilĂ©gier la France, alors que celle-ci ne lui a guĂšre accordĂ© de privilĂšge dans l’affaire de l’hydroxychloroquine, et alors mĂȘme que l’Union EuropĂ©enne s’est rĂ©vĂ©lĂ©e incapable de soutenir l’effort de recherche contre le coronavirus, quand les autoritĂ©s amĂ©ricaines investissaient 30 millions $ en urgence. 

Au demeurant, les autoritĂ©s europĂ©ennes ne semblent guĂšre pressĂ©es d’autoriser un Ă©ventuel vaccin de Sanofi…

Le débat compliqué sur la relocalisation commence

DerriĂšre le caractĂšre trĂšs passionnel de ce dĂ©bat, on comprend bien que la question des relocalisations de l’activitĂ© commence Ă  occuper l’opinion française. Dans la pratique, ce dĂ©bat est bien mal embouchĂ© en France, avec un point de vue biaisĂ© dans l’opinion française qui veut Ă  la fois dĂ©noncer les dĂ©gĂąts du nĂ©o-libĂ©ralisme mondialiste, et rĂ©cupĂ©rer pour son propre profit les pires travers de celui-ci. 

Rappelons qu’il y a trois semaines, la France n’a pas hĂ©sitĂ© Ă  briser la solidaritĂ© europĂ©enne pour restreindre l’exportation de certains mĂ©dicaments fabriquĂ©s sur notre sol. Et lĂ , on n’a entendu aucune dĂ©claration bienveillante de la art des donneurs de leçons. 

About Post Author

68 Shares:
3 commentaires
  1. On peut croire que cela releve plus d un coup de Trumpette pour se refaire la cerise devant l evolution de la crise du cov2 pour se faire un bonus electoraliste !
    Le vaccin du 2003 Cov 1 n oublions pas Le Prefixe SARS que l on a pour moi volontairement omis en debut d alerte ( regardez la Presse Nationale) MERS 2012…..Avec Pneumonie et Syndrome Respiratoire mais Dieu nous protege au Moyen Orient on les attends encore !
    On a pu encore etablir capacités de réponse immunitaire et on veut croire a un vaccin aussi tot ! Rappelez vous le VIH qui est au SIDA ce que le SARS COv2 est a « la « Covid 19 on cherche toujours le vaccin . Il est meme rapporté la possibilite d inclusion de séquence de bases puriques comme cela a ete fait en 2013 pour H1N1 et H5N1 ( a retrouver grand publis Parisien 5 mai 2013 Dimanche 07h00! ) bonne lecture Et surtout pensez par vous meme oubliez les doxa en temps de pandemie !

  2. SANOFI n’a rien Ă  proposer ni vaccin ni mĂȘme l’ombre d’une Ă©ventualitĂ© de vaccin.
    ISRAEL, LA CHINE ET LES USA sont NETTEMENT en avance sur SANOFI en ce sens.

    DONC C EST DE L’ESBROUFE POUR RECEVOIR BEAUCOUP D’ARGENT SANS RIEN FAIRE NI RIEN PROPOSER.

    DU BRAQUAGE LEGAL.
    MERCI AUX PIGEONS…

  3. Vacciner. Encore faudrait-il qu’une immunitĂ© durable soit possible du fait de la maladie elle-mĂȘme !
    Par ailleurs vacciner contre une maladie n’est pas sans incidences sur notre sensibilitĂ© Ă  d’autre agents pathogĂšnes.
    Selon un Ă©tude AmĂ©ricaine, la vaccination anti-grippale favoriserait les infections Ă  coronavirus, de l’ordre de 39% en plus chez les sujets vaccinĂ©s.
    https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0264410X19313647?via%3Dihub
    L’Ăąge est reconnu comme le principal facteur de gravitĂ© du COVID en occident, or les seniors y sont par ailleurs majoritairement vaccinĂ©s (et mĂȘme annuellement en ce qui concerne la grippe)…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez Ă©galement aimer